Navegación – Mapa del sitio

Laurent Bazin, La dystopie

Cédric Passard
La dystopie
Laurent Bazin, La dystopie, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, col. « L'Opportune », 2019, 64 p., ISBN : 9782845168732.
Inicio de página

Texto completo

1Signifiant étymologiquement « lieu mauvais », la dystopie, qui apparaît en ce sens comme l’antithèse de l’utopie, est aujourd’hui très en vogue, au point qu’elle semble une forme culturelle assez omniprésente dans la littérature mais aussi au cinéma, à la télévision, dans les jeux vidéo, ou encore dans les mangas et bandes dessinées. Ce petit livre de Laurent Bazin, maître de conférences en littérature française, a l’ambition d’interroger ce succès contemporain du genre dystopique. Faut-il voir dans un tel engouement le reflet d’un monde désenchanté ? Pour répondre à cette question, l’ouvrage, organisé en quatre parties, mobilise une approche pluridisciplinaire croisant notamment études littéraires, histoire des idées et philosophie, en partant du postulat que la dystopie « n’est pas seulement une forme narrative ou une catégorie esthétique mais bien une vision du monde qui est aussi un mode de pensée » (p. 7).

2La première partie entend définir la dystopie en refusant une approche trop essentialiste et atemporelle du genre. Si la dystopie est souvent considérée comme le produit du XXe siècle, avec la publication de quatre œuvres – Nous autres d’Ievgueni Zamiatine (1920) ; Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley (1931) ; 1984 de George Orwell (1984) et Fahrenheit 451 de Ray Bradbury (1953) – vues comme des parangons du genre, l’auteur entend défendre la thèse selon laquelle la dystopie est intrinsèquement liée à l’utopie. La dystopie n’est pas, en effet, que la description d’une société de cauchemar, le contraire d’une utopie en somme, mais désigne la plupart du temps une « utopie qui a mal tourné ». C’est pourquoi il ne faut pas « opposer utopie et dystopie comme le Bien et le Mal » mais prendre acte que « les rêves utopiques portent en eux une part problématique et […] les fictions dystopiques comportent quant à elles une dimension positive – précisément parce qu’elles mettent en lumière les dangers des précédentes » (p. 13). L’auteur montre ainsi que le texte fondateur de Thomas More, L’Utopie, paru en 1516, présente des ambivalences et doubles-sens qui semblent mettre en garde le lecteur contre certaines dérives possibles de l’utopie. Il propose donc de définir la dystopie comme « ce déplacement oblique par lequel un sujet est appelé à modifier sa vision du monde […]. Les choses ne sont plus ce qu’elles paraissent être, le sens s’infléchit voire se retourne de fond en comble : ce lieu que je croyais heureux et parfait porte peut-être en germes les ferments de sa désintégration » (p. 17). Cela se traduit souvent formellement par l’existence de différents narrateurs, de dédoublement des énonciateurs, de représentations contradictoires, etc.

3La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée à l’histoire de la dystopie. Dans la suite logique de la thèse développée, l’auteur rejette la coupure classique en deux périodes où le « temps optimiste de l’utopie » (du XVIe au XIXe siècle) aurait laissé place au « temps catastrophiste de la dystopie ». Utopie et dystopie sont consubstantielles, même si certaines époques valorisent davantage l’une ou l’autre. En effet, comme on l’a observé avec Thomas More, toute utopie contient en germes une dystopie potentielle. Toutefois la dystopie, comme l’utopie, se transforment au cours de l’histoire. À partir du XIXe siècle, ces formes littéraires s’ancrent dans la réalité, avec les espérances révolutionnaires mais aussi la prise de conscience des limites du progrès. Leur schéma se modifie également : on n’oppose plus tant des lieux que le présent et l’avenir ; « l’anticipation prend le relais de l’exotisme » (p. 33). Le visuel prend aussi une place accrue avec l’apparition de dystopies iconiques et non plus seulement littéraires.

4La troisième partie porte plus spécifiquement sur la dystopie aujourd’hui. Depuis un siècle environ, on assiste à un foisonnement des œuvres dystopiques. L’auteur distingue néanmoins deux périodes. Durant la première moitié du XXsiècle, la dystopie est d’abord marquée par les préoccupations politiques, avec l’essor des conflits militaires et des totalitarismes. Depuis, la dystopie reflète de nouvelles peurs collectives liées à la globalisation, aux menaces nucléaires, technologiques, environnementales… L’auteur dresse ainsi le tableau de l’univers contemporain de la dystopie. Celle-ci a quitté en effet le seul domaine de l’écrit pour se diffuser aussi sur les écrans (films, séries, publicités, jeux vidéo…) et même dans le registre musical, dans des genres très variés ; du classique au hip-hop en passant par l’électro, le rock, la pop…, la dystopie inspire des noms de groupes, des morceaux, des albums dont l’esthétique reflète cet univers.

5La quatrième et dernière partie analyse les thèmes et enjeux de l’imaginaire dystopique. Au-delà des différences du contexte historique dans lequel sont produites les dystopies, l’auteur propose de repérer trois problématiques transversales ou récurrentes. La première, la plus ancienne et évidente, concerne la politique au sens large, les modalités de vivre ensemble. Car, loin de n’être qu’une dénonciation, la dystopie favorise une réflexion sur tous les idéaux ou systèmes politiques, y compris démocratiques, en pointant leurs possibles travers ou dérives. Elle peut aussi permettre, par là même, une prise de conscience, en jouant le rôle d’alerte ou de garde-fou. La deuxième thématique renvoie à la maîtrise des sciences et des techniques ; la dystopie interroge généralement les relations de l’humain à son environnement, à la nature et, finalement, à lui-même, dans ses rapports à la vérité, au temps, à son intelligence et à son propre corps. Le dernier enjeu qu’examine Laurent Bazin porte sur le libre-arbitre des individus. La dystopie apparaît en effet traversée par une dialectique de la conformité et de la désobéissance, un questionnement fondamental sur la détermination, voire le déterminisme, des individus et sur leur capacité à s’extraire du groupe ou du système qui les conditionne sinon les contraint et, réciproquement, à exister par eux-mêmes et à affirmer leur identité propre.

6Au final, Laurent Bazin conclut que la dystopie incarne « une pensée de la mise en garde » (p. 59), qui remplit une fonction à la fois critique et propédeutique. Là réside peut-être une des clés de son succès actuel, en particulier chez les adolescents et jeunes adultes sommés de se construire par eux-mêmes dans un monde qui tend à l’uniformisation mais qui valorise aussi paradoxalement la singularisation. Profondément ambivalente, jouant sur des émotions contradictoires, celles de l’exaltation et de la déception, de la jouissance et de la frustration, la dystopie montrerait ainsi, à en suivre l’auteur, que la lucidité peut quand même être compatible avec la vie (pour paraphraser le célèbre aphorisme de Cioran), en favorisant une certaine résilience face aux désillusions. En ce sens, elle ne mène pas nécessairement à un constat d’impuissance mais peut ouvrir des possibilités d’agir.

7Publié dans la collection « L’Opportune » qui ambitionne de présenter « l’essentiel d’un sujet en 64 pages », l’ouvrage remplit parfaitement ce rôle. Clair et accessible, il offre une excellente introduction à l’étude des dystopies et s’adresse ainsi à un public large, sans sacrifier la qualité et l’exigence du propos. Il a aussi le mérite de ne pas se limiter à un simple aperçu des recherches existantes mais de développer ses propres thèses et analyses. Ce petit livre a cependant certains défauts de ses qualités : concis, il ne permet évidemment pas d’approfondir vraiment la réflexion, et l’on peut regretter la faiblesse des références bibliographiques (même les travaux indiqués dans la bibliographie sont finalement assez peu évoqués). Enfin, la perspective pluridisciplinaire retenue, si elle a l’avantage de ne pas se cantonner aux seules études littéraires, reste néanmoins essentiellement théorique, centrée sur le contenu et la lecture interne des œuvres, certes resituée dans leur contexte de fabrication et leur horizon d’attente. À cet égard, il serait sans doute intéressant de compléter ce type d’approche par une démarche davantage sociologique pour examiner les modes de production, de réception et de circulation de cette forme de bien culturel. Il s’agit moins là cependant d’une lacune de l’ouvrage lui-même, utile et réussi, que d’un programme de recherche encore à mettre véritablement en œuvre.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Cédric Passard, « Laurent Bazin, La dystopie », Lectures [En línea], Reseñas, 2020, Publicado el 10 enero 2020, consultado el 27 enero 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/40027

Inicio de página

Redactor

Cédric Passard

Maître de conférences en science politique, Sciences Po Lille, membre du CERAPS-CNRS.

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página