Navigation – Plan du site

Michel Pialoux, Le temps d’écouter. Enquête sur les métamorphoses de la classe ouvrière

Gaspard Sénéchal
Le temps d'écouter
Michel Pialoux, Le temps d'écouter. Enquêtes sur les métamorphoses de la classe ouvrière, Paris, Raisons d'agir, coll. « Cours et travaux », 2019, 560 p., éditions établie et présentée par Paul Pasquali, postface de Stéphane Beaud, ISBN : 9791097084004.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par commodité, c’est à Michel Pialoux que nous renvoyons dans la suite du compte rendu lorsque nous (...)
  • 2 Comme le résume bien la formule de Stéphane Beaud, il s’agit entre autre de « faire découvrir au le (...)

1Fruit d’un véritable travail d’édition et de présentation de Paul Pasquali, cet ouvrage rassemble douze textes rédigés entre 1975 et 1995 par Michel Pialoux1, qui mettent au jour les rapports de domination et d’exploitation à travers lesquels se sont opérées la reproduction de la structure de classe et, simultanément, les recompositions internes de la classe ouvrière entre les années 1950 et le milieu des années 1990. C’est également l’occasion de (re)découvrir l’œuvre « à la fois classique et méconnue » du sociologue (p. 21)2 et, à travers elle, une certaine manière de concevoir la recherche en sciences sociales.

  • 3 Auxquelles il faut ajouter le long entretien biographique avec Michel Pialoux réalisé par Paul Pasq (...)
  • 4 La première désigne une pratique d’enquête qui repose sur une immersion longue du chercheur sur le (...)

2L’introduction et la postface, rédigées respectivement par Paul Pasquali et Stéphane Beaud3, présentent Michel Pialoux comme un « artisan des sciences sociales » au double sens du terme. D’une part, pour sa contribution à la codification et la légitimation de l’ethnographie sociologique et au programme d’unification des sciences sociales4, à travers non seulement les travaux rassemblés dans ce livre, mais aussi le « rôle de passeur » (p. 15) qu’il a assuré en participant à la formation de nombreux futurs sociologues. D’autre part, pour sa défense d’une conception du métier de sociologue caractérisée par une logique de production artisanale des connaissances.

  • 5 Concernant la pratique de l’entretien fondée sur une immersion dans le milieu enquêté, nous renvoyo (...)

3Outre le fait qu’il rend accessible des textes qui jusque-là l’étaient peu en les articulant à d’autres devenus des « classiques », le premier intérêt du travail de Paul Pasquali réside dans le temps qu’il prend, en introduisant chaque chapitre, pour exposer les conditions de production des textes et la fécondité de ce travail artisanal de recherche. Pasquali insiste en particulier sur l’originalité et la force de la construction de l’objet chez Pialoux. Celles-ci résident dans l’élaboration d’hypothèses de recherche fondée sur la mise en relation de domaines qui, à l’époque, étaient généralement séparés (le logement, le travail, l’école, le rapport à la politique, au monde et à l’avenir…) et dans la construction patiente de dispositifs d’investigation qui leur sont adaptés. À rebours de l’image d’un sociologue « qualitativiste », les enquêtes rassemblées dans cet ouvrage sont toutes marquées par le souci de la combinaison des méthodes statistiques et ethnographiques. Surtout, on repère, au fil des chapitres et donc du temps, la formation d’une posture de recherche fondée sur une observation et une écoute empathique, active et réflexive, impliquant une longue immersion dans le quotidien des enquêtés et attentive aux effets de la relation d’enquête5.

4Le second intérêt du travail de Paul Pasquali est d’organiser l’ouvrage pour mettre en évidence ce qui selon lui constitue, par-delà la diversité des objets, la cohérence d’un parcours de recherche : comprendre les dynamiques sociales et économiques d’unification et de fragmentation qui contribuent à (re)structurer la classe ouvrière à travers des logiques de domination, d’exploitation et, dans certaines conditions, de résistance à l’oppression. L’ouvrage se compose ainsi de deux parties, comprenant chacune six chapitres présentés par ordre chronologique ce qui permet une lecture « sociohistorique » des métamorphoses de la classe ouvrière.

  • 6 Textes pour la plupart inconnus : la thèse n’ayant jamais été soutenue, les 1 300 pages que comport (...)

5La première partie, qui rassemble des textes rédigés par Michel Pialoux dans le cadre de sa thèse d’État sur les cités d’urgence et de transit de la région parisienne entre 1968 et 19796, interroge la condition ouvrière sous l’angle, peu exploré à l’époque, du logement. Il y aborde la question des conditions de formation d’un sous-prolétariat urbain et de la manière de l’étudier. Contre les discours sur « le problème de l’exclusion » qui, au cours des années 1970-1980, cherchent à imposer contre l’analyse marxiste une nouvelle lecture de la structure sociale fondée sur l’opposition duale entre « les exclus » et « les autres », le sociologue défend une analyse en termes de classes et d’espace social dans laquelle les groupes sont définis de manière relationnelle et non par des propriétés essentielles. Loin de constituer un groupe homogène et à part, le sous-prolétariat urbain constitue « un ensemble mouvant et instable composé des membres de la classe ouvrière engagés sur une pente descendante ou menacés de s’y engager » (p. 132-133), qui s’est progressivement formé sous l’effet des politiques de rénovation urbaine des années 1950.

  • 7 Le second chapitre présente une étude de la sociogenèse de l’habitat dépotoir, et est l’occasion d’ (...)

6Corrélatif d’un processus de reconquête des centre-ville par différentes fractions de la bourgeoisie urbaine, le déplacement des familles ouvrières vers des zones d’habitat périphérique nouvellement construites (notamment les HLM) a profondément déstabilisé les plus fragiles d’entre elles. Désajustées sur le plan des ressources matérielles et des dispositions sociales par rapport aux exigences de cet habitat moderne, la plupart de ces familles ne parviennent pas à y accéder ou à y tenir et sont, au terme d’un processus de relégation caractérisé par l’endettement, effectif ou anticipé par les agents des services sociaux, regroupées dans les cités d’urgence ou de transit, des zones d’habitat précaire construites dans l’urgence et sans plan d’ensemble, « l’habitat dépotoir ». Ce regroupement en un même lieu de « familles à problèmes » (uniquement désignées sur une base négative par leurs manques), qui n’est en rien le produit d’une stratégie d’un État tout puissant ou d’institutions manipulatrices7, accroit les distances sociales et symboliques avec les fractions plus stables de la classe ouvrière, propriétaires ou locataires en HLM, pour qui la mise à distance des fractions précaires est essentielle afin de se prémunir contre les risques de chute ou de paupérisation qui concernent l’ensemble des classes populaires. Cette transformation du logement s’est conjuguée à une transformation du traitement des « problèmes sociaux », caractérisée par l’essor d’un système de prise en charge spécifique et médicalisée de ces groupes dominés par des associations philanthropiques ou des institutions de travail social qui contribuent par là à les unifier symboliquement dans une même catégorie (le sous-prolétariat) séparée du reste de la classe ouvrière.

7Ensuite, et c’est un point central de l’ouvrage, c’est dans la relation entre les conditions d’existence hors travail (ici le logement) et le travail que doivent se comprendre les transformations et la différenciation interne de la classe ouvrière. Paul Pasquali fait bien ressortir la correspondance de deux textes, à cheval sur les deux parties de l’ouvrage, qui portent sur les déterminants sociaux de la marginalisation de la jeunesse populaire des cités. Texte inédit, « “Bons ouvriers” et “mauvais éléments” » étudie les pratiques d’embauche dans deux usines de la construction automobile de la région parisienne. À partir de l’analyse des pratiques discursives des recruteurs, il montre que les jeunes non qualifiés sortis à 16 ans du système scolaire sans formation technique font figure de « jeunesse indésirable », « inadaptée ». Ils sont ainsi relégués vers un segment du marché du travail en expansion dans les années 1970, l’intérim, qui valorise cette main d’œuvre jeune, non qualifiée et surtout qui adhère en partie à l’instabilité professionnelle caractéristique de cette forme d’emploi. C’est l’objet de l’article classique « Jeunesse sans avenir et travail intérimaire », qui montre que ce rapport électif à l’intérim doit se comprendre en relation avec une trajectoire sociale marquée par le stigmate de l’indignité sociale et l’expérience répétée de l’échec à l’école et sur le marché du travail, qui cristallisent pour les jeunes de cité à la fois une conscience vive de l’impuissance et un refus de l’enfermement dans la même condition de « prolétaire » que « les vieux » de la cité. Le travail intérimaire constitue pour eux un moyen, plus ou moins temporaire et plus ou moins organisé en fonction des ressources dont ils disposent, de repousser cette condition subordonnée et dominée.

  • 8 Cette enquête commence au début des années 1980 avec la rencontre de Christian Corouge, ouvrier spé (...)

8La seconde partie du livre poursuit l’exploration de la transformation de la classe ouvrière sous l’angle du travail, à partir de textes davantage connus, qui se fondent principalement sur une enquête auprès des ouvriers des usines Peugeot de Sochaux8 et qui abordent la question des transformations du travail et la manière dont les militants syndicaux y sont pris. Contre la thèse en vogue à partir des années 1970 d’une disparition du taylorisme et de l’ouvrier fordiste, le sociologue montre comment les nouvelles formes de gestion du personnel non seulement recomposent la subordination au travail mais génèrent également un processus de vieillissement social des ouvriers embauchés avant les années 1980 et de disqualification d’une identité de classe. C’est ce que révèle la transformation des pratiques de consommation d’alcool dans l’atelier à partir de 1984 : la hausse des cadences, le recours à l’intérim, la mise en concurrence et la menace du chômage affaiblissent la solidarité du groupe ouvrier et génèrent un sentiment de peur pour l’avenir de soi et de ses enfants. Le « boire ensemble », collectif et transgressif, disparaît au profit d’un « boire seul », triste et stigmatisé, ou d’un « boire entre soi », exclusif. Mais, loin du regard misérabiliste, Michel Pialoux présente les formes de résistance à la domination et les marges d’autonomie des ouvriers d’usine dont la condition, si elle est fragilisée, n’en demeure pas moins ambivalente.

9À la fois « invitation à réinterroger nos propres manières d’écouter, de lire, de penser » (p. 21) et tableau sociohistorique permettant de comprendre les bouleversements qui affectent le groupe ouvrier aujourd’hui, ce livre s’adresse tant aux praticien·ne·s des sciences sociales qu’aux lecteur·trice·s non spécialistes. Un ouvrage qu’il faut prendre le temps de lire.

Haut de page

Notes

1 Par commodité, c’est à Michel Pialoux que nous renvoyons dans la suite du compte rendu lorsque nous employons les termes « le sociologue », « le chercheur », « l’auteur ».

2 Comme le résume bien la formule de Stéphane Beaud, il s’agit entre autre de « faire découvrir au lecteur un Pialoux d’avant Beaud et Pialoux » (p. 521).

3 Auxquelles il faut ajouter le long entretien biographique avec Michel Pialoux réalisé par Paul Pasquali (p. 485-517).

4 La première désigne une pratique d’enquête qui repose sur une immersion longue du chercheur sur le terrain, la mise en relation de phénomènes macrosociologiques et microsociologiques et une réflexivité reconstituant le rapport au terrain et la relation d’enquête. Le second renvoie à un projet, élaboré par les sociologues du Centre de sociologie européenne autour de Pierre Bourdieu, des anthropologues comme Alban Bensa, et des historiens comme Gérard Noiriel, de dépassement en particulier sur le plan épistémologique et, de manière raisonnée, sur les plans méthodologique et conceptuel, les frontières disciplinaires entre les différentes sciences sociales, notamment la sociologie, l’histoire, l’anthropologie et la science politique.

5 Concernant la pratique de l’entretien fondée sur une immersion dans le milieu enquêté, nous renvoyons à la présentation qu’en fait Stéphane Beaud dans son article : Beaud Stéphane, « L'usage de l'entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’“entretien ethnographique” », Politix, n° 35, 1996, p. 226-257.

6 Textes pour la plupart inconnus : la thèse n’ayant jamais été soutenue, les 1 300 pages que comportait le manuscrit n’ont donné lieu qu’à de rares publications dans des revues académiques à large diffusion.

7 Le second chapitre présente une étude de la sociogenèse de l’habitat dépotoir, et est l’occasion d’un dialogue critique avec les philosophes althussériens et foucaldiens sur leur vision du rôle de l’État et de la lutte des classes.

8 Cette enquête commence au début des années 1980 avec la rencontre de Christian Corouge, ouvrier spécialisé à Peugeot depuis 1968 et militant CGT, avec lequel Michel Pialoux entame un travail collaboratif qui a donné lieu à plusieurs publications (notamment Michel Pialoux, Christian Corouge, Résister à la chaine. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue, Marseille, Agone, 2011 ; compte rendu de Nicolas Béfort pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/5218) et qui a été articulé à la recherche collective menée avec Stéphane Beaud sur la crise de reproduction du groupe ouvrier (Stéphane Beaud, Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, La Découverte, 2012 [1999] ; compte rendu de Patrick Cotelette pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/8258).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaspard Sénéchal, « Michel Pialoux, Le temps d’écouter. Enquête sur les métamorphoses de la classe ouvrière », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 21 janvier 2020, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/40407

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page