Navigation – Plan du site

Anne-Marie Thiesse, La fabrique de l’écrivain national. Entre littérature et politique

Agnès Graceffa
La fabrique de l’écrivain national
Anne-Marie Thiesse, La fabrique de l’écrivain national. Entre littérature et politique, Paris, Gallimard, coll. « NRF Bibliothèque des histoires », 2019, 440 p., ISBN : 978-2-07-278996-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Anne-Marie Thiesse, Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste, Paris, PUF, coll. « Eth (...)

1Historienne reconnue de la formation de l’identité française1, Anne-Marie Thiesse propose ici un essai consacré à la figure de l’écrivain national, de sa création romantique à sa remise en question contemporaine. « Pas de véritable nation sans littérature, pas de véritable littérature qui ne soit nationale », postule-t-elle en début d’ouvrage (p. 11). Sans questionner immédiatement l’européocentrisme de la formule mais en soulignant son historicité, l’auteure entame une analyse historique et mondiale de la place des écrivains vis-à-vis de leurs États d’appartenance et de leurs rapports complexes avec leurs nations, ses représentants politiques, tant durant leur vivant qu’après leur mort. L’ouvrage couvre une large période contemporaine qui s’étend du début du XIXe siècle jusqu’à l’actualité la plus récente (en dernier lieu, le mouvement Me too est évoqué p. 417). La masse d’informations brillamment mobilisées s’avère ici énorme. Même si de nombreux allers-retours chronologiques égarent parfois un peu le lecteur, la perspective suivie par l’auteure demeure clairement historique et non structurelle ou thématique. Si l’ouvrage se réfère régulièrement aux travaux des sociologues (parmi lesquels ceux de Gisèle Sapiro, de Nathalie Heinich), le choix de focus successifs sur de très nombreuses figures illustres de la littérature mondiale apparait privilégié par rapport à toute approche quantitative (peu de données chiffrées sont ainsi produites).

2Débutant par une courte introduction (p. 11-22), l’ouvrage se divise en quatre grandes parties. La première, intitulée « Romantisme national » (p. 25-130), brosse le tableau de la mise en place de l’écrivain national. Chaque nation européenne, Russie comprise, veut avoir son « Homère à soi » : ainsi s’impose le succès des romans nationaux. Le cadre posé, l’écrivain devient « verbe et chair de la nation », comme l’énonce le titre de la seconde partie (p. 131-230). Il apparait essentiellement au service de la liberté et de son peuple, donc de la démocratie, et va jusqu’à acquérir une vertu thaumaturgique (suivant l’exemple de Victor Hugo, p. 185-187) qui le mène tout droit à une reconnaissance contemporaine et posthume qui se veut éternelle, et qui accessoirement lui permet de négocier des droits de propriété littéraire (p. 213-230). La troisième partie, « Nationalismes et internationalismes littéraires » (p. 231-340), élargit légèrement le spectre jusqu’ici très européen à travers le nouvel enjeu de l’internationalisme, revendiqué par une partie du monde littéraire. Qu’ils soient ultra- ou a-nationalistes, les écrivains sont mobilisés politiquement. Anne-Marie Thiesse rappelle ici à la fois les conséquences souvent tragiques – exil, arrestation, enfermement – de cette mobilisation sans faire l’économie de la question délicate de la responsabilité de l’écrivain. Les cas emblématiques des deux guerres mondiales, des États fascistes ou communistes sont ici successivement présentés. La quatrième partie, enfin, s’attache à la « Mondialisation de l’écrivain national » (p. 341-407). La reconnaissance de la production littéraire américaine mais aussi japonaise, chinoise, africaine, pose sous un nouveau jour la question nationale et interroge la dimension impérialiste de la littérature. Évoquant les mutations récentes de la figure de l’écrivain, du succès de l’édition virtuelle au développement du tourisme littéraire, une courte conclusion (p. 411-418) clôt l’ouvrage, suivie d’un très utile index nominum.

  • 2 Par exemple, le discours d’Andreï Djanov au premier congrès de l’Union des écrivains de Moscou en a (...)
  • 3 Bernard Bruneteau, Les « collabo » de l’Europe nouvelle, Paris, CNRS Éditions, coll. « Biblis », 20 (...)

3Bien que riche et stimulant, l’ouvrage pèche à notre sens par une problématisation relativement brève, simplement esquissée dans l’introduction. Le concept même d’écrivain national, s’il peut paraître aller de soi, mériterait une véritable définition. Le lecteur ne parvient pas aisément à suivre le cours d’un raisonnement qui demeure souvent allusif. Le choix d’une couverture mondiale oblige l’auteure à présenter de nombreux cas particuliers dont on ignore s’ils sont véritablement représentatifs, dans la mesure où leur critère de sélection ne se trouve pas explicité. Le large champ thématique et chronologique couvert oblige à évoquer une très grande pluralité de questions, dont certaines ont été par ailleurs très travaillées par la recherche scientifique, mais qui bénéficient ici de références restreintes, tout comme les exemples mobilisés2. L’absence de bibliographie générale renforce cette impression et la présentation, forcément partielle et allusive, de questions cruciales, entraine parfois une approche biaisée : c’est par exemple le cas de celle de l’Union européenne, « communauté non imaginée » (p. 387-388), pour laquelle Anne-Marie Thiesse souligne l’absence du culturel dans sa fondation, sans en expliquer les raisons (le souvenir alors vif des illusions européanistes de l’Entre-deux-guerres), pourtant bien connues3. L’identité forcément masculine de l’écrivain national, se trouve énoncée comme une évidence sans être véritablement interrogée : la littérature n’a-t-elle pas été, pour les femmes, un outil majeur d’émancipation, notamment durant la période contemporaine ? N’y ont-elles pas rapidement pris une place significative ? Est-il juste de ne citer Virginia Wolff que comme fille du professeur et écrivain Leslie Stephen (p. 106) ? De n’évoquer Georges Sand que pour mentionner sa présence parmi « les premiers adhérents » de la Société des gens de lettres (p. 212), sans souligner l’ampleur de son travail non seulement dans le cadre de cette association, mais également pour son œuvre même, et sa reconnaissance comme écrivain du peuple ? Est-il correct de convoquer Simone de Beauvoir uniquement pour sa « relation amoureuse » avec Nelson Algren (p. 355) ou comme consignatrice des provocations de Sartre (p. 411) ? De mentionner en note que Colette fut « la seule écrivaine française ayant eu des obsèques nationales » (p. 417, n. 1), sans tenter d’en analyser la portée ou de la mettre en parallèle avec d’autres figures féminines françaises postérieures, récipiendaires elles aussi de reconnaissances significatives (Académie française, Prix Goncourt), telles que Marguerite Yourcenar ou Duras ? En réitérant un discours foncièrement masculin et conservateur, Anne-Marie Thiesse valide cette perspective – tout en semblant, il est vrai, le regretter. Par manque d’explicitations, l’ouvrage, au final, n’apparaît pas aussi efficace qu’il pourrait l’être, et ceci malgré la très grande maîtrise du sujet par l’auteure, ce qui est bien dommage.

Haut de page

Notes

1 Anne-Marie Thiesse, Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste, Paris, PUF, coll. « Ethnologies », 1991 ; Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe siècle, Paris, Le Seuil, 1999 ; Anne-Marie Thiesse, Faire les Français. Quelle identité nationale ?, Paris, Stock, 2010.

2 Par exemple, le discours d’Andreï Djanov au premier congrès de l’Union des écrivains de Moscou en août 1934 est cité en français (p. 305) sans référence explicite qui permette au lecteur de retrouver aisément le texte. Un autre exemple de mention très allusive est celui du manuscrit d’Ulysse, évoqué (p. 233) sans mention de son auteur, certes célèbre, James Joyce.

3 Bernard Bruneteau, Les « collabo » de l’Europe nouvelle, Paris, CNRS Éditions, coll. « Biblis », 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Graceffa, « Anne-Marie Thiesse, La fabrique de l’écrivain national. Entre littérature et politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39907

Haut de page

Rédacteur

Agnès Graceffa

Docteure en histoire et collaboratrice scientifique au Sociamm (Université libre de Bruxelles), Agnès Graceffa est spécialiste d’historiographie contemporaine (histoire de la médiévistique) dont elle explore la triple dimension intellectuelle, culturelle et biographique.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page