Navigation – Plan du site
Mai-Ndombe

Mai-Ndombe

Mosaïque de peuples établie sur un patrimoine naturel
Jean Omasombo Tshonda (dir.), Mai-Ndombe. Mosaïque de peuples établie sur un patrimoine naturel, Tervuren, Musée royal de l'Afrique centrale, coll. « Monographies des provinces de la République démocratique du Congo », 2019, 606 p., ISBN : 9789492669551.
Notice publiée le 11 décembre 2019

Présentation de l'éditeur

Par son acte de naissance dans l'État moderne en 1895, le Mai-Ndombe dénommé « district du Lac Léopold II » devint ontologiquement déterminé par le capitalisme colonial et doublement associé à l'une de ses figures les plus proéminentes et les plus controversées. Aujourd'hui, le balayage topologique opéré par l'« authenticité » du régime Mobutu a effacé les références à l'ancien souverain belge. De même, on chercha à dissocier la province de son lac en amputant son nom de ce dernier terme. Mais la province n'est pas quitte de son marquage colonial. Le terme « Mai-Ndombe » qui signifie « eaux noires », que l'État-Zaïre a substitué à l'ancien « Lac Léopold II », désigne en effet un qualificatif physique qui fut donné au lac par les convoyeurs bakongo de H.M. Stanley lors de son passage en 1882.
Historiquement, le vaste espace du district primitif devenu aujourd'hui province correspond à la réserve personnelle au nord de la rivière Kasaï que s'était taillée Léopold II dans l'État indépendant du Congo, connu sous le nom de « Domaine de la Couronne », et dont les limites comme l'identité de ses administrateurs et commissionnaires restent nébuleuses. La région, riche en caoutchouc, fut saignée à blanc par le système de prédation économique organisé par Léopold II, qui écrasa les formes antérieures d'échanges lui faisant concurrence et abandonna certains territoires et ses habitants à l'extraction brutale par les agents européens et leurs auxiliaires.
Le Mai-Ndombe est une mosaïque à la fois géographique et humaine. D'une part, on ne trouve pas dans la configuration naturelle d'élément fédérateur. La position centrale du lac n'en fait pas un ferment d'unité. Elle sert davantage de repère géographique symbolique qu'elle n'est un berceau d'identité. Le lac rallie sur ses rives les territoires de Kutu, Inongo et Kiri qui forment le noyau historique de la province. Les territoires de Yumbi, Bolobo, longtemps acquis à l'Équateur, Mushie et Kwamouth au Congo-Kasaï, et Oshwe, à Dekese, y ont été additionnés tardivement. L'hétérogénéité se retrouve partout. La forêt, qui est faite reine dans le nord et l'est de la province, cède le pas à la savane au sud et à l'ouest. D'autre part, un déséquilibre démographique se calque sur le clivage végétal : on constate un vide au niveau du territoire forestier d'Oshwe très peu peuplé, intégré à la Cuvette centrale. Les territoires voisins de Kiri et d'Inongo, un peu plus habités, voient leur population disséminée le long du lac, des rivières et de quelques routes. Ce désert vert au nord et à l'est contraste avec des poches de peuplements très concentrées à l'ouest et au sud (ou une partie du sud) dont les densités moyennes sont beaucoup plus élevées. Un dénominateur commun aux organisations qui régissent les peuplements du Mai-Ndombe est donc difficile à trouver.
Le gros fil des coutures administratives assemble donc des sous-espaces aux spécificités socioculturelles, politiques et économiques bien distinctes. L'histoire de la construction de cette entité provinciale ne serait-elle donc que le fruit d'un empiècement administratif opéré par l'État moderne ? Celui-là même qui dès le départ a négligé les questions humaines face aux impératifs économiques.
Le Mai-Ndombe, c'est aussi un patrimoine naturel forestier qui recouvre les trois quarts de la province. Ressource vitale autant que source d'autorité et de prestige, elles renferment une biodiversité exceptionnelle qui a justifié la création d'un certain nombre d'espaces de conservation. La province capte d'importants financements, gage de leur préservation. Mais pour le moment, la richesse de ce patrimoine naturel reconnu au niveau mondial contraste avec la précarité socio-économique de ses habitants dont les pratiques agricoles intensives sont montrées du doigt comme les principales causes de déforestation. À côté des activités de pêche, plus ou moins importantes selon les groupes et leur proximité avec le fleuve, le lac ou une rivière, et de chasse selon la disponibilité du gibier, la majorité des habitants exerce une activité commerciale en complément. Chargés systématiquement à la démesure, les baleinières rudimentaires et quelques rares bateaux traversent le lac et descendent les rivières et le fleuve vers la capitale. En l'absence de toute industrie, ces mêmes unités transportent à la montée les produits manufacturés consommés localement. Les caractéristiques de ces flux d'échanges renvoient curieusement au régime de cueillette de l'époque léopoldienne. À l'instar du caoutchouc, du copal ou de l'ivoire d'hier, les produits marchands d'aujourd'hui, à l'exception du bois de la Sodefor, sortent à l'état brut vers Kinshasa.

Haut de page

Auteur

Jean Omasombo Tshonda (dir.)

Politologue, Jean Omasombo Tshonda est chercheur au service Histoire et Politique, MRAC (Belgique) et professeur à l'Université de Kinshasa (RD Congo).

Publications du même auteur

Haut de page