Navigation – Plan du site

Jean-Michel Saussois, Capitalisme sans répit

Igor Martinache
Capitalisme sans répit
Jean-Michel Saussois, Capitalisme sans répit, La Dispute, 2006, 279 p., EAN : 9782843031373.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis quelques mois, les ouvrages consacrés au capitalisme se suivent et ne se ressemblent pas (tous). Economistes ou « praticiens » de l'entreprise, la plupart s'accordent sur un constat : le capitalisme serait en crise. « Total », celui-ci « n'a plus d'avenir » et serait « en train de s'autodétruire », pour condenser quelques titres récents. Professeur de gestion à l'ESCP-EAP, Jean-Michel Saussois prend cependant ses distances avec ces Cassandre modernes que sont souvent les essayistes. Dépourvu de dons de voyance, celui-ci préfère s'efforcer de décrire le système économique que beaucoup tiennent pour condamné.

2Plutôt que sa fin proche, c'est davantage sa longévité qui interroge ainsi l'auteur. Dans une première partie intitulée énigmatiquement « Ce que nous devrions savoir sur le capitalisme », Jean-Michel Saussois revient d'abord sur les traits saillants du capitalisme actuel selon lui. Complexe, celui-ci constitue tout d'abord un « système », comme l'affirme souvent le sens commun. Mais, opérant un détour par la biologie et les sciences des systèmes, Saussois n'en reste pas là et précise la signification de ce premier trait. La force en effet du capitalisme est de se réguler « par le bruit », c'est-à-dire être capable d'évoluer en permanence pour « métaboliser ses agressions ». Les grandes entreprises, par exemple, sont passées maîtresses dans l'art d'intégrer leur contestation. Elles opèrent un « travail permanent de transformation du bruit en significations », comme l'a illustré par exemple récemment la récupération du mouvement anti-pub dans le métro parisien. Saussois fait ensuite appel aux travaux des historiens, et notamment Fernand Braudel à qui il reprend la métaphore de l'économie comme une maison dont le rez-de-chaussée serait le monde de l'autoconsommation, la vie matérielle quotidienne, le premier étage celui du marché et de la concurrence, et le second, seulement, celui du capitalisme. Car pour Braudel, la spécificité du modèle capitaliste reposait avant tout sur le développement du sens du risque. L'échange de l'argent contre de l'argent, où sont commandités des opérations dont la matérialité est comme évacuée. Ce qui fait ici la force du capitalisme, c'est ainsi sa fluidité, sa « mobilité à passer d'une activité à une autre », mais aussi sa capacité à échapper à la concurrence.

3Mais il ne faudrait pas oublier que le capitalisme s'incarne. Dans les capitalistes, et surtout dans une culture qui s'auto-entretient : « la culture renforce l'offre technique qui renforce la technique ». Saussois s'emploie ainsi à en démystifier certains aspects, comme la notion d'entreprise, qui cache des réalités très différentes, à commencer par la différence entre petites et grandes firmes, qui appartiennent respectivement au premier et au deuxième étage de la maison de Braudel. « Distinguer encore une fois ces deux étages pour insister sur la différence entre le marché et le capitalisme, voilà l'impératif », écrit Saussois.

4Il revient ensuite sur les liens entre Etat et entreprises - sa spécialité de recherche-, pour rappeler que ceux-ci constituent bien moins un duel d'adversaires qu'un « vieux couple impossible ». L'auteur termine enfin ce premier tour d'horizon par un retour sur la notion de progrès, en montrant plus spécialement comment celle-ci est devenue obsolète, remplacée par celle de modernité. Reste que nous n'avons pourtant pas encore vraiment trouvé la sortie de l'idéologie du progrès, indiquée déjà par Jacques Ellul. Mais Saussois se montre assez optimiste sur ce point, avec un petit clin d'œil au mouvement pour la Décroissance qui peut surprendre à ce stade.

5Comme son titre l'indique, la seconde partie de l'ouvrage est consacrée aux « dynamiques ambivalentes du capitalisme ». Filant la métaphore biologique, Saussois rappelle d'abord que le capitalisme a besoin d'une « niche écologique » pour se développer, en l'occurrence la ville, qui favorise la propagation des usages sociaux et des idées. Mais cette concentration humaine accroît également l'exposition aux risques de toutes sortes. Ce qui peut cependant constituer un autre gisement de profits....

6Dans le chapitre suivant, il s'intéresse à la tension entre fluidité et viscosité dans les échanges de marchandises, de services, dans les mouvements de personne, mais aussi d'idées. Autre tension au cœur du capitalisme, les inégalités. Comme les conflits, ceux-ci apparaissent à la fois comme « carburant et explosif » pour le capitalisme, et demandent donc à être contenus. Reste que si les inégalités traditionnelles persistent, de nouvelles apparaissent, à commencer par l'inégale exposition face aux risques. Là encore, ceux-ci représentent, selon Saussois, un « réservoir sans fond » pour les grandes entreprises, à commencer par les grands groupes d'assurance. Constatant que la concurrence par le temps devient le trait dominant du capitalisme actuel, dit « immatériel » (ou « cognitif »), Saussois s'interroge dans le dixième chapitre sur les « accélérateurs du capitalisme ». Il en recense quatre principaux : la technologie, dont le « royaume bouscule de plus en plus la république de la science » dit-il en reprenant l'image de Michel Callon et Bruno Latour, les dépenses militaires (via le fameux effet du « spin off »), les consultants et l'éducation supérieure.

7Enfin, dans les deux derniers chapitres, Saussois montre que le capitalisme peut aussi se prendre parfois les pieds dans ses propres contradictions. A l'image de Jean-Marie Messier, les managers peuvent ainsi parfois se retrouver dans la position de l'« arroseur arrosé ». Mais surtout, les écarts croissants de rémunération au sein même des entreprises, conjugués à la perte des illusions qu'induit la froide direction par objectifs, pourrait bien constituer rapidement un « retour de manivelle » pour ce capitalisme managérial, comme Peter Drucker l'avait déjà pressenti - et sans succès tenté d'en avertir les tenants.

8Face à cet état de fait, quatre attitudes s'offrent finalement à tout un chacun : l'adhésion, la résignation, la révolte ou la résistance, que Saussois illustre tour à tour.Celui-ci semble cependant marquer une préférence pour la résistance « active » qu'incarnent selon lui notamment deux « entreprises » (le terme n'est après tout pas réservé aux firmes capitalistiques) : le mouvement Slow Food lancé en 1986 par le sociologue italien Carlo Petrini, et le Téléthon, qui a impulsé contre les logiques de marché la recherche sur les maladies orphelines.

9Truffés d'exemples « concrets » (comme diraient ses étudiants...) et de références transdisciplinaires, l'essai de Jean-Michel Saussois met en lumière un certain nombre de contours du capitalisme actuel. On peut en regretter parfois le caractère trop général et le sentiment d'accumulation. Reste qu'il souligne la place centrale que continuent à occuper les institutions - Etats, mais aussi grandes entreprises- au sein du capitalisme « immatériel ». D'ailleurs, avec l'avènement des discours sur la « responsabilité sociale de l'entreprise », « les grandes entreprises parlent de plus en plus comme les hommes politiques, et les hommes politiques se mettent de plus en plus à parler de fins et de moyens économiques, d'efficacité et d'efficience ». De quoi désorienter les citoyens que nous sommes. Or, Jean-Michel Saussois rappelle finalement que l'avenir du capitalisme n'est pas écrit, mais découlera bel et bien des choix politiques que nous ferons (ou pas). Un message utile en ces temps de campagne électorale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Jean-Michel Saussois, Capitalisme sans répit », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 30 mars 2007, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/397

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page