Navegación – Mapa del sitio
Nord-Ubangi

Nord-Ubangi

L'État-Zaïre englué dans l'identité ethnique de Mobutu
Jean Omasombo Tshonda (dir.), Nord-Ubangi. L'État-Zaïre englué dans l'identité ethnique de Mobutu, Tervuren, Musée royal de l'Afrique centrale, col. « Monographies des provinces de la République démocratique du Congo », 2019, 546 p., ISBN : 9789492669629.
Anuncio publicado en 14 febrero 2020

Presentación del editor

Située aux confins nord de la République démocratique du Congo, avec la rivière Ubangi formant sa frontière naturelle avec la République centrafricaine, la province du Nord-Ubangi s’étend sur 56 644 km2. Jusqu’à l’indépendance du pays en 1960, son espace était dominé par Molegbe, siège du diocèse catholique. C’est une région rurale habitée par un peu plus d’un million d’habitants occupés par des activités agricoles, de pêche, de chasse et de petit commerce. Si ce n’était l’avènement au pouvoir de Mobutu, elle serait demeurée un arrière-pays en périphérie. En accédant à la tête de l’État congolais en 1965, Mobutu entama une restructuration locale qui aboutit à la création en 1977 du nouveau district du Nord-Ubangi en faveur duquel il avait soutiré aux anciens districts de l’Ubangi et de la Mongala les territoires où ses frères ethniques étaient représentatifs en nombre. On a tendance à limiter l’occupation du Nord-Ubangi aux Ngbandi ; on trouve, en fait, bien d’autres groupes dans la province : les Ngbaka, Banda, Ngombe, Mbanza et Pagebete (dits aussi Gezons). Mais il est vrai que les Ngbandi qui s’étendent de la rivière Dua au sud dans le territoire de Businga jusqu’au nord-est chez les Lite-Bala du secteur Wapinda dans le territoire de Yakoma occupent à eux seuls plus de la moitié de la province. Davantage que favoriser les Ngbandi, Mobutu cherchait à élever ses propres origines, à la fois lignagères et familiales restreintes comme pour mieux les assumer. La construction de Gbado-Lite commença dès 1967 sur la terre natale de ses parents qui appartenaient au clan Lite-Nyama (ou Lite de la savane), distincts des Lite-Bala (ou Lite de la forêt). Les différentes branches au sein des mêmes clans se reconnaissent aux spécificités locales (intonations linguistiques, mots additionnels de vocabulaire…) liées à leur propre histoire et à leur dispersion géographique. Cette monographie tente de les identifier, en tout cas les principaux d’entre eux. Gbado-Lite fut rapidement dotée d’infrastructures urbaines et industrielles : Mobutu eut réellement l’ambition d’en faire la nouvelle capitale du Zaïre et le siège de toutes les institutions du pays. Mais aussi inattendue et rapide fut son ascension, aussi brutale et décousue fut sa déchéance. Les pillages qui suivirent la chute de Mobutu en mai 1997 furent particulièrement marqués à Gbado-Lite où, depuis des années, le luxe côtoyait le dénuement. C’est tout le patrimoine local de Mobutu et les infrastructures qui y passèrent. Aujourd’hui, l’économie de Gbado-lite est presqu’éteinte mais la fin du régime et la mort de son fondateur n’auront pas fait disparaître l’entité politicoadministrative du Nord-Ubangi, devenue depuis lors une province. Au milieu des vestiges, là où le spectre de Mobutu se balade toujours, les habitants se débrouillent. Dans le centre, quelques entreprises dans les domaines des télécommunications notamment fonctionnent, des parcelles d’anciennes plantations sont exploitées de manière artisanale, et l’on note des activités forestières. La centrale hydro électrique de Mobayi-Mbongo tourne au ralenti. Quant au commerce à Gbado-Lite et dans la région, il n’a jamais cessé : celui, frontalier, avec la RCA mais aussi, en interne, depuis et vers Yakoma et Businga. Orienté davantage vers la Centrafrique que vers son pays, le Nord-Ubangi est emblématique des zones enclavées aux extrémités du pays. En somme, le poids de son histoire récente étroitement liée à Mobutu et à son dispositif de pouvoir se ressent toujours à travers le vécu de la province et dans les relations que celle-ci entretient avec le pouvoir national.

Inicio de página

Autor

Jean Omasombo Tshonda (dir.)

Politologue, Jean Omasombo Tshonda est chercheur au service Histoire et Politique, MRAC (Belgique) et professeur à l'Université de Kinshasa (RD Congo).

Publicaciones del mismo autor

Inicio de página