Navigation – Plan du site

Félicie Drouilleau-Gay, Secrets de familles. Parenté et emploi domestique à Bogotá (Colombie, 1950-2010)

Gaëlla Loiseau
Secrets de familles
Félicie Drouilleau-Gay, Secrets de familles. Parenté et emploi domestique à Bogota (Colombie, 1950-2010), Paris, Editions Pétra, coll. « IntersectionS », 2019, 310 p., ISBN : 978-2-84743-231-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le terme est utilisé en Colombie comme ailleurs en Amérique latine pour désigner l’employée domesti (...)
  • 2 Ensemble d’immeubles sécurisés.

1Le regard porté par Félicie Drouilleau-Gay sur l’emploi domestique à Bogotá repose sur une approche circonstanciée des rapports d’attachement, de domination et de résistance qui sont à l’œuvre dans les relations entre muchachas1 et leurs employeurs. Issu d’une thèse d’anthropologie réalisée sous la direction d’Agnès Fine, cet ouvrage met à jour la complexité et parfois l’ambiguïté de ces relations entremêlant les univers d’ordinaires bien séparés que sont celui du travail et de la parenté. Il permet de saisir à la fois la place circonscrite et le rôle déterminant de ces employées domestiques dans la production de l’ambiance feutrée des conjuntos cerrados2 au sein desquels elles exercent soit « por dias » (à la journée) soit comme « internas » (à demeure). Leur circulation incessante et néanmoins contrôlée au sein de ces espaces résidentiels sécurisés n’est pas sans interpeller l’anthropologue qui identifie dès ses premières observations une série de séparations des espaces et des corps, fondées sur des normes. Celles-ci, explique l’auteure, permettent de contenir les tabous et les secrets révélateurs d’écarts de conduite ou de transgressions au sein de ce système non dénué de stratégies d’apparentement entre employeurs et employées domestiques.

  • 3 Ce sont le plus souvent les mères des employées domestiques qui prennent en charge l’éducation des (...)
  • 4 L’auteure mobilise la notion d’« échange différé » telle qu’elle a été explicitée par Suzanne Lalle (...)

2L’ouvrage dévoile les ressorts implacables d’un système de dénégation de la vie de femme et de mère des employées domestiques à Bogotá. Si certaines d’entre elles parviennent à gagner une certaine forme de respectabilité au sein de la famille employeuse, reste que toutes font l’objet de formes diverses de « dépossession maternelle », remarquablement décrites par l’auteure. Il s’agit là du concept clé de cet ouvrage qui offre une belle réflexion sur la mise au travail des relations de filiation, d’ethnicité et de classe au sein d’un système de domination. À l’heure où l’analyse des domesticités et plus particulièrement les études de genre connaissent une certaine recrudescence en sociologie du travail, la focale de l’apparentement et de la racialisation ouvre des pistes intéressantes pour saisir les logiques et les contraintes dans lesquelles les « maternités transnationales » (p. 56) sont prises à une échelle globalisée. En particulier, la question de la circulation des enfants par placement au sein de la parentèle3, liée à la migration économique des femmes, fait l’objet d’une d’une attention particulière : l’auteure l’appréhende comme un véritable échange  qui autorise, paradoxalement, le maintien des liens de filiation : « l’enfant confié donne sa propre progéniture à sa mère biologique pour qu’elle l’élève »4 (p. 219).

  • 5 L’auteure pointe notamment l’émergence d’une catégorie appelée les « desplazados » (personnes dépla (...)

3Le premier chapitre revient sur les différentes traditions de recherches (latino-américaines et françaises essentiellement) sur l’emploi domestique, d’abord dominées par le marxisme (à parti des années 1970), avant de devenir un objet central des études féministes puis des études portant sur les relations interethniques. L’auteure expose ensuite le contexte colombien relatif au travail des enfants et au conflit armé5 pour restituer les particularités d’un secteur d’emploi qui a pu représenter pour certaines femmes ou certaines jeunes filles une opportunité d’émancipation ou de reconstruction, plus ou moins salutaire. La thématique centrale de l’ouvrage – le secret – est abordée à partir du second chapitre, qui détaille l’approche ethnographique mise en œuvre par la chercheuse. Ayant réalisé une partie de son étude dans le cadre de projets de recherche-action (dans un jardin d’enfants et au sein d’un programme de réinsertion sociale), Félicie Drouilleau-Gay est parvenue à démultiplier les voies d’accès à son terrain, tout en se heurtant à des résistances fortes de la part des employeurs. Elle poursuit dans le chapitre suivant par une contextualisation socio-économique de l’emploi domestique qui concerne 15% des femmes actives de Bogotá, en l’articulant à une problématisation des dynamiques de racialisation. Le quatrième chapitre décrit les différentes configurations conjugales des employées domestiques et rappelle qu’à Bogotá l’union libre reste la norme au sein des classes populaires et que les mères se retrouvent fréquemment cheffes de famille. La question de l’érotisation de la bonne au sein de la « casa de familia » (la maison de la famille employeuse) est abordée dans le chapitre cinq. Si des configurations d’agressions sexuelles exercées sur les employées domestiques sont fréquemment décrites, il est aussi question des rapports de séduction entre employées et employeurs et de la manière dont ces unions demeurent taboues au sein de la société colombienne. Les entretiens menés par la chercheuse dans les milieux aisés, et notamment dans les cercles universitaires de Bogotá, apportent de précieux éclairages sur l’ampleur de leur illégitimité sociale.

4L’enquête menée par Félicie Drouilleau-Gay est exclusivement composée d’extraits de son journal de bord ainsi que d’entretiens avec des employées et quelques employeurs, mais également avec des enfants qui ont grandi dans cet univers où l’employée domestique intègre sous certaines formes et avec certaines limites (parfois cruelles) l’espace de la famille employeuse. Il s’agit d’une insertion à sens unique, non dénuée d’une forme de domination « bienveillante », exercée notamment sur les enfants de l’employée. L’un des apports novateurs de cette enquête est précisément d’avoir finement analysé les enjeux de la relation employeurs-employées à partir des conflits d’intérêts affectifs et économiques (en termes de réussite) des enfants de ces dernières, lesquels ont parfois été amenés cohabiter avec la famille employeuse. C’est la notion de « dépossession maternelle » proposée et analysée par Félicie Drouilleau-Gay (chapitre 6) qui caractérise le vécu commun à toutes les employées domestiques qu’elle a rencontrées. L’ouvrage pointe enfin dans son dernier chapitre des logiques d’apparentement prenant la forme de parrainages qui rejouent des logiques de domination par l’intermédiaire d’une captation de l’affection des enfants des employées.

5Ainsi, cet ouvrage permet de mesurer à quel point les employées domestiques paient le prix fort de leur service auprès des classes moyennes aisées de Bogotá, par la privation de leur rôle parental, absorbé par le pouvoir financier et culturel des employeurs auquel les mères employées ne peuvent que difficilement opposer de résistance.

6L’outillage théorique est parfaitement maîtrisé et procède d’une montée en puissance dans l’analyse de la complexité des relations affectives et de travail entre ces employées domestiques et leurs patrons. Il est fait état de cas de figure très singuliers (des employées domestiques ayant elles-mêmes recours à de l’emploi domestique « por dias » au sein de leur propre maisonnée, des employées qui résistent face aux velléités de leurs employeurs et de leurs propres enfants à les déposséder de leur rôle de mère, des employées qui parviennent à gagner du terrain dans leur lutte pour une reconnaissance de leur place au sein de la famille employeuse, etc.) qui permettent de saisir les logiques de ce système à partir de ses failles : les tabous, les secrets et les résistances de ces femmes. La conclusion densifie le propos de l’auteure en réaffirmant des enjeux forts de ce type d’enquête sur les relations de genre au travail : « Peut-on être productive et reproductive ? […] Si la sphère productive modèle la sphère reproductive, l’inverse est également vrai » (p. 285). En effet, les formes d’endettement contracté par ces employées domestiques dès lors qu’elles ont bénéficié de soutien matériel ou financier pour éduquer leurs enfants – dans le cadre des processus d’apparentement – viennent prolonger et « totaliser » l’obligation de travail de ces femmes indéfiniment perçues comme « corvéables » par leurs anciens patrons.

7Enfin, si ce livre propose une nouvelle manière d’appréhender la construction des relations de parenté et pseudo-parenté, il aurait cependant mérité d’être étayé par une analyse plus poussée de l’évolution globale des pratiques conjugales et modèles familiaux (divorces, recompositions familiales…) incluant non seulement les situations des employées mais également celles des employeurs et employeuses. Le maintien de ce système d’emploi domestique dans l’espace socio-économique de Bogotá et de l’Amérique latine dans son ensemble invite à mettre en perspective le rôle qu’il exerce – encore aujourd’hui – dans la consolidation d’une typologie genrée des tâches domestiques, procédant d’un transfert de conventions entre femmes : les unes fixant des seuils d’exigence tandis que les autres s’échinent à les exécuter. L’intégration de l’analyse de ces relations entre femmes, restées dans l’angle mort de l’enquête, pourrait être une source d’information complémentaire sur ce que cette fonction d’employée domestique « engendre » en terme de re-façonnement des relations de parenté et « pseudo-parenté », mais également tout simplement en termes d’alliances et de dés-alliances.

Haut de page

Notes

1 Le terme est utilisé en Colombie comme ailleurs en Amérique latine pour désigner l’employée domestique, mais il signifie avant tout « jeune fille » ou « jeune femme », ce qui est une manière d’instaurer une relation de domination par une infantilisation permanente voire une mise sous tutelle de ces femmes. Ce paternalisme, souligne Félicie Drouilleau-Gay, n’est pas étranger des processus de racialisation et d’ethnicisation à l’œuvre pour les populations indigènes et accentue la domination des employeurs vis-à-vis de ces employées domestiques bien souvent issues des minorités ethniques de Colombie (p. 121).

2 Ensemble d’immeubles sécurisés.

3 Ce sont le plus souvent les mères des employées domestiques qui prennent en charge l’éducation des enfants de leurs filles employées domestiques, lesquelles n’ont que rarement l’occasion d’héberger leurs propres enfants chez leurs employeurs.

4 L’auteure mobilise la notion d’« échange différé » telle qu’elle a été explicitée par Suzanne Lallemand dans son ouvrage La circulation des enfants en société traditionnelle. Prêt, don échange, Paris, L’Harmattan, 1993. L’échange différé renvoie à la pratique selon laquelle les enfants qui ont été confiés dans la parentèle durant les périodes de travail de leur mère vont, une fois adultes, confier à leurs parents biologiques leurs propre progéniture de manière à consolider les relations de filiation. Félicie Drouilleau-Gay mentionne également les travaux de l’anthropologue Amandine Delord qui a travaillé plus spécifiquement sur le rôle de la grand-mère dans ces pratiques de placement des enfants en Colombie.

5 L’auteure pointe notamment l’émergence d’une catégorie appelée les « desplazados » (personnes déplacées) suite aux conflits armés qui ont jalonné l’histoire contemporaine de la Colombie. Nombre de femmes employées domestiques sont issues des zones ayant été touchées par ces conflits (voir p. 136 ainsi que p. 150 sqq.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlla Loiseau, « Félicie Drouilleau-Gay, Secrets de familles. Parenté et emploi domestique à Bogotá (Colombie, 1950-2010) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 05 mai 2020, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/40907

Haut de page

Rédacteur

Gaëlla Loiseau

Docteure en sociologie, UMR 6266 IDEES.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page