Navigation – Plan du site

Jean-Pierre Liégeois, Roms et Tsiganes

Ronan Crézé
Roms et Tsiganes
Jean-Pierre Liégeois, Roms et Tsiganes, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2019, 128 p., 1ère éd. 1995, ISBN : 9782348043499.
Haut de page

Texte intégral

1Cette réédition dans la collection Repères de l’ouvrage Roms et Tsiganes, initialement paru en 1995 aux Éditions de La Découverte, traite de la plus importante minorité d’Europe que sont les Roms (leur effectif est estimé aujourd’hui à dix millions de personnes). Ce groupe social souvent conspué est surtout méconnu au point qu’il a fait l’objet de discriminations durant des siècles. Dans ce contexte, Jean-Pierre Liégeois, l’un des éminents connaisseurs français du sujet, s’attèle à expliquer avec précision le parcours historique et géographique des Roms et des Tsiganes depuis les premières traces de leur migration vers l’Europe au XIIe siècle. Depuis lors, ils se confrontent à de nombreux défis, notamment en termes d’acceptation et d’intégration au sein des sociétés où ils s’établissent. Le vocabulaire utilisé pour les désigner est marqué par cette histoire et entremêle de nombreux termes qui renvoient à des personnes aux caractéristiques très diversifiées (tels que ceux de « Gitans », de « Gens du voyage », etc.). Pour sa part, l’auteur choisit le terme exonyme de « Tsiganes » car il a une connotation moins péjorative que d’autres, ou encore celui de « Roms », plus récent et endonyme (p. 26-27).

  • 1 Dans les années 1990, l’hypothèse de l’origine indienne est corroborée par des recherches génétique (...)

2L’origine de cette population a longtemps prêté à débat. L’une des pistes était celle des origines égyptiennes des Tsiganes (d’ailleurs, plusieurs appellations véhiculent toujours cette idée, telles que celles de « Gypsies » en anglais ou de « Gitanos » en espagnol) mais plusieurs éléments tendent à relativiser cette hypothèse. Tout d’abord, une large partie de l’Europe médiévale considérait les actuels pays de Grèce et de Chypre comme faisant partie de la « Petite Égypte ». D’autre part, plusieurs populations nomades se sont vues affublées du nom d’Égyptiens durant le Moyen-Âge. Les spécialistes s’accordent désormais sur le fait que l’Inde est le pays à partir duquel a débuté une série de vagues d’émigration vers l’Europe et le reste du monde1. Les migrations se sont ensuite démultipliées à tel point que l’auteur affirme que, pour les Tsiganes, « la migration est une adaptation » (p. 73). La dispersion de cette communauté est mieux documentée à partir du XVe siècle, lorsque les Tsiganes émigrent depuis la Hongrie et la Moldavie vers des pays d’Europe tout autant que du monde entier (des Gitans auraient aussi accompagné Christophe Colomb lors de l’une de ses expéditions vers les Amériques). Ce parcours permet de mieux saisir trois points centraux pour comprendre l’histoire des Roms : il s’agit d’une population composite et non homogène ; cette population provient de l’Inde mais son identité s’est construite plus à l’ouest ; son entrée en Europe se serait réalisée par vagues successives sur une période de deux siècles (p. 15-16).

3Les pérégrinations des Roms ont favorisé la constitution de stéréotypes qui ont été renforcés au fil du temps par les populations qui les ont vus s’installer sur leur territoire. Souvent négative, l’image des Roms a beaucoup à voir avec les récits qui ont été construits autour d’eux et qui sont emprunts d’idées contradictoires qui peuvent donner lieu à une forme de romantisme (à l’instar de la figure de la danseuse bohémienne ou de celle du musicien tsigane) ou alors servir de prétexte à leur exclusion (comme l’image du voleur ou du bandit). Parmi les caractéristiques prêtées aux Roms, celle du nomadisme est certainement la plus ancrée alors qu’elle s’avère être tout autant subie que volontaire. La migration est une réalité culturelle mais aussi économique et sociale comme le confirme l’auteur en indiquant que « le nomadisme […] est réactif plus que proactif [car] le Rom est contraint d’aller voir ailleurs si l’accueil est meilleur » (p. 68).

  • 2 Cette règlementation a été définitivement abandonnée en 2017.

4Cette perception négative conduit à des discriminations et à un rejet dont l’auteur parle comme d’une « négation séculaire ». L’exclusion des populations tsiganes est multiforme ; elle « est le fait des individus et des institutions » (p. 35). Elle s’est concrétisée d’abord par des expulsions en dehors du territoire, y compris lorsque des Bohémiens (autre nom attribué à cette population) ont été envoyés sur les galères ou biens sur des territoires à coloniser. Avec le développement de l’État moderne, l’exclusion a pris la forme d’une action visant à contrôler et à fixer ces populations. Reprenant les propos de Michel Foucault, l’auteur rappelle le rôle de contrôle de la population endossé par l’État puisque l’« un des premiers objets de la discipline est de fixer ; elle est un procédé d’antinomadisme » (p. 49). La pénalisation du vagabondage est l’une des marques de ce rejet des populations tsiganes, dont le paroxysme a été atteint au XXe siècle avec la mise en place par le régime nazi et ses alliés de camps d’internement et l’extermination des Tsiganes. Des rafles ont été organisées partout en Europe, des femmes ont été stérilisées et on estime désormais que « 400 000 à 500 000 Roms, Sintis, peut-être davantage, ont ainsi disparu, exterminés là où ils se trouvaient, emprisonnés, ou convoyés dans des camps » (p. 54). Après la seconde guerre mondiale, et singulièrement depuis les années 1960, la discrimination continue de s’opérer par des mesures d’intégration qui nient les particularismes des populations roms. Puisque leurs spécificités culturelles sont difficiles à cerner, les Roms sont confondus avec d’autres populations déviantes et « [leurs] problèmes apparaissent comme sociaux ou psychosociaux, et non pas culturels » (p. 59). Jean-Pierre Liégeois adopte une posture critique face à ce nouveau paradigme de l’« inclusion », qu’il dit être à la fois technocrate et humaniste. C’est dans ce cadre que la mobilité des Tsiganes est contrôlée, à l’appui de règlementations telles que la loi de 1969 qui cible les « personnes circulant en France sans domicile ni résidence fixe » en les contraignant à disposer d’un carnet de circulation qui doit être contrôlé à échéance régulière par les autorités administratives compétentes2.

  • 3 Cette action persiste à différentes échelles, comme l’ont récemment démontré des initiatives intern (...)
  • 4 L’auteur évoque par exemple la langue, la solidarité, le passé commun, la philosophie de l’existenc (...)
  • 5 Cette dimension transnationale a été considérée par les institutions internationales dès 1981, lors (...)

5Les années 1990 ont néanmoins permis de révéler quelques évolutions notables, à commencer par la consolidation d’organisations tsiganes et la prise en compte de la problématique au niveau européen. L’émergence d’institutions internationales roms a débuté en Europe dans les années 1960 et s’est renforcée jusqu’à la tenue du premier congrès mondial tsigane, réuni à Londres en 1965 dans la perspective d’une unification des « Roms » (le terme est alors accepté en substitution d’autres dénominations telle que Tsiganes, Gitanos ou Gypsies). À cette occasion, un drapeau ainsi qu’un hymne ont également été adoptés. L’Union romani internationale, qui en découle dans les années 1970, agit comme un groupe de pression qui a promu un autre regard sur les Roms et leur culture3. Depuis lors, la culture rom (dont les éléments sont très diversifiés4) est de plus en plus revendiquée. Cette évolution a été confortée par la prise de conscience internationale émanant de diverses institutions (dont notamment l’Union européenne, le Conseil de l’Europe, l’OSCE et l’ONU5). C’est cette perspective transnationale qui fait dire à Jean-Pierre Liégeois que la prise en compte de l’intégration des Roms est nécessaire puisqu’il s’agit d’une « minorité révélatrice des fonctionnements et dysfonctionnements sociopolitiques » (p. 6). Elle n’a pourtant pas conduit aux résultats escomptés puisque les rapports publiés en 2018 par la Commission européenne montrent que, « dans les cinq domaines concernés (éducation, santé, emploi, logement, discrimination), il est globalement constaté que la situation n’a pas changé » (p. 103).

6L’intérêt de l’ouvrage est indéniable en cela qu’il présente de façon précise les itinéraires empruntés par les Roms et les Tsiganes ainsi que les enjeux qu’a représenté leur arrivée dans des sociétés qui les ont très largement mis à l’écart. Certaines évolutions semblent positives, comme la prise en compte des spécificités culturelles des Roms, mais la période actuelle est marquée par l’incertitude sur leur devenir. Il est d’ailleurs intéressant de noter que la question a priori marginale de leur intégration à l’échelle de l’Europe peut s’avérer être centrale pour l’avenir du continent car elle interroge les fondements même de l’ordre politique. On regrette cependant que l’actualisation de l’ouvrage ne consiste souvent qu’à des renvois vers des publications plus récentes. Si, comme le dit l’auteur, « les analyses restent totalement actuelles » (p. 43), il eut été intéressant de comprendre les évolutions contemporaines à travers une étude plus précise des travaux récents.

Haut de page

Notes

1 Dans les années 1990, l’hypothèse de l’origine indienne est corroborée par des recherches génétiques consécutives à l’apparition de plusieurs maladies héréditaires touchant spécifiquement les Tsiganes attestant qu’« ils sont plus proches des Indiens en termes de distance génétique » (p. 20).

2 Cette règlementation a été définitivement abandonnée en 2017.

3 Cette action persiste à différentes échelles, comme l’ont récemment démontré des initiatives internationales comme la création de l’ERIAC (Institut européen rom pour les arts et la culture), qui a été établi en 2017 sous la forme d’une plateforme créative internationale afin de lutter contre les préjugés négatifs subis par les Roms ou encore la création de RomArchive en 2015 (une initiative originale permettant de rendre accessibles sur internet des contenus des arts et de la culture roms).

4 L’auteur évoque par exemple la langue, la solidarité, le passé commun, la philosophie de l’existence, la force de la famille, etc. (p. 84)

5 Cette dimension transnationale a été considérée par les institutions internationales dès 1981, lorsque Conseil de l’Europe a pris conscience du fait que, face à « des groupes importants de Tziganes sans patrie […] seule une approche internationale peut permettre de trouver une solution » (p. 76).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ronan Crézé, « Jean-Pierre Liégeois, Roms et Tsiganes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 06 décembre 2019, consulté le 19 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39464

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page