Navigation – Plan du site

Geoffrey Carrère, Camille Dumat, Marie-Christine Zélem (dir.), Dans la fabrique des transitions écologiques. Permanence et changements

Sarah M. Munoz
Dans la fabrique des transitions écologiques
Geoffrey Carrère, Camille Dumat, Marie-Christine Zélem (dir.), Dans la fabrique des transitions écologiques. Permanence et changements, Paris, L'Harmattan, coll. « Sociologies et environnement », 2019, 324 p., préf. Dominique Bourg, ISBN : 978-2-343-15110-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hopkins Rob, The Transition Handbook. From Oil Dependency to Local Resilience, Cambridge, Green Boo (...)

1Dans le discours politique, la transition écologique a supplanté le développement durable pour qualifier un « processus transitionnel » (p.12) visant à créer de nouveaux référentiels dans la lutte contre les changements climatiques. C’est ainsi que les auteurs présentent l’impératif d’écologisation sur lequel leur ouvrage se penche. Mêlant dimensions cognitives, politiques et sociales, ils s’y proposent d’observer comment différents modes d’organisation s’approprient et instrumentalisent l’environnement. Leur réflexion s’ancre dans le concept de transition écologique de Rob Hopkins1, qu’ils appliquent à la multitude d’espaces, d’échelles et d’acteurs qui y participent, ceci afin d’examiner la complexité et les limites de ce paradigme. Dans une perspective qualitative, les contributions promeuvent un dialogue interdisciplinaire pour saisir les enjeux de construction processuelle de la résilience locale.

2L’ouvrage se découpe en trois sections, dont la première vise à faire sens du concept même de transition écologique et de ses caractéristiques multiples. Dans le chapitre 1, le directeur associé de l’Agence d’accompagnement de la transition des territoires et des entreprises Florian Cézard et les sociologues Steve Joncoux et Marie Mourad étudient la légitimation du discours sur la sobriété (réduction de la consommation et mouvement zéro déchet) au sein du référentiel libéral et hégémonique des institutions publiques françaises. Au fil de l’intégration de ce discours par l’Ademe – véritable « bras armé » du ministère de l’environnement – ils notent l’émergence d’un nouveau référentiel d’écologisation basé sur l’implication de la société civile : l’environnementalisme civique. Les auteurs montrent ainsi en quoi la construction discursive de mot d’ordres au sein d’institutions dominantes peut impulser un changement de paradigme au niveau des politiques publiques. Mais si les perceptions, les conceptions, et les comportements des acteurs politiques évoluent, les auteurs n’y voient toutefois « qu’un réformisme de plus » (p. 27), incapable de dépasser la crise environnementale.

3Dans le chapitre 2, la sociologue Marie-Christine Zélem s’interroge sur la place du citoyen dans les projets de transition écologique et les obstacles à son implication. À travers l’exemple de l’île d’Yeu (Vendée), l’auteure souligne l’incohérence intrinsèque des projets qui se veulent participatifs bien que construits verticalement. Sa recherche dépasse alors la participation citoyenne idéalisée par ces projets d’écologisation génériques pour interroger les pratiques réelles. In fine, elle démontre la nécessité de prendre en compte les intérêts propres aux communautés locales.

4Écrit par le professeur d’urbanisme Vincent Vlès, le chapitre 3 aborde l’évolution de l’héritage fordiste des stations touristiques au prisme de la croissance du secteur et des changements climatiques. Il met en lumière que les stations de ski et les stations balnéaires se doivent d’engager un processus de transition écologique structurant pour faire face aux perturbations climatiques et répondre aux nouvelles exigences des touristes – qui portent davantage sur la qualité et la responsabilité environnementale.

5Dans le dernier chapitre de cette partie, le sociologue Sidy Tounkara se penche sur l’intégration des préoccupations environnementales dans les pratiques agricoles des maraîchers de la zone périurbaine de Dakar. En analysant les dynamiques de transition vers des pratiques de fertilisation organique, l’auteur explore les conditions d’émergence d’un référentiel commun pour une gouvernance participative. Il met l’accent sur la rationalité socioéconomique locale, et illustre ainsi le poids des différences de profils sociologiques entre maraîchers pour comprendre l’intégration des enjeux environnementaux.

6La seconde partie de l’ouvrage aborde la mise en œuvre des projets de transition écologique. Au chapitre 5, l’économiste Julien Milanesi interroge la compatibilité entre transition écologique et construction de grandes infrastructures de transport. Selon lui, c’est en élevant ces infrastructures au rang de symboles de développement et de prospérité économique que le gouvernement français conjugue ses politiques de grands travaux avec un imaginaire de la modernité, de la mobilité et de la vitalité urbaine. Aussi, de manière plus générale, son chapitre pointe vers la production discursive des infrastructures capitalistes – liant enjeux symboliques et pratiques pour une approche multidimensionnelle des transitions.

7Le chapitre 6, du sociologue Geoffrey Carrère, interroge les pratiques hospitalières en se penchant sur la perception des risques sanitaires et environnementaux par les professionnels du milieu. Il souligne le rôle des hôpitaux comme leviers de réduction de la pollution pharmaceutique, notamment en lien avec la contamination de cours d’eau par les médicaments. Analysant l’évolution de la perception de tels risques, il en vient à remettre en question l’uniformité de la transition écologique dans les pratiques médicales, au sens où les prises de conscience s’avèrent plurielles et disparates en fonction des spécialités médicales et de la place des acteurs au sein de leur organisation.

8Dans le chapitre 7, la docteure en géographie et aménagement Immaculada Diaz Soria analyse les possibilités de transition du secteur touristique en questionnant les motivations des professionnels qui s’orientent vers un tourisme local tourné vers les destinations de proximité. Dans le cas de Barcelone, l’auteure démontre que, en contexte économique difficile, ces changements de pratiques semblent moins écologiques qu’opportunistes.

9Enfin, la troisième partie de l’ouvrage revient sur l’adaptabilité de différents secteurs en contexte de transition écologique. Le chapitre 8, par la professeure en sciences de l’environnement Camille Dumat, explore les limites et les atouts de l’agriculture urbaine comme vecteur de dynamiques sociales inclusives. Via trois axes – l’alimentation durable, la santé environnementale, et l’éducation inclusive – l’auteure étudie le renouvellement des interactions entre citoyens autour de l’écologisation des systèmes alimentaires urbains.

10Au chapitre 9, les sociologues Jacinthe Bessière et Alexis Annes observent les logiques d’action qui conduisent les agriculteurs à diversifier leurs pratiques, ceci autour notamment de l’agrotourisme. À partir d’entretiens avec ces acteurs et d’une étude de leurs discours, les auteurs mettent en avant la fonction sociale de la transition écologique dans le milieu agricole, et les processus de mise en scène et de construction des liens sociaux entre les populations urbaines et rurales.

11Dans le chapitre 10, la professeure en sciences de la communication Marie-Gabrielle Suraud se penche sur le processus de transition écologique dans la recherche scientifique autour des « nanos » (nanosciences, nanotechnologies et nanoproduits). Elle explique que les risques environnementaux et sanitaires y ont donné lieu à une remise en question des pratiques, parallèlement aux pressions exogènes de la société civile, au rapprochement entre chercheurs et industriels, ainsi qu’aux liens entre nanosciences et toxicologie. L’auteure illustre ainsi la multitude d’acteurs impliqués dans la construction des risques. Elle met en lumière l’élaboration des normes transitionnelles dans un secteur étranger aux préoccupations environnementales.

12Le dernier chapitre porte sur les recherches doctorales de Rémi Maître. Autour des tensions intrinsèques entre aspirations militantes et logiques entrepreneuriales au sein des coopératives locales et citoyennes, il s’interroge sur leur capacité à initier de nouvelles pratiques de production et de consommation d’énergie en France. L’auteur illumine ainsi l’envers décentralisé et citoyen de la transition, la réappropriation des moyens de production d’énergie, et le foisonnement d’initiatives d’économie sociale et écologique.

  • 2 L’environnementalisme et l’écologisme sont deux perspectives différentes dans leur représentation d (...)

13En soulignant le caractère processuel des transitions écologiques et la complexité de leur mise en place dans un contexte économique libéral, cet ouvrage pointe la diversité des acteurs et des domaines porteurs de nouveaux référentiels écologiques. Chaque chapitre illustre une dimension nouvelle de la transition, démontrant l’élasticité du concept et de ses champs d’application. Cependant, bien que l’introduction et la conclusion parlent d’écologisation loin des énergies fossiles et de transformation de nos rapports à la planète, l’ouvrage semble s’ancrer dans un paradigme d’environnementalisme réformiste2 qui peine à remettre en cause nos modes de consommation et de production actuels. On note un déséquilibre ontologique entre les chapitres, tantôt axés sur une critique écologiste des pratiques, tantôt prompts à ériger la simple réforme de secteurs énergivores comme solution aux changements climatiques, sans analyser en profondeur les référentiels dominants.

14En ce sens, les auteurs offrent une conception élastique de l’impératif d’écologisation. S’ils soulignent les tensions internes à une transition écologique aux prises des logiques du marché, la teneur de leur critique reste ambigüe. S’agissant des transformations des stations touristiques ou du domaine des nanos, reste à estimer leur compatibilité avec la logique d’écologisme à laquelle semble se rattacher l’idée de transition. Si l’ouvrage pointe l’émergence de nouvelles pratiques, la force de son message est entachée par un manque de questionnement des paradigmes dans lesquels la transition écologique est susceptible de s’inscrire.

Haut de page

Notes

1 Hopkins Rob, The Transition Handbook. From Oil Dependency to Local Resilience, Cambridge, Green Books, 2008.

2 L’environnementalisme et l’écologisme sont deux perspectives différentes dans leur représentation du problème environnemental et de ses possibles solutions, la première s’ancrant dans un capitalisme vert, tandis que la seconde revendique une transformation des paradigmes sociaux, économiques et politiques actuels. Voir Dobson Andrew, Green political thought, New York, HarperCollins, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah M. Munoz, « Geoffrey Carrère, Camille Dumat, Marie-Christine Zélem (dir.), Dans la fabrique des transitions écologiques. Permanence et changements », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 30 janvier 2020, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/40546

Haut de page

Rédacteur

Sarah M. Munoz

Sarah M. Munoz est doctorante en science politique à l’université de Montréal. Ses recherches portent sur les déplacements communautaires liés aux changements climatiques et les politiques environnementales. Elle est membre du Centre de recherche sur les politiques et le développement social (CPDS) et du Collectif de recherche action politique et démocratie (CAPED).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page