Navigation – Plan du site

Bertrand Legendre, Ce que le numérique fait aux livres

Jean Bernatchez
Ce que le numérique fait aux livres
Bertrand Legendre, Ce que le numérique fait aux livres, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Communication, médias et société », 2019, 138 p., ISBN : 978-2-7061-4195-9.
Haut de page

Texte intégral

1Professeur d’université à Paris 13 en sciences de l’information et de la communication, Bertrand Legendre est un spécialiste reconnu de l’impact du numérique sur la filière du livre. Dans cet ouvrage, il rend compte de la complexité du phénomène et défend la thèse qu’il serait excessif de parler d’une révolution du livre attribuable au déploiement du numérique. Pour lui, le phénomène se prête à des cohabitations multiples et multiformes plutôt qu’à des substitutions. Au fil de trois grands chapitres – « Tous auteurs ? Tous éditeurs ? », puis « Tous critiques ? Tous promoteurs ? », et enfin « Une redistribution des cartes ? » – il étudie ainsi ces formes nouvelles en conjuguant deux focales : « la première, […] celle des secteurs éditoriaux, visera aussi bien à rendre compte de leurs spécificités qu’à dégager, au regard du numérique, les éléments communs partagés par certains d’entre eux ; la seconde focale […] permettra de faire le lien avec quelques-unes des problématiques transversales des industries numériques » (p. 8).

2« Tous auteurs ? Tous éditeurs ? » : pour Bertrand Legendre, « le trait le plus marquant du numérique dans l’édition […] est sans doute le développement de l’autopublication » (p. 9). Mais comme pour chaque aspect du phénomène, l’auteur démontre ici que l’autopublication s’inscrit dans un ensemble de pratiques sociales dont plusieurs précèdent le numérique. Remontant au XVIIIe siècle, il rappelle les volontés de don et d’entraide de l’époque. Ce que le numérique permet, c’est alors de reconfigurer les modes d’organisation en liant processus éditorial et commercial. D’où Bertrand Legendre aborde la question en quatre temps. Le premier considère les littératures, où l’autoédition peut constituer un dispositif de prépublication qui permet aux maisons d’édition conventionnelles de repérer les textes populaires sur internet et de proposer une publication papier. Car il est rare qu’un texte transmis directement à une maison d’édition soit publié, et ceux qui ciblent un lectorat spécialisé restent souvent au format numérique, même si « le papier octroie toujours un mérite plus important à l’auteur, l’adoube davantage » (p. 25). Deuxième type, l’édition scolaire impose de produire des manuels rapidement, de faire des envois gratuits aux enseignants, et son économie est tributaire des réformes scolaires. Le numérique permet alors de contourner les problèmes, même si les pays qui ont investi dans ces technologies appliquées à l’éducation « n’ont enregistré aucune amélioration notable de leurs résultats aux évaluations […] de compréhension de l’écrit, de mathématiques et de sciences » (p. 32). Vient ensuite l’édition de savoirs, troisième type qui regroupe dictionnaires, encyclopédies, monographies et articles savants. Avec des modèles comme Wikipédia, où le contributeur bénévole remplace l’expert de contenu, le numérique a transformé cet univers. En guise de quatrième type, le livre illustré fait valoir la personnalisation des contenus face au numérique, qui marque une rupture avec la conception classique de ces ouvrages.

  • 1 « Tout se passe, du point de vue des abonnés, comme s’il s’agissait plus de se reconnaître en tant (...)

3« Tous critiques ? Tous promoteurs ? » : avec l’autopublication, il existe en amont de la chaîne d’édition un brouillage des frontières entre la fonction éditoriale et la fonction auctoriale, et « l’aval de cette même chaîne donne à voir un mouvement analogue par lequel la critique et la promotion en viennent à se confondre » (p. 65). Bertrand Legendre fait ici référence notamment au dispositif de recrutement d’influenceurs sur les réseaux sociaux et à l’utilisation d’algorithmes de recommandation pour influencer le choix des lecteurs. Il observe une dilution de la critique dans la promotion. « Rien ne permet par ailleurs de considérer que l’accès élargi à la parole critique soit porteur d’un surcroît d’analyse, le suivisme et le minimalisme caractérisent une large part du discours » (p. 66), prévient-il. Et l’auteur ajoute que l’idée selon laquelle internet et les réseaux sociaux contribueraient à la diversité culturelle ne se vérifie pas nécessairement. En outre, il prête au numérique certaines initiatives intéressantes de socialisation de la lecture – phénomène qui existait cependant sous d’autres formes avant l’avènement du numérique. Par exemple, le numérique permet aux booktubeurs de prolonger leur rôle au-delà d’internet en organisant des rencontres en mode présentiel (meet-up) avec leurs abonnés1.

4« Une redistribution des cartes ? » : nul doute pour Bertrand Legendre que le numérique donne lieu à une concentration toujours plus grande de la filière du livre. Sur ce plan, la situation est comparable à beaucoup d’autres secteurs qui accusent un tel mouvement de concentration. Sur le plan des pratiques liant le livre au numérique, un instantané de la situation, réalisé en 2016 auprès de 268 maisons d’édition créées après 2005, lui permet de constater que 13 % d’entre elles publient exclusivement des livres numériques, 90 % ne publient pas d’applications, 60 % utilisent l’impression numérique, 20 % animent une communauté de lecteurs, et la quasi-totalité de ces maisons a diversifié ses pratiques numériques – sites web, réseaux sociaux, lettres d’information numériques, etc. Bref, « loin de simplement prolonger les évolutions observables de longue date, le numérique les amplifie et les rend aussi plus complexes, renforçant souvent leur caractère ambivalent et la tendance à l’hybridation des rôles » (p. 125).

  • 2 La complexité étant selon le sociologue Edgar Morin la qualité de ce qui est multiple et incertain (...)

5Publié dans la collection « communication, médias et société » des presses universitaires de Grenoble, ce livre s’adresse en priorité aux étudiants en commerce et en communication, mais il saura intéresser un lectorat plus large, et notamment les professionnels de l’édition. Ce que le numérique fait aux livres décrit un phénomène complexe2, dont l’auteur parvient à rendre compte de manière critique, à distance des thèses partiales des adeptes du numérique qui signent souvent les ouvrages consacrés à ces questions. Enrichie par l’inscription du phénomène dans un temps long, son analyse permet d’apprécier des éléments de continuité et de rupture. Comptant 126 pages, l’ouvrage reste toutefois synthétique et le texte parfois dense sur le plan du contenu, aussi sa compréhension requiert-elle d’être familier avec les fondamentaux du numérique et de l’édition. Doté d’une riche bibliographie, cet excellent essai cerne de manière savante et pragmatique les mutations de l’édition au prisme du numérique.

Haut de page

Notes

1 « Tout se passe, du point de vue des abonnés, comme s’il s’agissait plus de se reconnaître en tant que membre d’une communauté de lecteurs partageant un goût commun que de rechercher de nouvelles suggestions de lecture au travers des contenus de BookTube » (p. 78).

2 La complexité étant selon le sociologue Edgar Morin la qualité de ce qui est multiple et incertain (se référer entre autres à Edgar Morin, Science avec conscience, Paris, Fayard, 1982).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bernatchez, « Bertrand Legendre, Ce que le numérique fait aux livres », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 11 décembre 2019, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39479

Haut de page

Rédacteur

Jean Bernatchez

Professeur en administration et politique scolaires, Université du Québec à Rimouski (Canada), Groupe de recherche Apprentissage et socialisation.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page