Navigation – Plan du site

Benoît Trépied, Bastien Bosa, Julie Pagis (dir.), « Passing », Genèses, n° 114, 2019

Adrien Mazières-Vaysse
Passing
Benoît Trépied, Bastien Bosa, Julie Pagis (dir.), « Passing », Genèses, n° 114, mars 2019, 175 p., Paris, Belin, ISBN : 978-2-410-01593-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ou pourra prolonger cette réflexion en se penchant sur l’approche analogique du sexisme et du racis (...)

1Le dossier a pour objectif de susciter une réflexion dans les sciences sociales francophones sur le concept de passing qui a joué un rôle important dans le renouvellement des études sur la question raciale outre-Atlantique. Le concept, qui renvoie au franchissement dissimulé d’une frontière raciale tant biologique et juridique que sociale permettant d’accéder à de nouveaux droits et rétributions, met en lumière certains mécanismes de la domination, et insiste « sur le caractère poreux des frontières raciales, mais aussi inversement […] sur les obstacles rendant difficiles – voire impossible dans la plupart des cas – les circulations d’un groupe à l’autre » (p. 6). À travers différentes réflexions sur des situations de passing ou de reverse passing, c’est-à-dire de trajectoires ascendantes ou descendantes de mobilité sociale, les auteurs du dossier livrent une réflexion riche qui témoigne notamment de l’intérêt d’une sociologie comparative des rapports sociaux1.

2Le dossier s’ouvre avec la traduction révisée d’une étude de cas de James O’Toole montrant comment de nombreux membres de la famille Healy, dans la deuxième moitié du XIXe siècle aux États-Unis, ont pu franchir la ligne de couleur (color line) et se faire passer pour Blancs, et interroge les « conditions sociales de possibilité de ces passages et circulations entre catégories raciales » (p. 13). Le texte décrit la manière dont les passeurs ont su performer leur groupe social de destination et les ressources qu’ils ont dû mobiliser pour y parvenir. Chez les Healy, c’est, au-delà d’une couleur claire de peau, la performance d’une identité religieuse catholique, associée à l’appui institutionnel de l’Église catholique romaine, institution en marge de la société étatsunienne, qui permet le franchissement. L’auteur met ainsi en évidence l’intrication des rapports sociaux : une sœur acquiert la blanchité par la maîtrise parfaite d’une langue européenne, un frère s’appuie sur une éducation supérieure et religieuse, un autre sur les capitaux accumulés au cours d’une carrière militaire. Tous jouent de la fortune paternelle. L’auteur montre enfin que le passing a nécessité une identification complète au groupe de destination et la défense des intérêts de ce dernier.

  • 2 Voir notamment : David R. Roediger, Le salaire du Blanc. La formation de la classe ouvrière américa (...)

3À travers la lecture croisée de trois ouvrages récents (A Chosen Exile d’Allyson Hobbs, L’Esclave qui devint millionnaire de Karl Jacoby et Passing Strange de Martha Sandweis), Benoît Trépied interroge les recherches étatsuniennes sur le racial passing, phénomène très peu étudié par les sciences sociales françaises. L’auteur montre que la notion de passing permet d’observer concrètement la construction sociale de la race2 et la « contradiction ultime de l’idéologie de la pureté blanche » fondée sur la one-drop-rule, qui « catégorise des personnes dont la couleur de peau peut en retour leur permettre de se fondre incognito dans la population blanche » (p. 97). Le passing apparaît ainsi comme une stratégie de mobilité sociale, adaptée à l’ordre social de l’esclavage et de la ségrégation.

  • 3 Rogers Brubaker, Trans Gender and Race in an Age of Unsettled Identities, Princeton, Princeton Univ (...)
  • 4 National Association for the Advancement of Colored People.

4Abdellali Hajjat réinscrit la question du passing dans l’actualité de deux controverses récentes aux États-Unis, dont traite Rogers Brubaker dans un ouvrage de 20163, s’interrogeant sur les raisons de l’acceptabilité sociale de la transition de Caitlyn Jenner de la catégorie homme à la catégorie femme et la condamnation des agissements de Rachel Dolezal, porte-parole d’une section locale de la NAACP4 qui s’était faite passer pour Noire. La lecture de Rogers Brubaker par Abdellali Hajjat permet d’éclairer pourquoi le reverse passing de Rachel Dolezal doit être distingué des expériences de passing, par exemple des Healy. Alors que le passing relève d’une stratégie de remise en cause de la hiérarchie raciale, le reverse passing de Dolezal peut faire l’objet de soupçons légitimes, en particulier quand il permet l’obtention de rétributions matérielles ou symboliques. Ainsi, la critique des choix de Dolezal n’a pas pour objectif de maintenir un ordre racial hiérarchisé mais de contrôler les frontières d’un groupe dominé et de réserver les rétributions qui peuvent découler du porte-parolat à ceux et celles qui partagent une expérience commune de l’oppression, sur le temps long. Néanmoins, malgré son intérêt, la comparaison entre reverse passing de genre et de race n’est pas exempte de critiques. Selon Hajjat, Brubaker néglige « l’histoire des rapports de force et de domination entre les groupes » (p. 159), limite son étude aux rapports sociaux de genre et de race sans élargir sa comparaison aux mobilités de classes et ne parvient pas à envisager ce que serait le passage d’une frontière sociale au-delà des seuls cas de Dolezal et Jenner. Les trois études de cas qui complètent ce dossier de la revue Genèses apportent des éléments riches de réponse à ces critiques.

  • 5 Eve Kosofsky Sedgwick, Épistémologie du placard, Paris, Éditions Amsterdam, 2008 [1990].

5À travers leur étude de la transgression des frontières de classe par les établis dans l’après 1968, Julie Pagis et Karel Yon montrent que le choix du déclassement volontaire par des militants cherchant à s’implanter dans la classe ouvrière s’inscrit dans des rapports sociaux ébranlés, lorsque l’ordre social – capitaliste ici – ne s’impose plus complètement aux acteurs. De la même manière, les trajectoires contemporaines des personnes queer ou trans’, par exemple, pourraient être analysées comme la manifestation d’une remise en cause – probablement limitée – des rapports de genre. Pour Emmanuel Beaubatie, dans un texte sur les processus de changement de sexe, le passing peut en effet être « un bon observatoire de l’intrication des rapports sociaux, des systèmes de catégorisation qu’ils produisent, ainsi que des manières de résister à ces derniers » (p. 49). L’auteur décrit la diversité des rapports subjectifs au passing et des « aménagements du placard ». Alors que certaines personnes trans’ s’identifient aux catégories homme ou femme, d’autres n’y recourent pas systématiquement, et d’autres encore choisissent de s’identifier comme trans’ et recherchent une visibilité trans’ en dehors des catégories corporelles et légales établies. Parmi les variables explicatives de ces différentes trajectoires, le sexe de destination, l’âge et le fait d’avoir des enfants jouent un rôle particulier : on retrouve majoritairement des femmes trans’ avec enfants parmi les personnes ayant pour finalité de passer pour cis, et plus souvent des hommes trans’ parmi celles qui choisissent une visibilité trans’ permanente. À la lecture, on se dit que la réflexion d’Eve Kosofsky Sedgwick5 – on ne « sort du placard » jamais complètement, le geste devant être régulièrement actualisé – pourrait être étendue au-delà de la sexualité, aux autres rapports sociaux. En effet, le franchissement des frontières sociales, y compris lorsqu’il repose sur une dissimulation, oblige non seulement les transfuges à une vigilance constante pour ne pas révéler l’habitus incorporé lors de la première socialisation, mais aussi à faire preuve de leur « bonne volonté culturelle » en manifestant en permanence leur conformité aux normes du groupe de destination, voire à visibiliser de manière volontariste leur solidarité avec celui-ci.

  • 6 Charlotte Bunch, Nancy Myron (dir.), Class and Feminism: A Collection of Essays from the Furies, Ba (...)

6L’utilisation de la notion de passing au sein de plusieurs rapports sociaux permet d’interroger la réversibilité du processus. Si le changement de sexe, en particulier lorsqu’il s’accompagne du recours à la chirurgie et d’un changement d’état civil, est définitif, le chemin sur lequel s’engagent les établis ne l’est pas complètement. Les acteurs « n’en revien[nen]t pas inchangés » (p. 71), comme le notent Julie Pagis et Karel Yon, mais ne sont pas empêchés de regagner plus tard une trajectoire sociale moins éloignée de leur destinée sociale originelle. Le développement des auteurs rejoint ici certaines critiques formulées à la même époque aux États-Unis contre l’injonction au déclassement (downward mobility), fréquente dans les milieux de la contre-culture. Des militantes lesbiennes du groupe féministe The Furies, qui mettent en forme au début des années 1970 la notion de « classisme », s’insurgent par exemple contre l’imposition de trajectoires de mobilité sociale descendante – ou de refus de la mobilité – que seules les personnes issues des classes moyennes et supérieures peuvent plus tard inverser6.

  • 7 Ce que Martina Avanza et Gilles Laferté nomment respectivement « identification », « image sociale  (...)

7Dans une dernière étude de cas, Adeline Perrot traite des stratégies de passage – temporaire – de la barrière de l’âge chez les jeunes « mijeurs », migrants de pays tiers à l’Union européenne qui peuvent temporairement se prémunir d’une expulsion du territoire s’ils sont considérés comme mineurs non accompagnés (MNA). L’auteure montre « comment ces jeunes, qui ont dû performer un rôle d’adulte du fait de la migration, passent désormais pour enfants » (p. 85), comment après avoir endossé la responsabilité et vécu l’expérience migratoire, les MNA connaissent, à travers un processus de minorisation, un « remodelage identitaire » (p. 84). Comme les passeurs noirs étatsuniens, les jeunes majeurs doivent jouer sur deux tableaux : placés sous la protection de l’aide sociale à l’enfance (ASE), ils doivent respecter la place qui leur est assignée ; plus âgés socialement, voire biologiquement, ils peuvent avoir des aspirations autres qu’ils ne peuvent confier, le plus souvent, à l’institution. Ainsi, que la mobilité sociale soit temporaire ou non, définitive ou non, elle a pour conséquence une fragmentation des identités individuelles qui doit nous amener à distinguer dans l’identité des individus ce qui relève de l’identification bureaucratique, de la socialisation des groupes sociaux et de l’autodéfinition de soi7. Le dialogue amorcé entre sociologie de la mobilité sociale et historiographie du passing permet de penser les désajustements identitaires que produisent les déplacements dans l’espace social. Le « remodelage identitaire » qu’entraîne la mobilité doit ainsi être compris comme le résultat de négociations entre, d’une part, la pluralité d’identifications, désirées ou non, auxquelles les individus sont assignés par les institutions et les groupes sociaux dans lesquels ils évoluent et, d’autre part, les différents substrats d’autodéfinition qui correspondent aux différentes étapes de leurs socialisation et resocialisation.

  • 8 Léo Thiers-Vidal, Rupture anarchiste et trahison pro-féministe, Lyon, Bambule, 2013.
  • 9 Noel Ignatiev, John Garvey (dir.), Race Traitor, New York, Routledge, 1996.
  • 10 Daniel Guérin, Autobiographie de jeunesse. D’une dissidence sexuelle au socialisme, Paris, Belfond, (...)
  • 11 Pierre Bourdieu, « Avenir de classe et causalité du probable », Revue française de sociologie, vol. (...)

8Au final, l’approche en termes de passing permettrait, comme le suggère Benoît Trépied, de rompre avec les discours normatifs qui envisagent les franchissements comme des pathologies sociales ou des trahisons qu’il conviendrait de dénoncer. Le dialogue avec d’autres approches de la trahison, envisagées dans la littérature, les sciences sociales ou la critique sociale, pourrait ici se révéler fécond. Si la trahison fait souvent l’objet de honte chez le sujet qui rompt avec un groupe d’appartenance, elle fait parfois l’objet d’une revendication : trahison pro-féministe chez Léo Thiers-Vidal8, trahison de la blanchité et loyauté à l’humanité dans la Critical Race Theory9, trahison de la classe bourgeoise accompagnée d’une transgression des normes politiques et sexuelles qui y sont associées chez Daniel Guérin10… La notion de passing permet surtout de penser les mobilités sociales en interrogeant les conditions de possibilité – questionnement qui était au cœur de l’œuvre de Pierre Bourdieu11 – du franchissement des frontières d’un groupe social. La notion permet d’envisager l’efficacité des catégories à contenir les désirs de déplacement des acteurs, les opportunités de mobilité lorsque les frontières des groupes s’affaiblissent, et les luttes de position contribuant à produire un nouvel ordre de classement, pour un rapport social donné, dans lequel les mobilités sociales seraient plus fluides.

Haut de page

Notes

1 Ou pourra prolonger cette réflexion en se penchant sur l’approche analogique du sexisme et du racisme que mène Colette Guillaumin, dont rendent compte Delphine Naudier et Éric Soriano dans « Colette Guillaumin. La race, le sexe et les vertus de l’analogie », Cahiers du genre, n° 48, 2010, p. 139-214.

2 Voir notamment : David R. Roediger, Le salaire du Blanc. La formation de la classe ouvrière américaine et la question raciale, Paris, Éditions Syllepse, 2018 [1991] ; Noel Ignatiev, How the Irish became white, New York, Routledge, 1995.

3 Rogers Brubaker, Trans Gender and Race in an Age of Unsettled Identities, Princeton, Princeton University Press, 2016.

4 National Association for the Advancement of Colored People.

5 Eve Kosofsky Sedgwick, Épistémologie du placard, Paris, Éditions Amsterdam, 2008 [1990].

6 Charlotte Bunch, Nancy Myron (dir.), Class and Feminism: A Collection of Essays from the Furies, Baltimore, Diana Press, 1974, p. 19-21.

7 Ce que Martina Avanza et Gilles Laferté nomment respectivement « identification », « image sociale » et « appartenance » dans leur article « Dépasser la “construction des identités” ? Identification, image sociale, appartenance », Genèses, n° 61, 2005.

8 Léo Thiers-Vidal, Rupture anarchiste et trahison pro-féministe, Lyon, Bambule, 2013.

9 Noel Ignatiev, John Garvey (dir.), Race Traitor, New York, Routledge, 1996.

10 Daniel Guérin, Autobiographie de jeunesse. D’une dissidence sexuelle au socialisme, Paris, Belfond, 1972.

11 Pierre Bourdieu, « Avenir de classe et causalité du probable », Revue française de sociologie, vol. 15, n° 1, 1974, p. 3-42 ; Pierre Bourdieu, « Espace social et genèse des classes », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 52, 1984, p. 3-17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Mazières-Vaysse, « Benoît Trépied, Bastien Bosa, Julie Pagis (dir.), « Passing », Genèses, n° 114, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39925

Haut de page

Rédacteur

Adrien Mazières-Vaysse

Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (Cresppa), UMR CNRS 7217, Université de Paris 8. Recherches en science politique sur la précarité et les précaires, les mouvements sociaux et la formation des identités de classe.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page