Navigation – Plan du site

Alice Gaïa, Xavier Larminat et Valérian Benazeth (dir.), Comment sort-on de la délinquance ? Comprendre les processus de désistance

Gabriel Voisin-Moncho
Comment sort-on de la délinquance ?
Alice Gaïa, Xavier de Larminat, Valérian Benazeth (dir.), Comment sort-on de la délinquance ? Comprendre les processus de désistance, Chêne-Bourg, RMS Éditions, coll. « Déviance et société », 2019, 208 p., préface de Philippe Robert, EAN : 9782825711408.
Haut de page

Texte intégral

1Si de nombreuses recherches ont étudié les motifs qui conduisent des individus à s’inscrire dans un parcours de délinquance, c’est sur les facteurs qui favorisent la sortie de ce parcours que se concentrent une dizaine de chercheurs et chercheuses dans cet ouvrage collectif. Les contributions présentées portent sur quatre pays différents (France, Angleterre, Irlande et Brésil) et permettent d’analyser le processus de « désistance », caractérisé par trois phases rappelées en introduction et développées par Marwan Mohammed dans le deuxième chapitre. Ces étapes sont : la conscientisation (l’émergence puis l’expression du désir de désengagement chez le délinquant), l’initiative (la traduction en actes par l’individu de la résolution précédente) et la pérennisation (l’adoption d’un nouveau style de vie entérinant la rupture avec le mode de vie délinquant). La première des trois parties de l’ouvrage se penche sur les conditions socio-économiques (Deirdre Healy) ou religieuses (Marwan Mohammed) qui favorisent ou non le processus de désistance. Les auteurs et autrices de la deuxième partie cherchent à reconstituer, sur plusieurs années, les parcours et processus de socialisation d’anciens justiciables mineurs (Alice Gaïa), d’anciens condamnés (Joanna Shapland et Anthony Bottoms) ou de jeunes délinquants (Géraldine Bugnon). Enfin, la dernière partie est consacrée aux modes de régulation au sein des institutions socio-judiciaires ; elle aborde l’effet de la prison, des services de probation (Valérian Benazeth) et des associations (Philippa Tomczak) sur la sortie de délinquance.

  • 1 La criminologie culturelle est une approche théorique, méthodologique et interventionniste de l’étu (...)

2Deirdre Healy commence par s’interroger sur l’influence du cadre socio-économique sur les parcours d’adultes récidivistes à Dublin. Tout d’abord, et contrairement aux conclusions de la cultural criminology1 qui établit un lien entre société de consommation et délinquance, l’enquête montre que le matérialisme et le consumérisme ne sont que peu présents dans les systèmes de valeurs des enquêtés. Ce point est d’autant plus intéressant dans le cas irlandais car il permet de mieux comprendre pourquoi les enquêtés n’ont pas profité de l’essor économique important de l’Irlande dans le milieu des années 1990 (période du « Tigre celtique »), les mettant dans une situation relativement plus fragile que les autres Irlandais quand la crise de 2008 a violemment frappé le pays. Les difficultés économiques, combinées avec les faibles capitaux scolaires de ces personnes, ont facilité leur entrée dans le milieu délinquant et rendu plus difficile leur sortie. Le cadre familial est lui aussi essentiel dans ces parcours, notamment les relations avec les parents, présentées positivement dans l’enquête, en dépit de relations filiales parfois difficiles à cause du style de vie de l’enfant. Ces liens affectifs ont souvent encouragé les personnes interrogées à tenter de sortir de la délinquance du fait des effets délétères de leur conduite sur le bien-être de leur famille. Enfin, la toxicomanie, surtout la prise d’héroïne, apparaît en Irlande comme un facteur d’entrée dans une carrière délinquante. Le premier chapitre aide à cerner en quoi le changement de style de vie est essentiel pour que l’individu puisse sortir de la délinquance. La religion peut être une voie de sortie, à laquelle s’intéresse Marwan Mohammed. Selon lui, un délinquant peut y trouver dans la religion deux types d’aides pour changer de vie, selon les opportunités dont il dispose. Soit elle joue le rôle d’un « pilier » autour duquel l’individu se redéfinit grâce au cadre moral et structurel qu’il y trouve ; l’adhésion à une doctrine, avec ses déclinaisons pratiques encadrant le quotidien, sert de moteur ou de boussole à la personne et favorise alors les étapes de conscientisation et d’initiative. Soit, plus fréquemment, la religion fait office de « ciment », facilitant le recours à des ressources institutionnelles ou relationnelles du fait des réflexions et de l’apaisement qu’elle permet. La religion favorise alors l’étape de pérennisation en venant renforcer une motivation biographique autre.

3L’étude d’Alice Gaïa complète celle de Deirdre Healy puisqu’elle montre que la précarité est non seulement un facteur d’entrée dans la délinquance mais qu’elle constitue aussi un facteur de maintien des jeunes gens dans des pratiques délinquantes, en dépit de leur volonté de sortir d’un mode de vie non-conventionnel. Du fait de la dégradation du marché de l’emploi, de leurs faibles capitaux scolaires et de leur condamnation quand ils étaient mineurs, les enquêtés ont un parcours marqué par des expériences économiques alternatives provisoires, décrites comme des « pratiques de débrouille » (p. 86). Les jeunes interrogés distinguent ces pratiques de leur carrière de délinquance : elles leur procurent des revenus complémentaires, dans l’attente d’un mode de vie conventionnel. Pour eux, sortir de la délinquance juvénile revient à abandonner un mode de vie plutôt qu’à cesser toute activité de petite délinquance. Le quatrième chapitre poursuit les analyses sur la désistance en se concentrant sur l’influence de l’activité délinquante d’une personne sur les crimes qu’elle subit après être retournée à un mode de vie conventionnel. En s’appuyant sur un travail quantitatif fin et rigoureux, Joanna Shapland et Anthony Bottoms montrent que la délinquance est liée aux expériences de victimisation, du fait des quartiers plus pauvres où les délinquants continuent d’habiter et de leurs anciennes relations, qui augmentent la probabilité d’être la cible d’agressions ou d’atteintes à leurs biens.

4Le cinquième chapitre, rédigé par Géraldine Bugnon, fait la transition entre la deuxième et troisième partie en étudiant les relations que des jeunes Brésiliens sortants de prison entretiennent avec le système pénal, au travers de quatre types de profils rencontrés lors de l’enquête. Le premier est celui des « rescapés », à savoir ceux qui avaient toutes les chances de rester dans la délinquance au regard de leur condition socio-économique et de leur parcours, mais qui ont réussi à en sortir grâce à une personne du milieu socio-éducatif et à un soutien familial, majoritairement féminin. Le deuxième profil est celui des « jeunes exemplaires », regroupant des individus qui ont commencé à commettre des actes de délinquance pour des motivations symboliques ou consuméristes plutôt que par nécessité. Ils disposent de capitaux scolaires et sociaux relativement plus élevés que les autres délinquants, ce qui leur permet d’affronter le système pénal et d’en tirer le meilleur profit. Le troisième profil est celui des « victimes de l’étiquetage », c’est-à-dire les individus qui avaient les moyens de sortir de la délinquance par eux-mêmes, mais qui ont eu plus de mal à le faire à cause de leur confrontation avec la justice. Enfin, une dernière catégorie désigne ceux qui n’ont pas les ressources pour s’en sortir et qui n’ont pas été favorisés par le système pénal : les « sorties impossibles ».

  • 2 Le terme de personne-ressource « traduit le rôle premier d’intermédiaire que va endosser cet acteur (...)
  • 3 Conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation.

5La troisième partie porte sur le rôle des acteurs extérieurs ou intérieurs à la prison dans la désistance. La contribution de Valerian Benazeth s’interroge sur l’efficacité de l’institution carcérale dans le processus de sortie de délinquance. Cette institution peut pâtir des précédentes expériences auxquelles a été confronté le justiciable, qui l’ont conduit à disqualifier des institutions telles que la famille, l’école ou le travail. Le jeune adopte alors une posture défensive vis-à-vis du personnel pénitencier. Néanmoins, il arrive qu’une relation jugée plus humaine s’instaure et facilite l’accompagnement fourni par la « personne-ressource »2, souvent ici un CPIP3. Le lien de confiance se crée entre eux est aussi une motivation pour le désistant, qui peut vouloir rendre fier de lui son conseiller en réponse aux efforts qu’il lui a accordés. C’est aussi par l’apport d’une relation plus humaine que le milieu associatif est essentiel au bien-être du détenu, au point que « l’action des associations socio-judiciaires permet de maintenir des (ex-)contrevenants en vie en prison » (p. 143). Cela passe par les cours ou activités que les bénévoles proposent, mais surtout par l’instauration d’un lien social qui ne se fonde pas sur l’étiquette de prisonnier ou de délinquant. Les analyses de Philippa Tomczak montrent que le milieu associatif favorise largement les sorties de la délinquance, mais elles interrogent sa place vis-à-vis du service public. Ce rapport entre le domaine associatif et les pouvoirs publics se pose d’autant plus lorsque des formes d’autocensure sont constatées chez les membres des associations, qui n’osent pas dénoncer ce qu’ils peuvent voir en prison, par peur de perdre des subventions ou de ne plus pouvoir intervenir.

6En dépit des différents angles d’approche et méthodologies utilisées, l’ouvrage ne cherche pas à être exhaustif. Au contraire, les auteurs et autrices appellent à développer le champ de la sortie de délinquance, qui est encore en construction dans le paysage universitaire français. Aux contributions fécondes du livre s’ajoutent une préface, une introduction et une conclusion qui soulèvent intelligemment les enjeux épistémologiques et politiques de la sortie de la délinquance tout en offrant de nouvelles pistes de réflexion. Enfin, il faut souligner que ces chercheurs et chercheuses parviennent à aborder de telles problématiques sans pour autant tomber dans le manichéisme, nouant alors avec une démarche critique pertinente de la recherche.

Haut de page

Notes

1 La criminologie culturelle est une approche théorique, méthodologique et interventionniste de l’étude du crime qui cherche à comprendre le crime dans le contexte de sa culture. Elle considère à la fois le crime et les organismes de contrôle comme des produits culturels.

2 Le terme de personne-ressource « traduit le rôle premier d’intermédiaire que va endosser cet acteur à un moment donné pour aider autrui dans son parcours. » (p. 166).

3 Conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Voisin-Moncho, « Alice Gaïa, Xavier Larminat et Valérian Benazeth (dir.), Comment sort-on de la délinquance ? Comprendre les processus de désistance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/39985

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page