Navigation – Plan du site

Richard Popkin, Histoire du scepticisme, de la fin du Moyen Âge à l’aube du XIXe siècle

Jean Zaganiaris
Histoire du scepticisme
Richard Popkin, Histoire du scepticisme. De la fin du Moyen Âge à l'aube du XIXe siècle, Agone, coll. « Banc d'essais », 2019, 883 p., préface de Frédéric Brahami, traduit de l'anglais par Benoît Gaultier, ISBN : 978-2-7489-0413-0.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage classique de Richard Popkin rend compte, avec un souci d’exhaustivité, de la présence intempestive du scepticisme au sein d’un monde social en constante mutation. En effet, proclamer le manque de fiabilité des sens et de la raison ou notre incapacité à déterminer un critère indiscutable de vérité a remis en cause, à des moments cruciaux de leur histoire, la posture hégémonique des religieux, des politiques mais aussi des philosophes eux-mêmes. C’est la nature de ces discours sceptiques, abordés d’un point de vue à la fois conceptuel et contextuel, que Richard Popkin restitue dans cet imposant ouvrage, paru initialement en 1979 et réédité pour la dernière fois en 2003, dont Agone vient publier la traduction en français.

2Partant de Savonarole pour s’arrêter à Pierre Bayle et aux Lumières, Richard Popkin insiste sur le fait que le scepticisme n’est pas un simple exercice rhétorique de réfutation mais une véritable position philosophique, au même titre que peuvent l’être aujourd’hui le déontologisme ou le conséquentialisme. Celle-ci affirme que les sens et le raisonnement ne permettent pas de discerner les jugements vrais des jugements faux : « Les meilleurs informations que nous puissions obtenir ne sont jamais que probables et doivent être jugées en étant rapportées à des probabilités » (p. 15). Le scepticisme nous évite de verser dans le dogmatisme et nous libère de la croyance illusoire que l’on possédera un jour la vérité. Il a joué un rôle important au cours de la Réforme, notamment lors des disputes religieuses, mais également au XVIIe siècle, dans un monde où l’on pensait que la vérité pouvait être obtenue par la démonstration mathématique ou l’expérience scientifique, ainsi qu’à l’époque des Lumières et des grandes constructions métaphysiques des philosophes.

  • 1 Michel Foucault, Il faut défendre la société. Cours au Collège de France 1976, Paris, Hautes Études (...)

3Richard Popkin souligne d’emblée que la position des sceptiques n’est pas incompatible avec l’acceptation de certaines croyances, notamment religieuses. Suspendre son jugement consistait non pas à abandonner sa foi en Dieu, comme le montre la défense sceptique du catholicisme par Erasme ou bien les propos de Montaigne, mais plutôt remettre en cause les justifications rationnelles ou probantes de ces croyances. Ce n’est pas un hasard si c’est à partir du XVe siècle, dans le contexte des querelles de la Réforme, que l’on redécouvre les auteurs sceptiques de l’Antiquité, particulièrement Sextus Empiricus, et que l’on utilise leurs écrits pour critiquer la connaissance religieuse autoproclamée vraie et certaine par ses partisans. L’un des points forts du livre de Popkin est de montrer les rapports de force et les enjeux de luttes dans le cadre d’une généalogie des savoirs qui ne va pas sans rappeler la démarche adoptée par Michel Foucault, notamment dans Il faut défendre la société, où il ne s’agit pas tant d’opposer ignorance et connaissance mais de restituer le « combat » que les savoirs mènent entre eux à travers leur morphologie, leurs effets de pouvoir et la posture des différents adversaires1. Richard Popkin rend compte de la violence discursive de Luther, recourant au scepticisme contre les discours religieux dominants pour définir ensuite un nouveau critère de connaissance religieuse. Il montre également de quelle façon le scepticisme de Montaigne est en réalité une manière de défendre la règle catholique de la foi contre le dogmatisme des religieux : « Puisque nous ne disposons d’aucun moyen rationnel nous permettant de savoir quel critère est le bon, nous demeurons dans le doute le plus complet et acceptons la tradition, et donc la règle catholique de la foi » (p. 140).

4L’étude de différents auteurs, y compris méconnus, permet de saisir que les discours sceptiques n’existent pas de manière purement théorique, mais par rapport à des discours de vérité que certains ne reconnaissent pas comme vrai en raison de leurs apories intrinsèques. Richard Popkin restitue avec précision les controverses qui éclatèrent au début du XVIIe siècle dans le cercle de pensée des « libertins érudits », surnommés ainsi non en raison de leur libertinage mais de leur libre pensée. Ces derniers, notamment Gabriel Naudé, Guy Patin et Pierre Gassendi, s’amusaient à douter de tout dans le but de remettre en cause le fanatisme, la superstition et la tradition. Toutefois, lorsque Isaac La Peyrère décida d’appliquer le scepticisme à la Bible, il ne fut pas suivi par les autres libertins érudits. Il faut attendre Hobbes et surtout Spinoza pour prolonger le scepticisme religieux et poser les jalons du scepticisme politique. Pour Hobbes, le contexte des guerres de religion du XVIIe siècle a mis en lumière que c’est à l’autorité civile de déterminer ce qui est vrai et ce qui est faux afin de parvenir à une relative pacification au sein du corps social (p. 458). Richard Popkin montre qu’il existe différentes formes de scepticisme, de la plus modérée à la plus radicale et la plus agressive, de la posture constructive du doute à ses penchants nihilistes. Si le parti-pris de restituer les différentes formes de scepticisme à partir d’idéaux-types semble convainquant, cette volonté de rendre omniprésente l’attitude sceptique dans le discours philosophique prête flan à la critique. Si l’intention de Popkin est de relégitimer la présence du scepticisme, faut-il faire de certains philosophes, notamment de Descartes, des sceptiques malgré eux, et faut-il reprendre pour argent comptant les accusations de scepticisme attribuées à tel ou tel penseur par ses détracteurs ?

5Les deux chapitres consacrés à l’auteur des Méditations métaphysiques et à sa conception du doute hyperbolique, censé en finir définitivement avec le scepticisme mais contribuant malgré lui à son renouveau, sont parmi les plus intéressants de l’ouvrage. Descartes montre qu’il est nécessaire de passer par l’étape du doute pour atteindre la vérité. Toutefois, comment éviter le dogmatisme une fois que l’on a pris les arguments sceptiques au sérieux ? Descartes ne peut qu’invoquer son incapacité à douter des choses qui apparaissent clairement et distinctement à la pensée, des vérités premières qui sont en nous et que l’on ne peut tenir que pour vrai (p. 389).

6Comme le montrent les derniers paragraphes du livre ou bien quelques notes de bas de page, la tentation d’étudier cet héritage du pyrrhonisme au sein du monde contemporain reste une des préoccupations inachevées de l’auteur. Est-ce que le libéralisme incarne aujourd’hui une forme de scepticisme, notamment au niveau de la pluralité des modes de vie et de penser qui le constitue ou bien de l’épineuse question des libertés individuelles, c’est-à-dire des aires de non-ingérences auxquelles chacun a droit, y compris dans les démocraties illibérales ? Quoi qu’il en soit, le scepticisme comme position critique à l’égard des dogmatismes religieux et scientistes mérite une attention particulière dans un monde où l’illusion de savoir peut être plus dangereuse que l’ignorance.

Haut de page

Notes

1 Michel Foucault, Il faut défendre la société. Cours au Collège de France 1976, Paris, Hautes Études ; Gallimard ; Seuil, 1997, p. 159.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Zaganiaris, « Richard Popkin, Histoire du scepticisme, de la fin du Moyen Âge à l’aube du XIXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 20 janvier 2020, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/40400

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page