Navigation – Plan du site

Michel Wieviorka, Aude Debarle, Jocelyne Ohana, Les sciences sociales en mutation

Frédérique Giraud
Les sciences sociales en mutation
Michel Wieviorka, Aude Debarle, Jocelyne Ohana, Les sciences sociales en mutation, Sciences Humaines Editions, 2007, 624 p., EAN : 9782912601490.
Haut de page

Texte intégral

1L'ouvrage Les sciences sociales en mutation paru en 2007 publié sous la direction de Michel Wieviorka dans la collection Sciences Humaines est issu d'un colloque qui s'est tenu à Paris en mai 2006. Il se propose de rassembler les contributions autour de la problématique du renouvellement des sciences humaines et sociales à l'orée du XXI siècle. Pour étudier ce changement profond qui constitue le postulat initial de l'ouvrage, huit grandes catégories ont été retenues : la place du sujet ; la mondialisation, le temps, l'espace ; concepts disciplines et carrefours ;changements dans les paradigmes, continuités et retours, la religion ;le travail, l'emploi, l'entreprise ; l'histoire ;sentiments d'injustice, démocratie et imaginaire social. Ces catégories un peu fourre-tout recouvrent un ensemble de quarante-huit contributions, qui composent un ouvrage de 624 pages très dense et pas très facile à lire. Cet ouvrage rassemble des sociologues, des géographes, historiens... Participent à cet ouvrage entre autres Ulrich Beck, Daniel Cohen, Bruno Latour, François de Singly , Richard Sennet, Charles Taylor, Alain Touraine, , Georges Vigarello...

2L'objectif de l'ouvrage est de ressembler à un manuel qui recouvrirait l'ensemble des domaines clés des sciences sociales, avec pour ligne d'attaque la mutation des sciences humaines et sociales tant en ce qui concerne leurs objets, leurs paradigmes et leurs outils d'analyse. Il s'agit aussi pour les sciences sociales de dialoguer avec les sciences exactes et cognitives, de s'affronter à leurs frontières disciplinaires.

3Le changement majeur des sciences sociales depuis les années 60 et 70 se lit selon Michel Wieviorka à plusieurs niveaux : des connaissances nouvelles ont été produites, les méthodes, les théories, les paradigmes qui étaient les pivots de la discipline il y a trente cinq sont aujourd'hui déstructurés. On passerait d'une « rive à l'autre », ce que l'auteur de la contribution peut résumer plus loin par : « tout a changé ».

4L'Histoire se voit poussée à intégrer la reconnaissance des vaincus, des débats sur le colonialisme...elle est interpellée par « l'irruption de mémoires et la poussée d'identités collectives ». L'anthropologie s'est détachée de ses préjugés disqualifiants, les terrains d'étude se sont multipliés. La sociologie est marquée par la fin du marxisme, l'affaiblissement du structuralisme, les sociologues se sont éloignés de leur prétention à proposer des théories de portée générale. Voici donc en quelques traits les transformations qui bouleversent le champ des sciences sociales.

5Face à ces volte-face, des innovations émergent : le cadre de déploiement des sciences sociales n'est plus l'Etat-nation, elles doivent se penser à l'échelle du monde. Comme le rappelle Jacques Lévy dans l'article « Mondialisation et sciences sociales. Un enjeu épistémologique », si les sciences sociales se sont constituées dans des cadres nationaux lourds et rigides, cet ancrage initial qui les marque encore profondément gêne leur prise en compte de l'objet Monde. Il est grand temps défend-il que les sciences sociales s'ouvrent au monde, et Jacques Lévy propose un cadre théorique pour une sociologie de la mondialisation et de la société mondiale. On pourrait par exemple introduire la notion de capital spatial, pour mettre en évidence une maîtrise différenciée des lieux et des mobilités des individus.

6Les science sociales doivent saisir l'enjeu de la globalisation en plusieurs points : les flux migratoires, la culture, le droit sont des domaines confrontés à des enjeux globaux. Comprenez par là qu'il faut élargir la lecture des sujets et les penser en des termes « globaux », c'est à dire de montrer que se conjuguent au sein des objets des dimensions « mondiales, planétaires, transnationales, et des dimensions locales ou nationales ».

7L'autre enjeu fondamental qui concerne les sciences sociales est la montée du sujet, certes pas tout à fait nouvelle mais qui s'arrache de ses configurations anciennes. L'acteur revendique une place et le droit de s'exprimer. François de Singly dans sa contribution « Société des individus et transformations de la sociologie » rappelle que l'un des défis de la sociologie est de renouveler ses méthodes afin de prendre en compte le sujet, ce qui ne signifie pas se convertir à l'individualisme méthodologique. C'est l'occasion pour lui de rappeler la différence entre « individualisme méthodologique » et « individualisme ». La réhabilitation des individus concrets dans l'analyse passe par le recours à des entretiens individuels mais aussi à des portraits. L'analyse thématique classique ne laisse pas de place à la reconnaissance de l'individu. Par ailleurs, il importe aujourd'hui d'élargir la vision objective des individus dans l'analyse à la prise en compte des autrui significatifs qui entrent dans sa construction. L'individu pourrait être pensé aujourd'hui comme un « individu-réseau ».

8Les sciences sociales doivent également repenser la place du chercheur dans la cité, c'est l'enjeu de l'article « Science sociale historique et changement social en temps réel » de Craig Calhoun de nous le rappeler. Il défend l'idée d'un nécessaire engagement public des sciences sociales plus efficace.

9On l'aura compris, les contributions sont stimulantes, se veulent vivifiantes pour les sciences sociales. Toutefois la densité et la grosseur de l'ouvrage l'adresse en définitive à un public motivé et déjà connaisseur des sciences sociales. Ancré sur l'actualité, s'arrimant à des mutations au centre des débats actuels, cet ouvrage ouvre des perspectives pour les sciences sociales et leur confère de beaux jours devant elles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Michel Wieviorka, Aude Debarle, Jocelyne Ohana, Les sciences sociales en mutation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 17 mai 2007, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/409

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page