Navigation – Plan du site

Philippe Büttgen, Alain Rauwel (dir.), Théologie politique et sciences sociales. Autour d'Erik Peterson

Léonard Amossou Katchekpele
Théologie politique et sciences sociales
Philippe Büttgen, Alain Rauwel (dir.), Théologie politique et sciences sociales. Autour d'Erik Peterson, Paris, EHESS, coll. « En temps & lieux », 2019, 341 p., ISBN : 978-2-7132-2770-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Caronello Giancarlo (dir.), Erik Peterson. La presenza teologica di un outsider, Vatican, LEV, (...)
  • 2 Aussi auteure d’une imposante biographie intellectuelle (voir Nichtweiß Barbara, Erik Peterson. Neu (...)

1Théologien protestant devenu catholique, lu et traduit en France de son vivant mais resté outsider toute sa vie1, Erik Peterson et son œuvre demeurent mal connus, y compris dans les rangs des théologiens. En dépit d’une production abondante, Peterson (1890-1960) a peu publié de son vivant, et la disponibilité de ses œuvres tend seulement à s’accroitre depuis que Barbara Nichtweiß2 a entrepris un colossal travail de publication de ses inédits. D’autre part, les lecteurs du controversé juriste allemand Carl Schmitt connaissent Peterson essentiellement pour sa critique du projet de théologie politique schmittien.

  • 3 Notamment l’importante correspondance entre Erik Peterson et Karl Barth, ou encore des textes publi (...)

2Autour d’une première partie composée de dix études et d’une seconde partie incluant des traductions3, le présent volume se situe d’ailleurs dans la continuité critique de cette réception schmittienne de Peterson. Mais tirant profit du travail éditorial et biographique de Nichtweiß, s’appuyant sur une réception française de Peterson antérieure aux études schmittiennes (autour d’Yves Congar notamment), l’enjeu est de lire Peterson pour lui-même, de le faire passer par une révision pour saisir, par-delà la négation de la théologie politique, l’intérêt positif de sa pensée pour les sciences sociales.

  • 4 Agamben Giorgio, Le règne et la gloire. Pour une généalogie théologique de l’économie et du gouvern (...)

3Après l’ouverture biobibliographique d’Alain Rauwel, le livre propose une étude liminaire qui s’attache à la critique de la critique en rectifiant la thèse d’Agamben selon laquelle Peterson serait un crypto-théologien des liturgies fascistes4. Repartant de l’habilitation de Peterson (Heis Theos), sur laquelle s’appuie Agamben, Emiliano Rubens Urciuoli estime que les anges étant les grands absents de ce livre, il semble inconcevable d’y trouver une « archéologie de la gloire », même en dépit du manque de sympathie démocratique. De plus, Urciuoli étaye cette relecture à l’aide des livres ultérieurs de Peterson. Mais une fois ce malentendu levé, reste néanmoins la question, soulevée par les études schmittiennes, d’une proximité intellectuelle entre Peterson et Schmitt. Dans sa contribution, Paolo Napoli montre ainsi que, dans sa tentative de penser la différence entre constitution théologico-dogmatique et institution juridico-canonique de l’Église, Peterson recoupe des éléments de la pensée de l’ordre juridique concret développée par Schmitt.

4Au demeurant, derrière cette question de la proximité entre Peterson et Schmitt, qui parcourt presque l’ensemble des contributions, est en réalité posée celle de la différence. Et Büttgen, développant une approche originale de la querelle entre Peterson et Schmitt, situe par exemple cette différence au niveau d’un nouveau conflit des facultés (droit ou dogme) dans la détermination (ou la liquidation) de la théologie politique. Quant à Thierry Gonthier, il évoque un augustinisme partagé, dont les deux penseurs ne tirent pas les mêmes conclusions. Du scepticisme d’Augustin sur la possibilité d’une justice terrestre, Peterson aurait conclu que le rôle politique de l’Église – dans le temps qui court avant la venue du Royaume – est celui d’une vigilante résistance visant à empêcher tout pouvoir politique de se croire le mandant de la puissance divine. Schmitt, au contraire, aurait considéré ce temps de l’intérim comme légitimant la totalité du politique. À cet égard, l’originalité de Peterson réside alors dans son ecclésiologie, articulée notamment à son angéologie. D’où la dernière contribution, par Richard Figuier, montre entre autres que la liturgie mystique des anges, prenant corps dans celle de l’Église terrestre, constitue chez Peterson « la vérité, à la fin manifestée, de l’humanité et de son existence politique. La liturgie de l’Église, communauté eschatologique, actualise la fin au milieu des hommes […] et apprend à l’homme qu’il est un zoon politicon theologicon » (p. 219). Sa brève analyse, de pair avec la contribution d’Urciuoli, pose le lien aux anges comme politique en ce qu’il liquide à jamais la tentation d’une clôture du monde sur lui-même. Quant au soupçon que cette liturgie ressorte d’un totalitarisme crypté, Figuier en conclut que la réponse pourrait se trouver dans le concept même de louange, d’une louange dépossédée qui, à la différence de toute figuration du politique, n’est pas prédicative et « n’affirme rien, n’a pas de contenu qui pourrait passer du prédicatif au dictatif » (p. 220). C’est pourquoi l’angéologie permet à Peterson de penser le nationalisme et son dépassement – comme en témoignent un article reproduit en deuxième partie et l’analyse qu’en livre Michel Senellart.

5Cette lecture politique de la théologie de Peterson résonne par conséquent en écho avec l’accusation lancée par Schmitt, qui veut qu’après avoir prétendu liquider la théologie politique, Peterson se soit réfugié dans l’espace d’une théologie pure. Et la contribution de Marco Rizzi fait fond sur ce présupposé pour suggérer qu’une pensée ecclésiologique anti-totalité émerge de manière au moins occasionnelle chez Peterson. Du temps de la tranquillité weimarienne, et en raison d’affinités conservatrices, Peterson aurait célébré une Église impolitique dans le but de neutraliser toute légitimation de la constitution démocratique ; mais durant les années hitlériennes, il aurait réactivé une ecclésiologie politique au service de sa critique du nazisme. Son ecclésiologie serait ainsi une façon de donner forme à cette Église impolitique, comme marque d’un espace arraché aussi bien au libéralisme qu’à la dictature, irréductible et indisponible aux souverains. C’est du moins ce que semble suggérer Jean-Philippe Heurtin lorsqu’il montre qu’en dépit de toutes ses ambivalences historiques, l’Église – constituée dans les rapports de la liturgie terrestre et céleste – est aux yeux de Peterson le lieu d’un arrachement au pouvoir.

6Finalement, même si la question de la sécularisation, si centrale aux sciences sociales, si importante pour Schmitt, et si visiblement négligée par Peterson, est absente en raison du titre de l’ouvrage, la promesse de penser l’intérêt de Peterson pour les sciences sociales est tenue. Toutefois, la question de la possibilité d’une transposition de son ecclésiologie hors du champ de la théologie reste ouverte.

Haut de page

Notes

1 Cf. Caronello Giancarlo (dir.), Erik Peterson. La presenza teologica di un outsider, Vatican, LEV, 2012.

2 Aussi auteure d’une imposante biographie intellectuelle (voir Nichtweiß Barbara, Erik Peterson. Neue Sicht auf Leben und Werk, Vienne, Herder, 1992).

3 Notamment l’importante correspondance entre Erik Peterson et Karl Barth, ou encore des textes publiés dans des revues devenues peu accessibles.

4 Agamben Giorgio, Le règne et la gloire. Pour une généalogie théologique de l’économie et du gouvernement (traduit en français par Joël Gayraud et Martin Rueff), Paris, Seuil, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léonard Amossou Katchekpele, « Philippe Büttgen, Alain Rauwel (dir.), Théologie politique et sciences sociales. Autour d'Erik Peterson », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 16 janvier 2020, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/40286

Haut de page

Rédacteur

Léonard Amossou Katchekpele

Prêtre, théologien et canoniste, ses recherches portent sur la théologie politique et sur les conditions d’une théologie en contexte postmoderne et postcolonial. Il a récemment publié Dieu est assez grand pour se défendre tout seul (Lessius, 2018).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page