Navigation – Plan du site

Mathieu Messager, Roland Barthes

Alexandre Eyries
Roland Barthes
Mathieu Messager, Roland Barthes, Paris, Que sais-je ?, Humensis, 2019, 128 p., ISBN : 978-2-13-081130-5.
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce bref ouvrage des plus stimulants, Mathieu Messager – chercheur en langue et littérature française– donne à voir l’itinéraire intellectuel d’une figure centrale de la pensée française du vingtième siècle. Auteur singulier ayant fait œuvre d’écrivain tenté par la perspective d’un grand roman, Roland Barthes a traversé son époque de part en part, transcendant les modes, les courants et les tendances (du marxisme au structuralisme en passant par l’aventure sémiologique qu’il a contribué à fonder). Quarante ans après sa mort, après être tombé un temps en déshérence, il redevient aujourd’hui une référence incontournable pour lire, écrire et penser, à l’instar de ceux que Michel Foucault appelle des « fondateurs de discursivité ». Dans ce livre, Mathieu Messager revisite à nouveaux frais la figure du « grand penseur » disparu et la restitue à travers la mise en perspective chronologique de ses travaux, de ses engagements épistémologiques et des entretiens dans lesquels il a publicisé, vulgarisé et démocratisé sa pensée. Il met l’accent sur l’ensemble des éléments qui, encore de nos jours, rendent si uniques la posture et l’œuvre protéiforme de Roland Barthes.

2L’introduction de l’ouvrage retrace à grands traits la vie de Roland Barthes (ou plutôt ses vies), bornée par les drames successifs de la perte et de l’absence du père, disparu jeune, puis de la mère dont il était extrêmement proche. De Bayonne à Paris, le jeune Roland Barthes grandit au gré des pérégrinations de sa mère. Déclaré pupille de la Nation par le tribunal d’instance de Bayonne il poursuit une scolarité brillante dans les lycées parisiens Montaigne puis Louis-le-Grand, en dépit d’une santé fragilisée par la tuberculose. Intéressé par le théâtre, le cinéma et la littérature, marqué par l’œuvre de Jean Jaurès, « il esquisse des projets de roman » (p. 4). Une fois bachelier, l’École normale supérieure se refuse à lui en raison de sa maladie, ce qui ajoute « à la blessure physique […] la fêlure morale et le sentiment de relégation » (p. 4-5). Roland Barthes s’inscrit un peu à contrecœur en licence de lettres classiques à la Sorbonne et il y fait « la découverte passionnée du théâtre » (p. 5), fondant avec un ami (Jean Veil) le Groupe de théâtre antique de la Sorbonne qui vise à donner des représentations fidèles des pièces antiques à l’intelligence politique affirmée. Réformé à la veille de la Seconde Guerre mondiale en raison de sa fragilité pulmonaire, Roland Barthes poursuit ses études en alternance avec des séjours prolongés dans des sanatoriums en Isère puis en Suisse. Ce temps immobile est cerné par la présence discrète de la mort mais cette « réclusion est aussi le lieu d’une renaissance, la promesse d’un devenir : Barthes y fait l’expérience d’une forme de sociabilité restreinte qui restera pour lui un idéal de relations ; il lit beaucoup » (p. 6). À 37 ans, la rencontre de Maurice Nadeau lui ouvre les portes du journal Combat où il publie en 1953 l’article « Le degré zéro de l’écriture », qui sera publié en livre la même année aux Éditions du Seuil, constituant ainsi son premier essai. Après des détachements successifs à l’Institut français de Bucarest et à l’Institut français d’Alexandrie, Roland Barthes commence une thèse sur Les techniques de l’histoire chez Michelet. Algirdas Julien Greimas, rencontré en Égypte, le persuade de transformer sa thèse en recherche lexicologique, ce qui aux yeux de Barthes revient à faire plus concrètement « de la sociologie par le langage et à traquer l’idéologie dans la matérialité des mots » (p. 8). Barthes défend l’idée d’un engagement par la forme dans les nombreux articles qu’il publie.

3En l’espace d’une dizaine d’années, Roland Barthes écrit plus de quatre-vingt dix articles sur le théâtre, qui possède à ses yeux une fonction civique, en plus de donner à voir une représentation de la vie sociale. C’est ce qui l’encourage à se lancer dans l’aventure sémiologique entre 1960 et 1962 lorsqu’il est nommé directeur d’études à l’École pratique des hautes études à la chaire de « sociologie des signes, symboles et représentations ». Il travaille alors sur « les systèmes contemporains de signification (vêtement, nourriture, logement), sur l’ancienne rhétorique, sur le discours de l’histoire, sur une nouvelle de Balzac (Sarrasine) » (p. 11). Dans « La mort de l’auteur » paru en 1968, Barthes postule que lorsqu’un texte est publié, son unité est à trouver dans sa destination plutôt que dans sa source : « c’est le lecteur qui fait le sens d’un texte, non son auteur » (p. 13). Élu au Collège de France en 1975 à la chaire de « sémiologie littéraire », il a la douleur de perdre sa mère deux ans plus tard. Fin février 1980 il, est renversé par une camionnette en se rendant au Collège de France et meurt le 26 mars 1980.

4Dans le deuxième chapitre consacré à « L’aventure sémiologique » (du nom de l’ouvrage éponyme de Barthes), Mathieu Messager montre bien comment, chez Roland Barthes, l’analyse des signes dans la vie sociale devient un programme scientifique à part entière et non pas simplement une occasion de dénoncer les mythes petits-bourgeois. La pratique de la sémiologie équivaut pour Barthes à déconstruire l’imaginaire collectif qui se cache dans les objets les plus futiles de notre quotidien, que nous consommons innocemment sous la forme de biens culturels. La sémiologie – dont l’ouvrage Mythologies paru au Seuil en 1957 constitue le point d’orgue a vocation à interroger « l’image (“Iconographie de l’abbé Pierre”) dans la publicité (“Saponides et détergents”), dans le divertissement (“Le Tour de France comme épopée”), dans le cinéma (“Les Romains au cinéma”), […], dans le compte rendu d’un fait divers (“Dominici”), […] dans les habitudes culinaires (“Le bifteck et les frites”) » (p. 33-34), l’image sous toutes ses formes en ce qu’elle est un reflet de la société française des années 1960. Mythologies est l’ouvrage le plus célèbre de Roland Barthes et c’est surtout celui qui a posé en précurseur les bases de la sémiotique appliquée.

5Dans l’ouvrage Système de la mode publié en 1967 aux Éditions du Seuil, Roland Barthes a une intuition géniale : il perçoit très vite que « la mode est un ensemble de prescriptions fortement codifiées, lesquelles puisent dans une réserve finie d’éléments qui trahissent toujours une certaine vision du monde et de la société » (p. 44).

6Dans le chapitre III, Mathieu Messager donne à voir le Roland Barthes critique littéraire qui, en une dizaine d’années d’intense activité d’écriture et de théorisation – qui comprend Sur Racine (1963), les Essais critiques (1964), Critique et vérité (1966), S/Z (1970) et le Sade, Fourier, Loyola (1971) –, pose les bases d’une méthode radicalement nouvelle pour lire la littérature, plus sensible aux enjeux de la forme et de la structure qu’à la « vérité » présumée de l’œuvre : « en soulignant ce caractère infiniment ouvert de l’interprétation, Barthes entend surtout rendre la littérature à sa possibilité de parole : ce qu’il défend, c’est une définition radicalement transhistorique du texte littéraire » (p. 49).

7Dans le chapitre IV consacré au « Gai savoir », l’auteur de cet essai stimulant souligne fort justement que Roland Barthes donne dans les années 1970 un tour nouveau à son œuvre : ses objets d’études sont tous circonscrits dans le territoire du moi, le voyage (L’Empire des signes), l’hédonisme (Le Plaisir du texte), l’autobiographie (Roland Barthes par Roland Barthes) et la passion amoureuse (Fragments d’un discours amoureux). Barthes abandonne les ouvrages composés de recueils d’articles et adopte une poétique du fragment plus subjective et plus libre.

8Dans le cinquième et dernier chapitre intitulé « Alphée, la mort et la vie nouvelle », Mathieu Messager montre avec beaucoup de finesse que le couronnement de la vie et de la carrière intellectuelle de Roland Barthes (qui coïncide avec son élection au Collège de France) est exactement concomitant d’une envie profonde de désapprendre et de dire adieu à l’engagement collectif, au combat intellectuel et à la dénonciation du mythe de l’écrivain. La Chambre claire, publié en 1980 constitue un magnifique tombeau, sensible et symbolique, offert à sa mère disparue quelques années plus tôt, mais plus encore constitue le testament sémiotique et intellectuel de Barthes lui-même, qui décède en cette année 1980 : « le tombeau pour la mère morte est donc indissociable d’une descente en direction de la mort, de toutes les morts dans leur pluralité » (p. 122).

9En conclusion, l’essai signé par Mathieu Messager aux PUF et consacré à Roland Barthes constitue bien plus qu’une biographie d’un intellectuel majeur de son époque –voué aux gémonies jusque dans les années 1990, y compris dans les études littéraires –, il s’agit d’une façon de donner à voir Roland Barthes comme un penseur d’une incroyable présence, dont on parle toujours la langue aujourd’hui dans tout le spectre des sciences humaines et sociales.

10Outre les idées et les concepts, l’essai de Mathieu Messager nous fait entendre le grain de la voix de Roland Barthes, sa façon unique d’appréhender le monde et de rendre intelligible son programme de recherche formulé de la façon suivante : « nul pouvoir, un peu de savoir, un peu de sagesse, et le plus de saveur possible ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Mathieu Messager, Roland Barthes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39939

Haut de page

Rédacteur

Alexandre Eyries

Alexandre Eyries est enseignant-chercheur en sciences de l’information et de la communication (IUT de Dijon / Laboratoire CIMEOS) de l’Université de Bourgogne. Habilité à diriger les recherches en sciences de l’Information et de la communication, il mène des travaux sur la communication politique, les cultures médiatiques, les usages sociaux des dispositifs numériques, et la transformation des écritures à l’ère numérique. Il collabore aux revues Quaderni, Les Cahiers du numérique, Questions de communication, RFSIC, Hermès, Pouvoirs (France) et Communication (Canada).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page