Navigation – Plan du site

Pierre Schill, Réveiller l’archive d’une guerre coloniale

Alain Messaoudi
Réveiller l'archive d'une guerre coloniale
Pierre Schill, Réveiller l'archive d'une guerre coloniale. Photographies et écrits de Gaston Cherau, correspondant de guerre lors du conflit italo-turc (1911-1912), Grane, Créaphis éditions, 2018, 478 p., regards croisés de Caroline Recher, Smaranda Olcèse, Mathieu Larnaudie et Quentin Deluermoz, ISBN : 978-2-35428-141-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est en 2008 que Pierre Schill a trouvé incidemment ces photographies, dans le fonds Vigné d’Octon (...)
  • 2 Ces textes sont respectivement dus à Smaranda Olcèse, Caroline Recher, qui présente aussi l’ensembl (...)
  • 3 Jérôme Ferrari, Olivier Rohe, À fendre le cœur le plus dur, Paris, Éditions inculte / Dernière marg (...)

1Cet ouvrage est l’un des fruits d’un travail collectif de longue haleine, initié par un historien, Pierre Schill, qui a voulu partager avec quelques artistes l’intérêt et l’émotion suscités par la découverte d’une série de trente tirages photographiques non légendés qui témoignaient des violences d’une répression coloniale1. Réveiller l’archive rassemble les résultats de l’enquête de Pierre Schill, qui a identifié le contexte et la date de production des images (la guerre italo-tripolitaine où le quotidien parisien Le Matin a envoyé fin 1911 un reporter), leur auteur, l’homme de lettres Gaston Chérau (1872-1937), et les a inscrites dans un corpus documentaire plus large (grâce au fonds Chérau conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal et à des documents restés en possession de la famille). Dans une seconde partie, plus courte, l’ouvrage rend compte de l’exposition qui a accompagné l’enquête, présentée au public en 2015-2016, à travers des textes2 sur les créations réalisées à cette occasion par un chorégraphe (Emmanuel Eggermont), une plasticienne (Agnès Geoffray) et deux écrivains, Jérôme Ferrari et Oliver Rohe, auteurs d’À fendre le cœur le plus dur3. Quentin Deluermoz conclut cette seconde partie en rappelant ce que les historiens peuvent tirer d’une analyse des images, et ce qu’ils gagnent à rester ouverts aux intuitions, aux hypothèses et aux idées formulées en dehors de leur monde professionnel.

  • 4 On en trouve un aperçu dans la bibliographie de l’ouvrage de Pierre Schill.
  • 5 On peut signaler dans ce sens le développement des thèses de recherche-création.
  • 6 Ils n’ont pas adopté la position d’« artiste-chercheur » qu’on trouve chez des artistes qui introdu (...)

2Cette double publication témoigne d’un mouvement favorable au décloisonnement des approches, avec des historiens reconnaissant la part sensible de leur travail d’élucidation rationnelle4 et des artistes trouvant dans les traces du passé une source d’inspiration ou un matériau propice à la création5. Dans cette collaboration, un choix convaincant a été fait : celui de ne pas confondre les différents modes d’approche d’un même matériau documentaire. L’historien et les artistes ont cheminé ensemble librement, sans confusion des rôles : Pierre Schill adopte un mode d’écriture et une présentation qui ne dérogent en rien aux règles du métier d’historien, tandis que les artistes ont été invités à tirer des documents du sens, une œuvre, sans attendre les conclusions de l’analyse historique6.

3Par sa construction en deux parties, Réveiller l’archive reflète clairement cette distinction. On s’attache ici à la première partie, qui présente la recherche historique à proprement parler. Elle met à la disposition du public les sources avant d’en proposer l’analyse. L’ordre adopté est judicieux : le lecteur découvre déjà les 229 images constituant l’archive photographique, classées suivant une chronologie reconstituée par l’historien. Viennent ensuite les articles publiés par le reporter (suivis de la reproduction d’articles illustrés par des photographies qu’on peut attribuer à Chérau, ce qui permet d’avoir un aperçu de leur mise en page), la correspondance qu’il a entretenue avec son épouse pendant sa mission, et enfin une courte fiction publiée par Chérau en 1926 pour un ouvrage collectif où des journalistes reviennent sur un moment marquant de leur carrière.

4L’intérêt du dossier tient en partie au profil particulier de Chérau, qui a dû son envoi comme reporter à Tripoli à son statut d’auteur : d’un côté, il est effectivement au service d’un organe de presse qui, lui-même, est financièrement lié au gouvernement italien, d’un autre côté, sa qualité et son ambition d’homme de lettres (et donc d’artiste) l’engagent à conserver une appréhension de la réalité qui lui est propre. Le regard de Chérau, tel qu’il transparaît dans ses photographies, est dans une certaine mesure critique, ce que confirme sa correspondance privée et, bien qu’elle obéisse à d’autres formes de convention, la nouvelle qu’il publie en 1926. Le dossier nous fait donc percevoir, à travers un acteur engagé dans les rangs des colonisateurs, la complexité d’une situation coloniale.

5Le dossier permet d’aborder la question de l’orientalisme et de son ambivalence. Si Chérau part pour Tripoli, ce n’est pas seulement par nécessité alimentaire, mais aussi parce qu’il rêve depuis longtemps de connaître le Nord de l’Afrique. S’il admire la bravoure des troupes italiennes, leur victoire annonce aussi la disparition prochaine de la beauté particulière du pays : l’oasis de Tripoli est un éden frappé de mort. Dans sa correspondance privée, Chérau identifie les sauvages aux occidentalisés portant « chapeau tube », par opposition à la beauté des hommes portant le costume local. Il partage ainsi un sentiment exprimé par d’autres artistes de son temps (Pierre Loti, André Gide), qu’on pourrait faire remonter à Eugène Fromentin, témoin en 1853 des atrocités du siège de Laghouat.

6L’enquête apporte aussi une contribution à l’histoire du reportage de guerre (en reconstituant le monde des reporters de presse présents à Tripoli) et à celle de la propagande, les articles et les photographies de Chérau ayant été publiés dans des organes touchant un large public (en 1911, Le Matin tire à 700 000 exemplaires). Elle prend en compte le contexte de publication des images et leur réutilisation. Les reportages de Chérau s’inscrivaient en effet dans un dispositif qui visait à restaurer l’image publique de l’Italie, après la dénonciation des massacres de civils commis par les Italiens fin octobre 1911, en réaction à une révolte qu’ils n’avaient pas prévue à Châri‘ al-Chatt (italianisé en Sciara Sciat), dans la palmeraie bordant Tripoli. Mais les photographies des cadavres des soldats italiens mutilés, par lesquelles les autorités italiennes ont voulu dénoncer la sauvagerie des révoltés, ont pu, sans légende, être lues différemment et être utilisées pour dénoncer les crimes de la colonisation, comme le fit quelques années plus tard Paul Vigné d’Octon. Les photos de l’exécution en place publique de ceux qui avaient bravé la puissance occupante, avec la pendaison collective de quatorze bédouins suivie de celle de plusieurs notables, destinées à affirmer la puissance de l’État italien et sa capacité à garantir l’ordre, témoignent à nos yeux de la violence répressive d’une puissance coloniale illégitime.

7L’enquête de Pierre Schill fait apercevoir autour de Gaston Chérau, futur académicien Goncourt (1926), une sociabilité journalistique et littéraire, avec Colette, les frères Paul et Victor Margueritte, Paul Vigné d’Octon, Edmée Chérau-Nodot (qui travaille dans la presse féminine – le couple divorce en 1923), milieu dont l’importance mériterait sans doute d’être réévaluée, sinon pour la puissance littéraire des œuvres produites (en 1932, Bernanos qualifia Chérau de « Maupassant de sous-préfecture »), du moins pour leur rôle dans la formation d’une opinion publique en matière coloniale.

  • 7 Auraient pu y figurer des publications déjà anciennes permettant de mesurer l’écho dans la régence (...)

8Il faut enfin saluer la qualité du travail de l’éditeur qui a permis de faire d’un objet complexe un livre maniable, solidement broché, avec des photographies très bien reproduites, et dont les différentes parties se distinguent aisément par la couleur du papier et la typographie. Le lecteur y navigue facilement grâce à un index et à un astucieux système de renvois entre les différentes sources. En donnant à voir le dispositif de construction de l’archive et de son interprétation, Réveiller l’archive est un exercice de méthode qui permet de mieux comprendre le travail de l’historien, avec une présentation des sources et de la bibliographie qui donne les moyens de prolonger l’enquête7. C’est donc à la fois un bel ouvrage et une contribution fort utile à l’historiographie de la colonisation européenne de l’Afrique.

Haut de page

Notes

1 C’est en 2008 que Pierre Schill a trouvé incidemment ces photographies, dans le fonds Vigné d’Octon des archives départementales de l’Hérault.

2 Ces textes sont respectivement dus à Smaranda Olcèse, Caroline Recher, qui présente aussi l’ensemble du projet, et Mathieu Larnaude.

3 Jérôme Ferrari, Olivier Rohe, À fendre le cœur le plus dur, Paris, Éditions inculte / Dernière marge, 2015. Cet ouvrage se compose de quatorze courtes séquences qui s’appuient sur un choix de photographies, suivies d’une postface par Pierre Schill. C’est le souvenir de lecture d’un précédent ouvrage de Jérôme Ferrari, Où j’ai laissé mon âme, texte suscité par une photographie du militant du FLN Larbi ben Mhidi, torturé et exécuté sans jugement en 1956 par l’armée française, qui donna à Pierre Schill l’idée de prendre contact avec l’écrivain.

4 On en trouve un aperçu dans la bibliographie de l’ouvrage de Pierre Schill.

5 On peut signaler dans ce sens le développement des thèses de recherche-création.

6 Ils n’ont pas adopté la position d’« artiste-chercheur » qu’on trouve chez des artistes qui introduisent des documents d’archives dans leurs œuvres et travaillent sur la construction du récit historique – comme par exemple, sur la question de l’héritage du passé colonial, Maryam Jafri.

7 Auraient pu y figurer des publications déjà anciennes permettant de mesurer l’écho dans la régence de Tunis de l’intervention armée italienne en Tripolitaine (Ali Mahjoubi, Les Origines du mouvement national en Tunisie (1904-1934), Tunis, Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, 1982 ; Taoufik Ayadi, Mouvement réformiste et mouvements populaires à Tunis (1906-1912), Tunis, Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, 1986). L’ouvrage aurait pu aussi mentionner les travaux de François Dumasy sur la colonisation italienne en Libye.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Messaoudi, « Pierre Schill, Réveiller l’archive d’une guerre coloniale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 20 janvier 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/40404

Haut de page

Rédacteur

Alain Messaoudi

Maître de conférences HDR en histoire contemporaine à l’Université de Nantes, Alain Messaoudi travaille sur les transferts culturels entre l’Europe et le Nord de l’Afrique (XIXe-XXe siècles), en s’intéressant plus particulièrement aux savoirs orientalistes et aux arts plastiques.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page