Navigation – Plan du site

Stathis Kouvélakis, La critique défaite. Émergence et domestication de la Théorie critique

Léa Coget
La critique défaite
Stathis Kouvélakis, La critique défaite. Émergence et domestication de la Théorie critique, Paris, Amsterdam Editions, coll. « Lignes rouges », 2019, 536 p., ISBN : 9782354801984.
Haut de page

Texte intégral

1Comment produire une critique efficace de la société présente ? Telle est la question qui a occupé les générations successives de l’École de Francfort auxquelles ce livre est consacré. En faisant la lumière sur la trajectoire de la « Théorie critique » élaborée par les penseurs de Francfort depuis les années 1920, l’auteur défend la thèse d’un affaiblissement de la critique qui, au départ indissociable d’un projet de transformation sociale proprement révolutionnaire, se trouve progressivement « domestiquée ». L’analyse de ce basculement, fait-il l’hypothèse, permet de « clarifier les conditions de [la] reconstruction » d’un projet émancipateur pour notre époque (p. 19).

2Pour mener à bien ce projet, l’auteur procède à une généalogie de ce courant intellectuel toujours vivant aujourd’hui en organisant son propos autour de trois figures associées aux trois générations successives de l’École de Francfort : Max Horkheimer, Jürgen Habermas et Axel Honneth. L’historicisme revendiqué, consistant à « concevoir les constructions théoriques comme des réponses actives à des situations historiquement déterminées » (p. 25), transparaît dans l’omniprésence des dates tout au long de l’ouvrage. L’auteur met ainsi en rapport les différents textes philosophiques avec les événements historiques contemporains de leur écriture, et contextualise systématiquement les idées produites et les débats théoriques engagés par les intellectuels francfortois. C’est précisément ce rôle accordé à la conjoncture qui donne force et consistance à l’aspiration exprimée par Stathis Kouvélakis en conclusion, de reconstruire la Théorie critique aujourd’hui. Le respect de la chronologie impose à l’auteur de reproduire dans l’ouvrage la « courbe déclinante » qui caractérise à ses yeux la trajectoire de la Théorie critique. À cet effet, « La critique défaite » est assurément un titre bien choisi pour un ouvrage dont chaque chapitre nous enfonce davantage dans un marasme théorique dont il faut attendre la conclusion pour apercevoir, avec bonheur, la lueur d’une porte de sortie.

3Le récit de cette défaite commence par l’explicitation du projet originel, celui d’une Théorie critique définie comme un « matérialisme actuel » (p. 59), visant à penser l’émancipation dans le contexte d’une situation sociopolitique inédite : la victoire du nazisme en Allemagne. Ce phénomène historique pose en effet des difficultés tout autant pratiques que théoriques pour les intellectuels francfortois, mettant en échec plusieurs postulats de la pensée marxienne, et imposant de remettre en chantier les concepts mêmes qui constituaient jusque-là le socle de la critique. La Théorie critique naît donc d’une rupture avec le cadre du marxisme classique et vise le renouvellement du projet d’émancipation à partir des erreurs de Marx.

4Ce programme de recherche, qui « lie son destin au mouvement ouvrier », est rapidement mis en difficulté par les événements des années 1930. Au fur et à mesure que la situation en Allemagne et en Europe se dégrade et que les théoriciens francfortois trouvent refuge aux États-Unis, ils mettent en doute le rôle révolutionnaire et libérateur du prolétariat et développent une pensée qui rompt progressivement avec les mouvements ouvriers. La perspective révolutionnaire s’érode jusqu’à disparaître absolument, car jugée impossible dans le cadre du « capitalisme d’État ». Cette thèse étant développée dans la conjoncture désespérée du pacte germano-soviétique (1939), le fait qu’Horkheimer s’y rallie signale l’abandon des catégories d’analyse marxiennes. En particulier, la « loi de l’effondrement » du capitalisme est invalidée par la capacité du régime à surmonter ses crises au moyen d’une planification économique. De plus, les rapports de domination ne sont désormais plus ancrés dans la seule sphère de la production, mais envahissent toutes les dimensions de la vie humaine. Dès lors, l’auteur estime que le projet de Théorie critique est abandonné. Il s’agit désormais pour Horkheimer de retracer l’origine de cette domination intégrale, qu’il situe dans une scission originelle de la raison ayant donné naissance à une « raison instrumentale ». À l’avenir, la seule résistance possible réside aux yeux de Horkheimer dans l’affirmation de l’individu en tant que sujet par la puissance de sa libre volonté. La praxis révolutionnaire est décrétée caduque. À la fin de sa vie, Horkheimer opère ainsi un revirement vers une certaine forme de transcendance. Il aura donc été, conclut l’auteur, à la fois l’instigateur du projet de Théorie critique et le premier responsable de sa liquidation.

5À sa suite, Habermas puis Honneth cherchent, chacun à leur manière, à reformuler le projet de Théorie critique. Ce faisant ils poursuivent aux yeux de Stathis Kouvélakis l’entreprise de destruction entamée par Horkheimer.

  • 1 L’ordolibéralisme se distingue du libéralisme classique (dont le principe recteur se résume par l’i (...)

6Dans le contexte d’après-guerre et d’anticommunisme virulent de la République fédérale allemande, règne une méfiance envers le peuple dont les « pulsions irrationnelles » (p. 262) sont jugées dangereuses pour la démocratie. La démocratie est conçue de façon entièrement procédurale, reposant sur une « loi fondamentale » (la Constitution) fondée sur les principes de l’ordolibéralisme1. Dans cette Allemagne en processus de « normalisation », Habermas fait figure d’« intellectuel officiel ». Le projet de Théorie critique qu’il élabore repose sur le langage comme vecteur d’émancipation. Plus précisément, c’est l’usage public de la capacité de jugement rationnel des individus qui leur permet, à travers l’interaction, de devenir autonomes. L’espace public, lieu de cette activité critique, est considéré comme une sphère distincte des rapports sociaux, au sein de laquelle les individus sont réputés égaux. Elle apparaît donc curieusement comme exempte de rapports de pouvoir, opérant une sorte de mise entre parenthèses des conditions objectives d’existence des individus. Ainsi, la « théorie de l’agir communicationnel » de Habermas donne à voir une raison « procéduralisée » qui engage une « éthique de la discussion » et renoue avec l’idéal d’émancipation des Lumières. Si pathologies il y a, en regard de cette théorie, elles se caractérisent par l’intrusion de logiques économiques et bureaucratiques dans la sphère publique. L’objection de principe envers le mode de production capitaliste adressée par les théoriciens de la première génération est ici nulle et non avenue.

7Dans la continuité de Habermas, Axel Honneth entreprend de reformuler la Théorie critique sous le prisme de la lutte pour la reconnaissance, érigée en moteur de l’histoire. La lutte des classes cède alors le pas à un conflit d’ordre moral, dont la résolution ne requiert plus la transformation des rapports sociaux, mais s’achève par un effort d’intégration des individus dans l’ordre social existant. Les « pathologies du social », auxquelles Honneth porte une attention renouvelée, sont bien identifiées comme les effets du capitalisme entré dans sa phase néolibérale. Cependant, les modes d’action proposés relèvent, comme le déplore Stathis Kouvélakis, de la « thérapeutique » et, de ce fait, participent à la perpétuation de l’ordre social.

8Au fil des générations, la Théorie critique s’est délestée de son potentiel émancipateur en abandonnant progressivement les références marxiennes et en donnant à la « critique » un sens à chaque fois plus restreint. En passant de la critique du capitalisme (du « premier » Horkheimer) à la critique de ses excès (Honneth), c’est le spectre du critiquable qui se trouve réduit. Comme l’auteur s’est employé à le montrer au travers des quelques 500 pages de son ouvrage, cette défaite est intimement liée à l’évolution de la conjoncture. Mais, ajoute-t-il, l’évolution récente de cette conjoncture, caractérisée par une intensification inédite des mouvements sociaux et un regain d’intérêt pour l’émancipation, appelle urgemment à la réhabilitation d’une critique radicale. Il s’agit donc, pourrait-on dire, de remettre la Théorie critique sur ses pieds.

Haut de page

Notes

1 L’ordolibéralisme se distingue du libéralisme classique (dont le principe recteur se résume par l’idée de « laisser-faire ») par le rôle actif assigné à l’État dans la mise en place des conditions de la concurrence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léa Coget, « Stathis Kouvélakis, La critique défaite. Émergence et domestication de la Théorie critique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39912

Haut de page

Rédacteur

Léa Coget

Étudiante en master de sociologie à l’Université de Montréal (Québec).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page