Navigation – Plan du site
Sociologie et histoire : chantier permanent

Sociologie et histoire : chantier permanent

« Sociologie et histoire : chantier permanent », Carnets de bord en sciences humaines, n° 14, 2008.
Notice publiée le 20 avril 2008

Présentation de l'éditeur

La revue Carnets de bord en sciences humaines consacre le dossier de son numéro 14 aux relations entre sociologie et histoire.

Inaugurée au tournant du XXe siècle, et sans cesse renouvelée depuis, la question des rapports entre sociologie et histoire paraît éculée tant elle revient régulièrement dans les débats sur la spécificité et la complémentarité des deux disciplines. Le débat sur l’articulation entre sociologie et histoire n’est pas pour autant un objet froid qu’il suffirait de réchauffer de temps à autres pour faire bonne figure. D’abord, comme l’a relevé Bernard Lepetit, la structuration du champ scientifique n’est pas figée et « l’interdisciplinarité s’inscrit dans un processus d’évolution constante du champ des sciences sociales » (« Propositions pour une pratique restreinte de l’interdisciplinarité », 1990). On n’oubliera donc pas que les analyses les plus aiguës du rapport entre sociologie et histoire sont elles-mêmes le produit de déterminants sociaux et d’un contexte scientifique singulier.

Mais une deuxième raison plus fondamentale motive la réouverture du dossier. L’hybridation est réalisée de facto par nombre de chercheurs qui s’affranchissent peu ou prou des étiquettes méthodologiques pour déployer les problématiques, les concepts, les méthodes et les catégories d’analyse de la discipline voisine. Vécus et pratiqués au quotidien de recherches récentes, les croisements entre sociologie et histoire se donnent à voir comme un chantier permanent et sans cesse renouvelé au gré des déplacements des problématiques et des objets.

Ce sont ces manières de faire et de penser que ce dossier a voulu signaler avec comme souci d’exposer ce qui se fait entre sociologie et histoire, plutôt que de répéter ce qui s’est dit. Les travaux ainsi réunis sont portés par deux interrogations principales, reliées entre elles, qui sont autant de points d’intersection entre les deux disciplines. Le premier point de rencontre se fait sur la place centrale accordée aux acteurs, aux manières d’agir dans des systèmes d’actions, les pratiques sociales apparaissant comme productrices de sens dès lors qu’elles sont identifiées à partir d’un ensemble de relations, non seulement entre individus, mais aussi entre individus et groupes sociaux ou institutions. Le second point de croisement concerne le refus des catégories d’analyse toutes faites et essentialisées, ce qui suppose une prise en compte de l’historicité des concepts savants et un examen critique des notions indigènes. Ce dossier comprend des textes de Cornelia Hummel, Pierre-Antoine Schorderet, Martine Ruchat, Joëlle Droux, Jean-François Laé, Quentin Deluermoz, Marco Cicchini, Jérôme Lamy, Arnaud Saint-Martin et Cristina Ferreira.

Haut de page

Notes de la rédaction

Un site à visiter : Carnets de bord en sciences humaines

Haut de page