Navigation – Plan du site

Benoît Coquard, Ceux qui restent. Faire sa vie dans les campagnes en déclin

Kevin Diter
Ceux qui restent
Benoît Coquard, Ceux qui restent. Faire sa vie dans les campagnes en déclin, Paris, La Découverte, coll. « L'envers des faits », 2019, 211 p., ISBN : 978-2-348-04447-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Depuis le début de ce mouvement social, de nombreux articles de presse ont souligné avec insistance (...)
  • 2 Pour une critique de la notion de « France périphérique », voir Gintrac Cécile et Mekdjian Sarah, « (...)

1L’ouvrage de Benoît Coquard arrive à point nommé. Depuis plus d’un an maintenant, le mouvement des Gilets jaunes est régulièrement au centre des débats médiatiques et politiques et, avec lui, ou plutôt à ses côtés, s’est progressivement imposée l’expression de « France périphérique »1. Bien qu’abstraite et hétérogène, cette notion – prisée par les journalistes et les professionnel·le·s de la politique – renvoie à tous les espaces plus ou moins abandonnés qui se situent en dehors de Paris et des grandes métropoles régionales, c’est-à-dire à des lieux aussi différents que les territoires agricoles et viticoles, les littoraux touristiques ou encore les zones rurales désindustrialisées et leurs habitant·e·s dont il est question dans cette remarquable enquête empirique. Mettant à distance, dès l’introduction, le caractère culturaliste, essentialiste voire ethnocentrique de cette terminologie fourre-tout2, le sociologue propose aux lecteur·trice·s une immersion au plus près de la vie quotidienne de « ceux qui restent » vivre dans les « campagnes en déclin », définies comme des milieux ruraux (anciennement industrialisés) dont la particularité est de s’appauvrir et de se dépeupler « dans des proportions semblables au dernier exode rural d’après-guerre ».

2À partir d’une enquête ethnographique intensive de deux ans et demi menée sur plusieurs cantons de la région Grand-Est, Benoit Coquard s’attache plus précisément à dépeindre avec minutie les styles de vie de ces classes moyennes et populaires rurales qui voient les centre-bourgs des communes environnantes se détériorer, les services publics et les écoles fermer, et les lieux de sociabilité traditionnels disparaître les uns après les autres. En sept chapitres, il prend soin de revenir sur les différents aspects qui rythment leur quotidien – de l’importance de trouver et de garder un emploi aux différentes parties de chasse ou de foot, en passant par les stratégies matrimoniales et la quête constante de respectabilité et de « bonne réputation ». Il insiste à chaque fois sur la place centrale voire primordiale qu’y jouent « les bandes de potes » ou « les clans » d’amis – pour reprendre les mots des enquêté·e·s.

3Après avoir montré, dans un premier temps, l’étonnante effervescence et implication des « gens du coin » dans le mouvement des Gilets jaunes, l’auteur met ensuite en évidence les conditions de cette mobilisation politique improbable. Il y souligne le rôle essentiel de la (re)mise en cause de leur style de vie par la dégradation du marché du travail et des services publics de proximité, ainsi que par l’augmentation de la pression fiscale, des taxes (carbones) et des coûts des infractions routières qui réduit considérablement leur budget déjà restreint. Ce sentiment de mise en péril de leur manière d’être et de vivre (à laquelle ils et elles sont profondément attaché·e·s) s’accompagne très généralement d’une nostalgie d’un âge d’or révolu où « tout était mieux avant », que ce soit en termes d’emploi, de loisirs, de festivité et de sociabilités. Les jeunes se remémorent avec mélancolie et envie une époque qu’elles et ils n’ont pas connu : celles de leurs parents. Ils et elles déplorent la perte d’une autonomie, d’un hédonisme et d’une camaraderie qui étaient au centre des styles de vie de leurs aîné·e·s. L’usage de l’espace, le rapport au travail et le rapport aux autres se sont profondément dégradés avec la désindustrialisation des cantons : la sociabilité des rues et des bars a laissé place à la sociabilité de salon, l’autonomie au fort contrôle par la police et les pairs, et la solidarité à la concurrence. Cette nostalgie ne se retrouve toutefois pas chez tous les jeunes : elle est principalement le fait des hommes les plus établis. Les femmes et les « cassos » (i.e. les plus précaires) reviennent moins sur ce passé glorieux : d’une part, parce que la mémoire intergénérationnelle se transmet principalement dans le cadre du travail ouvrier masculin, et d’autre part parce que les conditions d’existence précédentes des unes et des autres n’étaient pas les plus valorisées et valorisantes.

  • 3 Notons que sur de nombreux aspects, et en particulier cette problématique de mobilité des habitant· (...)

4Les deux chapitres suivants s’intéressent aux rapports à l’« ici » et aux « ailleurs possibles » des habitant·e·s des campagnes en désuétude. À cette occasion, Benoit Coquard s’emploie à décrire la « fabrique de la sédentarité », et plus précisément à rendre compte des différentes logiques et raisons qui poussent certain·e·s – ceux et celles qui le peuvent – à partir, et les autres – ceux et celles qui le doivent – à rester. À partir de plusieurs portraits typiques et atypiques des jeunes gens du coin, le sociologue reconstitue avec méticulosité les conditions de félicité des mobilités géographiques (et sociales), en prenant toujours le soin de les rattacher aux positions et trajectoires des unes et des autres dans l’espace social local. Il montre ainsi que l’émigration est majoritairement le fait de ceux et surtout de celles qui réussissent scolairement : les enfants de la petite bourgeoisie économique et culturelle rurale, et les filles des classes populaires. La poursuite des études universitaires dans les grandes villes permet à une partie de ces jeunes d’accéder à des emplois stables de cadres et professions intermédiaires, et les amène par la force des choses à quitter les zones rurales en déclin. Pour celles et ceux qui échouent et retournent vivre dans leur canton d’origine, la situation devient extrêmement difficile. Non seulement les diplômes ne les protègent pas du chômage et de la précarité sur le marché du travail local, mais l’éloignement de leur réseau d’interconnaissance ne leur permet pas de bénéficier des recommandations nécessaires à l’obtention des « bonnes places », dans un contexte de rareté. À côté de cette émigration diplômée, le sociologue met au jour une « émigration de la précarité » qui concerne celles et ceux qui n’ont pas de capitaux économiques et scolaires, et aucun lien familial ou amical sur place. Grillés auprès des patrons et ouvriers locaux en raison d’un passé de toxicomane ou d’une mauvaise réputation, ils et elles n’ont d’autre choix que de quitter les campagnes pour un ailleurs qu’ils et elles espèrent meilleur, loin des commérages et des ragots dont ils et elles sont l’objet. Du côté de ceux qui restent, se retrouvent également deux profils distincts : les établis et les « perdus ». La sédentarité des premiers est souhaitée dans la mesure où leur patronyme et leurs ressources locales leur ont permis de réussir économiquement, de maintenir le style de vie légitime et recherché dans ces cantons, et d’obtenir une forte reconnaissance sociale. La non-mobilité des seconds est davantage subie. Connus de tou·te·s mais tenus à l’écart parce qu’« ils ne valent rien », ils ne disposent ni de capital d’autochtonie, ni de capital économique et sont souvent condamnés à rester sur place sans travail, en compagnie des autres « cassos », renforçant mécaniquement leur statut de minorité du pire3.

  • 4 Cette logique, bien décrite dans l’ouvrage, incite les jeunes à partager les « bons plans » ou tout (...)

5Les trois derniers chapitres sont consacrés à la place essentielle des « bandes de potes » dans l’organisation et la structuration de la vie ordinaire et professionnelle des gens du coin, ainsi que dans la construction des identités, réputations et hiérarchies locales. Dans un contexte de raréfaction de l’emploi (stable) et de mise en concurrence accrue sur le marché du travail de jeunes au profil similaire, le « clan » d’amis apparait à la fois comme une ressource économique et symbolique, et comme un filet de sauvetage en temps de précarité. Les « vrais potes », ceux sur qui on peut compter, permettent non seulement de pistonner les membres de la bande pour un travail ou des activités rémunératrices « au black » (selon une logique du « déjà, nous »4), mais ils garantissent également la respectabilité des uns et des autres en cas de coup dur ou de période de chômage, en témoignant de la qualité de leur travail, du fait qu’ils soient de bons gars, des « vrais bosseurs » et pas des « fainéants ». Avec la fermeture des bistrots et des principaux lieux de vie extérieurs en raison de la délocalisation des entreprises, les bandes de potes ne se réunissent plus dans les rues ou sur les places, investies par les « perdus » et les « schlags » (i.e. les jeunes supposés drogués et apathiques). Les sociabilités prennent dorénavant place « chez les uns les autres » pour éviter les commérages et maintenir l’honorabilité du groupe dans des villages où tout le monde se connait et où tout se sait. Cet entre-soi populaire, d’autant plus restreint et exclusif que les ressources locales sont faibles, ne constitue pas seulement un espace solidaire, protecteur, profitable et cohésif. Il est également un lieu de renforcement des inégalités de genre et entre les gars de la bande. Les hommes y tiennent en effet le beau rôle : ils sont au centre de la sociabilité et du foyer, tandis que les femmes sont invisibilisées et se considèrent comme des pièces rapportées, principalement présentes pour éviter les conflits dus à l’alcool. Toutefois, tous les gars n’ont pas le même poids au sein du clan. C’est bien souvent les plus stables (économiquement et matrimonialement) qui dominent et donnent la valeur et la légitimité à la bande, tout en orientant ses activités et sa composition.

  • 5 À cet égard, voir le très bon travail de Amsellem-Mainguy Yaëlle, « “Les filles du coin”. Enquête s (...)

6Au final, Ceux qui restent est un ouvrage riche, bien écrit, agréable à lire et qui fera date en sociologie de la jeunesse et des classes populaires rurales. Mettant à distance les perspectives populistes et misérabilistes des écrits sur la « France périphérique », Benoit Coquard dresse un portrait tout en nuance et « en plein » des habitant·e·s des campagnes en déclin du Grand-Est. Il dessine avec précision les contours des modes de vie des gars du coin – largement orientés vers le foyer et la bande de potes – et met en avant la légitimité et l’homogénéité des manières d’être et de penser populaires dans des espaces où les styles de vie alternatifs sont peu nombreux en raison de l’exode rural des cadres et professions intermédiaires. En refermant le livre, un léger regret apparait toutefois : celui de ne pas en savoir autant sur les « filles du coin »5 que sur leurs camarades masculins. Si elles sont présentes tout au long du récit, quoique moins nombreuses pour des raisons structurelles (ce sont celles qui partent), leurs profils et dispositions (de genre) semblent moins variées et moins complexes. Mais cela n’entache en rien la qualité remarquable de cette recherche qui est à mettre entre toutes les mains.

Haut de page

Notes

1 Depuis le début de ce mouvement social, de nombreux articles de presse ont souligné avec insistance le lien (critiquable) entre la « France périphérique » et les Gilets jaunes, en particulier ceux qui essayaient d’appréhender de quoi ce mouvement est le nom. Pour plus d’informations sur la radiographie des gilets jaunes, de ses participant·e·s et de leurs revendications, voir Bourmeau Sylvain (dir.), « “Gilets jaune”. Hypothèses sur un mouvement », AOC, Cahier#1, 2019, Confavreux Joseph (dir.), Le fond de l’air est jaune. Comprendre une révolte inédite, Paris, Seuil, 2019, et Jeanpierre Laurent, In Girum. Les leçons politiques des ronds-points, Paris, La Découverte, 2019 dont les comptes rendus pour Lectures ont été écrits respectivement par Arthur Jatteau et Sofian Beldjerd : https://journals.openedition.org/lectures/33053 ; https://journals.openedition.org/lectures/38399.

2 Pour une critique de la notion de « France périphérique », voir Gintrac Cécile et Mekdjian Sarah, « Le peuple et la “France périphérique” : la géographie au service d'une version culturaliste et essentialisée des classes populaires », Espaces et sociétés, n° 156-157, 2014, p. 233-239.

3 Notons que sur de nombreux aspects, et en particulier cette problématique de mobilité des habitant·e·s de localités « périphériques » sinistrées par le chômage, l’enquête de Benoit Coquard recoupe bien celle menée par Vincent Jarousseau et restituée sur le mode du roman-photo : Vincent Jarousseau, Les racines de la colère. Deux ans d'enquête dans une France qui n'est pas en marche, Paris, Éditions Les Arènes, 2019 ; compte rendu d’Agnès Cavet pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/41631.

4 Cette logique, bien décrite dans l’ouvrage, incite les jeunes à partager les « bons plans » ou toute autre ressource disponibles pour en faire profiter en priorité les gars de leur bande.

5 À cet égard, voir le très bon travail de Amsellem-Mainguy Yaëlle, « “Les filles du coin”. Enquête sur les jeunes femmes en milieu rural », Injep Notes & Rapports, 2019, disponible en ligne : https://injep.fr/wp-content/uploads/2019/10/rapport-2019-07-Filles-du-coin.pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kevin Diter, « Benoît Coquard, Ceux qui restent. Faire sa vie dans les campagnes en déclin », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 06 juin 2020, consulté le 04 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39690

Haut de page

Rédacteur

Kevin Diter

Post-doctorant en sociologie au sein de la chaire CNAF-EHESP « Enfance, bien-être et parentalité ».

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page