Navegación – Mapa del sitio

Jean-Noël Jouzel, Pesticides. Comment ignorer ce que l’on sait

Corinne Delmas
Pesticides
Jean-Noël Jouzel, Pesticides. Comment ignorer ce que l'on sait, Paris, Les Presses de Sciences Po, col. « Gouvernances », 2019, 262 p., ISBN : 978-2-7246-2520-2.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Cf. Robert Proctor, Londa Schiebinger (eds.), Agnotology: The Making and Unmaking of Ignorance, Sta (...)
  • 2 Cf. Naomi Oreskes, Erik Conway, Merchants of Doubt, New York, Bloomsbury, 2010.
  • 3 Depuis sa thèse de science politique (Une cause sans conséquences : comparaison des trajectoires po (...)

1Formalisée par Robert Proctor dans les années 2000, l’agnotologie1 est devenue un champ d’études dynamique sur la fabrique de l’ignorance. De nombreux travaux y révèlent comment divers acteurs (États, entreprises industrielles…) protègent leurs intérêts et orientent les politiques publiques en contrôlant la production et la circulation des connaissances scientifiques, voire en semant le doute2 sur les répercussions sanitaires et environnementales de leurs produits. Mais la production d’ignorance résulte de facteurs qui ne sont pas tous intentionnels, comme le montre ici Jean-Noël Jouzel. Dans son ouvrage issu de plusieurs enquêtes sur le thème de la connaissance et de la reconnaissance des liens entre pesticides et santé des agriculteurs en France et en Californie3, J.-N. Jouzel propose une interprétation qui renvoie aux routines structurant l’évaluation des risques. Si les problèmes que les pesticides peuvent induire sont largement imputés aux individus et à leurs mauvais comportements, « cette croyance constitue le cœur des politiques d’usage contrôlé des pesticides qui visent à “gouverner les conduites” des agriculteurs au moyen de la définition des bonnes pratiques agricoles » (p. 22). L’auteur s’attaque ainsi aux savoirs scientifiques continuent de légitimer cette croyance en dépit des signaux d’alerte venus de l’épidémiologie. Avec ses deux parties, l’ouvrage retrace la construction, aux États-Unis, des savoirs d’« hygiène agricole » en matière de contrôle des contaminations des agriculteurs exposés aux pesticides, puis il étudie l’importation de ce corpus et de ces modèles en France, et ses effets politiques.

2La première partie explore « les origines américaines de l’hygiène agricole ». Suite à la transformation des fermes américaines sous l’effet de l’exode rural et de l’extension de zones de monoculture exposées à des ravages de plus en plus probables, l’usage des pesticides est progressivement promu comme « vecteur de modernisation des exploitations » (p. 35) par le département fédéral de l’Agriculture, qui s’appuie alors sur l’entomologie, en pleine mutation. Mais les pesticides apparaissent vite comme de possibles menaces pour la santé des consommateurs ingérant des résidus de ces produits. Face à ces soupçons, les responsables de la Food and Drug Administration (FDA) se tournent donc vers un savoir en expansion, la toxicologie expérimentale – dont les représentants peinent toutefois à reproduire en laboratoire des conditions d’exposition aux pesticides similaires à celles des populations humaines concernées. Au milieu du 20e siècle, sur fond d’industrialisation de l’agriculture nord-américaine et de recours croissant aux pesticides, des entomologistes et des toxicologues conçoivent des protocoles pour quantifier les niveaux de contamination humaine engendrés par l’épandage. Il s’agit de hiérarchiser et de rassurer, au prix cependant de formes de myopie, certains types d’exposition (discontinue, digestive, de zones de peau couvertes…) échappant aux mesures. Ceci permet alors aux institutions agricoles de soutenir que seuls les professionnels courent un risque, qui plus est maîtrisable avec des moyens de prévention et d’hygiène simples à mettre en œuvre. Puis le chapitre 2 montre que la thèse d’un possible usage contrôlé des pesticides est écornée aux États-Unis dès les années 1960, suite à la multiplication en Californie des intoxications de saisonniers qui, pourtant, ne manipulent pas de pesticides. Toutefois pour la plupart migrants, ils échappent plus facilement aux dispositifs de contrôle existants. D’où institutions agricoles et organismes en charge de la santé publique et de la santé au travail s’opposent : ces derniers entendent extraire la protection des travailleurs exposés aux pesticides du giron des premières, et entreprennent de promouvoir de nouvelles manières d’évaluer l’exposition des agriculteurs, afin de rendre visibles les lacunes des politiques destinées à en contrôler les dangers. « L’hygiène industrielle est alors venue concurrencer la toxicologie et l’entomologie pour redéfinir les principes de l’hygiène agricole » (p. 26). Le chapitre 3 décrit ainsi la réaction des institutions en charge du contrôle des pesticides. Au cours des années 1970 et 1980, le contrôle passe aux mains d’agences indépendantes qui, « dotées d’une capacité inédite de recours à l’expertise scientifique pour mettre un terme aux conflits sociaux » (p. 91), rouvrent le programme de recherche sur la quantification de l’exposition des travailleurs agricoles à ces substances, ceci afin d’établir des modalités incontestables d’évaluation et de gestion des risques. Pour limiter la prolifération de mesures et de données contradictoires, et dans une optique de simplification de leur travail administratif, elles imposent une codification de plus en plus stricte de la conduite des expérimentations. Le chapitre rend ainsi compte de l’acuité des tensions, institutionnelles et épistémiques, autour des mesures, et du fait que parvenir à fixer de bonnes manières d’évaluer a impliqué de circonvenir à la complexité des expositions des travailleurs agricoles aux pesticides. La mesure de ces expositions devient alors une science réglementaire, ayant pour mode de véridiction principal la conformité à un ensemble de procédures et de lignes directrices rédigées par les agences. Et, finalement, le corpus de données d’exposition professionnelle aux pesticides se stabilise au point que des formes de modélisation se substituent aux mesures pour estimer la contamination.

3Abordant « l’hygiène agricole à l’épreuve des données épidémiologiques en France », la seconde partie traite de l’exceptionnalité française par rapport au cas états-unien. Jusqu’à la fin du 20e siècle, « les maladies professionnelles induites par ces produits y ont été marquées par une triple invisibilité » (p. 131) : politique (aucune mobilisation avoisinant celle des saisonniers migrants), institutionnelle (dispositifs de surveillance incomparables) et scientifique (transposition tardive de la question en recherche). Pourtant, la France n’est pas moins dépendante des pesticides que les États-Unis, et elle a connu une modernisation agricole rapide au 20e siècle. Mais, en lien avec cette modernisation, plusieurs facteurs expliquent cette invisibilité : l’appropriation des questions de santé au travail par le ministère de l’Agriculture, un souci prioritaire d’intensification des rendements agricoles érigeant les pesticides en pilier du productivisme, une diminution de la part du salariat agricole à mesure de la modernisation des fermes… Au demeurant, à partir des années 1980 et 1990, la sensibilité des institutions publiques et savantes à l’impact potentiel des pesticides sur la santé des travailleurs agricoles s’accroît. Plusieurs initiatives sont prises, dont la mise en place d’un réseau de toxico-vigilance, près de 25 ans après la création d’un système similaire en Californie. Les décisions adoptées en matière de gestion des risques, illustrant le contraste transatlantique, témoignent donc de la méconnaissance, par les institutions agricoles françaises, des résultats des hygiénistes agricoles américains sur l’exposition humaine aux pesticides – notamment les voies de contamination. L’estimation de l’exposition des travailleurs agricoles aux pesticides n’est formalisée que sous l’effet de l’harmonisation européenne, dans le contexte des procédures d’autorisation de mise sur le marché en France. Ces mesures font néanmoins l’objet de contestations dès les années 2000 en Europe et en France. Le chapitre 5 évoque ainsi ces critiques principalement originaires du champ de l’épidémiologie, qui a accumulé des données sur les maladies d’agriculteurs exposés aux pesticides. Il montre comment une équipe de chercheurs français importe, à partir de 2001, les techniques de mesure de l’exposition professionnelle aux pesticides façonnées aux États-Unis au cours de la décennie précédente. Leurs observations de terrain les amènent à constater un écart parfois important entre les présupposés de l’hygiène agricole et les réalités des pratiques des agriculteurs exposés aux pesticides. Elles « les conduisent à s’interroger sur le bien-fondé de l’usage des mesures d’exposition à des fins réglementaires d’évaluation des risques des pesticides » (p. 182). Le chapitre 6 s’intéresse alors aux tentatives des épidémiologistes pour alerter les pouvoirs publics sur ces failles, dans un contexte où ces alertes peuvent permettre à des institutions émergentes de contester le monopole exercé par le ministère de l’Agriculture. Mais si les données épidémiologiques se fraient ainsi un chemin jusqu’aux arènes de la science réglementaire, elles y sont retraduites dans des termes permettant aux institutions concernées de trouver des compromis qui préservent, dans les grandes lignes, les routines de l’évaluation et de la gestion des risques professionnels. Pourtant, les données scientifiques rendent de plus en plus tangibles les maux auxquels les pesticides exposent la main-d’œuvre.

4Il faut saluer l’apport de ce livre à l’histoire, politique et scientifique, des pesticides et de la mesure de leur dangerosité. Il atteste plus largement la fertilité de travaux sur la production de l’ignorance, qui montrent combien celle-ci « n’est pas nécessairement le contraire de la connaissance : elle peut en être le corollaire » (p. 230). L’expologie constitue une discipline de plus en plus stratégique pour les politiques qui visent à « “adapter” les populations humaines à des nuisances industrielles qu’il semble illusoire, à court et moyen terme, de maîtriser et d’éradiquer » (p. 240), parallèlement à l’amélioration des techniques de détection avec la télédétection satellitaire, la généralisation d’objets connectés ou la découverte de nouveaux marqueurs d’exposition, qui ouvrent « la voie à une possible sommation, au niveau individuel et à l’échelle d’une vie entière, des contaminations environnementales sous la forme d’un “exposome” » (p. 240).

Inicio de página

Notas

1 Cf. Robert Proctor, Londa Schiebinger (eds.), Agnotology: The Making and Unmaking of Ignorance, Stanford, Stanford University Press, 2008 ; Robert Proctor, Golden Holocaust: Origins of the Cigarette Catastrophe and the Case of Abolition, Berkeley, University of California Press, 2011.

2 Cf. Naomi Oreskes, Erik Conway, Merchants of Doubt, New York, Bloomsbury, 2010.

3 Depuis sa thèse de science politique (Une cause sans conséquences : comparaison des trajectoires politiques des éthers de glycol en France et en Californie) soutenue à l’université de Grenoble en 2006, l’auteur a participé à plusieurs enquêtes collectives et soutenu en 2018 une HDR (L’usage contrôlé des pesticides : sociologie d’un mythe d’action publique).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Corinne Delmas, « Jean-Noël Jouzel, Pesticides. Comment ignorer ce que l’on sait », Lectures [En línea], Reseñas, 2020, Publicado el 14 enero 2020, consultado el 20 febrero 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/40142

Inicio de página

Redactor

Corinne Delmas

Professeure de sociologie à l’Université de Nantes, membre du Centre nantais de sociologie (CENS, UMR 6025).

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página