Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Antoine Prost, Les Français de la...

Antoine Prost, Les Français de la Belle Époque

Thibault Bechini
Les Français de la Belle Époque
Antoine Prost, Les Français de la Belle Époque, Paris, Gallimard, 2019, 384 p., ISBN : 978-2-07-281893-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous nous contentons de donner quelques exemples tirés de l'actualité la plus récente : au ciném (...)
  • 2 Prost Antoine, Les Anciens Combattants 1914-1940, Paris, Gallimard-Julliard, 1977.
  • 3 Prost Antoine, Douze leçons sur l'histoire, Paris, Éditions du Seuil, 1996.

1La Belle Époque serait-elle à la mode ? Tandis que le cinéma et la télévision manifestent leur intérêt renouvelé pour cette quinzaine d'années qui précéda la Grande Guerre1, Antoine Prost, historien connu pour ses travaux sur les anciens combattants2 et ses réflexions sur l'historiographie contemporaine3, propose avec Les Français de la Belle Époque une histoire sociale synthétique et très documentée de la période. En matière de périodisation, l'auteur rappelle dès les premières pages que « l'entre-deux-guerres a vécu dans la perspective d'une continuité rétablie » et d'un « retour possible » à l'avant-guerre (p. 10) ; ce n'est qu'avec la Seconde Guerre mondiale que les premières années du XXsiècle apparaissent comme un « paradis perdu » et que la césure de la première guerre finit par s'imposer.

2En un peu plus de 300 pages et au fil de dix chapitres thématiques, dont plusieurs s'organisent autour de groupes sociaux définis (« Aristocrates, bourgeois, domestiques » ; « Patrons et ouvriers » ; « Les paysans »), l'auteur brosse un portrait de la société française de la Belle Époque fondé sur une analyse des interactions entre classes sociales, qu'elles soient le fruit de confrontations – le chapitre 4 est consacré à « la question sociale » et aux tensions entre paternalisme patronal et révolte ouvrière – ou qu'elles soient constitutives d'une « culture de la déférence » (p. 331). Ce cadre d'écriture permet à l'auteur de restituer, souvent de manière très vivante, grâce aux nombreux témoignages d'époque qu'il convoque, l'épaisseur d'une société duale, dont les divisions ne peuvent être ignorées. Aussi n'est-ce sans doute pas un hasard si le propos s'ouvre par un chapitre, consacré au « peuple » et aux « élites », qui repose sur la mise en balance des « sous » des premiers avec les « millions » des secondes. Cette trame narrative permet également à l'historien de répondre à une question qui n'apparaît clairement que dans la conclusion de l'ouvrage, mais qui cependant le traverse tout entier : comment expliquer, en dépit de ses multiples lignes de fracture, la cohésion de la société française d'avant-guerre, une cohésion dont on sait rétrospectivement qu'elle devait permettre au régime républicain de surmonter l'épreuve du premier conflit mondial ?

  • 4 Nous songeons par exemple à l'ouvrage, devenu classique, de Christophe Charle, Histoire sociale de (...)

3Cette étude de la société française prise dans son ensemble sur une période restreinte, bornée, en amont, par la reprise de la croissance économique en 1896, après la Grande Dépression qui a marqué les années 1870-1880, et, en aval, par l'entrée dans la Grande Guerre à l'été 1914, constitue sans doute le principal intérêt de l'ouvrage, qui offre au lecteur un approfondissement complémentaire des grandes synthèses d'histoire sociale consacrées à la France du long XIXsiècle4. Les Français de la Belle Époque n'en demeurent pas moins une vue d'ensemble, mêlant considérations quantitatives – rendues intelligibles par la présence de nombreux tableaux, cartes et graphiques – et exemples sélectionnés à travers tout le territoire national – ce qui a le mérite de rappeler que les transformations sociales et culturelles ne se cantonnent pas à Paris. À l'intérieur d'une trame essentiellement thématique – qui sied bien à une période historique qui dure moins de deux décennies –, Antoine Prost insère quelques chapitres plus chronologiques, à la croisée de l'histoire sociale et de l'histoire politique. C'est notamment le cas des deux derniers chapitres, qui étudient la place des institutions – l'école, l'Église – dans la société et le rôle du patriotisme comme ciment national, y compris dans sa dimension impériale, aspects dont l'analyse est corrélée à celle de l'affermissement du régime républicain – qui connaît cependant des crises, telles l'affaire Dreyfus ou la séparation de 1905, auxquelles l'auteur consacre des sous-chapitres spécifiques.

4Chapitre après chapitre, l'auteur se livre à un travail de définition des groupes sociaux qu'il étudie en faisant varier les échelles d'analyse ; ce faisant, il prend soin de mettre en évidence, à l'intérieur de chaque classe sociale, les positions très diverses qu'occupent leurs membres. Ainsi, si le baccalauréat apparaît à la Belle Époque comme le diplôme qui définit les élites et les sépare du peuple, Antoine Prost prend soin de rappeler, dans les pages qu'il consacre à une mise en regard de « l'éducation des élites » et de « l'instruction du peuple », que près de la moitié des hommes de la bourgeoisie d'affaires ne poursuivent pas leurs études au-delà du lycée. Lorsqu'il s'intéresse à la structuration de la classe ouvrière, l'historien signale que « rien ne manifeste mieux les hiérarchies internes à la classe ouvrière que le travail des femmes », qui indique le manque d'argent d'un ménage, alors que dans le même temps on peut repérer l'existence d'une « frange d'ouvriers propriétaires qui encaissaient des loyers » (p. 103). De façon comparable, même s'il existe dans le monde paysan une similitude des travaux et des costumes, on ne peut ignorer les inégalités de revenus qui séparent les journaliers agricoles des gros cultivateurs. Parallèlement, l'auteur s'intéresse aux interactions entre classes sociales et porte une attention particulière à la manière dont ces relations s'inscrivent dans l'espace. Le cœur de l'ouvrage est ainsi occupé par deux chapitres, « La société rurale et la ville » et « Les peuples des villes », dont le premier souligne les échanges entre villes et campagnes tandis que le second étudie, de façon très synthétique, les villes comme « lieux d'échanges et de services multiples » (p. 195). Dans ces deux chapitres, une place est faite aux sociabilités et aux loisirs, qui connaissent alors de nombreuses mutations – apparition de fêtes nouvelles, tel le 14 Juillet ; essor de nouveaux divertissements, comme le cinéma, et développement du sport.

5Ouvrage de synthèse, Les Français de la Belle Époque n'en éclaire pas moins d'un jour nouveau les structures de la société française d'avant-guerre. Certaines corrélations inattendues, mais cependant lumineuses, méritent qu'on s'y arrête ; ainsi, le graphique qui, dans le chapitre consacré à la famille, présente les taux de la mortalité infantile entre 1873 et 1912 et met en évidence le « décrochage » de la fin des années 1890, offre une justification originale – et, pour une fois, plus sociale qu'économique – des bornes classiquement retenues pour circonscrire la Belle Époque : « la mortalité infantile a reculé deux fois plus au cours des quinze années qui ont précédé la guerre que pendant tout le XIXsiècle » (p. 251). De façon comparable, le précieux tableau des rémunérations annuelles, établi par l'auteur sous la forme d'un éventail allant des 900 francs que perçoit un facteur rural aux 80 000 francs que gagne le directeur général de la Compagnie des forges de Châtillon-Commentry, met en exergue le petit nombre des revenus compris entre 2 000 et 5 000 francs, qui correspondraient à ceux d'une classe moyenne difficile à cerner en ces années d'avant-guerre, alors même que les « classes moyennes, au pluriel, occupaient le discours public » (p. 226). Sur la place des femmes dans la société française, l'attention prêtée aux pratiques sociales engage l'auteur à nuancer les restrictions juridiques qui, en principe, encadrent leur rapport à l'argent. Ainsi, l'interdiction, bien connue, faite aux épouses d'ouvrir un compte en banque sans l'autorisation de leur mari ne gêne guère les femmes du peuple, habituées à régler en espèces toutes leurs transactions, y compris le paiement du loyer. L'historien rappelle en outre qu'une disposition législative de 1895, assez méconnue, permit aux femmes mariées d'ouvrir et de gérer, sans l'autorisation de leur époux, un livret de caisse d'épargne : les femmes du peuple, qui ne possèdent bien souvent pas d'autre bien que ce livret, se trouvent ainsi libres de disposer de leurs économies comme elles l'entendent.

6Très stimulant, l'ouvrage construit une grille interprétative qui invite à une lecture à nouveaux frais de la société française de la Belle Époque. La conclusion relie avec clarté les différents points développés au fil des chapitres et revient sur trois clefs d'analyse mobilisées tout au long de l'étude. L'auteur s'arrête sur trois facteurs qui, à son sens, permettent d'expliquer l'acceptation de la distance sociale dans une société pourtant ouverte au changement : « la force des familles », entendues à la fois comme unités économiques et comme ensembles de liens sociaux permettant d'atténuer les difficultés de l'existence ; « la culture de la déférence », dont l'école républicaine apparaît comme un des vecteurs ; « la gouvernance », qui mêle la faiblesse – toute relative – du pouvoir exécutif à la force de l'administration, dont les relais dans les départements constituent « un réseau cohérent capable de gérer les tensions » (p. 332). Cette grille interprétative, certes tributaire d'un « regard particulier » sur le passé que revendique l'auteur (p. 13), fait tout le prix de l'ouvrage – par ailleurs présenté, dès la première ligne, comme un « aboutissement » –, en même temps qu'elle lui donne sa cohérence générale, là où il aurait facile de s'en tenir à une vision synthétique mais pointilliste de la société française de la Belle Époque.

Haut de page

Notes

1 Nous nous contentons de donner quelques exemples tirés de l'actualité la plus récente : au cinéma, l'affaire Dreyfus fournit à Roman Polanski l'intrigue de son J'accuse, sorti en salles le 13 novembre 2019 ; à la télévision, France 3 a proposé avec Une si belle époque ! , diffusé début octobre 2019, un documentaire réalisé à partir d'images colorisées du début du XXsiècle, tandis que TF1, associé à Netflix et à la RTBF, a lancé en novembre la première saison de sa mini-série Le Bazar de la Charité, dont la toile de fond est l'incendie survenu le 4 mai 1897 à l'occasion d'une vente de bienfaisance.

2 Prost Antoine, Les Anciens Combattants 1914-1940, Paris, Gallimard-Julliard, 1977.

3 Prost Antoine, Douze leçons sur l'histoire, Paris, Éditions du Seuil, 1996.

4 Nous songeons par exemple à l'ouvrage, devenu classique, de Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 1991, qui, dans son dernier chapitre, « L'idéal d'une société démocratique ? », soulève quelques-unes des interrogations auxquelles le travail d'Antoine Prost entend répondre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Bechini, « Antoine Prost, Les Français de la Belle Époque », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 07 janvier 2020, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39894 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.39894

Haut de page

Rédacteur

Thibault Bechini

Ancien élève de l'ENS de Lyon, agrégé d'histoire, doctorant à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search