Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Milan Bouchet-Valat & Cyril Jayet...

Milan Bouchet-Valat & Cyril Jayet (dir.), « Les classes sociales et leurs mesures », L’année sociologique, vol. 69, n° 2, 2019

Antoine Dain
Les classes sociales et leurs mesures
Milan Bouchet-Valat, Cyril Jayet (dir.), « Les classes sociales et leurs mesures », L'année sociologique, vol. 69, n° 2, 2019, 261 p., Paris, PUF, EAN : 9782130821090.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Un groupe de travail mandaté par le Conseil national de l’information statistique (CNIS) s’est a (...)

1À l’heure où se renouvelle la réflexion sur les nomenclatures à utiliser pour saisir au mieux la stratification sociale1, ce dossier vient éclairer les enjeux de l’articulation entre théories des classes sociales, mesures empiriques de ces dernières, et usages des classifications au travers desquelles elles sont saisies. Mesurer les classes sociales suppose en effet de les définir, de déterminer les variables pertinentes pour les saisir, et de réfléchir à une nomenclature pertinente, tant pour le chercheur que pour les acteurs susceptibles de s’approprier les principes de classification ainsi produits. Dans cette perspective, les contributions réunies ici s’efforcent de tenir compte de la coexistence d’une pluralité de hiérarchies et de classements plus ou moins homologues, susceptibles de se recouper, se cumuler ou se compenser dans l’agencement des classes sociales ; et d’interroger la capacité des nomenclatures à en rendre compte.

2Le numéro s’ouvre sur un état des lieux des enjeux et difficultés que soulève tout projet visant à saisir des classes sociales dans une nomenclature. Alors qu’aucune théorie des classes sociales ne s’est imposée de manière indiscutable, toute nomenclature nécessite d’opérer des choix quant à la définition des classes sociales, aux modalités de construction de la nomenclature permettant de les saisir, et à la visée plus ou moins explicative ou descriptive de la classification produite. Outre les difficultés relatives à l’articulation de ces trois niveaux, Milan Bouchet-Valat et Cyril Jayet relèvent sept problèmes auxquels doit se confronter toute entreprise de mesure des classes sociales.

3Dans la continuité de ce passage en revue, les deux contributions suivantes illustrent comment l’échelle d’analyse (individus ou ménages), la démarche (inductive ou déductive) et les critères mobilisés (synthétiques ou non) peuvent influer sur la mesure réalisée. Rémi Sinthon, tout d’abord, cherche à déterminer s’il est possible de retrouver empiriquement les « grandes classes sociales » traditionnellement distinguées en sociologie. Il met en garde contre le risque de déduire d’un découpage catégoriel l’existence de classes réellement distinctes et nettement séparées. Les analyses statistiques qu’il mène lui permettent de dégager des pôles de concentration hiérarchisés, pouvant faire écho à ces grandes classes sociales ; mais il insiste sur l’absence de frontières nettes entre ces pôles, séparés par un continuum de « différences » plutôt que par des « coupures » (p. 336) – sauf peut-être pour les travailleurs indépendants, qui se distinguent du fait de la place prise par le travail dans leur quotidien. Les données mobilisées (les enquêtes Emploi et Budget de famille) ne permettent toutefois pas de trouver de séparations qui résistent au changement d’échelle de l’analyse (profession ou ménage).

4Ainsi, il peut exister une pluralité de principes de structuration, à partir desquels il est possible de dégager autant de hiérarchies et d’établir des classifications qui ne se recoupent pas nécessairement. Toutefois, cela ne signifie pas qu’il faille renoncer à synthétiser plusieurs logiques de différenciation en formulant des principes de structuration multidimensionnels. À partir du cas du Brésil, où coexistent trois nomenclatures de classe, Lucas Page Pereira montre qu’elles se révèlent toutes plus heuristiques qu’une classification à critère unique, qui ne tiendrait compte que du revenu, du niveau de diplôme ou des professions, sans chercher à saisir leur articulation. En revanche, bien qu’issues de traditions théoriques distinctes, aucune de ces nomenclatures ne dispose d’un pouvoir explicatif particulièrement supérieur aux autres. Sont ainsi soulignés, parallèlement, la pertinence des indicateurs cherchant à saisir une structuration en termes de classe par une approche synthétique, et la faible influence des théories des classes sociales présidant à l’élaboration de tels indicateurs.

  • 2 Ceci va dans le sens du propos d’Anne-Catherine Wagner et Delphine Serre (2015), selon qui les f (...)

5Prendre au sérieux la pluralité des classements et la manière dont ils se composent entre eux, dans une perspective multidimensionnelle, n’empêche pas de s’intéresser aux effets de variables plus spécifiques – envisagées alors comme des composantes de la classe sociale, dont l’influence peut varier dans le temps ou selon les contextes nationaux. C’est ce que montre Pauline Vallot, qui compare la manière dont le diplôme et la profession s’articulent avec l’appartenance aux classes supérieures, en France et en Allemagne. Dans le cas français, la forte expansion de l’accès aux études supérieures s’accompagne de sa relative banalisation, comme en témoigne le déversement d’une partie croissante des diplômés du supérieur – en particulier les femmes – vers des professions moins qualifiées. Les études longues ne constituent donc plus, en France, un gage d’occuper une position élevée, mais y sont toutefois devenues une condition de plus en plus nécessaire pour accéder aux métiers d’encadrement, comme élément de consolidation de la légitimité des cadres2. En Allemagne, la correspondance entre formation et profession s’est maintenue de manière beaucoup plus étroite, tandis que les professions d’encadrement n’ont pas connu le même phénomène d’académisation, tirant leur légitimité de sources extra-académiques.

6Fanny Bugeja-Bloch cherche pour sa part à interroger, toujours dans une perspective comparative, la relation entre la position de classe et une forme spécifique d’inégalités : les inégalités résidentielles. Dans un contexte de crise du logement, le statut d’occupation et le taux d’effort des ménages danois, espagnols, français et britanniques sont ainsi envisagés comme des éléments structurants des inégalités sociales. Il s’avère que, bien que la position sociale que mesure la nomenclature ESeG3 n’offre qu’un pouvoir de prédiction faible de la position résidentielle, la forme de la relation entre ces deux positions reste peu ambiguë : dans chacun des pays étudiés, le statut d’occupation constitue bien une composante de la position sociale, les classes populaires étant plus souvent locataires que les classes supérieures. En revanche, l’ampleur des inégalités en matière de logement dépend pour partie du contexte institutionnel, dans des pays susceptibles, selon le modèle d’État-social qui y prévaut, de plus ou moins amortir les effets des inégalités sociales sur les inégalités résidentielles.

7Outre la relation entre l’appartenance à une classe sociale et la position dans une hiérarchie spécifique, il est également possible de réfléchir aux effets de la position de classe sur certains comportements sociaux. Chloé Alexandre, Frédéric Gonthier et Tristan Guerra s’interrogent ainsi sur la relation des classes populaires au populisme. Partant du constat de la diversité sociologique des classes populaires et des rapports au politique de leurs membres, ils optent pour une mesure multidimensionnelle fine de la vulnérabilité, tenant compte de la domination économique aussi bien que culturelle. Ceci leur permet d’identifier des fractions de classe au sein des classes populaires, et de constater que, s’il existe effectivement un lien fort entre les attitudes populistes et l’appartenance aux classes populaires, cette relation n’est ni uniforme, ni spécifique à ces dernières. Pas uniforme, puisqu’aux différentes fractions qui les composent – précariat, classes populaires retraitées et travailleurs pauvres – correspondent plusieurs « attitudes populistes » se traduisant par une proximité plus ou moins forte à la droite ou à la gauche radicales, ou par une propension à l’abstention. Pas spécifique, car il s’avère que le niveau de populisme des classes moyennes, significativement plus élevé que celui des classes supérieures, ne les distingue pas radicalement des classes populaires.

  • 4 Inspiré de l’enquête pionnière de Luc Boltanski et Laurent Thévenot (1983), le dispositif mobili (...)

8Enfin, les deux dernières contributions abordent la question des représentations ordinaires et de leur convergence éventuelle avec les nomenclatures. Cédric Hugrée et Laure de Verdalle, s’appuyant sur une enquête par jeu de cartes4, s’intéressent au lexique utilisé par les individus lorsqu’ils doivent catégoriser des professions. Les termes utilisés traduisent la coexistence d’une perception verticale, s’appuyant sur des critères exprimant une logique de hiérarchisation ; et d’une perception horizontale, plus sectorielle, qui euphémise les hiérarchies d’emploi. Les PCS, qui constituaient dans les années 1980 un repère important, sont moins mobilisées mais font l’objet d’usages nouveaux : auparavant vocable d’euphémisation des luttes de classe, elles serviraient aujourd’hui à exprimer ces luttes. S’imposent à l’inverse de nouveaux registres qui trahissent la diffusion de classifications issues du monde de l’entreprise, comme celui de la « responsabilité ». Dans une moindre mesure, un registre moral émerge également, exprimant des jugements sur le caractère supposé des personnes occupant un emploi ou sur son travail lui-même.

9Thomas Amossé et Étienne Pénissat montrent enfin que ces représentations ordinaires sont situées socialement : les critères hiérarchiques sont d’autant plus souvent mobilisés qu’on s’élève dans l’échelle des emplois, et ce à deux égards. D’une part, les individus appartenant au « haut » de l’échelle des emplois s’appuient plus souvent sur des critères hiérarchiques pour mener leurs opérations de catégorisation – là où les ouvriers et les employés distinguent plutôt les professions selon une perspective sectorielle ou fonctionnelle. D’autre part, les professions du « haut » font plus souvent l’objet d’une lecture hiérarchique, s’appuyant sur la position sociale, même si des logiques « statutaire » et « fonctionnelle » sont également exprimées, en particulier chez les indépendants et les ouvriers et employés. Quant aux représentations ordinaires concernant les emplois d’exécution, le principal clivage reste, justement, une opposition entre ouvriers et employés plutôt qu’entre travail qualifié et non qualifié, relativisant l’idée d’une érosion de cette distinction.

10Finalement, les contributions réunies dans ce numéro explorent plusieurs axes de réflexion et révèlent toute la richesse et l’ambition de la problématique posée en introduction, sans pouvoir l’épuiser entièrement. Plutôt qu’un état des lieux exhaustif, il faut donc voir dans les études de cas qui composent ce dossier une invitation à actualiser la manière dont les classes sociales peuvent être saisies, en étant sensible à la pluralité des théories, des méthodes, des échelles et des parties prenantes.

Haut de page

Notes

1 Un groupe de travail mandaté par le Conseil national de l’information statistique (CNIS) s’est ainsi chargé, en 2018-2019, de réfléchir aux voies de rénovation de la nomenclature des professions et catégories socio-professionnelles (PCS).

2 Ceci va dans le sens du propos d’Anne-Catherine Wagner et Delphine Serre (2015), selon qui les fractions économiques des classes supérieures chercheraient de plus en plus à doubler leur capital économique d’un capital culturel institutionnalisé, marqué par l’obtention de diplômes prestigieux. Serre Delphine et Wagner Anne-Catherine, « For a relational approach to cultural capital: a concept tested by changes in the French social space », The Sociological Review, vol. 63, n °2, 2015, p. 433-450.

3 European Socio economic Group, voir https://www.insee.fr/fr/statistiques/2022135.

4 Inspiré de l’enquête pionnière de Luc Boltanski et Laurent Thévenot (1983), le dispositif mobilisé ici est présenté par Deauvieau et al. (2014). Boltanski Luc et Thévenot Laurent, « Finding one’s way in social space: a study based on games », Social science information, vol. 22, n° 4-5, 1983, p. 631-680 ; Deauvieau Jérôme, Penissat Étienne, Brousse Cécile et Jayet Cyril, « Les catégorisations ordinaires de l’espace social français. Une analyse à partir d’un jeu de cartes », Revue française de sociologie, vol. 55, n° 3, 2014, p. 411–457.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Dain, « Milan Bouchet-Valat & Cyril Jayet (dir.), « Les classes sociales et leurs mesures », L’année sociologique, vol. 69, n° 2, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 janvier 2020, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39879 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.39879

Haut de page

Rédacteur

Antoine Dain

Doctorant en sociologie au Laboratoire d’économie et sociologie du travail, agrégé de sciences économiques et sociales.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search