Navigation – Plan du site

Dominique Bourg, Le marché contre l’humanité

Alexandre Klein
Le marché contre l'humanité
Dominique Bourg, Le marché contre l'humanité, Paris, PUF, 2019, 176 p., ISBN : 978-2-13-082265-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Acronyme des géants du web : Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

1La généralisation du néolibéralisme comme mode de gouvernance de nos sociétés a conduit, au cours des dernières décennies, à une réorganisation profonde des relations entre l’État et le marché. Libre de toute régulation extérieure, ce dernier impose désormais son ordre à l’ensemble de la planète. Les États lui sont essentiellement soumis, ne serait-ce que comme acteurs économiques à part entière, et se voient donc renvoyés au statut de simple externalité à gérer. C’est ainsi qu’on assiste, en Europe comme en Amérique du Nord, à de vaines tentatives de régulation des Gafam1, à la privatisation croissante des services publics ou à l’ouverture à la concurrence de domaines relevant auparavant du commun. L’État n’est plus en mesure d’imposer quoi que ce soit au marché qui, lui, dicte partout ses lois. Or, à l’heure de l’Anthropocène, cette situation, déjà indigne au vu des inégalités qu’elle produit et de la violence qu’elle induit, devient invivable. C’est désormais l’humanité qui est mise en danger par le consumérisme et l’extractivisme forcenés qui soutiennent l’économie de marché et son rêve de croissante exponentielle. Le marché, que l’on avait cru un temps œuvrer pour le bien de tous, se pose aujourd’hui clairement en ennemi de l’humanité. L’Anthropocène est un Capitalocène et il est donc grand temps de repenser la place de l’État dans nos sociétés afin de préserver les possibilités d’une existence digne et vivable dans un environnement qui a déjà commencé à se transformer radicalement. C’est tout l’objet de ce petit opus du philosophe Dominique Bourg, professeur honoraire à l’Université de Lausanne et spécialiste des questions écologiques.

2Son argument est simple : si nous souhaitons éviter l’effondrement écologique tout en préservant notre souveraineté populaire et démocratique, il faut nous départir de notre souveraineté économique telle qu’elle s’exerce aujourd’hui. Pour en faire la démonstration, Dominique Bourg divise son propos en trois parties. Les deux premiers chapitres explicitent les menaces que le marché fait peser d’une part sur la souveraineté politique et d’autre part sur la souveraineté morale et anthropologique. Le troisième chapitre, lui, envisage pourquoi il convient désormais de renoncer à notre souveraineté économique pour préserver l’habitabilité de la Terre et l’exercice de notre souveraineté démocratique.

  • 2 Trans-Atlantic Free Trade Agreement, entre l’Union européenne et les États-Unis.
  • 3 Comprehensive Economic and Trade Agreement, entre l'Union européenne et le Canada.

3Dans le premier chapitre, Bourg s’attache à mettre en évidence les menaces que le marché fait peser sur notre souveraineté politique. Pour ce faire, il revient d’abord sur l’avènement du néolibéralisme en tant que système « à double souveraineté » (p. 35) où les États et le marché exercent conjointement et parfois de manière conflictuelle leur influence sur la société. Comme au temps où le pouvoir de l’Église s’imposait au-delà des frontières et des volontés des États-nations, le marché aujourd’hui tend à imposer ses règles, et même ses lois, aux États. En témoignent les tribunaux arbitraux mis en place dans le cadre des grands accords commerciaux que sont le Tafta2 et le Ceta3 et qui visent avant tout à protéger les investissements des grands groupes contre les États, ou encore les Gafam qui empiètent sur les domaines régaliens sans pour autant que les États soient en mesure de leur imposer une régulation quelconque. Et c’est sans parler du financement des campagnes électorales qui, d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique, expose la mainmise des grandes compagnies sur les rouages mêmes de notre souveraineté démocratique.

4Dans le deuxième chapitre, Dominique Bourg se penche sur les menaces qui pèsent, du fait de cette omnipotence du marché, sur notre souveraineté anthropologique, c’est-à-dire sur la capacité même des êtres humains à continuer à vivre en accord avec leur milieu. Pour ce faire, l’auteur revient sur le récit mythique du progrès comme source de bonheur et d’amélioration de nos sociétés, démontrant que les progrès qu’ont connus, ici et là dans l’histoire, certaines franges de la population se sont toujours faits au détriment d’autres parties de l’humanité. Chaque progrès fut donc aussi un « régrès », comme dans le cas de la « révolution néolithique » de l’agriculture qui a conduit à détruire des solidarités anciennes en favorisant l’instauration d’une organisation hiérarchique du pouvoir fondée sur une nouvelle division du travail. Une corrélation sur la durée semble en effet associer les périodes de progrès à l’augmentation des inégalités ; dynamique qui s’accélère, précise Bourg, avec l’emballement technologique qui caractérise notre époque contemporaine. L’empowerment individuel et collectif traditionnellement associé à la technique aurait désormais laissé place à une perte de capacités des humains du fait de l’automatisation de nombreuses tâches. La double « exosomatisation » (p. 96), cognitive et cinétique, associée aux techniques a conduit, selon le philosophe, à une extériorisation complète de certains procédés engendrant dès lors une perte complète de gestes comme de savoirs. « Se produirait alors comme un immense Alzheimer collectif » (p. 111), sans parler du fait que l’usage de l’environnement à l’origine de ces exosomatisations est aujourd’hui tel qu’il met en danger l’environnement lui-même et avec lui notre survie à plus ou moins court terme.

5La nécessaire écologisation de la société, qui est l’objet du troisième et dernier chapitre, ne peut donc se faire qu’au moyen d’une remise en question profonde de notre organisation économique qui conduira alors à une nécessaire perte de notre souveraineté dans ce domaine. Il nous faut revoir nos prétentions économiques à la baisse et repenser les relations entre le marché et l’État. Ici, Hegel et Rousseau s’avèrent, aux yeux de Bourg, plus utiles que Marx, dont la théorie repose sur une appropriation technique globale de la nature qui va à l’encontre de la lutte contre le dépassement des limites planétaires qui nous incombe aujourd’hui. Il nous faut en effet penser une démocratie écologique qui associe la lutte contre les changements climatiques à la lutte contre les inégalités. L’écologisation de nos sociétés ne peut donc passer, pour le philosophe, que par la réduction de la production et de la division du travail, mais aussi des inégalités et donc, globalement, par la réduction de l’emprise du marché sur nos vies. Pour cela, il convient de renforcer le rôle de l’État et, plus largement, notre pouvoir politique afin de faire face à ces grands défis socioécologiques qui seront les nôtres au cours des prochaines décennies.

6Si la proposition de Bourg est aussi séduisante qu’elle semble cohérente, on ne peut que regretter qu’elle ne soit qu’esquissée, sans plus de développements des analyses ou d’explicitations de voies concrètes de transformation. Peut-être est-ce là d’ailleurs tout le problème de cet ouvrage : il esquisse beaucoup et développe peu. Il invite, évoque, illustre, suggère, essaime et résume beaucoup, mais détaille peu. On passe ainsi régulièrement d’une échelle à une autre, d’un exemple à l’autre, d’une considération à une autre, mais aussi sans problème d’une époque à l’autre. Au point de parfois jouer avec les suppositions, comme lorsque Bourg suggère que le chasseur-cueilleur du Paléolithique vivait une vie plus pleine et épanouie que celle d’un fellah de pharaon (p. 111), ou encore lorsqu’il est question du recours aux machines pour diagnostiquer les cancers et de la perte de capacité des médecins qui en découlerait (p. 107-108). Dans ce cas précis, Bourg rebondit de supposition (les machines le font mieux) en supposition (des hôpitaux pourraient entièrement se fier à elles) pour finalement affirmer le statut d’exemple de cette construction rhétorique (on perdrait ainsi des savoir-faire humains). Pourtant, l’ouvrage ne manque pas de propositions philosophiques pertinentes et d’arguments forts et établis, mais leur présentation est parfois mise à mal par une construction générale du propos qui aurait peut-être mérité d’être plus affinée, plus travaillée. Il semble en fait que ce petit opus ait été écrit (et édité, comme le laissent entrevoir les nombreuses coquilles du texte) dans la précipitation. Les excuses présentées par Bourg au journal Le Point (qu’il accuse de climatoscepticisme dans une note de bas de page) suite à la sortie de cet ouvrage militent d’ailleurs en ce sens. Certes, la situation écologique est grave et les changements à faire s’imposent dès aujourd’hui, mais dans le cas présent l’urgence nuit au message à transmettre. Car au final, le philosophe peine à convaincre à propos d’éléments pourtant centraux de sa réflexion (en particulier les menaces à la souveraineté anthropologique exposées au chapitre 2), tout en laissant les lecteurs et les lectrices sur leur faim, notamment quant aux voies à emprunter pour transformer notre souveraineté économique.

Haut de page

Notes

1 Acronyme des géants du web : Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

2 Trans-Atlantic Free Trade Agreement, entre l’Union européenne et les États-Unis.

3 Comprehensive Economic and Trade Agreement, entre l'Union européenne et le Canada.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Klein, « Dominique Bourg, Le marché contre l’humanité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39927

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page