Navigation – Plan du site
Jeunes générations en Europe : regards croisés Est-Ouest

Jeunes générations en Europe : regards croisés Est-Ouest

Pierre-Marie Chauvin, Caroline Dufy, Ronan Hervouet (dir.), « Jeunes générations en Europe : regards croisés Est-Ouest », Agora Débats/Jeunesses, n° 45, 2007, 156 p., EAN : 9782296040861.
Notice publiée le 09 novembre 2007

Présentation de l'éditeur

• Introduction (à télécharger)

Pierre-Marie Chauvin, allocataire moniteur normalien au LAPSAC/université Bordeaux-II, Caroline Dufy, professeure agrégée, enseigne à l’Institut d’études politiques de Bordeaux, Élisabeth Gessat-Anstett, post-doctorante, affiliée au Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen, École des hautes études en sciences sociales, Ronan Hervouet, maître de conférences au LAPSAC/université Bordeaux-II

• Devenir adulte : quatre modèles européens

Cécile Van de Velde, maître de conférences en sociologie à l’université de Lille-III, membre du Groupe de recherche sur les actions et les croyances collectives université de Lille-III, membre du Centre de recherche en économie et statistiques-INSEE, chercheure associée à l’Équipe de recherche sur les inégalités sociales, centre Maurice-Halbwachs (EHESS-ENS-université de Caen)

Cet article définit quatre modèles d’entrée dans la vie adulte en Europe occidentale et en analyse les principaux fondements politiques, économiques ou culturels. Il s’appuie sur l’analyse comparée des trajectoires familiales et professionnelles des jeunes adultes au Danemark, au Royaume-Uni, en France et en Espagne, à partir de l’exploitation de six vagues du Panel européen des ménages (1994-1999), complétée par plus de cent trente-cinq entretiens approfondis conduits auprès de Danois, de Britanniques, de Français et d’Espagnols âgés de 18 à 30 ans, portant sur les relations familiales, le rapport aux études, ainsi que sur les représentations associées à l’âge adulte.

• Pologne, les jeunes au cœur de la précarisation de l’emploi

Stéphane Portet, docteur en sociologie, agrégé de sciences économiques et sociales, détaché à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris), coordinateur du Centre Michel Foucault de recherche et de formation en sciences sociales à l’université de Varsovie (Pologne), membre de l’équipe Simone-Sagesse/CERTOP à l’université Toulouse-Le Mirail, expert auprès de plusieurs organisations dont le Bureau international du travail

La Pologne contemporaine est sujette à une dynamique forte de flexibilisation et de précarisation des relations d’emploi. Cet article montre que les jeunes sont une catégorie centrale de ce processus, à la fois comme victimes et comme « porteurs sociaux » des mutations actuelles. Un nouveau rapport au contrat de travail apparaît, caractérisé objectivement par le développement du self-employment et subjectivement par une doxa générationnelle des jeunes actifs tranchant avec les aspirations à la sécurité et à la stabilité des salariés plus âgés.

• Les Luso-descendants : une nouvelle première génération d’émigrants

Irène Dos Santos, doctorante à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris (thèse en anthropologie sociale sur les processus mémoriels et identitaires en contexte migratoire, à partir du cas de jeunes franco-portugais, sous la direction de Françoise Zonabend) ; rattachée au Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France et boursière de la Fundação para a Ciência e a Tecnologia (Portugal)

S’appuyant sur un travail de terrain réalisé auprès de jeunes issus de la migration portugaise, l’auteure analyse la politique élaborée par l’État portugais depuis la fin des années 1990 en direction de la génération des enfants d’émigrants : les Luso-descendants. Cette politique qui vise à construire une conscience diasporique est fondée sur une conception d’appartenance nationale essentialiste en décalage avec l’identité de cette « deuxième génération ».

• Création d’entreprise et désirs d’autonomie

Fabien Reix, chercheur au LAPSAC, département de sociologie, niversité Victor Segalen/Bordeaux-II

L’analyse des trajectoires biographiques de quarante-cinq créateurs d’entreprise aquitains permet de montrer que la construction des parcours de ces entrepreneurs s’inscrit dans des logiques générationnelles tant familiales qu’historiques. Cet article montre ainsi que l’engagement entrepreneurial relève aussi bien d’une volonté de mettre à distance son héritage familial que du désir, incarné par la jeune génération, de s’affranchir d’une partie des contraintes du capitalisme moderne en défendant une nouvelle conception du travail qui s’intègre dans un « projet de vie global ».

• Deux générations face au troc dans la Russie des années 1990

Caroline Dufy, agrégée de sciences économiques et sociales, enseigne à l’Institut d’études politiques de Bordeaux, chercheure associée au SPIRIT (CNRS, Sciences-Po Bordeaux), spécialiste de la Russie postcommuniste

À travers l’exemple de la Russie en transition vers l’économie de marché et l’étude des formes de transaction en troc, l’objet de cette contribution est de comprendre comment les acteurs réagissent à un changement brutal du contexte économique. Sur la base d’une enquête ethnographique réalisée dans la région de l’Oural, nous montrons que, de la même façon que le marché n’émerge pas de façon spontanée, balayant l’héritage soviétique, les jeunes entrepreneurs n’ont pas supplanté les générations plus anciennes. Notre enquête établit que, dans la période postsoviétique, les différentes générations d’entrepreneurs se distinguent parfois moins par leurs pratiques que par des représentations différentes de l’action économique modelées en fonction de leur expérience de l’entreprise et du contexte normatif et historique dans lequel elle s’est forgée.

Haut de page