Navigation – Plan du site

Lucien Descaves, Philémon vieux de la vieille. Roman de la Commune, de l’exil et du retour, éd. Maxime Jourdan, Paris, La Découverte, 2019.

Julie Moucheron
Philémon, Vieux de la Vieille
Lucien Descaves, Philémon, Vieux de la Vieille. Roman de la Commune, de l'exil et du retour, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2019, 343 p., texte présenté, établi et annoté par Maxime Jourdan, ISBN : 978-2-348-04538-7.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que l’on célèbrera bientôt les 150 ans de la Commune de Paris, Maxime Jourdan fournit une nouvelle édition du roman de Lucien Descaves, Philémon Vieux de la vieille. Ce récit hybride, initialement paru chez Ollendorf en 1913, associe la fiction et l’érudition historique pour faire revivre les acteurs de la Commune.

2Le roman raconte les souvenirs d’un couple de vieux communards, Colomès et sa femme Phonsine, alias « Philémon et Baucis », qui sont les voisins du narrateur. Ce dernier, intrigué par leur discrétion et attiré par les chants mélodieux qui s’échappent de chez eux, décide d’en apprendre davantage sur leur passé. Peu à peu, il fomente le projet d’écrire une histoire des proscrits de la Commune, en particulier ceux qui se sont installés à Genève pour fuir la répression, ce qui est le cas de Colomès et Phonsine. À travers les discussions des personnages et au moyen de rapprochements thématiques et symboliques, Descaves ressuscite les fantômes de 1871 et le réseau des exilés, en plaçant explicitement son écriture sous le patronage de Michelet. S’il montre une sympathie évidente pour les révoltés sacrifiés par les Versaillais, il se garde de toute leçon de morale historique ou idéologique.

3L’histoire littéraire néglige parfois l’importance du journaliste et romancier Lucien Descaves (1861-1949), lui qui s’était fait connaître en 1889 avec Sous-offs, un roman antimilitariste ayant rencontré un véritable succès de scandale. En tant que signataire du fameux manifeste des Cinq contre La Terre de Zola, Descaves est proche de la deuxième génération naturaliste, sans se départir toutefois de sa propre sensibilité libertaire. Selon Maxime Jourdan, c’est en 1895 que Descaves commence à s’intéresser vivement à la Commune de Paris, suite à la rencontre de l’ancien communard Gustave Lefrançais, dont il devient l’exécuteur testamentaire… et le dépositaire de la mémoire insurrectionnelle. Descaves est aussi un des membres fondateurs les plus importants de l’académie Goncourt, ainsi qu’un relais essentiel de l’œuvre de son ami Huysmans.

4Philémon vieux de la vieille est beaucoup plus ambitieux que La Colonne, un autre roman de Descaves sur la Commune, publié en 1901, qui était centré sur l’épisode de la destruction de la colonne Vendôme. Pour retracer les parcours des Communards exilés, Descaves a rassemblé, pendant plus de dix ans, une importance collection de documents historiques en tous genres. Mais cela ne suffit pas. Les documents s’avèrent être des « feuilles mortes » qu’il faut compléter par les témoignages des anciens, car « le rat d’archives et de bibliothèques [n’a] jamais les joies qu’on éprouve à travailler sur le vif, sur la tradition orale, sur la peau humaine » (p. 43). Comme on le voit, la nostalgie n’empêche ni l’exercice d’une démarche critique, ni les réflexions méthodologiques sur l’écriture de l’histoire. Dans sa restitution, Descaves prête attention aux figures emblématiques de la Commune (entre autres : Louise Michel, Benoît Malon, Eugène Varlin, Jules Vallès…), tout en veillant à évoquer des acteurs plus marginaux, presque oubliés. « Ce n’est pas parce que ces vieilles pierres à fusil n’ont donné qu’une étincelle qu’il faut les mettre sous le boisseau », affirme l’auteur dans l’avertissement liminaire. À de multiples niveaux, Philémon dramatise la quête, personnelle et générationnelle, d’une mémoire historique, trente à quarante ans après les événements traumatiques et pourtant fondateurs.

5En termes méthodologiques, le procédé original d’intégration de l’enquête socio-historique dans le roman (ou d’intégration du roman dans l’enquête ?) mérite toute l’attention des spécialistes de l’écriture des sciences sociales. Mais par ailleurs, les qualités esthétiques de Philémon ne pâtissent en rien de la précision factuelle de Descaves. Grâce aux moyens propres à l’écriture littéraire (comme les procédés dialogiques, les insertions lyriques, les nuances du pathos, ou l’usage de l’allusion), l’auteur examine un événement majeur de la IIIe République et de l’histoire du mouvement ouvrier, tout en anticipant le possible figement, esthétique ou idéologique, du récit historique militant.

6L’édition de Philémon procurée par Maxime Jourdan, historien de formation et spécialiste de la Commune, s’appuie sur l’édition Georges Crès de 1922. C’est avec une approche érudite que l’éditeur annote le texte, pour donner des précisions sur les événements et personnages réels mobilisés par Descaves, ou encore pour rectifier les rares inexactitudes des informations données par l’écrivain. L’introduction comporte une courte présentation biographique de Descaves et un ensemble d’informations concernant le travail d’élaboration de l’œuvre. Elle contient aussi quelques éléments d’appréciation critique : Maxime Jourdan insiste par exemple sur le sens de la fraternité de Descaves, comme le montrent la place de l’amitié et des anciens dans Philémon. Enfin, l’édition inclut des ressources documentaires. Les pages de garde reproduisent un plan du XIVe arrondissement de Paris (le « Petit Montrouge » si cher à Descaves), ainsi qu’une carte de Genève et sa banlieue, qui sont des lieux évoqués dans l’intrigue. En annexe, un ensemble de repères chronologiques ravira les lecteurs, quelle que soit leur familiarité avec l’histoire de la Commune ; l’ouvrage intègre aussi un précieux index des noms propres, qui permet de constater l’ampleur des informations prosopographiques rassemblées par l’auteur.

  • 1 Voir les articles consacrés à Descaves dans : Roger Bellet, Philippe Régnier (dir.), Écrire la Comm (...)

7On espère vivement que cette réédition du chef d’œuvre de Descaves n’est que la première étape de la redécouverte d’un écrivain injustement mis de côté par l’histoire littéraire. Qu’il s’agisse d’éditer les œuvres complètes et notamment les romans désormais introuvables, de recenser les articles, d’établir une biographie de référence, de resituer l’importance de l’auteur dans les réseaux littéraires ou encore de proposer des analyses esthétiques, il reste de nombreuses études à mener à propos de l’œuvre et du parcours de Lucien Descaves, après les premiers déchiffrages entrepris par des spécialistes de la littérature du xixe siècle1 et en dépit de travaux importants dont on retrouve trace sur la toile.

Haut de page

Notes

1 Voir les articles consacrés à Descaves dans : Roger Bellet, Philippe Régnier (dir.), Écrire la Commune. Témoignages, récits et romans (1871-1931), Tusson, éd. du Lérot, « Idéographies », 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Moucheron, « Lucien Descaves, Philémon vieux de la vieille. Roman de la Commune, de l’exil et du retour, éd. Maxime Jourdan, Paris, La Découverte, 2019. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 13 décembre 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39621

Haut de page

Rédacteur

Julie Moucheron

Ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée de lettres, Julie Moucheron est doctorante à l’université Paul-Valéry de Montpellier et membre du Rirra 21.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page