Navigation – Plan du site

James C. Scott, La domination et les arts de la résistance

Igor Martinache
La domination et les arts de la résistance
James C. Scott, La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Amsterdam Editions, 2019, 426 p., traduit de l'anglais par Olivier Ruchet, préface de Ludivine Bantigny, ISBN : 978-2-35480-201-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Professeur d’anthropologie et de science politique à l’Université Yale, sans doute l’un des auteurs (...)
  • 2 Où le préfixe « infra » est à entendre au sens d’invisible, à l’instar de l’infrarouge, et non comm (...)
  • 3 Les différences dans les manières de tenir ses différents rôles sociaux en fonction des scènes déjà (...)

1Est-ce le mouvement des Gilets jaunes et sa floraison d’expressions d’insubordination qui ont inspiré aux responsables des éditions Amsterdam l’idée de rééditer l’ouvrage de l’anthropologue libertaire James Scott1, dix ans après la première traduction en français ? À moins que ce ne soit plus prosaïquement le fait que le premier tirage de cet essai initialement publié en 1992 et qui s’est rapidement imposé comme un classique des sciences sociales ait été épuisé dans la langue de Robespierre ? Comme le dirait James Scott lui-même, difficile de connaître les intentions exactes qui ont sous-tendu une telle décision, mais on ne peut que s’en réjouir, tant les nombreux mouvements sociaux en cours, en France et ailleurs (Chili, Algérie, Liban, Irak, Hong Kong, pour ne citer que ceux-là) donnent une acuité toute particulière à la thèse qui y est développée. Son argument principal est bien connu : la coexistence d’un « texte public » (public transcript) – un discours partagé en public concernant l’ordre social entre dominants et dominés – et de « textes cachés » (hidden transcripts) – discours critiques réservés à des cénacles de confiance et qui déchirent l’apparent consensus du premier –, ainsi que la mise en évidence de pratiques de la part des groupes subalternes qui relèvent de ce que James Scott qualifie d’« infrapolitique »2. Reste que ces concepts, qui font l’objet actuellement d’une véritable mode intellectuelle, sont parfois utilisés de manière quelque peu hasardeuse, et ne suffisent pas à rendre toute la richesse et la subtilité des réflexions de James Scott sur des constatations a priori banales comme il le note d’emblée lui-même3.

  • 4 On peut simplement regretter que cette réédition n’ait pas été l’occasion de supprimer les quelques (...)
  • 5 Gilles Chantraine et Olivier Ruchet, « Dans le dos du pouvoir. Entretien avec James C. Scott », Vac (...)
  • 6 James C. Scott, The Moral Economy of the Peasant: Rebellion and Subsistence in Southeast Asia. Yale (...)
  • 7 Pour une introduction à ses travaux, voir par exemple Alexandra Oeser (dir.), « Penser les rapports (...)

2On ne saurait donc trop dire l’intérêt, sinon l’impérieuse nécessité, de lire ou relire cet ouvrage magistral de James Scott dans l’excellente traduction d’Olivier Ruchet4, agrémentée ici d’une préface de l’historienne Ludivine Bantigny et d’un entretien avec l’auteur initialement publié dans la revue Vacarme5. Il serait donc particulièrement contradictoire de prétendre rendre compte ici de toute sa profondeur et l’on se bornera donc à en présenter les grandes lignes. Précisons d’emblée qu’il s’agit d’un essai qui ne s’appuie pas à proprement parler sur des travaux empiriques, sinon ceux de l’auteur lui-même auprès de paysans malais qu’il a essentiellement exposés dans ses précédents ouvrages6. Il s’appuie donc pour soutenir son propos essentiellement sur divers matériaux de « seconde main », aussi bien des études historiques, telles celle d’Emmanuel Leroy-Ladurie à propos du carnaval de Romans, de Lawrence Levine et bien sûr d’Edward P. Thompson, de travaux sociologiques, comme Richard Hoggart, Paul Willis, Pierre Bourdieu et Richard Sennet, mais aussi d’œuvres romanesques, comme celles de George Elliot, George Orwell, Honoré de Balzac ou de Milan Kundera. Manquent cependant à l’appel l’historien allemand récemment disparu Alf Lüdtke, comme le note justement Ludivine Bantigny, dont l’approche de la domination comme pratique sociale résonne pourtant fortement avec celle de James Scott7, ainsi qu’Émile Durkheim, dont la distinction entre solidarités mécanique et organique est mobilisée implicitement par moments.

3L’ouvrage lui-même est organisé en huit chapitres qui constituent autant d’explorations de cette coexistence entre texte public et textes cachés et la manière dont elle renseigne le fonctionnement concret des rapports de domination. Dans le premier, « Derrière l’histoire officielle », James Scott met ainsi en évidence cet écart, d’autant plus important – souligne-t-il – que le pouvoir est fort et arbitraire : « plus le pouvoir est menaçant, plus le masque est épais » (p. 34), et plus il est nécessaire de creuser pour aller au-delà du consentement apparent, mais jamais dénué d’équivoque. L’auteur met ensuite en évidence quatre types de discours politique parmi les groupes dominés qui se nichent dans le jeu entre texte public et privé : ceux qui prennent appui sur l’image publique flatteuse que les dominants cherchent à imposer d’eux-mêmes pour obtenir de petites concessions de leur part ; ceux qui consistent dans la production de texte caché ; ceux que l’auteur qualifie de « politique du déguisement et de l’anonymat », qui se déroulent publiquement mais jouent sur la polysémie du discours ou la dissimulation de l’identité des auteurs, comme le ragot ou l’euphémisation ; et enfin la révolte, lorsque le « cordon sanitaire » entre texte public et caché se rompt.

4C’est en particulier la troisième modalité qui constitue le cœur de la thèse de James Scott, qui s’inscrit en faux dans le quatrième chapitre contre les théories de la fausse conscience et de l’hégémonie qui, se revendiquant du sillage d’Antonio Gramsci, avancent que le pouvoir ne peut se maintenir que lorsqu’il apparaît légitime aux yeux de celles et ceux sur lesquels il s’exerce. James Scott, lui, met en avant la crainte de la répression physique qui force la résistance à se cantonner le plus souvent dans des scènes de confiance, mais aussi dans l’imaginaire et le rêve – aspect qu’il effleure sans le prolonger davantage, ainsi que le regrette la préfacière. Il prend en revanche soin, dans le troisième chapitre, de justifier longuement l’existence du texte public, quand bien même personne n’y croirait absolument, comme production performative du respect. Dans le cinquième chapitre, il s’intéresse à ce qu’il qualifie de « travail de négation », c’est-à-dire les manières dont les subalternes s’aménagent des espaces pour produire une « subculture dissidente », c’est-à-dire des réponses aux contraintes de tous types qui s’exercent sur eux. Ce faisant, James Scott ne s’inscrit pas réellement en faux contre les analyses en termes d’exploitation, mais tient à souligner que l’expérience de la domination ne se limite pas à la dimension matérielle : « la résistance n’a pas pour seule origine l’appropriation matérielle, elle est aussi issue de toutes les humiliations personnelles qui caractérisent l’exploitation » (p. 205). L’auteur s’arrête ensuite sur les luttes qui se nouent spécifiquement autour du contrôle social qui vise à empêcher ce travail de négation de la part des dominants, et à le dissimuler au mieux de la part des dominés. Le sixième chapitre est quant à lui consacré aux modalités de prise de parole de la part des subalternes, « les arts de la dissimulation politique » : l’anonymat, l’euphémisation ou encore le fait de « parler dans sa barbe », qui peut se traduire par un simple regard plus éloquent qu’un discours, auxquels l’auteur ajoute tous les déguisements populaires collectifs qui empêchent le pouvoir de réprimer brutalement certaines activités, bien que leur sens paraisse ouvertement contestataire. Il prend ainsi l’exemple de Polonais sous le régime communiste qui s’étaient passé le mot pour aller se promener durant le journal télévisé qu’ils accusaient de propagande, puis, lorsqu’un couvre-feu a été instauré à cet horaire en réaction, ont décidé de placer leurs postes de télévision à la fenêtre en poussant le volume sonore au maximum. De tels agissements discrets font partie du domaine de l’infrapolitique que James Scott développe ensuite. Il s’inscrit cette fois en faux contre les analyses fonctionnalistes qui tiennent les formes de subversion symbolique de l’ordre social, comme le carnaval, des soupapes de sécurité qui participeraient in fine à la perpétuation de l’ordre social.

5Tout en faisant preuve d’une grande précaution épistémologique – en reconnaissant qu’il n’est souvent pas possible de connaître les intentions exactes de celles et ceux qui prennent part à ce genre d’activités –, James Scott pointe néanmoins, exemples à l’appui, que le texte caché n’est pas un substitut de la résistance pratique, mais bien un adjuvant, en exerçant une pression inverse à celle du contrôle social sur les subalternes, et en préparant la révolte sitôt les conditions pratiques de cette dernière réunies. Ce faisant, c’est bien une sorte d’hydraulique du pouvoir qu’esquisse l’auteur – bien qu’il se défende justement de tout mécanisme –, où les subalternes exercent en permanence une sorte de résistance tout à la fois matérielle, idéologique et statutaire, contre la domination dans ces trois dimensions, et qui va profiter des moindres failles de cette dernière pour gagner discrètement du terrain.

6Inutile de redire ici après tant d’autres combien cet ouvrage n’usurpe pas son statut de référence incontournable, ni combien il a renouvelé et même subverti les canons de la sociologie politique en invitant à s’aventurer au-delà des terrains balisés des institutions légitimes et à mettre au premier plan les rapports de domination dans toutes leurs dimensions, sans pour autant leur présupposer une univocité qu’ils ne possèdent jamais. Nul doute que les analyses et concepts de James Scott sont indispensables pour saisir ce qui se joue de nos jours sur les ronds-points, les piquets de grève dans les cortèges de manifestation, devant les télévisions ou autour des machines à café, mais aussi pourquoi et comment les détenteurs de pouvoir cherchent à éteindre tous ces petits foyers de subversion.

Haut de page

Notes

1 Professeur d’anthropologie et de science politique à l’Université Yale, sans doute l’un des auteurs les plus connus à l’heure actuelle dans ces disciplines. Parmi ses publications récemment parues en français : James C. Scott, Zomia ou l’art de ne pas être gouverné, Paris, Seuil, 2013 [1ère éd. : 2009] ; Petit éloge de l’anarchisme, Montréal, Lux éditeur, 2013 [2012] – dont un compte rendu de l’édition anglophone est disponible sur Lectures – et Homo domesticus. Une histoire profonde des premiers États, Paris, La Découverte, 2019 [2017] – également recensé sur Lectures.

2 Où le préfixe « infra » est à entendre au sens d’invisible, à l’instar de l’infrarouge, et non comme inférieur, comme le précise bien l’auteur (p. 317).

3 Les différences dans les manières de tenir ses différents rôles sociaux en fonction des scènes déjà bien analysées par exemple par Erving Goffman, que Scott cite à plusieurs reprises.

4 On peut simplement regretter que cette réédition n’ait pas été l’occasion de supprimer les quelques coquilles dont elle est parsemée, signe, s’il en fallait, de la précarité actuelle de l’édition en sciences sociales…

5 Gilles Chantraine et Olivier Ruchet, « Dans le dos du pouvoir. Entretien avec James C. Scott », Vacarme, n° 42, 2008, p. 4-12. URL: https://www.cairn.info/revue-vacarme-2008-1-page-4.htm.

6 James C. Scott, The Moral Economy of the Peasant: Rebellion and Subsistence in Southeast Asia. Yale University Press, 1979 ; Weapons of the Weak : Everyday Forms of Peasant Resistance, New Heaven, Yale University Press, 1985. Non traduits en français.

7 Pour une introduction à ses travaux, voir par exemple Alexandra Oeser (dir.), « Penser les rapports de domination avec Alf Lüdtke », Sociétés contemporaines, n° 99-100, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « James C. Scott, La domination et les arts de la résistance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 14 janvier 2020, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/40148

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page