Navigation – Plan du site

Charlotte Marchina, Nomad’s land

Roméo Bondon
Nomad's land
Charlotte Marchina, Nomad's land. Éleveurs, animaux et paysage chez les peuples mongols, Bruxelles, Zones Sensibles, 2019, 220 p., ISBN : 978-2-930601-39-7.
Haut de page

Texte intégral

1« Cet ouvrage n’est pas une monographie intégrale du pastoralisme nomade chez les peuples mongols […] Il se concentre plutôt sur les aspects spatiaux de ce pastoralisme et en présente les traits qui soulignent l’aspect triadique de la relation en jeu dans ce système, entre humains, animaux et environnement » (p. 25). Depuis une trentaine d’années déjà, l’anthropologie accompagne la géographie dans la compréhension et théorisation du paysage. Si celui-ci a pu être considéré tour à tour ou simultanément comme une étendue s’offrant au regard, comme la matérialisation du rapport des humains au milieu ou encore comme un médium né de ce même rapport et le perpétuant, les animaux n’ont presque jamais fait l’objet d’une réelle attention de la part des géographes dans leur appréhension du paysage. Quelques anthropologues, au premier desquels l’Écossais Tim Ingold, en questionnant les relations entre des peuples et les êtres non humains qu’ils côtoient, ont cependant permis de renouveler l’approche du paysage.

  • 1 Hodgetts Timothy et Lorimer Jamie, « Methodologies for animal’s geographies: cultures, communicatio (...)

2Charlotte Marchina s’inscrit dans cette lignée. En s’intéressant à une aire culturelle spécifique, entre une province mongole et une région bouriate de la Transbaïkalie, elle choisit d’embrasser les spécificités non seulement de divers groupes d’éleveurs, mais aussi de ceux qu’ils élèvent et, plus largement, du paysage dans lequel humains et non-humains cohabitent. La steppe dès lors se peuple. En la parcourant, « humains et animaux […] marquent le paysage » (p. 24). Le regard de l’autrice est valorisé d’abord par des photographies en noir et blanc, plans larges, portraits ou détails, qui illustrent le propos autant qu’elles offrent une première approche du milieu et de ses habitants. La littérature ethnographique, assez dense sur cette région, est largement mobilisée. Le choix de textes moins théoriques que descriptifs fait place aux gestes, rituels et pratiques plus qu’aux spéculations. Ainsi, plutôt que de prendre part aux débats épistémologiques de sa discipline, l’autrice choisit de discuter les textes et études d’une communauté d’ethnologues spécialistes des régions russophones et mongoles. C’est auprès de populations locales d’éleveurs, lors de périodes de terrain longues, que Charlotte Marchina a pu affiner sa méthodologie. Elle a pris part aux activités d’élevage, dont elle a également assuré le suivi par le biais d’un dispositif méthodologique original de géolocalisation des animaux et des troupeaux. Celui-ci a été mis en place afin d’« évaluer des surfaces occupées, de calculer des distances parcourues, des vitesses de déplacement, ainsi que d’analyser les déplacements de plusieurs individus de manière simultanée » (p. 23). Une vingtaine de cartes représentent ainsi les trajets des troupeaux et complètent l’enquête ethnographique. Les appels récents au sein des sciences sociales à prendre en compte les méthodes de l’écologie scientifique pour dépasser la ventriloquie des entretiens à propos des animaux se font peu à peu entendre1. Le déplacement étant au cœur des interrogations suscitées par les peuples nomades, son suivi télémétrique décentre l’approche discursive pour porter attention aux relations des animaux entre eux, envers leur environnement et avec les humains qu’ils côtoient.

  • 2 Hardin Garrett, « The Tragedy of the Commons », Science, vol. 162, n° 3859, 1968, p. 1243-1248.

3Le premier chapitre pose le contexte politique, historique et culturel de deux régions aux marges de leurs États respectifs. Si éleveurs bouriates et mongols partagent une activité pastorale ancienne, la période soviétique a bousculé les pratiques d’élevage et la libéralisation qui a suivi la dislocation de l’URSS plus encore peut-être. Alors qu’en Russie la privatisation des terres s’est généralisée, entraînant un large mouvement de sédentarisation, en Mongolie, les pratiques collectives résistent. La question des communs et de leurs usages est posée. L’autrice semble défendre l’efficacité du fonctionnement collectif contrairement à ce qu’a pu soutenir Garrett Hardin dans son article controversé « The Tragedy of the Commons »2. Mais la gestion des pâturages ne dépend pas seulement du contexte foncier de la région concernée. La nécessité de les préserver des aléas climatiques ou de la surexploitation pose des contraintes nouvelles aux éleveurs sédentaires. Néanmoins, la mobilité des troupeaux marque encore fortement le paysage et le quotidien des groupes humains et animaux.

4Dans un deuxième temps, l’autrice tente de faire une place égale aux « cinq museaux » (chevaux, chameaux, vaches, moutons et chèvres) représentés dans les troupeaux et à leurs éleveurs. Le chapitre s’articule autour du « nutag » ou « nuytag », terme traduit par « territoire » ou « pays ». Pour les humains, ce nutag est aussi bien celui de l’enfance que celui qu’ils pratiquent en commun avec leurs animaux ou les êtres-invisibles qui peuplent le paysage. Charlotte Marchina distingue ainsi des lieux particuliers en fonction de leur utilisation quotidienne. Elle en vient à définir le nutag « comme un réseau de centres d’attraction, mis en relation par les trajets effectués par les humains et les animaux » (p. 88). Les chemins, dessinés et empruntés indifféremment pas les humains et les animaux façonnent le paysage et sont ponctués d’« ovoo », cairn locaux qui servent de lieux de rassemblement ponctuels ou, plus souvent, rappellent la présence d’esprits en des sites non privatisables (sommets, cols). L’anthropologue souligne l’importance des ovoo dans la relation qu’ont les éleveurs avec leurs animaux morts. Crânes de chevaux ou dépouilles de chiens y sont déposés, afin de se remémorer la valeur des chevaux et d’œuvrer à la réincarnation des chiens. Si ces deux espèces ont droit à ces égards, c’est qu’elles s’inscrivent dans une hiérarchie où dominent les animaux considérés comme les plus autonomes.

5Le troisième chapitre de l’ouvrage détaille l’organisation interne des troupeaux, et les relations interspécifiques qui s’y déroulent. La cartographie met en évidence l’usage différencié que chaque espèce fait des pâturages. Si toutes utilisent les mêmes espaces, elles le font à des moments distincts. Des rencontres opèrent cependant. Toutefois, les points d’eau auxquels les éleveurs mènent leurs bêtes impliquent un partage ponctuel du territoire et une entraide se fait jour : le gros bétail brise la glace pour le plus petit ; les uns piétinent l’herbe gelée pour les autres. Les éleveurs savent retenir ou lâcher leurs animaux afin que leurs actions soient bénéfiques à tous. Les « cinq museaux » ne sont pourtant pas égaux. Dominent dans l’estime des éleveurs les espèces ayant une connaissance fine du territoire et une aptitude plus développée à la vie en autonomie. En bas de l’échelle, les moutons apparaissent comme les moins dotés et les plus dépréciés. La surveillance du bétail par les éleveurs est d’autant plus nécessaire que les bêtes sont moins autonomes. Les campements, enfin, dont des schémas illustrent le fonctionnement, sont des lieux particuliers : l’espace y est là aussi organisé en fonction des espèces présentes. Les bêtes trop faibles pour aller pâturer y jouissent d’un statut protégé. Par ailleurs, les formes de l’habitat varient selon les régions et les pratiques des éleveurs. La yourte reste très fréquente en Mongolie, alors que les maisons en bois l’ont supplantée en Bouriatie. Les chiens, omniprésents, occupent une place singulière : matérialisant la limite du lieu, ils la signalent aux étrangers et la défendent. Pour autant, alors que les éleveurs leur demandent une forte réactivité et qu’une certaine proximité s’instaure du fait de leur fonction, la compagnie des chiens est dépréciée.

6Le dernier chapitre se consacre aux territoires qu’occupent ou ont occupé différentes races de bétail au cours du temps. Les éleveurs semblent donner peu d’importance au pedigree de leurs animaux : c’est en référence au lieu qu’ils décrivent les espèces. Elles sont mongoles ou bouriates, quelle que soient leurs origines. Leurs qualités prévalent sur leur héritage. Là aussi, les chevaux font l’objet d’une attention particulière de la part des éleveurs. S’ils servent encore au transport, leurs dispositions à la course et l’aura du sport équestre dans ces régions font des chevaux des animaux décidément à part.

7Après une description détaillée des relations qu’entretiennent les éleveurs de ces régions avec leurs animaux et leur environnement, les ouvertures générales présentées en conclusion ne nous paraissent pas assez affirmées. Convoquer l’Anthropocène ou les changements climatiques globaux comme catégories d’analyse n’apporte pas, selon nous, au reste de l’ouvrage. Aborder des processus aussi massifs ne nous paraîtrait pertinent que dans le cadre d’un traitement précis de ce qu’ils ajoutent à la compréhension de ce cas particulier. La mention de deux anecdotes à propos des jeux olympiques de Pékin et ceux de Rio, suivis par les éleveurs, présente plus d’intérêt et révèle que, discrètement, la mondialisation culturelle est ici aussi bien présente. L’ouvrage, par son ton, une partie de ses méthodes et son recours à une narration à la première personne du singulier, s’insère dans une tradition ethnographique certaine et assumée. Mais l’usage original dont fait l’autrice de dispositifs de suivi et le questionnement qu’elle ouvre sur des objets tels que le paysage, le territoire ou la mobilité convainquent de la nécessité de mener de front une approche du milieu tenant à la fois de l’anthropologie, de l’écologie et de la géographie.

Haut de page

Notes

1 Hodgetts Timothy et Lorimer Jamie, « Methodologies for animal’s geographies: cultures, communication and genomic », Cultural geographies, vol. 22, n° 2, 2015, p. 235-295 ; Beck Corinne et Fabre Eric, « Interroger le loup historique ? Entre la biologie et l’histoire : un dialogue interdisciplinaire », in. Moriceau Jean-Marc et Madeline Philippe (dir.), Repenser le sauvage grâce au retour du loup, les sciences humaines interpellées, Caen, Presses universitaires de Caen, coll. « Bibliothèque du monde rural », 2010.

2 Hardin Garrett, « The Tragedy of the Commons », Science, vol. 162, n° 3859, 1968, p. 1243-1248.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roméo Bondon, « Charlotte Marchina, Nomad’s land », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 27 novembre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39258

Haut de page

Rédacteur

Roméo Bondon

Étudiant en géographie de l’environnement à l’ENS de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page