Navigation – Plan du site

Sylvain Doussot, Jean-Yves Rochex (dir.), « Recherche, politique et pratiques en éducation », Revue française de pédagogie, n° 200, 2017

Muriel Epstein
Recherche, politique et pratiques en éducation : services rendus et questions posées d'un univers à l'autre
Sylvain Doussot, Jean-Yves Rochex (dir.), « Recherche, politique et pratiques en éducation : services rendus et questions posées d'un univers à l'autre », Revue française de pédagogie, n° 200, juillet-septembre 2017, 204 p., Lyon, ENS Éditions, ISBN : 9791036201240.
Haut de page

Texte intégral

1Le numéro 200 de la Revue française de pédagogie est le premier d’une trilogie visant à « renouer avec l’une des interrogations fondamentales qui la caractérisent depuis sa création en 1967 : celle des rapports entre recherche, politique, administration et pratique professionnelle en éducation »1. Ainsi la partie « varia » est la seule à comporter ce qui constitue d’ordinaire l’essentiel la revue, à savoir des articles de sociologie de l’éducation basés sur une méthodologie quantitative. Il s’agit en l’occurrence de deux articles sur le premier cycle universitaire, le premier portant sur l’influence de la socialisation et le second sur celle des caractéristiques sociodémographiques des étudiants.

2Le dossier, lui, est constitué de neuf articles d’auteurs aux statuts variés (chercheurs, politiciens, syndicalistes, enseignants, formateurs…) et souvent aux doubles statuts (notamment un article d’un chercheur-ministre de l’éducation en Tchéquie) regroupés sous le sous-titre « la recherche en éducation en contexte non-académique ». Ce sous-titre masque le travail très académique de la plupart des recherches présentées mais permet d’inclure quelques articles déstabilisants.

3Par exemple, Marc Bablet, inspecteur d’académie retraité, propose un témoignage iconoclaste de l’animation à laquelle il a contribué lors de la refondation de l’éducation prioritaire. Dédié à une « joyeuse bande de jeunes consultants » (p. 24), son article alterne les « je » et les « nous » (p. 30-31, par exemple) et, dans un optimisme subjectif, raconte rapidement sa vision de la réforme. Publier une telle narration est justifié par un besoin de donner à voir les différences de points de vue entre chercheurs, politiciens et praticiens. C’est ce qui fait la richesse et la limite de ce dossier que de montrer les difficultés de positionnements des uns et des autres.

4D’autres travaux de recherche sont très aboutis et formellement plus usuels. Dominique Raulin propose ainsi un article sur les « objets et pratiques de l’évaluation scolaire » qui retrace l’histoire des recherches en docimologie et leurs interactions avec les politiques éducatives. Il mentionne notamment le rôle de distinction des notes lors de l’apparition du collège unique, et l’ingérable livret de compétences, devenu indispensable, alors que « l’accélération, jamais connue jusqu’à présent dans la production de nouvelles connaissances, rend le choix de celles qu’il convient d’enseigner dans le cadre de la formation initiale de plus en plus difficile, aléatoire, voire même arbitraire » (p. 77). Dominique Raulin formule une phrase qui me semble devoir être débattue et être le cœur même des débats du numéro de la revue : « il appartient aux politiques en priorité de prendre acte de ce que la recherche a mis en évidence, de le faire connaitre et de le diffuser » (p. 77).

5Cette difficulté pour les politiques à mettre en œuvre les résultats de la recherche est très bien expliquée dans l’article de Stanislas Štech, professeur à l’université de Prague, qui justifie la manière dont il a mené, lorsqu’il était ministre de l’éducation, une politique d’éducation inclusive (EI) contrée par les « experts », figures médiatiques qui simplifient les problèmes. C’est parce que la nuance est impossible dans la diffusion grand public de la recherche qu’il a « entamé des débats sur l’EI dans le rôle de chercheur-expert considéré comme adversaire de l’EU, pour finir dans le rôle de responsable politique considéré comme partisan idéologique de celle-ci » (p. 19).

6Six articles, très différents dans leurs contenus et leurs positionnements, répondent alors à la question de ce que peut être une articulation efficace entre recherche et politique. Il s’agit des articles d’Henriette Zoughebi, ex-vice-présidente de la Région Ile-de-France en charge des lycées et des politiques éducatives, de Jacques Cornet, président de l’association Changements pour l’égalité, de Franck Bettendorff doctorant et enseignant en école primaire, de Daniel Frandji et Cintia Indarramendi, chercheurs à Paris 8, de Serge Ramel et Laurent Bovey, chercheurs en Suisse, et de l’article de Vincent Voisin et Marc Martin, respectivement doctorant à l’université de Toulouse et directeur d’une école de la deuxième chance.

7Henriette Zoughebi explique en effet comment elle a mis en place un observatoire régional de la mixité sociale et de la réussite sociale. Elle donne un exemple d’action politique réussie issue des rencontres organisées par l’observatoire, à savoir une réforme de l’action prioritaire resserrée sur un nombre inférieur d’établissements aux caractéristiques sociologiques très défavorisées et avec un accompagnement plus important. Elle présente également une action (interrompue par la fin de son mandat électoral) autour des ségrégations sociales et scolaires. Dans une revue comme la Revue française de pédagogie, ce bilan très politique (écrit en utilisant le « je » politique) appellerait un contrepoint ou une analyse sociologique. Le parti-pris de publier ce témoignage reste cependant intéressant pour servir de matériau brut aux chercheurs, à l’instar de celui de Marc Bablet.

8Plus scientifique dans sa forme, l’article de Vincent Voisin et Marc Martin permet de comprendre un partenariat qui s’inscrit dans le temps sur deux thèses Cifre entre une école de la deuxième chance et un laboratoire de sciences de l’éducation. Les auteurs décrivent la façon dont la direction de l’école intègre la recherche pour mieux comprendre son fonctionnement, l’apprentissage de ses élèves et améliorer ce dernier. On voit ainsi un premier dispositif API (actualisation du potentiel intellectuel) monté suite à la première thèse, qui pose des difficultés. Il est transformé grâce à un second travail doctoral de recherche en un parcours de réflexion et stratégies. À deux voix, l’article détaille notamment les rencontres, l’organisation de celles-ci, les questionnaires et les différents types d’interaction entre le chercheurs et l’école. Il montre comment « la démarche d’enquête génère en elle-même des changements dans l’École » (p. 95) mais aussi les difficultés, en particulier temporelles, quand le temps de la recherche diffère du temps pédagogique.

  • 2 Hugon Marie-Anne & Viaud Marie-Laure (dir.). Les établissements scolaires « différents » et la rech (...)

9Serge Ramel et Laurent Bovey témoignent également de l’usage des outils issus de la recherche pour accompagner les établissements scolaires dans le contexte très particulier de la Haute école pédagogique du Canton de Vaud. En effet, « l’accompagnement d’établissements scolaires […] peut faire partie intégrante des prestations des institutions de formation » (p. 62). Il s’agit alors de co-construire les démarches de pilotage et d’évaluation pour que la recherche renforce le pouvoir d’agir des acteurs de terrain. Les difficultés éthiques soulevées ressemblent à celles décrites dans l’ouvrage dirigé par Marie-Anne Hugon et Marie-Laure Viaud2 sur le fait de pouvoir publier des recherches lorsqu’elles sont ciblées sur des établissements innovants et donc connus des lecteurs.

10Jacques Cornet continue cette exploration européenne en présentant un mouvement socio-politique belge qui souhaite influencer les politiques socio-éducatives en se positionnant comme intermédiaire entre chercheurs et praticiens. L’enthousiasme de ce président d’association militant est communicatif et sa description précise des apports des praticiens-chercheurs montre toute la puissance des démarches de recherche collective. Pour autant, et malgré des références bien choisies, on regrette avec l’auteur l’absence de complément sociologique qui aurait pu appuyer l’existence d’effets-maitres chez les militants pédagogiques ou même, simplement, la mention de théories autour de l’école apprenante que l’on trouve dans des rapports institutionnels3 ou dans les projets d’établissements4.

11Franck Bettendorf présente un levier de transformation par la recherche qui est avant tout personnel. Sa démarche de praticien-doctorant le met ainsi à la confluence d’une recherche sur son propre positionnement et son propre apprentissage des pratiques et une sociologie de l’éducation. Il étudie en particulier les changements de nom des formations à destination des « enfants du voyage » (en 2013) qui deviennent des formations pour « les élèves en rupture avec les apprentissages » (en 2018). Formations qu’il étudie sociologiquement et qu’il dispense, provoquant ainsi leur évolution.

12L’article de Daniel Frandji et Cintia Indarramendi étudie également la question du positionnement comme manière de lier la recherche et l’expertise. Pour ce faire, les chercheurs-experts s’attachent à la fois à problématiser les questions d’évaluation et à « transférer le questionnement auprès des acteurs concernés » (p. 37) en utilisant des outils sociologiques pour éclairer la demande de la collectivité territoriale. Il s’agit ici d’une évaluation d’un projet éducatif porté par un conseil départemental.

13Au final, le numéro 200 n’est que le premier des trois volets du dossier consacré au thème « Recherche, politique et pratiques en éducation : services rendus et questions posées d’un univers à l’autre ». On retient de ce numéro les difficultés de positionnement des chercheurs qui ont aussi une fonction de formateurs, d’experts, de politiciens, d’enseignants ou d’éducateurs et quelques pistes de résolution communes sur l’importance de partager le questionnement et d’éclairer sociologiquement les problèmes observés.

Haut de page

Notes

1 Cf. site de présentation de la revue : https://journals.openedition.org/rfp/7143.

2 Hugon Marie-Anne & Viaud Marie-Laure (dir.). Les établissements scolaires « différents » et la recherche en éducation. Problèmes méthodologiques et épistémologiques, Arras, Artois Presses Université, 2015.

3 http://www.oecd.org/education/school/school-learning-organisation.pdf ou https://cache.media.education.gouv.fr/file/2017/40/3/Rapport_recherche_et_developpement_education_V2_756403.pdf.

4 https://eduscol.education.fr/experitheque/fiches/fiche13153.pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Epstein, « Sylvain Doussot, Jean-Yves Rochex (dir.), « Recherche, politique et pratiques en éducation », Revue française de pédagogie, n° 200, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39920

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page