Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Anne-Laure Zwilling (dir.), Corps...

Anne-Laure Zwilling (dir.), Corps, religion et diversité

Louise Atkinson
Corps, religion et diversité
Anne-Laure Zwilling (dir.), Corps, religion et diversité, Louvain-la-Neuve, Editions Academia, coll. « Investigations d'anthropologie prospective », 2019, 276 p., ISBN : 978-2-8061-0473-1.
Haut de page

Texte intégral

1« Le corps est […] le lieu par excellence où peut s’observer le religieux contemporain. » (p. 6). La remarque d’Anne-Laure Zwilling dans son introduction résume bien la problématique de cet ouvrage collectif. Partant du double constat d’un changement du rapport au corps dans nos sociétés contemporaines et d’une recrudescence du religieux sous de nouvelles formes, Corps, religion et diversité regroupe un ensemble hétérogène de textes, dont certains frappent par leur actualité.

  • 1 Sur les mêmes sujets, nous recommandons aux germanophones la lecture de l’excellent article de Pasc (...)

2L’ouvrage est constitué de contributions à un colloque organisé par l’unité de recherche Droit, religion, entreprise et société (DRES) et l’Institut d’études avancées de l’Université de Strasbourg en octobre 2015, complétées par d’autres articles ultérieus. Le but affiché est de traiter « différents aspects du rapport corps-religion en contexte de diversité religieuse » (p. 6). L’approche est pluridisciplinaire et fait se rencontrer les sciences des religions, la philosophie, l’anthropologie ou encore la sociologie autour d’une réflexion sur les trois concepts clés qui constituent le titre de l’ouvrage. L’originalité des articles et leur ancrage précis dans une problématique actuelle font la force de ce livre, qui pourra donc intéresser également un public non scientifique1.

3Nous n’aurons pas le loisir, dans le présent compte rendu, d’aborder de manière exhaustive les douze contributions de l’ouvrage, mais préférons structurer notre propos autour de ses trois grandes parties : « Penser le corps : corps et religion », « Prendre soin du corps, l’utiliser » et enfin « Éprouver et transcender le corps ». Les articles sont ainsi agencés pour suivre un cheminement qui, partant de la définition des concepts-clés de « corps » et de « diversité », conduit à un panorama de cas particuliers mettant ces notions en tension de manière intéressante. Il aboutit dans la troisième partie sur un ensemble d’analyses portant sur des pratiques plus radicales auxquelles le corps croyant est soumis, telles que le jeûne ou le CrossFit.

4La première partie s’ouvre sur l’une des contributions les plus denses de l’ensemble, celle de Lionel Obadia, centrée sur « Le corps comme site, instrument et emblème de la diversité religieuse ? ». L’auteur interroge la traduction corporelle de la diversité religieuse dans les sociétés qui font figure de « mosaïques culturelles » (p. 13). Il regrette que cette diversité ne soit communément abordée que sous l’angle des minorités visibles en Europe (la « question du voile », les turbans revêtus par les sikhs, le crâne rasé des bouddhistes…). Or, montre Lionel Obadia, la religion travaille les gestuelles et l’apparence des corps par des manières bien plus subtiles. L’anthropologue évoque notamment les mélanges entre les traditions religieuses comme les « Jubus », des Américains nés juifs et ralliés au bouddhisme, ou encore les chrétiens népalais. Le corps est selon lui le premier témoin de ces amalgames religieux. L’auteur déploie ainsi, tout au long de sa démonstration, les différents aspects observables de la diversité religieuse et parvient à ouvrir la question en lui rendant sa complexité. Lionel Obadia nous met finalement en garde contre les théories qui « marchent trop bien », celles qui se fondent sur une vision « monothéocentrée » de l’histoire et qui font oublier que la diversité n’est pas là où on l’attend.

5Par son actualité et son engagement, l’article d’Obadia fait écho à celui de Vincente Fortier, « Corps et religion : approche juridique », qui adopte pour sa part l’angle de la distinction légale entre « corps » et « personne » pour s’intéresser à quelques moments saillants de la rencontre entre droit, corps et religion. Vincente Fortier analyse des questions de société comme l’expulsion des femmes menacées d’excision dans leur pays d’origine (ici la Guinée) ou encore le port du burkini sur les plages françaises. Ses prises de positions dans le débat public s’appuient sur un éclairage juridique précis et didactique. On peut en revanche se demander quelle place occupe le texte de Martin Steffens, « Le corps : poids physique, levier spirituel », dans l’économie de ce chapitre. Le philosophe y met en exergue l’impossibilité de penser le corps, dès lors que l’acte de penser nécessite le refus d’être un corps et explore la fécondité de cette aporie. Or, cette habile dissertation philosophique sur le couple dialectique corps/âme (ou corps/esprit), contraste par son style lyrique autant que par son propos, bien plus détaché de la réalité que les publications qui l’entourent.

6Plus dense, constituée de cinq contributions, la deuxième partie reprend la problématique générale sous l’angle de l’alimentation, de l’habillement et du soin du corps et propose des études de cas concrètes. Kajsa Ahlstrand, par exemple, dans « It’s not what goes into the mouth that defiles a person…Protestant Views on Food », se penche sur l’« exception protestante » en termes d’alimentation. Remettant en cause l’idée selon laquelle la nourriture n’aurait aucune portée dans cette religion, l’autrice identifie le jeûne, la tempérance et le végétarisme comme des pratiques alimentaires fortement liées au protestantisme. Nous retenons également la contribution de Phanélie Penelle, « Du jouet à l’acteur : réflexions autour des corps en catholicisme à l’Île de La Réunion », qui explique comment la religion catholique s’est, au prix de grandes difficultés, peu à peu imposée sur l’île par le biais d’une discipline rituelle du corps. Évoquant les « messes de guérison » et les cultes locaux, comme celui de Saint Expédit (non reconnu par le Vatican), elle démontre toute la subtilité des stratégies mises en place par les fidèles pour aménager un espace secret de liberté, de pensée et de gestes, dans la pratique d’une religion prescrite. Enfin, le chapitre se ferme sur un article de Katia Boissevain intitulé « Corps et conversion au protestantisme évangélique au Maghreb : le lieu de l’intimité avec Jésus ». La chercheuse y analyse les ruptures mais aussi les continuités impensées qu’implique le passage de l’islam au christianisme chez les convertis en Tunisie. En effet, certaines pratiques chrétiennes telles que les interactions entre les hommes et les femmes, la posture debout face à l’autel, ou encore les chants et les pleurs supposent un rapport différent au corps.

7La troisième partie constitue un véritable dépassement et examine les pratiques qui cherchent à transcender le corps. Elle s’ouvre sur l’article d’Anne Bamberg, « Jeûnes - Regards d’une canoniste », qui traite la question encore peu explorée de la réglementation du carême par le droit canonique. L’autrice fait apparaître le processus d’évolution d’un jeûne de contrition et de pénitence vers un jeûne politique – comme dans le cadre du « Carême pour la terre » qui relie le jeûne religieux à la question écologique2 – mais aussi, plus paradoxalement, vers un jeûne thérapeutique et de bien-être. La contribution la plus originale de cet ouvrage est sans doute celle d’Alexander Darius Ornella, « Suffering in, for and with Christ : Faithful CrossFit Bodies ». L’auteur, lui-même chrétien et adepte du CrossFit, y défend la possibilité de concevoir ce sport comme un « acte de prière » (il parle « d’adoration incarnée »3 : « embodied worship »). En se concentrant sur l’idée de souffrance et en partant du constat que la douleur est un élément indissociable de l’expérience chrétienne, il veut voir dans cet entraînement extrême le lieu d’une union mystique avec le Sauveur. C’est de manière quelque peu abrupte et surprenante que se clôt l’ouvrage, sur un texte de l’anthropologue et sociologue David Le Breton, « Corps et transhumanisme. Sur un puritanisme radical ». Cette contribution tient moins lieu de conclusion que d’ouverture à un nouveau problème, celui de la place du corps dans un monde « cybernétique » où, annonce l’auteur, « le corps n’est plus nécessaire à l’humanité » (p. 248). À travers ce manifeste éloquent sur la négation du corps, l’auteur nous fait pourtant perdre des yeux la diversité et même la religion, sauf à considérer la technophilie comme un nouveau culte.

8La grande qualité de cet ouvrage collectif tient à la diversité des sujets abordés et aux éclairages originaux et précis qui y sont rassemblés. Sa structuration en trois parties fait apparaître une évolution dialectique qui permet d’ouvrir de nouveaux questionnements autour des trois concepts centraux. Néanmoins, pour le lecteur ou la lectrice qui choisit d’aborder cette parution comme une unité, certaines contributions se démarquent par leur lien plus ténu avec la problématique annoncée en introduction. Les articles de David Le Breton et de Martin Steffens cités plus haut, ou encore « Rites funéraires et évolutions contemporaines du judaïsme : le hévrah qaddisha aujourd’hui » de Thierry Legrand méritent indéniablement d’être consultés pour eux-mêmes mais font figure de parenthèses dans le dialogue entre les textes. De ce fait, et considérant l’absence de conclusion générale, Corps, religion, diversité gagne peut-être à être plutôt lu comme un compte rendu du colloque dont il est issu.

Haut de page

Notes

1 Sur les mêmes sujets, nous recommandons aux germanophones la lecture de l’excellent article de Pascal Eitler qui traite également de la question du corps dans les nouvelles formes du religieux. Eitler Pascal, « Körper - Kosmos - Kybernetik. Transformationen der Religion im “New Age” (Westdeutschland 1970-1990) », Zeithistorische Forschungen/ Studies in Contemporary History, Online Ausgabe 4, H. 1-2, 2007, p. 116-136, en ligne : https://zeithistorische-forschungen.de/1-2-2007/4460.

2 http://www.caremepourlaterre.org/

3 Traduction de la rédactrice.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Atkinson, « Anne-Laure Zwilling (dir.), Corps, religion et diversité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 30 avril 2020, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/40810 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.40810

Haut de page

Rédacteur

Louise Atkinson

Doctorante en civilisation germanique à l’Université Paris Nanterre (CEREG) sous la direction d’Anne-Marie Pailhès et d’Isabelle Garcin-Marrou.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search