Navigation – Plan du site

Sonia Combe, La loyauté à tout prix. Les floués du « socialisme réel »

Guillaume Dreyer
La loyauté à tout prix
Sonia Combe, La loyauté à tout prix. Les floués du « socialisme réel », Lormont, Le Bord de l'eau, 2019, 238 p., ISBN : 9782356876560.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Terme visant à définir par approximation la tonalité idéologico-politique des anciens pays orbitant (...)
  • 2 Nicolas Offenstadt, Le Pays disparu. Sur les traces de la RDA, Paris, Stock, 2018.

1Trente ans après la chute du Mur de Berlin, il semblerait que l’historiographie de la RDA s’émancipe toujours plus franchement des sempiternelles analyses qui évoquent une omnipotence de l’État-parti dictatorial – postulat qui constituait largement l’orthodoxie depuis la réunification - pour s’intéresser avec une acuité renouvelée au quotidien des citoyens du « socialisme réel »1. Là où, en 2018, Nicolas Offenstadt nous offrait une illustration de cette nouvelle approche d’histoire « par le bas », avec son Pays disparu2, il ne paraît pas absurde de considérer que le nouvel ouvrage de Sonia Combe s’inscrit dans un sillon identique.

  • 3 La Sozialistische Einheitspartei Deutschlands, ou parti socialiste unifié, est issue de la fusion d (...)

2L’autrice, du reste, l’indique explicitement dans son introduction : « l’étude du socialisme allemand est, et reste encore, largement une étude de tonalité anticommuniste » (p. 20), dominée tant financièrement qu’académiquement par l’influence de la Bundesstiftung zur Aufarbeitung der SED-Diktatur3, la fondation pour la recherche sur la dictature du SED. Elle en appelle ainsi à un « changement de paradigme » et va jusqu’à laisser entendre sous forme d’hypothèse cette idée – contestable – qu’une narration aussi monolithique de l’histoire de la RDA ne serait pas étrangère à la « montée de l’extrême-droite » dans les Länder de l’ancienne Allemagne de l’Est.

3À rebours de cette ligne narrative qu’elle conspue pour son conformisme autant que pour son hégémonie dans le champ universitaire ou politique, Sonia Combe se propose, comme elle l’annonce dès la prime page de son ouvrage, de « faire revivre une mémoire bien peu présente dans l’historiographie postcommuniste » (p. 5). Cette mémoire est celle de « ceux qui se sont tus, davantage par loyauté envers un idéal dévoyé que par peur ou lâcheté » (p. 6), ces « floués » du « socialisme réel » qu’annonce le titre.

4Mais qui sont-ils précisément, ces trahis de l’Histoire qui forment le sujet de l’étude ? Sonia Combe consacre une courte introduction intitulée « Le prix de la loyauté » à circonscrire son objet : elle résume le type sociologique de cette figure qu’elle entreprend de raconter par la formule, empruntée à Jürgen Kuczynski, de Linientreuer Dissident, ou « dissident fidèle à la ligne du parti » - sans pour autant passer sous silence les difficultés tant épistémologiques qu’éthiques générées par une telle formulation.

5En somme, Sonia Combe tente de comprendre – le mot est crucial – comment des intellectuels qui ne sauraient être soupçonnés de panurgisme (bon nombre d’entre eux avaient fui, voire lutté, contre le nazisme), dont les dispositions critiques paraîtraient impliquées par leur statut même, ont pu faire montre d’une telle passivité face à l’autoritarisme du régime est-allemand.

6Du point de vue méthodologique, hormis l’introduction dont nous avons parlé, qui constitue le passage le plus théorique de l’ouvrage, l’historienne tente de résoudre cette apparente contradiction par l’investigation prosopographique, id est en retraçant avec minutie les parcours de personnages choisis pour leur dimension paradigmatique du sociotype de l’intellectuel formulant des critiques en privé qu’il laisse sous silence une fois franchie la sphère publique. Sonia Combe n’oublie nullement de situer ces trajectoires dans le contexte plus global des mutations macrohistoriques de l’État et de la société est-allemands, jusque dans les positions qui y sont prises vis-à-vis d’épisodes mouvementés que vivent les républiques sœurs (on pense e.g. à la façon dont l’insurrection de Budapest en 1956 est perçue à travers les yeux de Johannes R. Becher, Anna Seghers et d’autres membres de l’intelligentsia, inquiets pour le sort de leur camarade hongrois Georg Lukàcs).

7C’est donc une approche résolument compréhensive que met en œuvre l’historienne, dans la mesure où elle reconstruit systématiquement le point de vue et les motivations des acteurs qu’elle étudie, mobilisant pour ce faire bon nombre de correspondances privées désormais conservées en archives, de textes littéraires produits par ceux-ci, voire, pour les protagonistes de la seconde génération, d’entretiens oraux. Ce souci de restituer ce qu’ont pensé et dit les intellectuels qu’elle étudie se perçoit jusque dans la table des matières de l’ouvrage, où il n’est pas rare que le titre de telle ou telle sous-partie consiste simplement en une citation de l’un des acteurs dont le comportement est analysé.

8Cette volonté de prendre au sérieux la vision du monde des intéressés, sur laquelle repose toute l’économie argumentative de l’ouvrage de Sonia Combe et qui en fait l’originalité, permet à l’autrice de formuler la thèse suivante : la disjonction comportementale de ces intellectuels volontiers critiques en privé mais mutiques dans l’arène publique trouverait sa source dans l’investissement au sens quasi psychanalytique de ces individus dans l’idéal socialiste, dans un contexte où « les convictions formaient le socle psychique de l’intellectuel engagé » (p. 23).

9En dépit de la grande qualité scientifique de l’ouvrage, qui construit avec finesse l’univers intellectuel d’une pluralité d’acteurs à travers toute l’histoire de l’Allemagne de l’Est, de la période de la zone d’occupation soviétique à la chute du Mur puis à la dissolution du pays, il nous faut dire un mot sur les limites de la modalité d’administration de la preuve pour laquelle opte Sonia Combe, et qui découlent précisément de sa posture analytique. En effet, le souci de se situer au niveau des acteurs conduit l’historienne à structurer son ouvrage en une multitude de chapitres fort courts – pour ainsi dire jamais plus de huit pages – qui sont autant de clichés comme « pris sur le vif », idoines à capter une atmosphère socio-idéologique, à y coller, plutôt que de la considérer à partir d’une position de surplomb analytique.

10Si bien que, plutôt que face à des tessons participant d’une unique mosaïque cohérente, le lecteur ou la lectrice peut parfois s’estimer confronté-e à une irréductible multiplicité phénoménologique sans solution de continuité ou perspective analytique directrice. À ce titre, les considérations théoriques de Sonia Combe, pourtant pas inintéressantes et témoignant de l’ouverture de la chercheuse aux disciplines voisines (science politique avec James C. Scott, économie avec Albert O. Hirschman, sociologie avec Max Weber, …), en ce qu’elles sont surtout présentes en introduction, paraissent parfois purement verbales dans la mesure où elles sont rarement exploitées, encore moins discutées, dans le corps de la démonstration – James C. Scott, inventeur du concept d’infrapolitique, n’est même pas cité dans le chapitre pourtant intitulé « Des gestes infrapolitiques ».

  • 4 Pour une discussion de la théorie de l’action telle que la conçoit Bourdieu, on pourra consulter Bo (...)

11Dans cette optique, nous pourrions stipuler que la courte analyse de l’« éthique du silence » ou « habitus stalinien », qui consiste à affirmer que les dispositions au mutisme seraient profondément ancrées dans des « sociétés communistes [d’Europe orientale] [qui] se sont construites sur le silence », souffre d’une lecture superficielle de la théorie de l’action de Pierre Bourdieu4 qui conduit l’autrice, pourtant ailleurs très subtile, à mobiliser une « explication » circulaire du type : les gens se taisent puisqu’ils se taisent.

12Ajoutons qu’il manque selon nous à l’ouvrage une véritable conclusion qui reprendrait les éléments et les intuitions, parfois séduisantes, esquissés tout au long de la discussion pour dégager un modèle plus général et différencié. En l’état, c’est au lecteur lui-même de synthétiser et différencier les diverses motivations au silence des acteurs, notamment la distinction pourtant cruciale entre mutisme par fidélité à l’idée socialiste, fidélité à l’État socialiste allemand dans ce qu’il symbolise ou fidélité à la concrétude empirico-historique d’un projet politique dans une configuration étatique particulière. Si ces trois motivations peuvent se retrouver, dans des proportions diverses, chez des acteurs dont les profils divergent, il convient toutefois de les différencier analytiquement.

  • 5 C’est d’ailleurs ce que souhaitent certains des intellectuels cités par Sonia Combe dans une pétiti (...)

13Ainsi, l’historienne ne se confronte pas au problème théorique de l’actualisation du socialisme, que l’on s’attendrait à voir abordé plus frontalement dans un ouvrage dont le titre comporte entre guillemets la notion de « socialisme réel ». Partant, on n’y trouvera nulle tentative de résolution de la problématique qui consiste à distinguer si l’autoritarisme des régimes se revendiquant du « socialisme réel » est, comme l’avancent certains - dont Stéphane Courtois est en France le représentant le plus éloquent - une nécessité logique découlant des aspirations au communisme, ou au contraire une contingence sociohistorique qu’il est possible de dépasser5.

14En définitive, malgré un appareillage théorique lacunaire dont on pourrait estimer qu’il découle précisément de la vigilance de Sonia Combe pour la restitution fine des points de vue des individus qu’elle étudie, l’ouvrage qu’elle nous livre constitue une contribution originale et documentée sur un aspect jusqu’alors guère étudié du quotidien des pays du « socialisme réel », en rupture tant politique qu’épistémologique avec les analyses dominantes des sociétés postcommunistes. Il en est par-là même indispensable à quiconque, scientifique ou néophyte, s’intéressant aux enjeux soulevés aujourd’hui encore par les utopies communistes du XXe siècle.

Haut de page

Notes

1 Terme visant à définir par approximation la tonalité idéologico-politique des anciens pays orbitant autour du bloc soviétique, utilisé tant dans une optique critique – par les socialistes niant la dimension émancipatrice du système socio-économique appliqué en ex-URSS ou dans les pays du Pacte de Varsovie – que laudative, par les tenants dudit système.

2 Nicolas Offenstadt, Le Pays disparu. Sur les traces de la RDA, Paris, Stock, 2018.

3 La Sozialistische Einheitspartei Deutschlands, ou parti socialiste unifié, est issue de la fusion du parti social-démocrate et du parti communiste sous l’impulsion des Soviétiques et jouira durant la totalité de l’existence de la RDA de la propriété quasi-monopolistique du pouvoir étatique, ce en dépit d’un multipartisme superficiel.

4 Pour une discussion de la théorie de l’action telle que la conçoit Bourdieu, on pourra consulter Bourdieu Pierre, Sociologie générale Volume 1. Cours au Collège de France (1981-1983), Paris, Raisons d’Agir, 2015, 740 p. ; compte rendu pour Lectures par Matthias Fringant disponible sous : https://journals.openedition.org/lectures/21407.

5 C’est d’ailleurs ce que souhaitent certains des intellectuels cités par Sonia Combe dans une pétition « Pour notre pays » revendiquant après la chute du Mur l’autonomie vis-à-vis du modèle libéral-consumériste ouest-allemand d’une RDA enfin en adéquation avec l’axiologie socialiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Dreyer, « Sonia Combe, La loyauté à tout prix. Les floués du « socialisme réel » », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 02 décembre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39356

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Dreyer

Étudiant à l’Institut d’études politiques de l’Université de Lausanne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page