Navigation – Plan du site

Marc Leroy, Sociologie des finances publiques

Igor Martinache
Sociologie des finances publiques
Marc Leroy, Sociologie des finances publiques, La Découverte, coll. « Repères Sciences politiques - », 2007, 119 p., EAN : 9782707145529.
Haut de page

Texte intégral

1A l'énoncé du titre, l'ouvrage peut sembler à première vue aussi aride qu'un barbecue dans le désert du Sahara. Carburant indispensable de l'action publique, le « budget » apparaît bien souvent comme une pure formalité réservée à quelques initiés. Et pourtant, c'est précisément contre ce préjugé que Marc Leroy inscrit sa démarche. Professeur de sociologie à l'université de Reims, il s'efforce en effet de montrer en quoi, loin de se résumer à une question purement technique, les finances publiques constituent un enjeu central dans les sociétés démocratiques. Nombre de sociologues ne s'y sont d'ailleurs pas trompés et, conformément à la vocation de la collection de cet ouvrage, Marc Leroy propose donc un tour d'horizon des différents travaux portant sur cette question.

2Faisant mine, dans un premier temps, de considérer l'Etat comme un agent homogène, il s'intéresse à la question de savoir pourquoi celui-ci dépense. Cela le conduit ainsi à aborder les travaux d'un pionnier de la sociologie financière, pourtant peu étudié sur cet aspect de ses écrits : Tocqueville. Outre un essai de classification des postes budgétaires dans De la démocratie en Amérique (1835-40), celui-ci y également mis en évidence la tendance générale à la hausse des dépenses publiques, bien avant Wagner qui laissa son nom à cette « loi » économique. Leroy examine ensuite les déterminants exogènes de la dépense publique, et plus particulièrement l'influence des groupes d'intérêt, ainsi que celle des clivages partisans, non sans faire un détour par les thèses très libérales de l'école du « choix public ». Pour clore cette première partie, l'auteur aborde enfin la question du financement de l'Etat-providence. Sans pour autant nier sa crise, il rappelle, travaux à l'appui, que, contrairement à ce que suggère une vulgate très répandue, celui-ci n'est pas condamné par la mondialisation. Au contraire, son rôle en ressort renforcé, bien que transformé.

3En matière de mutations, Leroy traite ensuite celles qui ont précisément cours au sein de la décision budgétaire. Celle-ci est ainsi désormais éclatée entre les différents acteurs étatiques, mais aussi les institutions des finances sociales, locales et communautaires. Plusieurs processus se conjuguent ainsi pour remodeler le visage de la décision budgétaire : construction communautaire européenne, décentralisation et privatisation. Plus particulièrement, ces dernières années ont été marquées par l'essor de la contractualisation, notamment entre partenaires publics et privés, ce qui rompt radicalement avec la conception d'un budget public autonome et monolithique. Leroy passe ensuite en revue les théories afférentes à la décision budgétaire, comme celles du cycle politique ou de l'incrémentalisme, avant de détailler le rôle des différents acteurs financiers.

4Dans un troisième moment, l'auteur aborde la question de la régulation financière de l'action publique, c'est-à-dire la « mise en compatibilité des enjeux et des priorités des acteurs et [la] dérivation des principes formels vers des règles opératoires d'action publique ». Partant de l'exemple de la région Rhônes-Alpes, il montre notamment le décalage entre les lignes d'action affichées et la réalité plus complexe des modalités de financement. Enfin, en analysant le fonctionnement des différents budgets communautaires, il montre comment ceux-ci sont l'objet de véritables « marchandages financiers ».

5Intitulé « la démocratie financière », le dernier chapitre traite enfin des enjeux liés aux choix financiers. Leroy avance ainsi l'importance cruciale d'un débat public à ce sujet, qui rend lui-même indispensable une information financière substantielle. Il évoque ainsi l'approche cognitive des attentes du citoyen, courant de travaux qui montrent notamment que les citoyens peuvent faire preuve d'« altruisme » en matière de financement de services publics, à condition cependant que les enjeux leur soient clairement exposés. Or, la tendance actuelle voit progresser un « référentiel de marché », qui fait notamment de l'action publique une activité gestionnaire, qui fait la part belle aux seuls indicateurs de performance économique. La « LOLF » adoptée récemment en France en constitue un bon exemple. La sociologie des finances publiques révèle ainsi certains enjeux de l'action publique que tendent à obscurcir la complexité des circuits budgétaires. Et le premier d'entre eux, conclut Leroy, est sans nul doute que la « performance gestionnaire des finances publiques [...] ne saurait se passer d'une boussole sociale équitable ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Marc Leroy, Sociologie des finances publiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 02 mai 2007, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/410

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page