Navigation – Plan du site

Béatrice Giblin (dir.), « Migrations et nations », Hérodote, n° 174, 2019

Ana-Luana Stoicea-Deram
Migrations et nations
Béatrice Giblin (dir.), « Migrations et nations », Hérodote. Revue de géographie et de géopolitique, n° 174, 3e trimestre 2019, 246 p., Paris, La Découverte, ISBN : 9782348045769.
Haut de page

Texte intégral

1Le numéro 174 de la revue de géographie et géopolitique Hérodote porte sur les liens entre les migrations et les nations. La revue a déjà consacré plusieurs articles à cette thématique, comme le rappelle Béatrice Giblin dans son éditorial, « L’immigration et la nation, une question géopolitique ». Ce numéro rassemble treize articles1, qui se réfèrent soit à un espace national (France, États-Unis, Grande-Bretagne, Japon, Israël, Afrique du Sud, Russie, Liban, Maroc), soit à une région, le Golfe Arabo-Persique. Les approches sont d’une grande diversité : analyse géopolitique des enjeux et des répercussions des politiques migratoires ; effets des représentations de la nation sur les comportements des individus et sur les stratégies des institutions (politiques, presse) ; perceptions de l’étranger. Elles informent sur les modalités dont différentes nations, selon leur histoire propre, se rapportent au phénomène migratoire, vécu comme émigration, immigration ou déplacement de population, mais aussi sur les choix politiques visant à gérer ce phénomène et les enjeux qui en découlent, ainsi que sur les outils théoriques et conceptuels appropriés pour les appréhender.

2L’éditorial montre que le rapport complexe entre la migration et la nation interroge aussi bien les rapports Nord-Sud que ceux entre États du Sud, et pose « des questions de frontières, d’étrangers, de nationaux ». Si le départ de populations a un impact certain sur le pays d’origine, « le facteur majeur le plus susceptible de déstabiliser la nation » est l’immigration, perçue comme une menace d’invasion, susceptible de déclencher une crise. De ce fait, les politiques migratoires mises en place par les États « sont toutes confrontées à la nécessaire préservation de la cohésion et de l’identité nationales » (p. 3-4).

  • 2 Selon le démographe américain William Frey, cité p. 21.

3La stratégie de protection territoriale et, partant, nationale qui consiste à ériger un mur à la frontière est largement présente aujourd’hui. Deux analyses de la politique de Donald Trump montrent qu’il s’agit d’un enjeu de politique interne, voire électoral, et non de défense du pays, et expliquent pourquoi elle est vouée à l’échec. La dynamique démographique états-unienne, analysée par Frédérick Douzet, révèle la pertinence et l’efficacité à moyen et long termes de cette politique. La tension originelle entre les dimensions civique et ethnique de la nation, exploitée par Donald Trump, touche un électorat en train de diminuer démographiquement, au profit d’un électorat issu d’une « explosion de la diversité »2. Ce changement de la population rend caduque la politique d’immigration basée sur l’image d’un mur supposé protecteur. L’analyse des prises de décisions géopolitiques des entrepreneurs des cartels de la drogue conduit Rodrigo Nieto-Gómez au même constat. Le concept de stigmergie, « une forme d’action accomplie en réaction à des signaux perçus dans l’environnement » (p. 27), permet de scruter les réactions des acteurs criminels face à des barrières physiques, comme le mur à la frontière. Les innovations de ces acteurs (utilisation de drones ou de sous-marins) en prouvent l’inefficacité, devant la détermination d’adversaires intelligents et réactifs.

4Souvent motivée par des raisons économiques et démographiques, l’immigration suscite la peur du mélange ou de la dissolution de la culture nationale, et fait l’objet d’un contrôle strict. Les politiques de contrôle adoptées au Japon, en Israël et en Russie relèvent de différentes stratégies. La conception ethnique de la japonité sous-tend une politique migratoire très restrictive, visant à protéger l’identité nationale, comme le montre Philippe Pelletier. Le pouvoir mobilise le « concept unifiant » de kokutai (« le “corps-pays”, voire le “corps-national” »), caractérisé par « une quadruple dimension : physique (l’enveloppe géographique qui correspond au territoire des habitants), charnelle (biologique, les personnes), spirituelle (les sentiments, les mœurs) et symbolique (l’enjeu qu’il constitue) », pour placer l’immigration « dans une situation d’altérité radicale » (p. 47). Les efforts pour la maîtriser ou en ignorer la portée, afin de favoriser l’homogénéité socioculturelle et ethnique du « corps-pays », sont affaiblis à présent par l’internationalisation des élites et le déclin démographique du pays. En Israël, l’immigration a été la principale source de peuplement qui a conduit à la création de l’État. Frédéric Encel estime qu’elle a incarné « les principaux efforts financiers et diplomatiques, la revendication primordiale ainsi que l’espoir ultime du mouvement sioniste puis d’Israël des décennies durant » (p. 160). Néanmoins, il s’est toujours agi d’une immigration « de citoyens ou de sujets juifs hors des États où ils vivent vers Eretz Israël ». Si, pour les Juifs du monde, ont été organisées plusieurs vagues d’aliya (immigration des Juifs de diaspora vers la terre d’Israël), vues « comme une impérieuse nécessité morale et démographique » (p. 170), les migrants non-juifs, qu’il s’agisse des exilés palestiniens ou des migrants d’Afrique sub-saharienne, sont toujours perçus comme un péril grave pour la nation. En Russie, les migrations et les déplacements de populations ont été pratiqués pendant des décennies (avant, pendant et après l’URSS). Sophie Hohmann donne à voir le patriotisme qui imprègne à présent les politiques migratoires, à la suite du tournant conservateur induit par le président Vladimir Poutine. Le document récent adopté en matière de migration met en lien la nécessité de résoudre les problèmes socio-économiques et démographiques du pays, et la protection de la langue et du patrimoine historique russe. La nation apparaît comme protectrice devant l’augmentation des incertitudes, « dans un contexte de désécularisation » (p. 156).

5Un contrôle strict de l’immigration est pratiqué aussi par les États du Golfe Arabo-Persique, à travers la kafala, qui « lie l’étranger à un hôte local, responsable de ses actes et de sa personne » (p. 193-194). Dans cette région, qui doit son développement à la main d’œuvre étrangère, les monarchies autoritaires n’envisagent pas d’ouvrir l’accès à la nationalité. Pourtant, malgré l’absence de droits pour les étrangers, Marc Lavergne (qui y vit) estime que la migration devient « gage de progrès et d’ouverture vers l’avenir » (p. 206).

6La position territoriale et les relations de voisinage sont primordiales dans le traitement politique de l’immigration. Lorsqu’elle est générée par un conflit armé, comme au Liban, son impact démographique a des répercussions immédiates sur la politique interne, puisque « le système politique est bâti sur une répartition confessionnelle des principaux pouvoirs » (p. 189), comme l’explique Carine Lahoud-Tatar. Quand c’est le niveau de développement économique qui détermine les mouvements de populations, et que le pouvoir politique trouve son intérêt dans l’immigration, la situation géographique du pays peut en faire à la fois une terre de départ et un terre d’accueil. Pierre Vermeren analyse ainsi la situation actuelle du Maroc, où la gestion des flux de migrants constitue « une arme de politique internationale » (p. 223).

  • 3 Jeanne Bouyat reprend ainsi la théorie de Michael Neocosmos.

7Les représentations que la population se fait des immigrés sont façonnées par les politiques migratoires, par les discours politiques sur le sujet et aussi par la spécificité de l’espace d’habitation. Jeanne Bouyat analyse comment, à l’échelle de la ville de Johannesburg (Afrique du Sud), les lycéens manifestent des attitudes différentes à l’égard des étrangers, selon la localisation de leur établissement, leurs « subjectivités politiques » étant déterminées à la fois par le « discours politique hégémonique »3 de xénophobie et par « l’habitus organisationnel » des lycées (recrutement des élèves, pratiques administratives et pédagogiques du personnel, p. 66). Thibaud Harrois estime que le vote britannique de 2016 pour la sortie de l’UE apparaît motivé par la politique nationale d’immigration en contexte européen et par l’arrivée de flux plus importants, après 2004, originaires d’Europe de l’Est. Les deux principaux partis de gouvernement ayant affirmé que l’immigration avait « des répercussions négatives sur la vie des citoyens dans certaines régions » (p. 91), les immigrés ont été perçus comme une menace pour l’identité nationale et l’État-providence. En France, l’absence de positionnement des partis de gauche, sur la question de la nation, a rendu visible le seul discours politique d’extrême droite : « Nous traversons la plus récente formulation de la crise de l’identité nationale, qui se déploie depuis trois décennies du fait de l’absence de réponse politique positive au fait que la société française devient plus visiblement diverse, et non à cause des flux migratoires », estime Jérémy Robine (p. 104). La prise en compte de la ségrégation spatiale et raciale apparaît donc déterminante pour comprendre la réalité de la nation dans sa diversité.

8Les outils de mesure et de représentation graphique sont essentiels pour saisir l’évolution dans le temps de la présence des immigrés ou des migrants. Jérôme Fourquet et Sylvain Manternach observent, à travers les fichiers de l’Insee et les listes électorales, l’inscription territoriale des prénoms masculins polonais, portugais et arabo-musulmans donnés en France depuis un siècle, afin d’analyser ce qu’ils révèlent « de notre “histoire” et de notre “identité” individuelles et collectives » (p. 113). Les graphiques et les cartes qu’ils réalisent permettent de visualiser l’implantation et la dissémination des immigrés sur le territoire national. De même, les cartes réalisées et publiées par le journal Le Monde pour traiter la « crise des migrants » (HCR) apparue en 2015 – décryptées par Mathilde Costil et Francesca Fattori ont cette même capacité d’expression d’un phénomène sensible et complexe, à la fois de masse et individuel. Outils rédactionnels, ces cartes racontent des trajectoires, représentent des dangers et soulignent des processus d’invisibilisation de populations ou de cristallisation de solidarités.

9La richesse des contributions, leur valence intrinsèquement comparative, la rigueur des arguments, la diversité et l’actualité des sources mobilisées recommandent la lecture de ce numéro d’Hérodote à tout lecteur qui cherche des informations actualisées et mises en perspective théorique sur la manière dont les nations contemporaines se rapportent au phénomène migratoire.

Haut de page

Notes

1 Dont on peut lire les résumés sur le site de la revue https://www.herodote.org/spip.php?rubrique86.

2 Selon le démographe américain William Frey, cité p. 21.

3 Jeanne Bouyat reprend ainsi la théorie de Michael Neocosmos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana-Luana Stoicea-Deram, « Béatrice Giblin (dir.), « Migrations et nations », Hérodote, n° 174, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 07 janvier 2020, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39897

Haut de page

Sujet

Inégalités

Migrations - minorités

Mondialisation

Mouvements politiques et sociaux

Pauvreté - précarité

Relations internationales

Haut de page

Rédacteur

Ana-Luana Stoicea-Deram

Formatrice en politiques sociales et familiales à l’Institut de recherche et de formation à l’action sociale de l’Essonne (IRFASE).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page