Navigation – Plan du site

Wiktor Stoczkowski, La science sociale comme vision du monde

Sophie Maunier
La science sociale comme vision du monde
Wiktor Stoczkowski, La science sociale comme vision du monde. Émile Durkheim et le mirage du salut, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 2019, 629 p., ISBN : 9782070128457.
Haut de page

Texte intégral

1« Durkheim n’a eu de cesse de présenter sa sociologie comme scientifique. Mais était-ce vraiment de la science ? » (p. 159). Cette question quelque peu provocatrice constitue le fil directeur de cet imposant ouvrage de Wiktor Stoczkowski consacré à l’œuvre de Durkheim.

  • 1 Stoczkowski définit la cosmologie comme « ensemble plus ou moins cohérent de représentations portan (...)

2Ce livre est le fruit d’un enseignement d’une quinzaine d’années, au sein de l’École des hautes études en sciences sociales, consacré à la démonstration d’une idée : « mettre à jour les mécanismes sociaux et intellectuels dont l’action fait en sorte que des savants puissent créer des mondes chimériques capables de captiver notre imagination et d’anesthésier notre esprit critique » (p. 12). Pour démonter et décrypter ces mécanismes, l’auteur a choisi de porter son attention sur Émile Durkheim, figure tutélaire de la sociologie. Mais la sociologie de Durkheim s’apparenterait plus à une cosmologie, au sens qu’en donnent les anthropologues1, qu’à une démarche scientifique rigoureuse. En effet, Stoczkowski démonte minutieusementt l’image du scientifique qui auréole encore Émile Durkheim, habituellement considéré comme le père fondateur de la sociologie comme science.

3Il faut passer outre une préface qui nous semble inutilement péremptoire pour se plonger dans ce livre documenté, argumenté, structuré et au style alerte, dont la lecture est aisée malgré le nombre de pages (629 pages). Même si la plupart des critiques développées par l’auteur n’étonneraient pas les spécialistes, le mérite de ce livre réside dans le fait de les rassembler et de les articuler.

4Ainsi la sociologie de Durkheim apparaît à Stoczkowski faussement rigoureuse sur le plan scientifique, tant les données empiriques sont maltraitées et sont utilisées à des fins démonstratives pour alimenter une théorie cosmologique nourrie des valeurs de son époque. En fait, selon Stoczkowski, « le grand système durkheimien ne visait qu’accessoirement à expliquer le monde humain : il aspirait avant tout à l’améliorer radicalement » (p. 423).

  • 2 Durkheim Émile, Le Suicide, Paris, Félix Alcan, 1897.
  • 3 Durkheim Émile, Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Classiques Garnier, 2015.

5L’auteur déroule sa démonstration en quatre temps, qui constituent autant de parties de l’ouvrage. La première partie remet en question l’allant de soi, selon lequel les sciences sociales poursuivent l’amélioration de la société. Pour ce faire, Stoczkowski décortique, dans l’œuvre de Durkheim, les conditions jugées essentielles pour que cet objectif mélioratif s’accomplisse, à savoir une axiologie, une ontologie et une étiologie. La deuxième partie porte sur une analyse en profondeur de deux œuvres majeures de Durkheim : Le Suicide2 et Les Formes élémentaires de la vie religieuse3. Dans la troisième partie, l’argumentation de Durkheim est passée au crible, dévoilant son soubassement : le schéma dialectique cher à l’École normale supérieure où il a étudié. Enfin, dans la quatrième et dernière partie, Wiktor Stoczkowski revient sur la préoccupation de Durkheim de lutter contre les pathologies sociales. Nous développons ci-dessous les principaux éléments de chacune de ces parties.

6La première partie est consacrée à la cohérence de la vision du monde de Durkheim, héritière du XIXe siècle, qui est au cœur de sa sociologie, même si selon Wiktor Stoczkowski, Durkheim ne l’a jamais formulé en ces termes. Cette cohérence suppose une théorie des valeurs, autrement dit une axiologie qui « inclut une représentation des valeurs négatives, à partir desquelles on définit les maux » à combattre, tout en dessinant l’état social vers lequel tendre (p. 25). C’est dans des textes anciens de Durkheim sur le socialisme que l’auteur puise les éléments établissant ce que le sociologue considère comme la cause première du mal afin d’y apporter un remède. Le mal en question provient du fait que « les égoïsmes individuels ne sont plus contenus par la régulation morale » (p. 54), ce qui entraîne des suicides et une haine de classe, faits sociaux que Durkheim juge emblématiques de la crise morale que traverse la société. L’effondrement moral provient de la perte du pouvoir de la religion dans la société. Pour comprendre cela, Stoczkowski aborde l’ontologie sur laquelle repose le diagnostic de Durkheim. Ce dernier défend l’idée d’une dualité de la nature humaine. Tout individu comporte deux êtres : un être physique et un être social. L’être physique, poussé par des mobiles utilitaires, représente tout ce qui est instinctif, corporel, chez l’individu, mais aussi sa conscience et ses intérêts personnels. L’être social renvoie à ce qui relève de la raison, de la conscience collective, de la pensée conceptuelle, de l’activité morale chez l’individu mû par des mobiles éthiques. « Ces deux composantes [sont] en conflit éternel » (p. 129).

7De cette ontologie sur la double nature de l’être humain découlent les causes de l’évolution des sociétés, une étiologie des pathologies sociales. L’évolution des sociétés humaines décrite par Durkheim alterne des périodes où c’est tantôt l’homme physique, tantôt l’homme moral qui prédomine. Une société devient pathologique lorsque les pulsions de l’homme physique ne sont plus ou sont mal contrôlées par la discipline de l’homme social. La crise morale de la société proviendrait du fait que les énergies individuelles ne sont plus canalisées. Comment expliquer cette situation ? La recherche étiologique du mal montre que les sociétés civilisées sont marquées par la disparition des corps sociaux intermédiaires et par le déclin de la famille. À ces causes il faut ajouter la régression du christianisme qui assurait la cohésion sociale. La sociologie curative de Durkheim propose la recréation des corporations professionnelles afin de faire revivre l’idéal de la cohésion sociale.

8Le système durkheimien repose plus sur une cosmologie que sur une étude rigoureuse de données empiriques. De façon insistante, Wiktor Stoczkowski rappelle que Durkheim néglige, voire sacrifie les données empiriques pour servir sa théorie. Pour illustrer ses propos, Stoczkowski retient, dans la deuxième partie, deux ouvrages majeurs de Durkheim : le Suicide et les Formes élémentaires de la vie religieuse. Notons que, sans recourir à des principes actuels de rigueur scientifique, qui seraient anachroniques, l’auteur s’appuie sur les données auxquelles Durkheim avait accès et qu’il a en partie utilisées. Dans le Suicide, selon l’auteur, Durkheim se révèle « dédaigneux des faits » (p. 212) et habille « d’oripeaux scientifiques » les clichés et préjugés de l’époque, dont le « mal de l’infini » repris de Chateaubriand. En fait, Durkheim s’avère peu original au regard de ce qui s’écrit à la même période. Stoczkowski s’interroge ensuite, à propos des Formes élémentaires de la vie religieuse, sur l’appui empirique de la théorie de la religion totémique décrite par Durkheim. Stoczkowski montre que la définition même de la religion proposée par Durkheim ne repose pas sur des données factuelles, mais sur des postulats non démontrés. Ainsi, l’auteur affirme que l’assise théorique du clan totémique est douteuse. Nous l’aurons compris : Stoczkowski critique de façon peu amène les deux œuvres de Durkheim.

  • 4 Les parenthèses sont de l’auteur.

9Dans la troisième partie, Wiktor Stoczkowski entend dévoiler « les (véritables) règles de la méthode »4 suivies par Durkheim. Si la méthode durkheimienne ne repose pas sur des données, elle n’en est pas moins cohérente puisqu’elle s’appuie sur deux éléments : une classification binaire des concepts et un schéma dialectique tripartite.

10La liste est longue dans le corpus durkheimien des classifications binaires : homme physique vs homme social, individu vs société, intérêt individuel vs devoir collectif, solidarité mécanique vs solidarité organique… Chaque élément des classifications fait partie d’un tout qui s’ouvre sur une synthèse, suivant le schéma tripartite de la dialectique, schéma-clé de l’argumentation dans l’art de la dissertation du concours d’agrégation de philosophie. Stoczkowski démontre le poids de la formation intellectuelle, reçue par Durkheim à l’École normale supérieure, dans la structure argumentative dialectique suivie par le sociologue dans ses écrits. In fine, Durkheim entend dépasser le matérialisme et le spiritualisme, et sa théorie sociologique se déploie comme une troisième voie entre l’empirisme et l’apriorisme. Par ailleurs, dans cette partie, Stoczkowski nous entraîne dans une passionnante et scrupuleuse analyse de l’École normale supérieure à l’époque de Durkheim.

11Wiktor Stoczkowski développe dans la quatrième partie l’aspect sotériologique de l’œuvre de Durkheim (le combat contre le mal radical), imprégné de christianisme. En effet, la sociologie de Durkheim vise à recréer un milieu moral et à forger une nouvelle doctrine morale adaptée à la civilisation moderne.

12En résumé, pour Wiktor Stoczkowski, les sciences sociales sont héritières d’une double « matrice » : philosophique, pour la méthode dialectique de la dissertation et le système conceptuel, et chrétienne pour la préoccupation du mal et de sa délivrance. C’est ce qui en fait des « sciences » empreintes de cosmologie. À la fin de l’ouvrage, l’auteur applique rapidement cette grille de lecture à d’autres auteurs phares des sciences sociales françaises (Lévi-Strauss, Bourdieu, Latour).

  • 5 Notamment : Octave Mirabeau au lieu d’Octave Mirbeau (p. 36).

13Même si quelques coquilles émanent du texte5, si l’on note l’absence de certaines références et si des suppositions sont rapidement prises pour établies (l’influence supposée de Schopenhauer sur Durkheim), l’ouvrage est de facture solide. Des propos apparemment arides auraient pu faire craindre une lecture difficile, qui s’avère au final fluide, grâce au style virevoltant de l’auteur, qui dérive quelquefois dans la provocation (notamment en préface). Il aurait été facile d’écorner des œuvres du passé à l’aune des critères actuels de scientificité. L’intérêt de l’ouvrage est de ne pas avoir cédé à ces relectures anachroniques tout en posant en filigrane une question encore récurrente : les sciences sociales sont-elles des sciences ?

Haut de page

Notes

1 Stoczkowski définit la cosmologie comme « ensemble plus ou moins cohérent de représentations portant sur la forme et la dynamique de l’Univers, sur ses propriétés spatiales et temporelles, les êtres qui sont censés l’habiter, les mécanismes et forces qui rendent compte de son origine et de son devenir ». Stoczkowski Wiktor, « Anthropologie des savoirs occidentaux », Annuaire de l’EHESS, 2007, disponible en ligne : https://journals-openedition-org.biblioproxy.uqtr.ca/annuaire-ehess/18183#quotation.

2 Durkheim Émile, Le Suicide, Paris, Félix Alcan, 1897.

3 Durkheim Émile, Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Classiques Garnier, 2015.

4 Les parenthèses sont de l’auteur.

5 Notamment : Octave Mirabeau au lieu d’Octave Mirbeau (p. 36).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Maunier, « Wiktor Stoczkowski, La science sociale comme vision du monde », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 13 janvier 2020, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/40123

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page