Navigation – Plan du site

Patricia Commun et Raphaël Fèvre, Walter Eucken, entre économie et politique

Mathieu Sadourny
Walter Eucken, entre économie et politique
Patricia Commun, Raphaël Fèvre, Walter Eucken, entre économie et politique, Lyon, ENS Éditions, coll. « Feuillets. Économie politique moderne », 2019, 122 p., ISBN : 979-10-362-0177-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Audier Serge, Néo-libéralisme(s). Une archéologie intellectuelle, Paris, Grasset, co (...)
  • 2 Denord François et Schwartz Antoine, « L’économie (très) politique du traité de Rome », Politix, vo (...)
  • 3 Le Heron Edwin, « L’euro, une monnaie incomplète : retour sur les ambiguïtés du compromis historiqu (...)

1Le développement des études sur le néolibéralisme ces dernières années a permis de mettre en lumière, notamment en langue française1, un courant jusqu’à présent peu évoqué : l’ordolibéralisme. Des contributions récentes se sont ainsi penchées sur son influence dans l’élaboration du traité de Rome (1957)2 ou encore dans les statuts de la Banque centrale européenne3. À l’instar des autres courants de la pensée économique, passés comme actuels, l’ordolibéralisme rassemble des auteurs dont les vues ne sont pas forcément convergentes sur tous les points abordés. C’est à l’examen d’un auteur en particulier, Walter Eucken, l’une des figures majeures de ce mouvement, que nous convie l’ouvrage récent de Patricia Commun et Raphaël Fèvre.

  • 4 Que des intérêts privés se fassent passer pour l’intérêt général et tentent de subvertir le législa (...)
  • 5 Une configuration qui n’a rien perdu de son actualité : aux États-Unis la baisse de la concurrence (...)
  • 6 Fèvre Raphaël, « Le marché sans pouvoir : au cœur du discours ordolibéral », Revue d’économie polit (...)

2Il se compose d’un article, inédit en français, de Walter Eucken, traduit par les deux auteurs et précédé d’une introduction d’une soixantaine de pages – soit environ le double de l’article – qui présente l’auteur ainsi que le courant ordolibéral de la première heure (1930-1960) auquel il se rattache. Son ordolibéralisme se présente comme un discours critique du marxisme et de l’historicisme. Il partage néanmoins avec ces courants l’idée que la liberté de commerce (la fameuse injonction « laissez-faire ») a favorisé l’apparition de puissantes industries qui, si elles contribuent à l’industrialisation, génèrent des monopoles ou des oligopoles. Ceux-ci nuisent aux libertés économiques et favorisent le comportement de recherche de rente. En outre, elles donnent lieu à des pressions exercées sur le législateur afin d’obtenir une législation favorable4 pour maintenir leurs positions et décourager l’entrée d’entreprises concurrentes5. Cette situation, qui a abouti en Allemagne à la constitution de cartels, notamment entre 1897 et 19236, doit faire l’objet d’une intervention de l’État afin d’éviter son apparition en amont et/ou sa persistance dans le temps.

  • 7 Elle se retrouve aussi de l’autre côté de l’Atlantique, par exemple du côté de Chicago même si des (...)

3La recherche d’une bonne régulation de l’économie se trouve ainsi au centre des préoccupations ordolibérales7. La puissance publique doit, de manière constante, promouvoir la concurrence et lutter contres les monopoles et autres pratiques anticoncurrentielles. Cette intervention implique, pour Walter Eucken, deux niveaux. Le premier est celui des principes ordonnateurs (ou constituants), soit l’ensemble des règles nécessaires au bon fonctionnement d’une économie de marché libérale. Ce premier niveau renvoie principalement à la sphère juridique pour laquelle Eucken insiste sur cinq principes (p. 60-64) : la stabilité monétaire, le libre accès au marché, le droit à la propriété privée, le droit contractuel et la responsabilité civile et commerciale des entreprises.

  • 8 Fèvre Raphaël, « Le marché sans pouvoir : au cœur du discours ordolibéral », Revue d’économie polit (...)
  • 9 On parle d’externalités (ou d’effets externes) lorsque l’action d’un agent économique a un effet (p (...)

4Toutefois, Fèvre note dans un autre article que « l’organisation d’un cadre procédural ne suffit pas à fournir un système efficace et juste. Les principes ordonnateurs forment une ossature juridique nécessaire au fonctionnement des marchés, sans pour autant prévenir les aléas du cycle économique ou certains effets pervers internes. »8 L’intervention publique doit par conséquent être également conduite à un second niveau, celui des actions économiques, c’est-à-dire au niveau de la coordination entre les agents à l’intérieur d’une économie de marché. D’après Commun et Fèvre, cette politique régulatrice recouvre quatre domaines d’action (p. 65-67) : le contrôle des entreprises en situation de position dominante ; une politique sociale redistributive ; le contrôle des externalités9 ; le contrôle des réactions anormales de l’offre. Le premier domaine renvoie à la politique de la concurrence (p. 67-72) où il s’agit pour les ordolibéraux de surveiller les prix et les stratégies des entreprises. Si un abus de position dominante est détecté, trois solutions sont possibles : la dissolution du monopole ou de l’entente illégale entre entreprises ; la nationalisation (si le monopole est inévitable ou d’intérêt public) ; le maintien du monopole sous le contrôle d’un office indépendant.

  • 10 L’expression renvoie à une série de mesures (ouverture des marchés, privatisations, lutte contre l’ (...)

5La pensée de Walter Eucken est donc loin de proposer un interventionnisme réduit aux seules fonctions régaliennes. Selon lui, cet interventionnisme doit permettre la « réalisation d’un système de prix fonctionnel et de concurrence complète » (p. 58). Pour autant, ainsi que le notent les deux auteurs, les recommandations proposées ne sont pas présentées comme étant d’application large. La pensée ordolibérale n’est pas un consensus de Washington10 avant la lettre : « Contrairement à l’usage ou à la façon dont elles sont souvent analysées aujourd’hui, les politiques économiques ordolibérales constituent moins des recettes à caractère systématique que le fruit d’une réflexion critique et historique du cas particulier de l’Allemagne » (p. 60).

6Dans leur introduction, Patricia Commun et Raphaël Fèvre n’hésitent pas à être critiques concernant la pensée de Walter Eucken. Lorsque ce dernier critique la planification par l’administration centrale et les risques de concentration du pouvoir économique et politique, d’atteintes aux libertés, d’insuffisance de la fourniture de biens de consommation, il déclare, pour justifier son propos : « Nous n’avons pas besoin de l’apprendre dans les livres, car nous l’avons vécu et expérimenté tous les jours » (p. 46). Le commentaire de Commun et Fèvre qui suit est sans appel : « la difficulté de saisir tous les tenants et les aboutissants des raisonnements de Eucken vient parfois du fait qu’aucune des deux logiques [théorique et historique] n’est menée à son terme : force est de constater que les arguments historiques viennent souvent pallier les manquements des démonstrations théoriques – alors que de fait, les arguments théoriques et historiques obéissent à des critères d’évaluation distincts » (p. 46).

  • 11 On aura ici reconnu le problème de la coordination marchande qui hante la théorie de l’équilibre gé (...)

7Armé de ces éléments ainsi que d’autres éclaircissements touchant à la méthodologie et à l’épistémologie de l’auteur présenté, le lecteur est suffisamment outillé pour aborder l’article de 1948 de Walter Eucken : « Le problème politique de l’Ordre ». Cet écrit permet de dresser quelques grandes lignes de force de l’analyse développée par Eucken. D’abord, le fait que l’économie soit devenue un système d’une grande complexité, reposant sur un degré d’interdépendance élevé entre les secteurs d’activité, rend l’éventuelle planification économique délicate voire impossible11. À cette évolution s’ajoute, pendant l’entre-deux-guerres, le problème central du chômage de masse, qui a conduit à un plus fort interventionnisme de l’État afin d’assurer un emploi aux individus qui en étaient privés. Surgit alors pour Eucken le problème de la sous-production : si l’État assure un emploi à tous, l’allocation des ressources n’est pas toujours adéquate. Comme le notent Commun et Fèvre : « le plein-emploi réalisé n’implique pas forcément que l’on réponde au problème fondamental de l’économie : l’approvisionnement des consommateurs en biens et services » (p. 50). En effet, comment être sûr que l’État puisse déterminer au plus juste les besoins de sa population et organiser la production en conséquence ? On peut ici se référer à l’expérience allemande : l’interventionnisme du Troisième Reich a permis de réduire (officiellement) le chômage sans pour autant assurer les besoins de la population, étant donné l’accent placé sur la production militaire au détriment des biens de consommation.

  • 12 Fèvre Raphaël, L’ordolibéralisme (1932-1950) : une économie politique du pouvoir, Thèse de doctorat (...)

8Cette situation dommageable, que l’auteur rattache aussi à celle de l’Allemagne de 1946-1947, provient en fait d’une mauvaise direction du processus économique, d’une mauvaise politique de « l’ordre ». Ce dernier est un concept clé chez Eucken, qui désigne ici « différentes sphères de la vie sociale (politique, économique, culturelle, etc.) qui sont unifiées par des principes internes d’agencement et de nécessité similaires, ce qui leur donne leur cohésion propre et les distingue entre eux. »12 Ainsi les différentes politiques mises en œuvre en Allemagne dans l’immédiat après-guerre sont-elles liées à une analyse en équilibre partiel : les autorités concernées ne prennent en compte que le secteur d’activité en particulier, sans réflexion sur les répercussions qu’une mesure adoptée sur un marché aura sur les autres. L’interdépendance nécessite que les mesures adoptées n’interfèrent pas avec le bon déroulement du processus économique des différents ordres. Si Eucken ne développe pas dans les détails les bonnes mesures à mettre en place, la lecture de l’introduction de Patricia Commun et Raphaël Fèvre permet au lecteur de convoquer les principes ordonnateurs et régulateurs pour piloter convenablement le processus économique du monde moderne, afin que les menaces pesant sur les libertés soient maîtrisées.

9On ne peut donc que saluer cet ouvrage à quatre mains, tant le travail de présentation (et de traduction) des auteurs permet d’aborder l’article de Walter Eucken en ayant en tête tous les éléments nécessaires à sa bonne compréhension. La bibliographie de fin d’ouvrage permet aux plus curieux d’y trouver les références nécessaires pour prolonger l’analyse de l’ordolibéralisme. Le travail de Patricia Commun et Raphaël Fèvre s’insère ainsi pleinement dans la ligne éditoriale de cette collection d’ENS Éditions qui « se propose de convaincre le public de la nature morale et politique de l’investigation économique ainsi que de la variété des outils dont dispose l’économiste pour mener à bien son travail » (p. 3).

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Audier Serge, Néo-libéralisme(s). Une archéologie intellectuelle, Paris, Grasset, coll. « Mondes vécus », 2012 ; compte rendu de Laure Célérier pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/8793.

2 Denord François et Schwartz Antoine, « L’économie (très) politique du traité de Rome », Politix, vol. 89, n° 1, 2010, p. 35-56.

3 Le Heron Edwin, « L’euro, une monnaie incomplète : retour sur les ambiguïtés du compromis historique, politique et idéologique lors de la création de la BCE », Économie et institutions, vol. 22, 2015, URL : http://journals.openedition.org/ei/1024 ; Deschamps Marc et Labondance Fabien, « II / La Banque centrale européenne au prisme de l’ordolibéralisme » in OFCE (éd.), L’économie européenne 2019, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2019, p. 18-29.

4 Que des intérêts privés se fassent passer pour l’intérêt général et tentent de subvertir le législateur est un point déjà relevé en son temps par Adam Smith. Voir Smith Adam, Enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations, Paris, Presses Universitaires de France, 1995, Livre I, chapitre 11, p. 296-298.

5 Une configuration qui n’a rien perdu de son actualité : aux États-Unis la baisse de la concurrence observée depuis deux décennies aurait été favorisée par une hausse des dépenses de lobbying destinées à influencer les régulateurs et les hommes politiques. Voir Gutiérrez Germán et Philippon Thomas, « The Failure of Free Entry », NBER Working Papers, n° 26001, 2019.

6 Fèvre Raphaël, « Le marché sans pouvoir : au cœur du discours ordolibéral », Revue d’économie politique, vol. 127, n° 1, 2017, p. 119.

7 Elle se retrouve aussi de l’autre côté de l’Atlantique, par exemple du côté de Chicago même si des variations importantes sont à l’œuvre entre la Première et la Seconde École de Chicago. Voir Marty Frédéric et Kirat Thierry, « Les mutations du néolibéralisme américain quant à l’articulation des libertés économiques et de la démocratie », Revue internationale de droit économique, vol. 32, n° 4, 2018, p. 471-498.

8 Fèvre Raphaël, « Le marché sans pouvoir : au cœur du discours ordolibéral », Revue d’économie politique, vol. 127, n° 1, 2017, p. 125.

9 On parle d’externalités (ou d’effets externes) lorsque l’action d’un agent économique a un effet (positif ou négatif) sur le bien-être d’au moins un autre sans passer par un prix. L’allocation des ressources n’est alors plus optimale parce qu’un bien (l’externalité) n’a pas de prix. Un exemple canonique est celui des fumées polluantes émises par une entreprise, qui diminuent le bien-être des individus résidant à proximité. Nous sommes alors en présence d’une défaillance de marché qui réclame une intervention publique. Pour une présentation claire, voir Bertrand Élodie et Destais Christophe, « Le “théorème de Coase”, une réflexion sur les fondements microéconomiques de l’intervention publique », Reflets et perspectives de la vie économique, vol. 49, n° 2, 2002, p. 111-124.

10 L’expression renvoie à une série de mesures (ouverture des marchés, privatisations, lutte contre l’inflation, déréglementation, discipline budgétaire) devant assurer la stabilité de plusieurs économies d’Amérique katine à la fin des années 1980. Voir par exemple Abraham-Frois Gilbert et Desaigues Brigitte, « Du “consensus de Washington” au “consensus Stiglitzien” », Revue d’économie politique, vol. 113, n° 1, 2003, p. 1-13.

11 On aura ici reconnu le problème de la coordination marchande qui hante la théorie de l’équilibre général et que Léon Walras et plus tard Kenneth Arrow et Gérard Debreu pensaient résoudre (théoriquement) à travers la figure du crieur de prix. Voir Pignol Claire, La théorie de l’équilibre général, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2017 ; compte rendu de Guillaume Arnould pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/24600. Sur Walras et les ordolibéraux, se reporter à l’étude récente de Baranzini Roberto et Fèvre Raphaël, « Walras as an ordoliberal ? », European Journal of the History of Economic Thought, vol. 26, n° 2, 2019, p. 380-413.

12 Fèvre Raphaël, L’ordolibéralisme (1932-1950) : une économie politique du pouvoir, Thèse de doctorat en sciences économiques, Université de Lausanne et Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2017, p. 9. Le concept d’ordre sert également chez Eucken à distinguer l’ordre positif de l’ordre naturel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Sadourny, « Patricia Commun et Raphaël Fèvre, Walter Eucken, entre économie et politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 12 janvier 2020, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/40117

Haut de page

Rédacteur

Mathieu Sadourny

Professeur de sciences économiques et sociales en classes préparatoires économiques et commerciales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page