Navigation – Plan du site

Isabelle Gouarné, Les sciences sociales face à Vichy. Le colloque « Travail et Technique » de 1941

Lilian Mathieu
Les sciences sociales face à Vichy
Isabelle Gouarné, Les sciences sociales face à Vichy. Le colloque Travail et Techniques de 1941, Paris, Classiques Garnier, coll. « Histoire des techniques », 2019, 336 p., ISBN : 978-2-406-09567-5.
Haut de page

Texte intégral

1D’abord présentés lors d’un colloque sur le travail et les techniques tenu à Toulouse en juin 1941, les textes réunis dans ce livre avaient précédemment fait l’objet d’une publication aux Presses universitaires de France en 1948. Quoique le présent ouvrage reproduise cette première édition sans modification aucune, il ne s’agit pas ici d’une simple réédition que justifierait la liste, particulièrement prestigieuse, des contributeurs (parmi lesquels rien moins que Marc Bloch, Marcel Mauss, Lucien Febvre, André Lalande ou Georges Friedmann). Le volume a connu, en l’espace de sept décennies, un changement de statut radical : il ne se présente plus, pour le lectorat d’aujourd’hui, comme un ensemble de brillantes réflexions sur les liens entre travail et technique mais comme d’un extraordinaire document sur l’état des sciences sociales françaises juste après la défaite et alors que s’impose l’ordre autoritaire pétainiste.

2La longue et très érudite introduction d’Isabelle Gouarné offre les éléments d’une compréhension contextualisée des enjeux et des conditions de réalisation de la « Journée de psychologie et d’histoire du travail et des techniques » qui se tint donc à Toulouse le 23 juin 1941, sous l’impulsion du psychologue Ignace Meyerson. Rien, dans cette initiative scientifique, qui puisse relever de l’anodin. Le lieu, tout d’abord : située en zone sud, Toulouse constitue une ville-refuge dans les environs de laquelle se sont réfugiés de nombreux universitaires parisiens. Les difficultés de circulation, et spécialement la frontière entre zone libre et zone occupée, n’en constituent pas moins des obstacles majeurs. Si, résidant à Clermont-Ferrand où s’est délocalisée l’Université de Strasbourg, Marc Bloch parvient à faire le déplacement à Toulouse, Marcel Mauss et Lucien Febvre ne peuvent quitter Paris et ne participent que par l’envoi de contributions écrites (dont l’arrivée à destination paraît avoir elle-même été hasardeuse).

  • 1 Voir notamment Pierre Laborie, Les Français des années troubles, Bruxelles, Desclée de Brouwer, 200 (...)

3L’initiateur de la journée retient lui aussi l’attention. Psychologue d’origine juive et polonaise, Ignace Meyerson avait été avant la guerre directeur-adjoint du Laboratoire de psychologie expérimentale de l’École pratique des hautes études (EPHE, IIIe section). Après sa révocation sous l’effet des lois raciales de Vichy, la fondation, au printemps 1941, de la Société d’études psychologiques toulousaine lui permet de conserver une activité scientifique tout en constituant un réseau d’intellectuels critiques à l’égard du nouveau régime, dont bon nombre – comme le futur helléniste Jean-Pierre Vernant, alors proche du Parti communiste, et le philosophe des sciences Georges Canguilhem, qui participent également à la journée – s’engageront peu après dans la Résistance. Fonder une société savante et organiser des journées d’étude relève bien de cette « culture du double » qui, selon Pierre Laborie1, caractérise la vie sous le régime de Vichy : publique et en apparence dépolitisée, l’activité intellectuelle n’en comporte pas moins, par sa simple existence, une dimension critique implicite.

  • 2 Sur l’hostilité de Vichy à l’égard de la sociologie, spécialement durkheimienne, voir Francine Muel (...)

4Cette dernière tient avant tout à la nature des disciplines académiques représentées le 23 juin 1941. Certes, ce que l’on n’appelle pas encore l’interdisciplinarité est à l’honneur puisque, si la psychologie oriente le questionnement central sur le travail et la technique, c’est un vaste spectre des sciences sociales qui est convoqué : l’histoire (Marc Bloch, Lucien Febvre, André Aymard), l’anthropologie (Marcel Mauss), la sociologie (Georges Friedmann) ainsi que la philosophie (André Lalande, Charles Camichel) et la théologie (Étienne Delaruelle, Paul Vignaux). Une telle direction intellectuelle prend de fait le contrepied direct de l’orientation idéologique racialiste promue par le régime pétainiste qui, au même moment, impose l’hygiénisme social d’Alexis Carrel comme référence scientifique ultime. On sait que l’accession de Pétain au pouvoir fut vécue par nombre de ses partisans comme une revanche tardive sur le dreyfusisme ; le legs durkheimien, particulièrement représenté parmi les participants au colloque, constituait à ce titre une cible majeure des forces antisémites et antirépublicaines2. La journée de la Société d’études psychologiques doit ainsi se lire non seulement comme la tentative d’un groupe d’universitaires de maintenir une activité professionnelle autonome en contexte hostile mais aussi et surtout comme un acte de résistance tout à la fois intellectuelle et politique.

5Le thème de réflexion proposé par Meyerson, enfin, se fait l’écho d’un esprit du temps particulièrement troublé et anxiogène. Le travail, tout d’abord, apparaît comme une notion, des plus ambivalentes, de fatalité pesant sur la condition humaine à voie d’émancipation universelle. Vichy a ainsi placé le travail au premier rang (avant la famille et la patrie) des valeurs défendues par sa devise, tout en s’opposant frontalement à un courant politique, le socialisme (lui aussi bien représenté parmi les participants à la journée), qui a fait du monde du travail l’agent de la transformation révolutionnaire des sociétés industrialisées. Technique et technologie suscitent les mêmes perplexités. Par son exaltation des valeurs paysannes anciennes, le pétainisme se pose clairement comme un traditionalisme réactionnaire ; pour autant, c’est bien une forme de modernisme exacerbé, exaltant une technique déshumanisée, qui s’exprime dans certains aspects du nazisme. De fait, la tension entre glaciation traditionnaliste et vertige moderniste irrigue bon nombre des réflexions exposées.

6Les actes du colloque « Travail et techniques » constituent donc un document exceptionnel, à la fois par la richesse des contributions rassemblées (malgré le caractère inévitablement un peu suranné de leur exposition) et par leur dimension historique, révélatrice des conditions de maintien d’une activité intellectuelle exigeante en contexte autoritaire. Leur lecture comporte également une dimension émouvante quand on connait le destin de certains des participants. Marcel Mauss, démissionnaire l’année précédente du Collège de France en protestation contre les lois antijuives de Vichy, présentait ici son dernier texte, et Marc Bloch allait peu de temps après s’engager dans la Résistance clandestine et y laisser sa vie. Meyerson, Faucher, Friedmann, Vernant et Canguilhem furent eux aussi résistants. La réédition de ce volume constitue à ce titre un hommage à ces glorieux prédécesseurs qui n’ont pas hésité à risquer leur vie pour la défense d’une activité scientifique autonome.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Pierre Laborie, Les Français des années troubles, Bruxelles, Desclée de Brouwer, 2001.

2 Sur l’hostilité de Vichy à l’égard de la sociologie, spécialement durkheimienne, voir Francine Muel-Dreyfus, « La rééducation de la sociologie sous le régime de Vichy », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 153, 2004, p. 65-77.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Isabelle Gouarné, Les sciences sociales face à Vichy. Le colloque « Travail et Technique » de 1941 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 06 janvier 2020, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39873

Haut de page

Rédacteur

Lilian Mathieu

Directeur de recherche au CNRS, membre du Centre Max Weber à l’ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page