Navigation – Plan du site
Travailler au musée

Travailler au musée

Publics, gardiens et conservateurs du Louvre et du British Museum : regards croisés (1946-1981)
Odile Join-Lambert, Travailler au musée. Publics, gardiens et conservateurs du Louvre et du British Museum : regards croisés (1946-1981), Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Histoire et Civilisations », 2019, 310 p., préface de Pierre-Michel Menger, ISBN : 978-2-7574-2958-7.
Notice publiée le 18 décembre 2019

Présentation de l'éditeur

Lorsqu'il s’agit du statut des fonctionnaires, on oppose souvent la France à la Grande-Bretagne. Pourtant, dans l’Europe d’après-guerre, ces deux pays cherchent à élaborer un projet commun en matière de fonction publique, notamment dans le domaine culturel. Dans les deux pays, les missions du Louvre et du British Museum sont d’ailleurs les mêmes, mais leurs moyens diffèrent?: organisation centralisée ou décentralisée, classement des postes ou des individus, recrutement de fonctionnaires ou de contractuels.
Aux termes d’une comparaison entre ce que veut dire travailler au musée entre 1945 et 1981, avec ou sans service public, la singularité française apparaît ailleurs que dans le statut juridique de fonctionnaire. L’opposition entre les formes publique ou privée d’organisation muséale réside dans les aspirations sociales et professionnelles des gardiens et des conservateurs ainsi que les politiques d’emploi mises en œuvre dans la sphère publique permettant ou non d’y accéder.

Haut de page

Auteur

Odile Join-Lambert

Odile Join-Lambert est professeure à l'Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et membre du Laboratoire Printemps (CNRS), chercheuse associée à l’Institut de Recherches Économiques et sociales. Elle est notamment l’auteure deLe receveur des Postes, entre l’État et l’usager (Belin, 2001).

Publications du même auteur

Haut de page