Navigation – Plan du site

Prisons : une réponse à Laurent Solini

Gabriel Voisin-Moncho
Prisons
Laurent Solini, Jennifer Yeghicheyan, Sylvain Ferez (dir.), Prisons. Usages et appropriations des espaces carcéraux, Paris, Editions de la Sorbonne, coll. « Locus Solus », 2019, 181 p., préface d'Olivier Milhaud, ISBN : 979-10-351-0330-9.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gabriel Voisin-Moncho, « Laurent Solini, Jennifer Yeghicheyan et Sylvain Ferez (dir.), Prisons. Usa (...)
  • 2 Laurent Solini, Jennifer Yeghicheyan, Sylvain Ferez (dir.), Prisons. Usages et appropriations des e (...)

1L’objectif de ce retour sur le droit de réponse fait à ma recension1 de l’ouvrage Prisons. Usages et appropriations des espaces carcéraux2 n’est pas d’alimenter une querelle qui a pour principale source une divergence de point de vue méthodologique. Je souhaite simplement repréciser la critique formulée dans le dernier paragraphe de mon compte rendu qui a, de toute évidence, offensé l’un des directeurs de l’ouvrage.

  • 3 Laurent Solini, « Prisons : une réponse à Gabriel Voisin-Moncho », Lecture, Les comptes rendus, 201 (...)

2Pour commencer, je veux souligner que si l’expression « écologie sociale carcérale » a bien été reprise dans le compte rendu, il est exact que celui-ci ne revient pas sur l’« articulation originale entre une approche par l’expérience carcérale et une appréciation de l’espace telle qu’Isaac Joseph la pense en cherchant à faire tenir ensemble la micro-écologie urbaine, héritière des travaux de la première école de Chicago et une partie de l’interactionnisme symbolique »3. J’invite les lecteur·trices à se référer directement au droit de réponse qui a été rédigé afin de mieux comprendre cette articulation que l’ouvrage cherche à faire, mais qui ne m’a pas semblé limpide lors de ma lecture.

  • 4 Gabriel Voisin-Moncho, op. cit.

3Je dois aussi admettre que le dernier paragraphe laisse maladroitement sous-entendre que tout l’ouvrage souffre des critiques évoquées, ce qui n’est pas le cas. C’est pourquoi, dans une recension limitée à 10 000 caractère qui ne peut donc pas tout aborder dans le détail, j’ai accordé une place plus importante à certaines contributions plutôt qu’à d’autres. Je tiens particulièrement à revenir sur ce passage : « Cependant, cette approche a la particularité d’être éloignée de ce que les gardiens et détenus eux-mêmes vivent quotidiennement entre ces murs. Les contributions qui se concentrent sur les détenus sont soit sommaires, car d’autres éléments sont mis en avant, comme chez David Scheer, soit peu représentatives, puisqu’elles s’intéressent à des individus spécifiques du milieu pénitentiaire »4. J’aurais aimé mieux exprimer ce qui me pose problème. Il me semble en effet dommage que la contribution de David Scheer ne bénéficie que de treize pages (bibliographie comprise), alors qu’elle est la seule à faire une analyse comparative en abordant trois des cinq prisons traitées dans le livre. Cela est d’autant plus frustrant que, d’une part, plus de la moitié de l’ouvrage est consacré à la prison du Muret (avec les biais que cela peut entrainer, comme souligné dans mon paragraphe critique) et que, d’autre part, son analyse par les fenêtres des cellules englobe très bien les différentes approches des autres contributions. Afin d’encore mieux appréhender les trois établissements belges en question, il m’aurait paru intéressant de proposer une analyse plus poussée de ces prisons, quitte à supprimer certaines photos qui, dans le reste de l’ouvrage, font seulement office d’illustrations. Ce reproche ne s’applique évidemment pas à des documents d’archive aussi rares que les plans d’architecte de la prison du Muret, présentés par Elsa Besson.

4Il me semble que le désaccord qu’il y a sur ce livre provient d’une divergence d’opinions sur l’angle d’approche adopté pour étudier le monde de la prison. L’ouvrage aborde l’espace carcéral par le prisme de lieux précis, mais, selon moi, cette approche souffre ici d’un manque d’éléments comparatifs qui auraient permis d’offrir une perspective plus large par moment, et de renforcer la compréhension de la spécificité des éléments étudiés.

  • 5 Ibid.

5Dans cette lignée, je crains qu’il ne soit pas une bonne chose de présenter l’ouvrage comme une « approche ethnographique croisée et menée durant deux années [ayant] pour objectif de comprendre cinq prisons belges et françaises par leurs lieux, par les usages et les appropriations de leurs espaces de détention »5. En effet, l’étude proposée est plutôt l’analyse de cinq espaces carcéraux toulouso-belges, par les usages et les appropriations des individus qui y vivent et y travaillent. Présenter l’ouvrage comme une étude approfondie (voire, une monographie) du centre de détention de Muret auquel s’ajoute des analyses sur des cas belges, me semblerait être une description plus juste des terrains abordés. C’est pourquoi j’estime important d’insister sur le fait que les lieux présentés s’inscrivent en grande partie dans un établissement précis qui n’est pas représentatif du tissu pénitentiaire français.

6Enfin, je tiens à rappeler la vocation initiale de cette recension, comme de toutes celles publiées par Lectures. Une recension n’a pas pour vocation de s’adresser, flatter ou attaquer les auteur·rice·s, mais de proposer un compte rendu aux lecteur·trices de la revue sur un ouvrage précis avec la possibilité pour son ou sa rédacteur·trice d’exprimer son point de vue dans un dernier paragraphe critique, pouvant faire un pas de côté vis-à-vis du livre en question. Le droit de réponse fait à mon travail s’est uniquement concentré sur ces dernières lignes – en tronquant certaines citations – et j’ai pu revenir ici sur les points que j’ai trouvé pertinent à préciser. Cependant, loin de moi toute idée de faire la leçon à des chercheur·euse·s qualifié·es ou de remettre en question le sérieux de leur travail. Si la dimension « claustrale, sécuritaire, enveloppante des espaces carcéraux » ne se retrouve quasiment pas dans les écrits en question, je ne doute aucunement que leurs auteur·trices connaissent très bien ces caractéristiques de l’univers carcéral, mais cela n’est pas forcément le cas de tous les lecteur·trices de la revue. C’est en m’adressant à ces dernier·es que j’ai jugé nécessaire d’insister sur la singularité et la non-exhaustivité de l’approche proposée, qui n’en demeure pas moins féconde (comme précisé dans l’avant dernière phrase de mon compte rendu). Loin de porter un jugement sur la compétence des auteur·trices, je me concentre sur leur travail. Sans vouloir émettre de suppositions sur les auteur·trices je me permets d’aborder des éléments d’un ouvrage dont certains chapitres laissent paraitre une vision de la prison pouvant alimenter des clichés déjà trop néfastes à l’analyse et la compréhension de cette institution.

7Je remercie la revue Lectures de m’offrir l’occasion de préciser ma pensée suite aux contestations sur la qualité de mon travail. Si le sujet les intéresse, j’invite les lecteur·trices à se faire leur propre avis sur l’ouvrage dont il est question et à juger directement du sérieux ou non de ma recension écrite, qui ne se limite pas à ses dernières lignes.

Haut de page

Notes

1 Gabriel Voisin-Moncho, « Laurent Solini, Jennifer Yeghicheyan et Sylvain Ferez (dir.), Prisons. Usages et appropriations des espaces carcéraux », Lectures, Les comptes rendus, 2019, en ligne : http://journals.openedition.org/lectures/38389.

2 Laurent Solini, Jennifer Yeghicheyan, Sylvain Ferez (dir.), Prisons. Usages et appropriations des espaces carcéraux, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Locus solus », 2019.

3 Laurent Solini, « Prisons : une réponse à Gabriel Voisin-Moncho », Lecture, Les comptes rendus, 2019, en ligne : http://journals.openedition.org/lectures/38928.

4 Gabriel Voisin-Moncho, op. cit.

5 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Voisin-Moncho, « Prisons : une réponse à Laurent Solini », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 13 janvier 2020, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/40135

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page