Navigation – Plan du site

Yanick Lahens, Littérature haïtienne. Urgence(s) d'écrire, rêve(s) d'habiter

Dorian Debrand
Littérature haïtienne
Yanick Lahens, Littérature haïtienne. Urgence(s) d'écrire, rêve(s) d'habiter, Paris, Fayard, Collège de France, coll. « Leçons inaugurales », 2019, 69 p., ISBN : 9782213712642.
Haut de page

Texte intégral

1La romancière haïtienne Yanick Lahens a inauguré la chaire annuelle Mondes francophones du Collège de France. Cet ouvrage1 est la retranscription de sa leçon inaugurale prononcée le 21 mars 2019. L’exercice est donc particulier, puisqu’il consiste à donner l’orientation d’une série de leçons à venir tout en y mêlant l’expérience propre du professeur. En tant qu’écrivaine haïtienne et intellectuelle engagée pour la reconnaissance de la spécificité d’Haïti, Yanick Lahens poursuit un objectif limpide : nous parler d’Haïti, de son histoire singulière depuis sa révolution victorieuse menée dès la fin du XVIIIe siècle, mais aussi et surtout de sa littérature qui fut depuis lors mise au pinacle de cette civilisation.

  • 2 Jules Michelet, La Sorcière, Paris, Garnier Flammarion, 1966.

2Les premières lignes de l’ouvrage relatent la propre expérience de Yanick Lahens en France, lorsqu’elle fut auditrice au Collège de France lors d’un cycle de cours consacré à Jules Michelet. L’auteure est restée marquée par La Sorcière2, qui redonnait à voir et entendre ceux « dont l’existence devait être gommée et la voix bâillonnée » (p. 10). D’une certaine manière, c’était aussi d’elle et d’Haïti dont il était question dans cette œuvre de Michelet : l’oubli d’une révolution et d’une littérature qui en est issue. L’auteure exprime son incompréhension quant à l’ampleur de l’ignorance qui entourait, jusque récemment (mais n’est-ce pas toujours le cas ?), l’histoire d’Haïti en France, alors même que l’île fut, sous le nom de Saint-Domingue, un territoire français (de 1697 à 1804), avant qu’elle ne gagne son indépendance. Toutefois, l’auteure n’a eu de cesse, dans ses travaux, d’essayer de comprendre cette absence d’Haïti dans la grande Histoire et dans l’enseignement de la littérature en France. Dans sa leçon inaugurale, elle expose ce qu’elle estime être la raison principale de cet oubli : le manque de légitimité d’un peuple de révolutionnaires noirs et anciennement esclaves dans le système colonialiste ; un peuple qu’il a fallu anéantir au début du XIXe siècle, pour en faire une figure de « non-humanité » afin d’éviter la contagion des idées révolutionnaires à d’autres colonies. C’est la création du « Barbare moderne ». Les effets de cette construction semblent se poursuivre aujourd’hui : malgré la visibilité de certains auteurs haïtiens contemporains, Yanick Lahens constate que ceux du XIXe et du XXe siècles (comme Jean Casimir, Laënnec Hurbon, Michel Rolph, etc.) demeurent invisibles et méconnus.

  • 3 Nous renvoyons le lecteur vers Simone Weil, Écrits historiques et politiques, Paris, Gallimard, col (...)
  • 4 Nous rapportons le propos suivant de Laënnec Hurbon sur l’historien haïtien Michel Rolf Trouillot : (...)
  • 5 Par l’ordonnance du 17 avril 1825, Charles X « concède » à la république d’Haïti son indépendance m (...)
  • 6 René Char, À une sérénité crispée, Paris, Gallimard, 2019.
  • 7 René Depestre, En état de poésie, Paris, Les éditeurs français réunis, 1980.

3Au fond, c’est le qualificatif de « francophone » que Yanick Lahens veut dépouiller de son eurocentrisme. Le « décoloniser » en décentrant notre regard, geste qui n’est pas sans rappeler la dialectique proposée par Simone Weil entre récit national et contre-récit venant des peuples étrangers3. Ce faisant, l’auteure nous embarque dans « l’expérience haïtienne » qui, après son impensable révolution4 – la première colonie à devenir indépendante –, a rêvé d’habiter son territoire en produisant une abondante littérature francophone, et cela malgré les innombrables difficultés auxquelles fait face ce peuple depuis son indépendance. En effet, à l’anthropologie du barbare noir s’est ajouté l’anéantissement économique d’Haïti avec la mise en place d’un embargo de 1804 à 1820, doublé d’une lourde dette qui n’a été réglée qu’en 19525. L’auteure souligne également le climat de corruption engendré par la mainmise du Nord sur l’économie et la politique de l’île avec la complicité des élites locales. On découvre ainsi que cette histoire constitue la matrice des relations entre le Nord et le Sud, puisqu’Haïti est le premier pays issu de cette fabrication artificielle, construite par la modernité économique et politique. Néanmoins, et bien « que jamais l’histoire n’aura desserré l’étau de l’urgence […] la littérature a convoqué le rêve pour dire le vœu d’habiter » (p. 23). Yanick Lahens emploie une belle formule pour expliquer le paradoxe de cette abondante littérature haïtienne malgré les obstacles qui ont pu hypothéquer sa stabilisation : « la littérature commence souvent là où la parole devient impossible » (p. 22). René Char réduit cette formule à trois mots : la « santé du malheur »6. L’urgence a été et est permanente en Haïti, et c’est la littérature qui est convoquée pour ce rêve d’habiter, à la recherche d’« un état de poésie » cher à René Depestre7.

  • 8 Jean Jaurès, « Causes de la Révolution », in Histoire socialiste. Tome I : La Constituante (1789-17 (...)

4Ce décentrement (ou ce processus de décolonisation) passe par la construction d’une mémoire partagée. Pour cela, Yanick Lahens nous ramène à la veille de 1789 et au rôle indirect, mais néanmoins majeur, que Saint-Domingue a joué dans le mouvement révolutionnaire français. En effet, elle rappelle que l’île française était, à cette époque, le plus gros producteur de sucre et de café au sein de la Caraïbe, devenue une véritable puissance industrielle, et était la colonie la plus riche du monde. Cette richesse accumulée par les ports négriers français grâce à l’économie de plantation n’est pas à minimiser dans les événements de la Révolution de 1789. Dans ce sens, Yanick Lahens rapporte ce cruel commentaire de Jean Jaurès : « Quelle triste ironie dans l’histoire humaine ! Les fortunes créées à Bordeaux, à Nantes par le commerce des esclaves ont donné à la bourgeoisie cet orgueil qui a besoin de la liberté et contribuait à l’émancipation générale »8. Pourtant, la Révolution française n’a finalement pas abouti à l’abolition de l’esclavage partout, engendrant à son tour la révolte des esclaves de Saint-Domingue. À ce propos, l’auteure insiste sur le caractère singulier de la révolution haïtienne, qui a débordé « le projet des Lumières en faisant avancer de manière radicale la question de l’égalité » (p. 29).

  • 9 Cyril Lionel Robert James, Les Jacobins noirs. Toussaint Louverture et la révolution de Saint-Domin (...)
  • 10 Laënnec Hurbon, « La révolution haïtienne : une avancée postcoloniale », op. cit., p. 60.
  • 11 Sur le vaudou, se référer à Laënnec Hurbon, Les mystères du Vaudou, Paris, Gallimard, 1993.

5C’est dans ce contexte que sont nés les écrits fondateurs d’Haïti, produits par Dominique Toussaint Louverture et Jean-Jacques Dessalines entre 1767 et 1806. Cette révolution des « Jacobins noirs »9 et ces écrits auraient même eu, selon Yanick Lahens, des conséquences systémiques en influençant les courants politiques, philosophiques et culturels du XVIIIe et du XIXe siècles (elle donne l’exemple de la dialectique du maître et de l’esclave de Hegel). Ce nouvel État indépendant a également donné naissance à une culture nouvelle, « qui émerge comme la résultante d’un mariage/arrimage de signifiants captés du système religieux imposé (le christianisme) et de signifiants repris des croyances africaines »10. Autrement dit, on assiste au cumul de la cosmogonie vaudou11, de la langue créole et de la culture populaire haïtienne avec la cosmogonie catholique et les éléments de la langue et de la culture française. Ce mélange de populations et de cultures déracinées, couplé à l’hostilité du monde occidental vis-à-vis de cette première communauté noire du Nouveau Monde, a engendré de nombreux « impossibles » pour créer un « nous » national en Haïti et exprimer une légitimité littéraire. De fait, avant de s’affranchir, Yanick Lahens rappelle que la littérature haïtienne a dû se construire par mimétisme en se référant au seul modèle dont disposaient les écrivains haïtiens de cette époque : celui de la littérature française.

  • 12 Jean Price-Mars, Ainsi parla l’oncle, New York, Parapsychology Foundation Inc., 1928
  • 13 Le duvaliérisme désigne le régime mis en place en Haïti par le dictateur François Duvalier (« Papa (...)
  • 14 Yanick Lahens, « Entre l’ancrage et la fuite », cours du Collège de France, 6 mai 2019. Enregistrem (...)

6En revanche, la période qui s’étend de la fin de l’occupation américaine en 1934 au début des années 1960 s’est avérée très féconde, avec la création de revues scientifiques et littéraires (La Revue Indigène, Les Griots, La Ruche), de groupes littéraires (Haïti littéraire), la publication d’ouvrages scientifiques sur Haïti comme Ainsi parla l’oncle12 de Jean Price-Mars, d’études ethnologiques comme celle de Suzanne Comhaire-Sylvain sur la littérature orale en langue créole, d’une littérature politique écrite dans une langue mêlant le créole au français (notamment initiée par Jacques Roumain en 1944 dans son ouvrage Gouverneurs de la rosée), mais aussi de la poésie écrite par Clément Magloire-Saint-Aude par exemple. Ainsi, Haïti est devenu un « point culturel focal » en accueillant écrivains, intellectuels et artistes, a joué un rôle politique et humanitaire en offrant l’asile aux juifs qui fuyaient le nazisme. Pour Yanick Lahens, cette fécondité a en partie pris fin avec la dictature duvaliériste13 (1957-1986), laquelle a fait fuir bon nombre d’intellectuels et d’écrivains qui ont dû renoncer à leur rêve d’habiter l’île et qui ont compensé ce manque par un pluralisme d’appartenance (le cas d’Emile Ollivier, par exemple : « Canadien de jour et Haïtien de nuit »). Ainsi, l’idée d’un « nous » national construit autour d’une identité commune et immuable ne s’est jamais vraiment imposée. En revanche, les artistes et écrivains haïtiens contemporains, nés de plain-pied dans la société globale, questionnent aujourd’hui une identité plus ouverte, avec « d’autres manières d’habiter le corps, la communauté ou la langue » (p. 65). Pour l’auteure, la société haïtienne « est à la fois dans l’enracinement et dans l’envol »14. L’urgence d’écrire ne s’est donc jamais tarie, alors même que le séisme de 2010 a rappelé, une nouvelle fois, cette difficulté d’habiter pour les haïtiens.

7Pour conclure, on peut dire que ce court texte (69 pages) répond parfaitement à la consigne de l’exercice de la leçon inaugurale. Mais plus que cela, il décentre notre regard et nous permet d’adopter un point du vue plus réel – et donc plus complexe – sur le monde francophone, où cohabitent en réalité une pluralité d’univers francophones qui dialoguent encore bien insuffisamment. Le recours à une dense bibliographie aidera les plus curieux à se plonger dans la lecture des auteurs haïtiens encore trop méconnus. On peut également souligner que l’objectif de Yanick Lahens, qui consiste à parler d’Haïti pour réhabiliter son exceptionnelle histoire et littérature, est tout à fait réussi. De fait, il y a fort à parier que cette lecture étonnera ceux qui ignorent cette partie de l’histoire de France : la première révolution d’une colonie et la richesse littéraire qui a pu en naître et perdurer jusqu’aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Disponible en livre électronique à l’adresse : https://books.openedition.org/cdf/7255.

2 Jules Michelet, La Sorcière, Paris, Garnier Flammarion, 1966.

3 Nous renvoyons le lecteur vers Simone Weil, Écrits historiques et politiques, Paris, Gallimard, coll. « Espoir », 1960.

4 Nous rapportons le propos suivant de Laënnec Hurbon sur l’historien haïtien Michel Rolf Trouillot : « Michel Rolf Trouillot, historien haïtien, a soutenu dans un ouvrage intitulé Silencing the past [Boston, Beacon Press, 1995] l’idée que la révolution haïtienne a été un événement inouï, imprévisible pour le colon, mais aussi incompréhensible et impensable à proprement parler pour les philosophes et les historiens pendant longtemps, tant les préjugés sur une prétendue incapacité des Noirs à accéder au sens de la liberté étaient forts » (Laënnec Hurbon, « La révolution haïtienne : une avancée postcoloniale », Rue Descartes, vol. 58, n°4, 2007, p. 56-66 : p. 63).

5 Par l’ordonnance du 17 avril 1825, Charles X « concède » à la république d’Haïti son indépendance moyennant le versement à la Caisse des Dépôts et Consignations d’une indemnité de 150 millions de francs-or pour dédommager les anciens colons. À ceci s’ajoute l’assurance d’échanges commerciaux privilégiés en faveur de la France (une remise de 50% sur les frais de douane).

6 René Char, À une sérénité crispée, Paris, Gallimard, 2019.

7 René Depestre, En état de poésie, Paris, Les éditeurs français réunis, 1980.

8 Jean Jaurès, « Causes de la Révolution », in Histoire socialiste. Tome I : La Constituante (1789-1791), Paris, Jules Rouff et Cie, 1901.

9 Cyril Lionel Robert James, Les Jacobins noirs. Toussaint Louverture et la révolution de Saint-Domingue, traduit de l’anglais par Pierre Naville, Paris, Gallimard, 1949.

10 Laënnec Hurbon, « La révolution haïtienne : une avancée postcoloniale », op. cit., p. 60.

11 Sur le vaudou, se référer à Laënnec Hurbon, Les mystères du Vaudou, Paris, Gallimard, 1993.

12 Jean Price-Mars, Ainsi parla l’oncle, New York, Parapsychology Foundation Inc., 1928

13 Le duvaliérisme désigne le régime mis en place en Haïti par le dictateur François Duvalier (« Papa Doc »), arrivé au pouvoir après un putsch en 1957, et poursuivi par son fils Jean-Claude Duvalier (« Baby Doc ») entre 1971 et 1986.

14 Yanick Lahens, « Entre l’ancrage et la fuite », cours du Collège de France, 6 mai 2019. Enregistrement vidéo de la leçon disponible sur le site du Collège de France à l’adresse suivante : https://www.college-de-france.fr/site/yanick-lahens/course-2019-05-06-17h00.htm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dorian Debrand, « Yanick Lahens, Littérature haïtienne. Urgence(s) d'écrire, rêve(s) d'habiter », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 16 janvier 2020, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/40285

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page