Navigation – Plan du site

Marie Baltazar, Du bruit à la musique. Devenir organiste

Pietro Milli
Du bruit à la musique
Marie Baltazar, Du bruit à la musique. Devenir organiste, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Ethnologie de la France et des mondes contemporains », 2019, 273 p., ISBN : 978-2-7351-2535-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 http://www.fmsh.fr/fr/diffusion-des-savoirs/28588, site consulté le 12/12/2019.
  • 2 Jeanne Teboul, Corps combattant. La production du soldat, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, co (...)
  • 3 Valérie Rolle, L'art de tatouer. La pratique d'un métier créatif, Paris, Maison des Sciences de l'H (...)

1Publié dans une collection qui « revendique une ethnologie du proche en contexte globalisé »1, l’ouvrage de Marie Baltazar s’intéresse à l’univers de l’orgue dans la France contemporaine et plus précisément à sa pratique et à son apprentissage. Ainsi ce livre poursuit-il une réflexion sur le monde professionnel, entamée dans les précédents ouvrages de la collection « Ethnologie de la France » consacrés aux métiers de soldat2 et de tatoueur3. Les recherches que l’auteure présente dans ce volume s’appuient principalement sur un travail de terrain mené à deux reprises (entre 2003 et 2007, puis en 2017), notamment en Alsace et dans l’ancienne région Midi-Pyrénées. Lors d’entretiens enregistrés, l’ethnologue a recueilli les propos d’une quarantaine d’organistes amateurs ou professionnels (cette dernière catégorie étant la plus représentée). L’enquête est complétée par des témoignages en ligne (extraits de forums et de blogs), par des références aux arts (littérature, cinéma, bande dessinée...) et à des traités sur l’orgue, ainsi que par des photographies et des illustrations qui clarifient les contenus abordés. Précédés d’une ouverture qui contextualise les problématiques de ce travail, les neuf chapitres de ce livre retracent le chemin qui mène le novice à la « conquête des orgues ». Dans la section finale, quelques hypothèses concernant l’avenir des futurs organistes sont avancées.

2Selon l’auteure, plusieurs facteurs peuvent pousser à l’apprentissage de l’orgue. À l’origine du désir d’apprendre cet instrument, il y a parfois un « ravissement », déclenché par l’aspect monumental de l’instrument, par sa sonorité inimitable, par l’atmosphère énigmatique qui l’entoure ou bien par ses mécanismes complexes. Pour d’autres, l’apprentissage de l’orgue s’inscrit dans la continuité de la pratique religieuse, dont il représente une forme de couronnement. Dans certains cas, enfin, l’amour pour cet instrument se transmet au sein de la famille. Cependant, si la parenté biologique a joué un rôle fondamental entre le XVIIe et le XXIXe siècle dans l’accès au métier d’organiste, Marie Baltazar précise qu’« aujourd’hui, l’époque des lignées d’organistes semble révolue » (p. 82), notamment en raison du changement du statut de cette profession et de sa rémunération. Quelle que soit la première approche de cet instrument, son apprentissage requiert le plus souvent une pratique préalable du piano, car l’aspirant organiste doit d’abord se forger une technique solide. À ce propos, l’ethnologue met en évidence les spécificités du jeu des organistes, caractérisé par une attaque et un relevé des touches qui lui sont propres. Le lecteur découvre également deux typologies déviantes d’organistes : les « malades de tutti », attirés avant tout par le vacarme que l’instrument peut produire, et les « organoïdes », décrits comme des « musicien[s] raté[s] », car ils ne s’intéressent qu’aux aspects purement techniques de l’orgue. Par ailleurs, d’un point de vue psychologique et social, ces derniers sont considérés par les personnes interrogées comme des « frustrés », des « vicelards » et des marginaux.

  • 4 Karl Joseph Riepp, Le Facteur d’orgue et quisinier pour Fasnacht Carnavall, publié par l’abbaye de (...)

3Parallèlement à l’apprentissage de l’orgue, l’ouvrage aborde les caractéristiques qui font la singularité de cet instrument. Sont ainsi présentés certains aspects de sa machinerie, comme le système des registres, le mécanisme de l’« abrégé » (permettant de moduler l’étendue des tuyaux), ou les leviers Barker, qui « soulag[ent] le jeu des organistes en réduisant la force musculaire nécessaire aux registrations mêlant un nombre de jeux important » (p. 164). En même temps, Marie Baltazar accorde une large part à l’étude de la symbolique véhiculée par cet instrument. Par sa position, sa forme et le timbre de certains de ses registres sonores, l’orgue évoque l’image de l’oiseau. Apprendre cet instrument signifie alors s’engager dans un processus d’élévation et franchir une limite « afin d’accéder à un monde nouveau, un monde autre réservé aux initiés » (p. 64). Aussi l’organiste peut-il apparaître comme un surhomme, maniant la « bête » que représente cet instrument, grâce à sa parfaite maîtrise de tous ses mécanismes. Il n’est donc pas étonnant que l’apprentissage de l’orgue ait pu s’assimiler pour certains à la conquête d’une virilité rêvée. Instrument du divin s’il en est, l’orgue a pu évoquer tout aussi bien l’art de la cuisine (comme en témoigne un traité du XVIIIe siècle de Karl Joseph Riepp4, où les sons sont comparés à des ingrédients) et le monde infernal. Les soufflets nécessaires à son fonctionnement, du moins avant l’arrivée du moteur électrique, apparaissent en effet dans l’iconographie des démons. De plus, l’orgue a pu paraître comme un instrument du diable en raison de sa puissance sonore, voire du bruit qu’il engendre lorsqu’il n’est pas confié à un musicien avisé.

4Dans une perspective anthropologique, Marie Baltazar tisse continuellement des liens entre les expériences individuelles dont elle se fait la porte-parole et le contexte social qui les a influencées. Elle montre ainsi que les changements qui se sont produits au sein ou en dehors de l’église catholique à partir du XXe siècle (désertification des lieux de culte, modification de la liturgie à la suite du concile Vatican II, loi de séparation des églises et de l’État, pratique non rémunérée de l’orgue...) ont eu des répercussions importantes sur l’apprentissage et la diffusion de cet instrument. L’auteure constate néanmoins que « l’apprentissage de l’orgue dans les institutions publiques d’enseignement de la musique attire de plus en plus d’élèves à mesure que les classes se multiplient » (p. 89). Face à la présence très réduite des femmes chez les organistes, Marie Baltazar s’est interrogée également sur le rôle que peut jouer le sexe (voire la sexualité) d’une personne dans l’apprentissage de cet instrument. Par exemple, s’appuyant sur les propos d’une professeure d’orgue, l’ethnologue porte à la lumière la présence d’une « “misogynie” du monde de l’orgue » et l’existence d’un « “clan” d’organistes composé d’hommes uniquement », dans lequel les relations homosexuelles constitueraient, selon la professeure interrogée, un critère de cooptation.

5Accessible aux non-initiés, riche en contenus et agrémenté par des illustrations attrayantes, cet ouvrage fournit un panorama captivant de l’univers des organistes. La question de la pratique et de l’apprentissage de l’orgue est développée avec subtilité, comme en témoigne l’étude de la symbolique de l’orgue. Si l’auteure examine minutieusement une thématique bien circonscrite, elle parvient tout de même à soulever des problématiques qui dépassent le sujet abordé. On est ainsi confronté aux résultats d’une recherche ethnomusicologique d’envergure, mais aussi à une réflexion remarquable sur les mutations du monde contemporain. Pour toutes ces raisons, la parution de ce livre ne peut qu’être saluée avec enthousiasme.

Haut de page

Notes

1 http://www.fmsh.fr/fr/diffusion-des-savoirs/28588, site consulté le 12/12/2019.

2 Jeanne Teboul, Corps combattant. La production du soldat, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Ethnologie de la France », 2017 ; compte rendu d’Anne-Lise Dall’Agnola pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/23130.

3 Valérie Rolle, L'art de tatouer. La pratique d'un métier créatif, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Ethnologie de la France », 2013 ; compte rendu de Stéphane Héas pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/12750.

4 Karl Joseph Riepp, Le Facteur d’orgue et quisinier pour Fasnacht Carnavall, publié par l’abbaye de Salem (Allemagne) en 1768. Ce traité a été traduit par Pierre-Marie Guéritey et Jacques Gardien sous le titre « Le Facteur d’orgue cuisinier pour la nuit de carnaval » dans Karl Joseph Riepp et l’orgue de Dole, Bron, imprimerie Ferréol, 1985.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pietro Milli, « Marie Baltazar, Du bruit à la musique. Devenir organiste », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 16 décembre 2019, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39638

Haut de page

Rédacteur

Pietro Milli

Musicologue et professeur d’éducation musicale.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page