Navigation – Plan du site

Nicole Lapierre et Véronique Nahoum-Grappe (dir.), « Les droits humains au XXIe siècle » Communications, vol. 104, 2019

Pénélope Dufourt
Les droits humains au XXIe siècle
Nicole Lapierre, Véronique Nahoum-Grappe (dir.), « Les droits humains au XXIe siècle », Communications, n° 104, 2019, 216 p., Paris, Seuil, ISBN : 978-2-02-141052-5.
Haut de page

Texte intégral

1La sauvegarde des droits humains peut-elle, aujourd’hui, être assurée exclusivement en référence aux instruments internationaux existants ? C’est à cette interrogation que le nouveau numéro de Communications tente de répondre, en associant les regards croisés de juristes, philosophes, sociologues et anthropologues, près de 70 ans après la signature de la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Ce texte symbolique constituait la première étape d’un long processus de multiplication d’instruments internationaux protégeant les droits humains tant au niveau international que régional afin de les rendre universels.

  • 1 Danièle Lochak, « La résurgence de l’humanité comme figure de l’universel », in Danièle Lochak (dir (...)

2Pourtant, l’universalité proclamée de ces droits est bien mise à mal par les réalités du monde contemporain. Ce manque d’effectivité est lié à la souveraineté des États, mais également à des conceptions purement abstraites du contenu même des droits humains, devenant paradoxalement une source d’accentuation des rapports de domination au sein même du droit. En outre, l’idée d’un droit naturel comme fondement de l’universalité des droits humains est arrivée à épuisement, puisque leur origine occidentale en vient à les relativiser. Dès lors, une question reste perpétuellement en suspens : quels pourraient être les fondements théoriques légitimant le discours des droits humains ? La résurgence du concept d’humanité a-t-elle pour objet d’en faire la « nouvelle figure de l’universel »1 ?

3Les deux premiers articles de ce numéro s’emploient précisément à résoudre cette question en abordant, d’un point de vue réflexif et critique, les enjeux liés à l’universalité des droits humains. Myriam Revault d’Allonnes souligne que l’humanité est une catégorie abstraite qui se transforme en utopie dès lors qu’on la confronte à l’épreuve des faits. Lorsque, contraints de fuir leur pays natal, des individus « auxquels il ne rest[e] que leur appartenance à l’humanité » (p. 16) se retrouvent sans statut civique, on comprend que la référence à leur humanité ne semble pas suffisante pour leur assurer un régime de protection de leurs droits. De fait, la condition d’une réelle jouissance de ses droits humains ne réside pas tant dans l’appartenance à l’humanité que dans la citoyenneté. Les droits humains supposent dès lors un exercice qui « s’enracine dans l’être-citoyen » (p. 19). L’enjeu du XXIe siècle est donc celui de l’émergence d’un espace public mondial permettant un horizon global d’universalité. En outre, Mireille Delmas-Marty présente un autre type de lien qui se noue entre humanité et universalité dès lors que l’humanité est conçue en tant que collectivité comprenant en son sein les générations futures. Avec ces nouvelles représentations communes, l’auteure souligne l’urgence de redéfinir les « contours de l’irréductible humain » (p. 34) en assumant la finitude humaine qui nous caractérise ainsi que l’imprévisibilité du monde qui nous entoure.

4Si l’universalité des droits humains est critiquée du fait de leurs origines théoriques occidentales, cette remarque appelle à réfléchir à leur rôle sur le plan international : dans quelle mesure peuvent-ils être, eux aussi, la traduction d’un impérialisme culturel ? Avec sa contribution, Alban Bensa met en lumière les difficultés de la mise en œuvre d’une justice qui ne serait plus coloniale en Nouvelle Calédonie, dès lors que les droits humains contreviennent avec le droit coutumier Kanak. Comment éviter d’être taxé de « soutien à la justice coloniale » (p. 48) en défendant les droits de l’homme ? L’auteur estime en effet, « qu’il ne serait pas légitime d’appliquer à cette population peu à peu constituée en peuple une sorte de double peine : celle d’avoir été colonisée et celle d’avoir à rendre compte dans le même moment des inégalités que son organisation sociale peut générer en interne » (p. 48). C’est à ces problématiques que doivent répondre aujourd’hui les défenseurs des droits humains dont les idéaux entrent parfois en contradiction avec le droit Kanak qui, en toute légitimité, tente de s’institutionnaliser.

5Pourtant la critique relativiste est aussi un instrument politique. Gilles Bataillon constate qu’au Nicaragua, le retour au pouvoir de Daniel Ortega en 2006 s’est traduit par une remise en cause radicale des acquis des 15 années précédentes en matière de vie démocratique et de protection des droits de l’homme. Il relève en parallèle « la longue indifférence des médias internationaux et de l’opinion publique mondiale face à ce pouvoir aux visées incontestablement tyranniques » (p. 76). Son article nous permet dès lors de questionner l’ambivalence des droits humains, car s’ils peuvent être l’outil d’une domination épistémique et culturelle, ils peuvent aussi être appropriés par de nouveaux acteurs auparavant peu reconnus, comme les populations autochtones du Nicaragua, pour faire entendre leur voix et leurs droits : l’enjeu étant alors celui de mettre sur pied un dialogue interculturel sur le contenu même des droits humains, par le biais de la participation des peuples autochtones à l’institutionnalisation de droits.

  • 2 Hannah Arendt, L’impérialisme, Paris, Fayard, 1982, p. 183

6En outre, la condition des étrangers ne peut que confirmer la contradiction entre l’universalité proclamée des droits humains et l’affirmation de la souveraineté des États. Hannah Arendt soulignait déjà combien la citoyenneté conditionnait l’octroi de droits civils et politiques, économiques, sociaux et culturels2. Léa Macias, quant à elle, met en évidence l’ambiguïté de la production des savoirs humanitaires au sein de camp de réfugié·e·s. Elle analyse les effets de l’importation des technologies de la communication et de l’information à partir d’une étude dans le camp de Zaatari, devenu la quatrième ville de Jordanie entre 2012 et 2014 avec 80 000 habitants. Quatre-vingts rapports d’évaluation et cent quarante cartes ont ainsi été publiés en ligne depuis l’ouverture du camp en 2012. Ils ont pour but de protéger les personnes concernées depuis le franchissement de la frontière jusqu’à leur intégration dans le camp. Pourtant l’auteure souligne combien le camp, comprit comme un « espace de collecte de données » (p. 109), entretient et renforce un contrôle des individus, sous couvert de les protéger. Ainsi, les coordonnées GPS de la caravane où séjournent les réfugiés ou encore le scan de l’iris au moment du passage en caisse pour régler les dépenses alimentaires – qui seront ainsi déduites des allocations versées au titre du programme alimentaire mondial – sont des mécanismes de contrôle qui peuvent être détournées de leur finalité première.

7La réalité des droits humains semble donc toujours en danger avec la montée en puissance des innovations technologiques, mais aussi avec l’avènement de courants sécuritaires voulant faire face au terrorisme et amalgamant dès lors « sureté de l’État » et « sécurité des individus ». Si, dans leur ensemble, les contributions font référence à ces nombreux obstacles, une partie d’entre elles s’attarde à reconnaître le déploiement contemporain du contenu juridique des droits humains. Beatrice Delzangles présente ainsi comment les organisations internationales entendent faire se rejoindre objectifs de développement durables (ODD) et l’approche basée sur les droits de l’Homme. Selon l’auteure, les ODD permettraient de dépasser l’impasse de la théorie classique des droits humains fondée sur un universalisme abstrait. Profitant à des « êtres humains concrets et situés » (p.125) les ODD peuvent en outre « lutter contre l’approche sectorielle des droits humains et œuvrer en faveur de leur interdépendance, si souvent affirmée en droit international mais si peu respectée en pratique » (p. 126). Une réponse aux insuffisances des droits humains existants se dessine ainsi en filigrane.

8Enfin, les derniers articles du dossier proposent des regards croisés sur la nature des missions dévolues à la justice pénale en matière de droits humains. Danièle Lochak présente ses effets ambivalents qui « peut conduire à interdire et sanctionner des actes (…) qui sont par eux-mêmes l’expression d’une liberté. » Elle souligne en quoi l’outil pénal est bien souvent une réponse visant à conférer un caractère d’exemplarité à la sanction, négligeant de s’interroger sur les fondements d’une réponse politique privilégiant l’aspect préventif. Quant à la douteuse efficacité des sanctions pénales, elle cite, parmi d’autres exemples, la pénalisation des clients de prostituées qui a surtout aggravé les conditions de vie et les risques encourus par ces dernières. De son côté Joël Hubrecht questionne les éléments qui permettent d’envisager ce que sera l’avenir de la justice pénale internationale. Il considère l’humanité « non pas en tant que sujet de droit clairement défini mais en tant que communauté de droits qui, avant de se reconnaître dans des valeurs communes, se construit progressivement autour d’interdits communs » (p. 184). Mais selon lui, ces efforts resteront insuffisants si ne sont pas inventées de nouvelles façons de rendre justice. C’est une tâche à laquelle les parties prenantes de la justice internationale doivent désormais s’atteler.

9En proposant ainsi à des auteurs de différents horizons scientifiques d’apporter un regard croisé et concret sur les problématiques contemporaines des droits humains, ce numéro de revue permet de comprendre en quoi l’interdisciplinarité et le décloisonnement de la science juridique sont nécessaires pour repenser en permanence l’actualité et « la vie sociale » (p. 7) des droits. Cette publication offre ainsi une opportunité remarquable de comprendre les enjeux de la mise à l’épreuve du principe d’universalisme au gré des défis contemporains en explicitant les contradictions, les luttes et les défis auxquels sont confrontés les droits humains aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Danièle Lochak, « La résurgence de l’humanité comme figure de l’universel », in Danièle Lochak (dir.), Le droit et les paradoxes de l’universalité, Presses Universitaires de France, 2010, p. 205-250.

2 Hannah Arendt, L’impérialisme, Paris, Fayard, 1982, p. 183

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pénélope Dufourt, « Nicole Lapierre et Véronique Nahoum-Grappe (dir.), « Les droits humains au XXIe siècle » Communications, vol. 104, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 16 décembre 2019, consulté le 29 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39708

Haut de page

Rédacteur

Pénélope Dufourt

Doctorante en droit public à l’université Paris-X Nanterre et en codirection en science de l’éducation à l’université de Nantes.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page