Navigation – Plan du site

Pierre Lassave, La sociologie des religions. Une communauté de savoir

Chloé Mathys
La sociologie des religions
Pierre Lassave, La sociologie des religions. Une communauté de savoir, Paris, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2019, 408 p., Avec une préface de Danièle Hervieu-Léger, ISBN : 978-2-7132-2807-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre Lassave, Les sociologues et la recherche urbaine dans la France contemporaine, Toulouse, Pre (...)
  • 2 Pierre Lassave, L’appel du texte. Sociologie du savoir bibliste, Rennes, Presses universitaires de (...)
  • 3 « Sur près de 800 thèses soutenues de 1998 à 2007, 4 % d’entre elles ont trait à la thématique reli (...)

1Pierre Lassave, directeur de recherche émérite au Centre d’études en sciences sociales du religieux, déploie dans cet ouvrage les résultats d’un travail de recherche de longue haleine, qui donne une occasion à son expertise dans les science studies de trouver un nouvel objet : non plus les sciences sociales de l’urbain1 ou les sciences bibliques2, mais les sciences sociales des religions. Bien plus qu’une présentation de la sociologie des religions par sa production scientifique – un corpus de connaissances, un catalogue de théories –, il s’agit ici d’étudier la sociologie des religions comme un « milieu » dans lequel du savoir se génère, et comme un milieu dont il faut justement faire la sociologie. Le point de départ est clair : une discipline scientifique implique un langage qui est le fruit d’une histoire. Ses théories, ses méthodes, ses laboratoires sont le produit, à leur tour, de débats internes à la discipline, suscités par l’entrecroisement de trajectoires individuelles diverses. Et si la sociologie des religions est, parmi tous les domaines de constitution du savoir, particulièrement intéressante à étudier, c’est par l’ambiguïté de son statut au sein même de la discipline : elle oscille en effet, écrit Pierre Lassave, entre « centralité théorique et marginalité académique et politique » (p. 41). À l’appui de cette affirmation, l’auteur rappelle que si elle a été au cœur historique et épistémologique du façonnement de la sociologie en général, elle n’est pourtant aujourd’hui l’objet que d’une faible proportion des thèses publiées3.

2Mais précisons également le contexte historique de ce travail de recherche. S’il est temps de faire la sociologie des sociologues des religions, c’est parce que, selon Lassave, il s’agit là d’une espèce menacée. S’en faisant l’écho, Danièle Hervieu-Léger explique en préface que la sociologie française des religions traverse aujourd’hui une crise liée à « l’effacement de la génération des “fondateurs” » (p. 9) d’après-guerre, qui avait constitué, dès 1954, le premier Groupe de sociologie des religions (GSR) pour assurer l’institutionnalisation de la discipline au CNRS et sa structuration comme domaine de recherche. Si ce contexte de « crise » de la sociologie des religions donne au travail de Lassave une acuité historique, il lui fournit aussi, écrit Hervieu-Léger, une part considérable de ses matériaux, puisque la disparition des fondateurs a débouché sur une collecte d’archives considérable(p. 10). C’est l’exploration de ces archives, ajoutée à une plongée volontaire dans l’univers ethnographié – Lassave a été rédacteur en chef des Archives en sciences sociales des religions (ASSR) de 2007 à 2017 –, qui permet à l’auteur de produire cette monographie sur la sociologie des religions, considérée comme une « tribu », avec ses « parcours », ses « rites » et ses « ambiances » (p. 38).

  • 4 Anthony J. Blasi et Giuseppe Giordan (dir.), Sociologies of Religion. National Traditions, Leyde-Bo (...)

3Dans la première partie, « Institutions », l’auteur examine les organismes qui ont accompagné la professionnalisation de la sociologie des religions, à l’échelle internationale d’abord, en France plus spécifiquement ensuite. Pour traiter de l’échelle internationale, il procède à un examen critique de l’ouvrage collectif dirigé par Anthony J. Blasi et Giuseppe Giordan, Sociologies of Religion. National Traditions4, en tant qu’il expose une histoire globale de la discipline. Le chapitre « Petit tour du monde » met ainsi en évidence d’une part le caractère crucial de la problématique post-séculière dans la constitution des savoirs en sociologie des religions, et d’autre part l’importance des relations internationales dans son déploiement. Ensuite, au chapitre « Laboratoires d’hier et d’aujourd’hui », Lassave se concentre sur le cas français. Il y décrit les transformations qu’a connu la discipline, notamment par l’abandon, dans les premières revues, de leur visée pastorale plus ou moins explicite, mais aussi et surtout par sa distanciation progressive avec une science des religions strictement historique et largement comparatiste, pour revendiquer une « science sociale des faits religieux » (p. 121), pensée selon une perspective anthropologique à la fois explicative et réflexive.

4Dans la deuxième partie, « Parcours », il s’agit cette fois d’étudier l’histoire de la sociologie des religions à travers les individus qui s’y sont inscrits comme chercheurs. Cette exploration, loin d’être purement descriptive, est rigoureusement thématisée. Jean Lassave l’affirme à plusieurs reprises : la sociologie des religions doit sa marginalité à la charge « sulfureuse » de son objet (Danièle Hervieu-Léger, p. 12). C’est ainsi la suspicion de duplicité intellectuelle avec le religieux qui conduit le plus souvent à fragiliser la légitimité scientifique des chercheurs. Le chapitre « Résolution narrative » s’intéresse alors à la pratique du récit de vie comme garante de rigueur méthodologique, et donc de légitimité scientifique. Cette valorisation de la réflexivité est à comprendre comme la marque d’un héritage : celui de « l’idéal rationaliste et laïque » de l’école française de sociologie (ibid.). Le chapitre « À l’ouverture de l’archive » poursuit l’étude de ces parcours individuels par une autre voie. Après celle des récits de soi savamment maîtrisés, l’auteur observe les parcours à travers un ensemble d’archives scrupuleusement rassemblées : notices nécrologiques, comptes rendus croisés d’ouvrages et correspondances sont autant de « pièces à conviction » qui témoignent de la manière dont se sont négociés le « ministère » et la « profession de foi » des refondateurs de la sociologie des religions (p. 24).

  • 5 Paul Poupard (dir.), Dictionnaire des religions, Paris, Presses universitaires de France, 1984.
  • 6 Régine Azria (dir.), Dictionnaire des faits religieux, Paris, Presses universitaires de France, 201 (...)

5La troisième partie, « Transmissions », s’intéresse à ce qu’ont produit ces flux biographiques » (p. 191), puisqu’elle peut être lue comme une étude des langages de la sociologie des religions. L’ouvrage donne ainsi à la notion de langage une signification particulière : produit par l’institution, il y est aussi pensé comme ce qui a pour finalité de donner une identité épistémique à cette institution, et donc d’assurer sa survie à ce qui l’a justement produit. Au chapitre « Dix mots et deux dictionnaires », l’auteur étudie l’évolution définitionnelle de termes clés à travers la comparaison de leurs notices respectives dans deux ouvrages majeurs : le Dictionnaires des religions5 publié en 1984, et le Dictionnaire des faits religieux6 publié en 2010. D’un côté, se donne à voir « l’esprit théologique » (p. 39) d’un dictionnaire dont le maître d’œuvre est un représentant de l’Église, le cardinal Paul Poupard, et qui promet d’exposer par cet ouvrage « la plus haute manifestation de l’humain ». De l’autre, deux sociologues, Régine Azria et Danièle Hervieu-Léger, se soucient de rassembler des travaux définitionnels réalisés à travers une perspective généalogique et au nom d’un positivisme résolu, réduisant à cette occasion l’homo religiosus à une idéologie parmi d’autres. Après avoir étudié le « sanctuaire notionnel » de la sociologie des religions (p. 235), l’auteur prend pour objet son « catéchisme » dans le chapitre « Manuels de discipline ». L’attention est déplacée des glossaires spécialisés vers les manuels de méthodologie élaborés à l’intention des étudiants, en tant qu’ils assurent la « définition et la transmission de la discipline » (p. 237). En suivant à la trace les déplacements de sens et de méthodes revendiqués, Jean Lassave fait ainsi apparaître l’évolutivité des manières de façonner les objets d’étude, au gré des conditions historiques, socio-politiques et académiques qui leur font contexte.

  • 7 Emile Durkheim, Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Classique Garnier, 2015 [1912]

6Dans la quatrième partie, « Différends », l’auteur applique à la sociologie une méthode « centrale » de l’analyse de la science en train de se faire : la polémologie. Dans le chapitre « Dossiers critiques », il étudie en effet quatre débats marquants : la réception des Formes élémentaires7 dans les années de guerre ; la querelle sur la comptabilité des pratiques culturelles après la Seconde Guerre ; le débat international sur les théories de sécularisation post guerre ; et une polémique plus récente sur le radicalisme religieux d’une partie de la jeunesse française. Dans le dernier chapitre de l’ouvrage, « Affaires de comité », il étudie la manière dont le discours légitime se façonne à plus petite échelle, à partir d’une observation participante au comité des ASSR. En traitant ainsi de manière symétrique ce qui relève du social et du scientifique, l’auteur dégage le pouvoir structurant des controverses internes aux champs disciplinaires, dans la mesure où c’est lors de ces moments de « grande dispute » que sont redistribuées les « cartes de la légitimité scientifique » (p. 13-14), et réévalués les différents travaux et méthodes. La controverse, comme l’écrit l’auteur, est bien le « nerf de la guerre des savoirs en quête d’autorité » (p. 258).

7Si Pierre Lassave annonce d’entrée de jeu qu’il ne s’inscrit pas dans la sociologie des religions mais qu’il la prend pour objet, il est toutefois notable que cet ouvrage participe du procès de validation épistémique de la sociologie des religions, en mettant en œuvre l’exercice de réflexivité qui est sa condition même de validité. On comprend rapidement que cet ouvrage dense, à l’écriture soucieuse du mot juste et qui ne cache pas le plaisir de son exercice propre, est non seulement le fruit de l’entrecroisement de méthodes judicieuses, mais aussi celui d’une véritable plongée dans l’univers décrit. Procédant pas à pas et, comme il l’écrit lui-même, « sans urgence », l’auteur montre qu’il se soucie tout aussi minutieusement du détail qu’il semble traiter rigoureusement les structures. Par ce « voyage au pays de sociologues », il produit ainsi une riche étude de l’art avec lequel on travaille à faire de la question religieuse un véritable objet d’étude scientifique.

Haut de page

Notes

1 Pierre Lassave, Les sociologues et la recherche urbaine dans la France contemporaine, Toulouse, Presses universitaires de Toulouse, coll. « Socio-logiques », 1997.

2 Pierre Lassave, L’appel du texte. Sociologie du savoir bibliste, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Sciences des religions », 2011.

3 « Sur près de 800 thèses soutenues de 1998 à 2007, 4 % d’entre elles ont trait à la thématique religieuse, 10 % respectivement à celles du travail, de la ville et de l’éducation », p. 85.

4 Anthony J. Blasi et Giuseppe Giordan (dir.), Sociologies of Religion. National Traditions, Leyde-Boston, Brill, 2015.

5 Paul Poupard (dir.), Dictionnaire des religions, Paris, Presses universitaires de France, 1984.

6 Régine Azria (dir.), Dictionnaire des faits religieux, Paris, Presses universitaires de France, 2010.

7 Emile Durkheim, Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Classique Garnier, 2015 [1912].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Mathys, « Pierre Lassave, La sociologie des religions. Une communauté de savoir », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 13 décembre 2019, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39507

Haut de page

Rédacteur

Chloé Mathys

Doctorante en philosophie de la religion (ENS de Lyon, Université de Genève).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page