Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2019Liza Terrazzoni, Les autres en Co...

Liza Terrazzoni, Les autres en Corse. Pour une sociologie des relations interethniques

Ornella Graziani
Les autres en Corse
Liza Terrazzoni, Les autres en Corse. Pour une sociologie des relations interethniques, Ajaccio, Albiana, 2019, 248 p., ISBN : 978-2-8241-0938-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le 13 août 2016, une rixe a éclaté entre des habitants du village de Sisco en Haute-Corse et une fa (...)
  • 2 Dans le cadre de sa thèse, l’auteur a effectué plusieurs séjours en 2003-2004 lors desquels elle a (...)

1Avec les émeutes des jardins de l’Empereur à Ajaccio en 2015 et l’affaire de Sisco1, l’image de la Corse continue d’être celle d’une région xénophobe. Bien que très présent dans les médias, ce versant est pourtant peu étudié par les sciences sociales. Dans cet ouvrage issu de sa thèse, Liza Terrazzoni invite à réfléchir à la Corse comme le lieu d’une xénophobie ou d’un racisme spécifique, où les logiques d’exclusion ne sont pas fondées sur l’ethnicisation des autres mais sur la proclamation des « irréductibles différences des Corses ». Au cours de ce processus d’ethnicisation de soi, des frontières se construisent. Dans le cadre d’une « société fermée », « différentialiste », le racisme ne touchera pas que les populations maghrébines. Ainsi, à partir d’une démarche qui combine analyse de données statistiques et enquête de terrain2, l’auteure explore les logiques spécifiques du rapport à « l’Autre » dans la société insulaire.

  • 3 L’auteur justifie l’emploi de ce terme de la façon suivante : « Le terme ‘‘Maghrébin’’ est donc uti (...)

2Le premier chapitre revient sur la situation de l’immigration maghrébine en Corse. Elle présente quelques singularités par rapport au reste du territoire national : son homogénéité quant à la provenance des étrangers (Maroc et Portugal), sa proportion plus importante dans la population locale et la surreprésentation des étrangers parmi les ouvriers). En particulier, les Maghrébins3 fournissent une part importante de la main-d’œuvre peu qualifiée, essentiellement dans le bâtiment et dans l’agriculture. Les récits d’entretien font ressortir les préjugés culturels qui sous-tendent cette répartition. Par exemple, un exploitant agricole décrit le marché du travail par une « approche culturelle » avec « des Corses qui ne sauraient pas travailler » et une main d’œuvre continentale ou polonaise qui « boit et fume », comme une explication pour justifier l’emploi de personnes maghrébines à des postes d’ouvriers. À l’inverse, dans plusieurs entretiens apparaît le sentiment d’impossibilité de travailler dans le secteur des services pour les personnes issues de l’immigration. Cette condition des immigrés maghrébins en Corse est, dans ses aspects subjectifs, marquée par l’expression d’expériences de violences à leur encontre et d’un sentiment de marginalité. La citation de Bernard, 51 ans, résume ce sentiment : « quand on n’est pas Corse, c’est difficile de s’installer, car les Corses n’aiment pas trop ça » (p. 37). Cette segmentation « ethnique » sert de point de départ à l’auteure pour revenir sur les liens entre violence physique et racisme.

  • 4 Créé en 1976, le FLNC est une organisation clandestine qui revendiquait, au moyen d’actions violent (...)
  • 5 La Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme est une institution indépendante qui pub (...)

3La Corse est une zone particulière, très criminogène, où les « actions violentes » apparaissent comme banales. L’île a connu au cours de la seconde partie du XXe siècle un « pic de violence » causé en partie par l’existence de groupes politico-militaires (notamment le Front de Libération Nationale Corse)4. Ces phénomènes de violences physiques ne visent pas spécifiquement les maghrébins mais touchent différents types de populations étrangères à l’île. Ainsi, en 2002, pour 45 actions violentes recensées par la CNCDH5, il y en a 78 contre les continentaux. De plus, l’auteure montre qu’une part de la violence contre les Maghrébins n’est pas spécifique à la Corse mais concerne l’ensemble du territoire : « à partir de 2002 quand les actions violentes augmentent en Corse, elles augmentent aussi dans l’Hexagone et vice et versa » (p. 40).

  • 6 L’entretien date de 2006.

4En revanche, l’auteure considère que la « menace » et la violence symbolique forment des dispositifs d’exclusion spécifiques envers les populations maghrébines. On est frappé par la présentation d’une ségrégation très forte avec des descriptions détaillées du sentiment de peur, d’impossibilité d’accéder à des espaces (bars, night-clubs) et d’une opposition permanente entre « eux et nous ». Hicham, 30 ans, évoque ainsi sa situation : « À savoir qu’avant ces 5 ans là6 on vous disait : ‘‘Ben non je ne veux pas d’arabes le patron m’a dit je ne laisse pas rentrer d’Arabes’’ […]. Mon frère est rentré parce qu’il a la peau plus claire ». La violence physique et symbolique maintiennent ici une société fragmentée.

5Dans le second chapitre, on découvre une configuration sociale qui a fait émerger les figures des « Corses » et des « autres » comme celles de l’arabu (Maghrébin) ou du pinzutu (continental), présentées selon l’opposition entre un « eux » et « nous ». Ce n’est pas seulement le « Maghrébin » qui est l’altérité, c’est en réalité toute figure qui paraît étrangère au territoire insulaire (le touriste, le « continental », l’autre). Chaque groupe à une place bien précise que ce soit dans le travail, la famille, les loisirs. L’arabu c’est l’immigré, mais aussi quelque part un délinquant, ou encore celui qui peut tout faire en France, mais qui ne peut y arriver en Corse. Le pinzutu ou pinz recouvre une myriade de significations toutes en oppositions avec la figure du Corse, le but étant de maintenir à distance ceux qui ne font pas partie du « groupe » défini par l’appartenance territoriale. Le pinz est à la fois moqué, jalousé car privilégié et il ne comprend pas le fonctionnement corse, là où la figure du maghrébin est tour à tour celle du délinquant et de l’immigré qui « n’a pas à faire sa loi ». Ces figures sont favorisées par le fonctionnement des relations sociales sur l’île, puisque chaque personne faisant partie d’un cercle, un sentiment d’appartenance se façonne.

  • 7 Par Maures, on entend les habitants des régences barbaresques.
  • 8 L’auteure mentionne les propos d’un élu nationaliste modéré, invité dans une émission intitulée « C (...)
  • 9 L’auteure revient sur les années 1950-1970 qui sont marquées par des luttes sociales corses avec la (...)

6La formation des contours du « nous » et des cercles, est présentée dans le troisième chapitre qui propose une sociohistoire des relations inter-ethniques au travers des contextes historique, économique et politique des migrations ainsi que des relations entre la Corse et la France et la Corse et les Maures7. Le sentiment de défiance à l’encontre de ce qui vient de l’extérieur ainsi que la revendication d’une insoumission (« conquise mais jamais soumise ») sont des éléments structurant de l’histoire Corse, marquée par de multiples périodes de conquête. Dans ce cadre, le discours sur la question démographique est, depuis les années 1970, au centre de tout : la population corse augmenterait, mais à l’intérieur de celle-ci la part de « l’ethnie corse » diminuerait8. Au sein de la population de l’île, un « sentiment minoritaire » s’amplifie, tandis que l’intelligentsia insulaire9 développe dès la fin des années 1960 l’idée d’une Corse colonisée. En effet, la Corse, avant d’être rattachée à la France, a connu de nombreuses occupations avant d’être indépendante de 1755 à 1768. Cette perception de région soumise, doublée par la lutte de libération nationale des cinquante dernières années, est, selon Liza Terrazzoni, très ancrée dans les représentations que les Corses ont d’eux-mêmes. Cette perspective historique est couplée à une analyse sociologique des symboles et légendes mauresques dans lesquels on retrouve l’opposition « nous/eux ». À partir de l’exemple de la tête de Maure, l’auteure mentionne les fantasmes qui entourent le drapeau corse, certains y voyant le symbole d’ennemis vaincus, d’autres une histoire de femme violée par un Arabe.

7Enfin, l’auteure revient sur le rapport ambivalent au rôle des Corses dans la colonisation. D’une part, les entretiens font ressortir une analogie entre « le migrant maghrébin d’aujourd’hui et le migrant corse d’hier » (p. 152). Mais, d’autre part, le rôle important des Corses dans l’administration coloniale, parce qu’il entre en contradiction avec la critique contemporaine de la colonisation qui toucherait l’île, est euphémisé voire occulté. Pour la sociologue, cette perception de soi à la fois comme « bon colonisateur » et comme « migrant » implique « de ne pas pouvoir se regarder comme ‘‘colon’’ et/ou comme raciste » (p. 152). Autant de représentations à prendre en compte pour comprendre la complexité du « nous ».

  • 10 « Le peuple corse comprend les Corses d’origine et d’adoption, sans considérations d’origines, de r (...)
  • 11 « Les Français dehors », « les Arabes dehors ».
  • 12 Doctrine prônant la défense des spécificités corses.

8Dans cette perspective historique, l’auteure analyse dans le quatrième chapitre le nationalisme corse des formations politiques autonomistes et radicales en tant que phénomène de politisation de la société, et parle d’un « contexte nationalisant ». Le nationalisme corse se pense comme ouvert, anticolonial et défenseur de la communauté de destin10. L’auteure montre comment, par des discours ambivalents sur son statut de « minoritaire » (de la minorité politique à la minorité ethnique), sur la question migratoire (qu’elle soit française ou étrangère) ou la disparition du peuple corse, les nationalistes finissent par imposer une figure menaçante, celle de l’Étranger que l’on retrouve dans le glissement des inscriptions I francesi fora à l’arabi fora11. On regrettera malgré tout l’oubli des autres groupes politiques corses (PS, LR, RN…) sur ce sujet et l’absence du concept de « corsisme »12, développé par nombre d’insulaires non-nationalistes voire antinationalistes.

9Le dernier chapitre traite d’un sujet peu abordé, celui des ressorts économiques et symboliques des logiques d’exclusion. Il présente les principales caractéristiques de l’économie locale, où le niveau de diplôme est globalement peu élevé, où la fonction publique reste une voie d’accès à l’emploi privilégiée, où les petites entreprises sont très majoritaires et où les logiques d’interconnaissances prévalent sur les logiques institutionnelles. L’auteure propose ensuite de revenir sur l’entreprenariat qui semble voué à l’échec. D’une part, en dépit de la valorisation de la figure du Corse entrepreneur, cette entreprise est bridée parce que l’activité économique lucrative est exposée aux risques de violence. Il s’agit de ne pas susciter trop de jalousie. D’autre part, ce statut entrepreneurial paraît être refusé à de nombreux Maghrébins. Pourtant, l’auteure nuance la lecture en termes de racisme. Ainsi, le plasticage au milieu des années 2000 d’une boucherie musulmane ne doit pas être comprit selon elle comme un acte islamophobe puisque c’est le fait qu’elle faisait concurrence à celle d’un Corse pour le monopole de la vente de viande de moutons pour l’Aïd qui explique l’attaque. Cela renvoie donc à l’utilisation de pratiques violentes pour le maintien d’un système économique qui concerne la population insulaire toute entière. Le marché du travail fonctionne comme le reste de la société, en un espace segmenté où les différenciations permettent de moduler les rapports sociaux et économiques.

  • 13 Notamment sur le rapport au terrain corse d’une chercheuse elle-même Corse, et sur la conduite et l (...)

10L’intérêt de l’ouvrage est double. Liza Terrazzoni effectue une généalogie de sa recherche et des difficultés rencontrées sur son terrain13, démarche réflexive que l’on retrouve peu dans le paysage de la recherche corse. Mais son livre est bien plus que cela : il offre une véritable radiographie de la société corse des années 2000 à 2010 et de ses codes.

Haut de page

Notes

1 Le 13 août 2016, une rixe a éclaté entre des habitants du village de Sisco en Haute-Corse et une famille de Bastia d’origine maghrébine qui aurait cherché à « privatiser la plage ». Cet affrontement avait provoqué des manifestations du type de celles des jardins de l’Empereur. Voir : « Rétro 2016 : retour sur l'actualité judiciaire en Corse », France3 Corse, https://france3-regions.francetvinfo.fr/corse/haute-corse/corse/retro-2016-retour-actualite-judiciaire-corse-1163359.html (consulté le 01/12/2019).

2 Dans le cadre de sa thèse, l’auteur a effectué plusieurs séjours en 2003-2004 lors desquels elle a mené une campagne d’entretiens, une observation participante sur les relations d’altérité en tant qu’hôtesse d’accueil à l’office de tourisme d’Ajaccio en 2004, ainsi que des visites plus personnelles qui lui ont permis de constituer des matériaux. Elle mentionne également une activité de chargée de projet entre 2006 et 2018 qui a « consisté à inventer et mettre en œuvre des actions socioculturelles dans le cadre de la politique d’action culturelle de la ville d’Ajaccio ».

3 L’auteur justifie l’emploi de ce terme de la façon suivante : « Le terme ‘‘Maghrébin’’ est donc utilisé dans le souci d’une conformité aux usages sociaux sur le terrain et parce que dans le processus de catégorisation à l’œuvre le faciès et l’appartenance culturelle maghrébine supposée ou attribuée, semblent définir le type de relation qui va s’établir. En effet, les appellations ‘‘Maghrébin’’ et ‘‘Arabe’’, quand elles sont utilisées, désignent en Corse, aussi bien un individu de nationalité d’un des pays du Maghreb qu’un Français d’origine marocaine, tunisienne ou algérienne, et cela, indépendamment de leur statut social » (p. 17).

4 Créé en 1976, le FLNC est une organisation clandestine qui revendiquait, au moyen d’actions violentes à l’encontre notamment d’institutions et de représentants du pouvoir politique central (armée, police, préfecture…), l’indépendance et l’autonomie de l’île.

5 La Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme est une institution indépendante qui publie chaque année un rapport sur l’état du « racisme et de la xénophobie » en France.

6 L’entretien date de 2006.

7 Par Maures, on entend les habitants des régences barbaresques.

8 L’auteure mentionne les propos d’un élu nationaliste modéré, invité dans une émission intitulée « Colonisation de peuplement : est-ce toujours un gros mot » : « d’une part le solde de natalité relativement faible et d’autre part […] des flux migratoires relativement tendus » impliqueraient de poser « la question du devenir du peuple corse » (p. 115).

9 L’auteure revient sur les années 1950-1970 qui sont marquées par des luttes sociales corses avec la création notamment de l’Union nationale des étudiants corses (UNEC) ou encore du Comité d’études et de défense des intérêts de la Corse (CEDIC « formé par de jeunes notables libéraux et socioprofessionnels »). « L’UNEC et le CEDIC se joignent et créeront le Front Régionaliste Corse (FRC) à la fin des années 1960 principal acteur des débuts du mouvement national corse ». L’idée d’une « Corse colonisée » apparaît, d’ailleurs, dans le livre du FRC Main basse sur une île (1971) dans un contexte de décolonisation de l’Afrique.

10 « Le peuple corse comprend les Corses d’origine et d’adoption, sans considérations d’origines, de religion ou de couleur de peau ayant décidé de se fondre dans un avenir commun sur la terre de Corse » (extrait d’une motion déposée à l’Assemblée de Corse en Octobre 1988 par les nationalistes (UPC-Cuncolta)).

11 « Les Français dehors », « les Arabes dehors ».

12 Doctrine prônant la défense des spécificités corses.

13 Notamment sur le rapport au terrain corse d’une chercheuse elle-même Corse, et sur la conduite et l’analyse d’entretiens en corse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ornella Graziani, « Liza Terrazzoni, Les autres en Corse. Pour une sociologie des relations interethniques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 décembre 2019, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39786 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.39786

Haut de page

Rédacteur

Ornella Graziani

Doctorante en histoire à l’université Pasquale Paoli de Corse, UMR LISA 6240, UMR CESSP-CRPS.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search