Navigation – Plan du site

François Vatin, Sophie Bernard, Le salariat : théorie, histoire et formes. Théorie, histoire et formes

Marlène Benquet
Le salariat : théorie, histoire et formes
François Vatin, Sophie Bernard (dir.), Le salariat : théorie, histoire et formes. Théorie, histoire et formes, La Dispute, 2007, 346 p., EAN : 9782843031397.
Haut de page

Texte intégral

1Pourquoi écrire aujourd'hui sur le salariat, une notion qui semble avoir été partout avantageusement remplacée par celle de travail ? Pourquoi se pencher à nouveau sur une catégorie dont on voit mal comment la mobiliser en dehors d'un paradigme marxiste aujourd'hui délaissé ? Ce travail dirigé par François Vatin est une tentative réussie pour combler le vide théorique dans lequel se trouve aujourd'hui la notion de salariat. Ouvrage collectif, il met en évidence « l'actualité d'un vieux problème » en offrant à la fois des perspectives d'élaboration théorique de la notion et des points d'ancrages empiriques des nouvelles formes de salariat.

2On assiste à un phénomène curieux. Après avoir été durant la majeure partie du dix-neuvième et du vingtième siècles la notion cadre des débats théoriques au sein de la sociologie et de la pensée politique, la notion de salariat semble victime d'une certaine désertion théorique qui laisse sans réponse la question de la pertinence de sa définition classique et marxiste et de ses éventuelles mutations historiques. Ainsi « elle a dominé la discussion des économistes et penseurs sociaux du 19ème siècle ; elle a fourni, avec le marxisme, le cadre schématique qui a marqué toute la vie politique, nationale et internationale du 20ème siècle », mais se trouve aujourd'hui étonnamment délaissée. S'il est vrai que la sociologie classique du travail a été jusqu'à très récemment une sociologie du travail industriel, force est de constater qu'elle s'est peu attachée à thématiser le concept de salariat lui-même. Le bilan de la littérature sociologique consacré au salariat au cours de ces cinquante dernières années que F. Vatin dresse pour nous est à cet égard très significatif. Le manque scientifique que ce livre commence à combler suffirait déjà à justifier sa lecture.

3Mais l'ouvrage interroge aussi un débat sociologique plus récent. Il met en cause les théories récentes qui, dans la lignée des travaux de Dominique Méda et Jeremy Rifkin, développent le thème de la fin du travail. L'étude de la plasticité et de la robustesse de l'institution salariale met à mal cette idée tout en exhibant la confusion entre travail et salariat qui la sous-tend. La définition du travail par le rapport salariat, c'est-à-dire le rabattement de la contrainte productive sur la contrainte salariale nous prive de la possibilité de penser la spécificité du rapport salarial dans les rapports de travail et induit une confusion préjudiciable à la sociologie du travail elle-même.

4Dans la lignée des travaux pionniers de Bernard Mottez sur les « formes du salaire », F. Vatin et T. Pillon tentent dans leur contribution de dégager une « grammaire générale de l'institution salariale, permettant de comprendre sa permanence de longue durée mais aussi ses formes fluctuantes au cours du temps. » Or un tel projet scientifique n'est pas sans conséquence politique. Le débat sociologique se déploie ici dans un contexte de conflit politique renouvelé. En effet, si pour Marx et Engels, le salariat était défini comme l'expression juridique de l'exploitation capitaliste des ouvriers, contraints d'abdiquer les caractéristiques d'un sujet réellement libre pour se vendre au patronat, le salariat est aujourd'hui pensé en référence à un système de garanties collectives dont la pérennisation est revendiquée par la gauche syndicale et politique. En face, le Medef semble à l'inverse promouvoir une définition du travailleur comme collaborateur, qui loin de ne vendre que ponctuellement sa force de travail, s'investit et engage son identité entière dans une entreprise pensée comme totalité communautaire. Ce renversement des connotations politiques de la notion tend à exclure l'étude du rapport salarial de la théorie économique dominante. De ce point de vue, le « vieux problème » se rappelle à la sociologie avec une cuisante actualité politique.

5L'ouvrage propose enfin un certain nombre de contributions pratiques destinée à explorer les nouvelles formes concrètes du salariat contemporain. On peut citer à ce propos le texte passionnant de Marie-Thérèse Letablier et Chantal Nicole-Drancourt, « le salariat féminin et le modèle de l'intermittence » qui propose avantageusement les notions de salariées structurellement intermittentes et d'actives discontinues pour comprendre l'actualité des tensions entre activités domestiques et professionnelles rencontrées par les salariés femmes.

6Au final, ce travail ouvre de nombreuses perspectives théoriques et pratiques en invitant chaque sociologue du travail à interroger à partir de ses propres objets de recherche la notion de salariat. Il contribue enfin à lutter contre une certaine atomisation du travail scientifique qui, animé d'un souci de précision et d'exhaustivité, renonce parfois à penser des objets perçus comme trop vastes tel le rapport salarial et peine ainsi à offrir une représentation globale du monde du travail contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marlène Benquet, « François Vatin, Sophie Bernard, Le salariat : théorie, histoire et formes. Théorie, histoire et formes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 01 avril 2007, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/400

Haut de page

Rédacteur

Marlène Benquet

Marlène Benquet est élève de l'ENS Lettres & Sciences Humaines et prépare une thèse de sociologie sous la direction de Stéphane Beaud.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page