Navigation – Plan du site
La santé : expériences subjectives et situations sociales

La santé : expériences subjectives et situations sociales

Alain Giami, Florence Oualid (dir.), « La santé : expériences subjectives et situations sociales », Nouvelle revue de psycho-sociologie, n° 4, 2007, EAN : 9782749208275.
Notice publiée le 15 janvier 2008

Présentation de l'éditeur

L’ambition théorique de ce numéro est de décrire et d’interpréter des situations et des expériences de santé (dans des institutions de santé, hôpitaux, cliniques, etc., ou dans d’autres cadres comme le travail, la prison, la sexualité, la famille qui ont un impact sur la santé des individus) sur le double versant de leurs dimensions subjectives et sociales. Le champ de la santé ne saurait être réduit à celui d’une "psychologie de la santé" centrée sur l’analyse de variables individuelles à l’oeuvre dans les comportements ou les cognitions en matière de santé (observance, facteurs de risque, etc..). Il est ici envisagé dans les différents contextes et dans leurs implications politiques.

Ce numéro de la Nouvelle Revue de Psychosociologie aborde les questions liées à la santé à partir des expériences subjectives et des situations sociales.

L’article de Marie Santiago, offre un premier recadrage théorique fondé sur une approche "critique" en psychologie de la santé, dans le champ de l’oncologie pédiatrique, inspirée des nouveaux courants anglo-saxons encore peu connus en France. Les articles de Chantal Lavigne et de Michel Trouillard Perrot constituent un apport original. En effet, ces deux auteurs ont en commun de se trouver dans une situation d’implication forte : Chantal Lavigne dans le champ du handicap et Michel Trouillard dans celui de la prison, implication qui n’a été choisie ni par l’un ni par l’autre et à partir de laquelle ils poursuivent leurs interrogations. Sur les représentations du handicap, d’un point de vue décalé, pour Chantal Lavigne, et sur la question de la gestion de soi et du corps dans le contexte de l’incarcération pour Michel Trouillard, tout en prenant en compte de façon réflexive l’effet de cette implication sur l’observation du réel et la production des connaissances. Pierre Moulin, Nikos Kalampalikis et Fabrice Buschini nous ont donné des travaux de recherche de facture plus classique sur les représentations de la sexualité chez les professionnels de la santé et de l’action sociale, la contraception masculine, l’influence du type de contexte médical sur la prise en charge de l’impuissance masculine. Dominique Lhuillier et son équipe rendent compte d’une recherche sur la question du travail et de l’activité en situation de maladie chronique. Les deux textes de Christine Duriff-Bruckert et de Roselyne Orofiamma sont plus directement ancrés dans une démarche de recherche-action et d’intervention. Christine Duriff-Bruckert nous présente un travail sur la fonction du récit chez des patients psychiatriques, et Roselyne Orofiamma nous transmet les récits d’une équipe d’infirmiers en psychiatrie dans le cadre d’une recherche-action fondée sur l’approche biographique. Enfin, Marion Vallet-Armellino nous livre une analyse réflexive de sa pratique clinique, et de son expérience d’intervenante en analysant ses réactions subjectives de clinicienne aux évolutions et transformations de la gestion des structures de soin en santé mentale.

Ce numéro nous apporte aussi une grande diversité de thèmes : une partie des articles traitent des patients ou des clients de la médecine et des usagers du système de santé, alors qu’une autre partie aborde les questions de santé à partir de recherches sur les soignants et les intervenants. L’analyse de l’implication des psychosociologues n’est jamais absente. Elle constitue le fondement et le prétexte des travaux de Chantal Lavigne et de Michel Trouillard, et elle est analysée en détail dans celui de Marion Vallet-Armellino.

Haut de page