Navigation – Plan du site

Jean Baudrillard, Entretiens

Christophe Premat
Entretiens
Jean Baudrillard, Entretiens, Paris, PUF, coll. « Perspectives critiques », 2019, 426 p., ISBN : 978-2-13-081794-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gilles Deleuze, Entretiens, Paris, éditions Flammarion, 1977, p. 68.

1Jean Baudrillard (1929-2007) est un penseur inclassable, connu entre autres pour ses concepts de simulacre et de séduction lui permettant d’analyser l’évolution des sociétés contemporaines. Lors d’un entretien paru en 1983, il tenait les propos suivants : « Je ne suis ni philosophe ni sociologue, je n’en ai suivi ni la trajectoire académique ni la démarche institutionnelle. Je suis à l’université en sociologie mais je ne me reconnais ni dans la sociologie ni dans la philosophie philosophante » (p. 79). Ce positionnement illustre à quel point l’auteur a toujours veillé à ne pas s’enfermer dans un champ disciplinaire afin de s’ouvrir à d’autres horizons que celui de l’écriture à l’instar de la photographie ou de la musique. Pour tout lecteur avide des théories culturelles, la pensée de Jean Baudrillard offre des perspectives stimulantes et prometteuses. Les vingt-cinq entretiens réunis par Laurent de Sutter proposent à cet effet un regard inédit sur l’ensemble de son œuvre entre 1968 et 2008 même si, en réalité, la majorité de ces entretiens couvre plus particulièrement la période 1982-2008. Gilles Deleuze disait de l’entretien qu’il est comme une « ritournelle », c’est-à-dire qu’il permet de répéter des propos qui ont déjà été tenus ailleurs1. Avec cet ouvrage, l’entretien apparaît plutôt comme un genre à part permettant d’articuler les concepts déterminants de la pensée de Jean Baudrillard.

  • 2 Plusieurs critiques ont dénoncé « l’imposture » de Jean Baudrillard. Thomas Florian a ainsi publié (...)
  • 3 Jean Baudrillard, Mike Gane, Baudrillard Live: Selected Interviews, London, Routledge, 1993. Vingt (...)
  • 4 Edgar Morin, Claude Lefort, Cornelius Castoriadis, La brèche suivi de Vingt ans après, Paris, Fayar (...)

2La réception contrastée de son œuvre2 fait que nombre de ses entretiens sont d’abord parus en anglais3. Les entretiens réunis fonctionnent ainsi presque comme une anthologie des textes de Jean Baudrillard. Le premier texte, « La transgression est-elle un mode d’action politique ? » paru en 1968 dans la revue Communications, témoigne d’une lucidité sans précédent de l’auteur sur les événements de mai 1968. Certaines des analyses rappellent les formulations de Claude Lefort, d’Edgar Morin et de Cornelius Castoriadis lorsque ces derniers évoquaient les « brèches » ouvertes par ces événements qui ont interrompu le quotidien de la société française4. « Je pense en effet que quelque chose n’a pas été dépassé ; on en est peut-être à tout autre niveau dans ce sens que, pour la première fois, c’est la société moderne qui est mise en cause, non seulement comme exploitation, ou comme répression politique, mais comme aliénation » (p. 27). Puis s’ensuivent des entretiens portant sur le cinéma et les ruses de l’image opérant par séduction (p. 59). Jean Baudrillard y confesse volontiers un plaisir primaire pour le cinéma américain avec ses mises en scène extravagantes et son sens des catastrophes (p. 57). « L’image, ce n’est pas seulement une réalité technique : pour qu’il y ait une image, il faut une scène, un mythe, un imaginaire » (p. 56). En d’autres termes, l’image est l’unité sémiotique de base renvoyant à la mise en scène d’un récit (p. 127-128).

  • 5 Kostas Axelos, Le jeu du monde, Paris, Éditions de Minuit, 1969. Dans un ouvrage paru récemment, Ko (...)
  • 6 Henri Lefebvre, Catherine Régulier, « Le projet rythmanalytique », Communications, n°41, 1985, p. 1 (...)
  • 7 Le sociologue et philosophe marxiste Michel Clouscard, influencé, comme Jean Baudrillard, par la pe (...)

3Plusieurs entretiens traitent de la notion de « jeu des apparences » caractérisant un monde ayant perdu le sens de l’aliénation et n’étant voué qu’à répliquer les métamorphoses d’un soi narcissique (p. 75). À cet égard, la mode, à travers la notion de « look » est l’une des expressions de ce monde désaliéné. « Peut-être faut-il parler, avec le look, d’une disparition de la rhétorique de la mode. Les stratégies du beau et de l’utile (y compris dans le degré zéro de la mode que pouvait être le jean) ne jouent plus au niveau du look » (p. 78). La simulation est un jeu d’apparences auto-référées fonctionnant dans une circularité convulsive (p. 159). Plus fondamentalement, le concept émergeant derrière le simulacre et la séduction est sans aucun doute celui de jeu. « Il y a un jeu qui n’est pas celui de cette réalisation forcée du monde, jeu où les choses demandent à être sollicitées, détournées, séduites. On doit pouvoir les faire apparaître autant que disparaître : jouer tout le jeu » (p. 83). Ces formulations ne sont pas sans rappeler le noyau central de la philosophie de Kostas Axelos autour du jeu du monde caractérisant la pensée planétaire5. Le lecteur attentif y reconnaîtra également certains traits de la pensée d’Henri Lefebvre lorsque ce dernier élabore la notion de « rythmanalyse » pour penser la succession des événements sociaux6. Pour sa part, Jean Baudrillard n’hésite pas à utiliser cette notion de jeu dans l’analyse sociale, notamment lorsqu’il décrit la société soviétique comme un « jeu de la bureaucratie » (p. 85) ou bien les sociétés occidentales reposant dorénavant sur la séduction comme force de détournement des choses (p. 87), comme si le social résistait à toute forme de fonctionnalité (p. 91)7. En outre, le jeu du monde est perçu comme cette puissance productrice de rituels et de règles (p. 117 ; p. 223). En réalité, les sociétés contemporaines sont marquées selon Jean Baudrillard par la disparition de la sphère politique avec la mise en scène d’un divertissement permanent (p. 141). Il montre que les masses ne jouent pas le jeu des valeurs idéales et qu’elles participent véritablement à cette fin de la politique (p. 206). En d’autres termes, elles esquivent le sens de l’opinion publique pour en faire un simulacre de représentation politique (p. 152-153). L’indifférenciation est ce qui caractérise l’inertie des masses, mais cette inertie n’équivaut jamais à la neutralisation des événements. « L’indifférence décrit une situation originale, nouvelle qui n’est pas l’absence ou le rien. Les masses, par exemple, sont des corps indifférents, mais il y a des virulences ou des violences de masse. L’indifférence, ça fait des dégâts » (p. 272-273 ; p. 296). Il n’y a jamais, dans le propos de l’auteur, la tentation de juger le monde, mais plutôt l’effort intransigeant de le comprendre.

4Jean Baudrillard s’exprime davantage comme un penseur postmoderne récusant l’idée de métarécits universels éclairant le sens du monde. S’il refuse cette étiquette, il en donne malgré tout une définition lumineuse : « si le mot ‘‘postmodernisme’’ a un sens, il s’appuie paradoxalement sur le passéisme qui défonce le modernisme dépassé. C’est le ressac, le reflux ambigu du paléolithique » (p. 140). L’auteur s’est constamment intéressé aux forces disruptives et à ce qui détourne le sens prévu des choses. La postmodernité est liée à la vitesse des événements, l’instantané qui annule tout mouvement et en fin de compte le sens de l’expérience vécue (p. 142). Bien avant l’ère des réseaux sociaux, Jean Baudrillard saisit les nouvelles technologies comme des graffitis. « Le graffiti se donne un mur, il s’arrache un territoire même s’il ne dit rien, tandis que dans le réseau, les gens ne sont pas sur leur territoire, ils sont sur une zone balisée, tu vois, et là on les fait parler mais c’est évident que c’est le réseau qui parle » (p. 150-151). Dans les entretiens des années 1990, Jean Baudrillard admet une réception problématique de son œuvre sociologique La société de consommation qui a paradoxalement rendu difficile la réutilisation d’un certain nombre de concepts sémiologiques par la suite (p. 214). D’ailleurs, dans ses entretiens, il reconnaît les malentendus que certaines de ses œuvres ont suscités, que ce soit L’Échange symbolique et la Mort (1976) ou Amérique (1985) pour évoquer une réception surprenante de sa pensée notamment dans le monde artistique (p. 209). En apportant des précisions nécessaires, il montre comment ces concepts lui ont permis par la suite de comprendre la notion de transparence du mal, caractérisée par l’élimination de toute négativité dans l’histoire. La transparence devient l’état des signes qui sont totalement détachés de la réalité (p. 332).

5Lorsqu’on lit l’ensemble de ces entretiens, on ne peut être que frappé par la constance de la pensée de Jean Baudrillard. Même si son œuvre fonctionne à coups d’intuitions fulgurantes, ces dernières sont reprises et retravaillées comme des refrains. Le thème de la catastrophe réapparaît souvent et est pensé dans cette perspective de manière non apocalyptique. La catastrophe correspond à l’accélération d’un monde qui a évacué complètement la question de l’altérité ; les systèmes communicationnels y sont sursaturés et les messages fonctionnent en boucle. « Le monde devient de plus en plus inacceptable parce qu’il se culturalise à une vitesse folle. Tout est maintenant devenu culture et il est devenu très difficile d’aller au-delà de sa propre culture, parce que partout on la retrouve » (p. 356). Cette culturisation du monde est le signe de la catastrophe que nous vivons sous l’aspect de la disparition complète du réel (p. 368). On retrouve ainsi le thème nietzschéen de la métamorphose des choses où les formes ne renvoient qu’à d’autres formes dans un pur jeu illusoire (p. 371). Jean Baudrillard se veut un penseur radical au sens où il s’intéresse aux racines de la disparition du monde en tant que tel (p. 409). Dans son dernier entretien tenu en 2008, il dénonce en profondeur l’emballement du système, l’enfouissement de toute négativité et le surgissement du terrorisme comme tension propre du système (p. 417).

6À plusieurs reprises, l’auteur mentionne ses origines paysannes et son parcours autodidacte (p. 376). C’est ainsi qu’il évite de tomber dans le piège d’une pensée enfermée dans un champ disciplinaire ou un style intellectuel. In fine, Jean Baudrillard est un penseur critique mettant de l’espoir dans ce qui résiste à l’uniformisation culturelle ambiante. L’écriture constitue à ce titre l’une des stratégies fondamentales pour se défaire de ce piège. Le travail éditorial de rassemblement de ces entretiens est à saluer car il vulgarise, par le dialogue, les concepts fondamentaux de son œuvre.

Haut de page

Notes

1 Gilles Deleuze, Entretiens, Paris, éditions Flammarion, 1977, p. 68.

2 Plusieurs critiques ont dénoncé « l’imposture » de Jean Baudrillard. Thomas Florian a ainsi publié un court pamphlet dénonçant l’habillage radical de la pensée de Jean Baudrillard. Voir Thomas Florian, Bonjour Jean Baudrillard, Paris, Cavatines, 2004. La critique la plus forte est formulée par Alain Sokal et Jean Bricmont qui ont dénoncé le détournement de certains concepts scientifiques par les penseurs postmodernes. Alain Sokal, Jean Bricmont, Impostures intellectuelles, Paris, Odile Jacob, 1997. D’autres philosophes tels que Jacques Bouveresse ont également rejeté la vision constructiviste de la réalité qui se retrouve chez ces penseurs et plus particulièrement chez Jean Baudrillard. Jacques Bouveresse, Prodiges et vertiges de l’analogie. De l’abus des belles-lettres dans la pensée, Paris, Liber-Raisons d’agir, 1999.

3 Jean Baudrillard, Mike Gane, Baudrillard Live: Selected Interviews, London, Routledge, 1993. Vingt entretiens avaient été traduits du français à l’anglais par Mike Gane et avaient été publiés en 1993.

4 Edgar Morin, Claude Lefort, Cornelius Castoriadis, La brèche suivi de Vingt ans après, Paris, Fayard, 2008. Le terme est employé par Jean Baudrillard à propos de la communication (p. 151).

5 Kostas Axelos, Le jeu du monde, Paris, Éditions de Minuit, 1969. Dans un ouvrage paru récemment, Kostas Axelos et Jean Baudrillard sont classés parmi les auteurs écrivant dans une veine nietzschéenne. Christine A. Payne, Michael J. Roberts (dir.), Nietzsche and Critical Social Theory, Leiden, Boston, Brill, 2017, p. 253. Jean Baudrillard lui-même évoque dans ses entretiens les notions d’éternel retour et de métamorphose (p. 101 ; p. 234-235).

6 Henri Lefebvre, Catherine Régulier, « Le projet rythmanalytique », Communications, n°41, 1985, p. 196.

7 Le sociologue et philosophe marxiste Michel Clouscard, influencé, comme Jean Baudrillard, par la pensée d’Henri Lefebvre, exprime en des termes similaires la force de la séduction comme emballement de l’économie de marché vers la réplication des marchandises. Michel Clouscard, Le capitalisme de la séduction, critique de la social-démocratie libertaire, Paris, Éditions sociales, 1981, p. 73.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Premat, « Jean Baudrillard, Entretiens », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 10 janvier 2020, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/40111

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page