Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020François Dosse, Pierre Vidal-Naqu...

François Dosse, Pierre Vidal-Naquet. Une vie

François-René Julliard
Pierre Vidal-Naquet
François Dosse, Pierre Vidal-Naquet. Une vie, Paris, La Découverte, 2020, 660 p., ISBN : 9782707194213.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. François Dosse, Le pari biographique. Écrire une vie, Paris, La Découverte, 2005 ; compte rendu (...)

1L’ample biographie publiée par François Dosse retrace la vie de Pierre Vidal-Naquet (1930-2006), historien aux multiples casquettes et grande figure intellectuelle de la seconde moitié du XXe siècle en France. L’auteur de l’ouvrage, théoricien et praticien aguerri de ce genre historique1, y structure sa réflexion autour de cinq parties.

  • 2 Cf. Pierre Vidal-Naquet, Mémoires. Tome 1 : la brisure et l’attente (1930-1955), Paris, Seuil, 1995

2La première est consacrée à la jeunesse de celui que ses amis appelaient Vidal. Durant la guerre, son père Lucien entre dans la Résistance. Puis son épouse Margot et lui sont arrêtés à Marseille en mai 1944 et déportés à Auschwitz. Issu d’une illustre famille juive assimilée, intellectuelle et bourgeoise, le jeune Pierre manifeste très tôt des aptitudes intellectuelles peu communes, et le destin tragique de ses parents éclaire son intérêt jamais démenti pour les événements de son siècle. Avec le suicide à vingt ans de son petit frère Claude, leur disparition constitue la brisure secrète de la vie de Pierre Vidal-Naquet2. Et cette histoire familiale n’est pas étrangère à son orientation vers l’histoire antique : selon ses propres dires, préférer une période éloignée lui a permis une mise à distance émotionnelle plus aisée que s’il avait opté pour la période contemporaine.

  • 3 Publié en 1958 et réédité en 1989 aux éditions de Minuit sous le titre L’affaire Audin (1957-1978).
  • 4 Voir Pierre Vidal-Naquet, L’affaire Audin (1957-1978), Paris, Minuit, 1989 [1958].
  • 5 Voir Pierre Vidal-Naquet, La raison d’État. Textes publiés par le comité Maurice Audin, Paris, La D (...)
  • 6 Voir Pierre Vidal-Naquet, La torture dans la république. Essai d’histoire et de politique contempor (...)

3Après l’agrégation d’histoire, sa carrière est cependant mise entre parenthèses par la guerre d’indépendance algérienne, qui fait l’objet de la seconde section du livre. Interpellé sur l’arrestation et la disparition du jeune mathématicien anticolonialiste Maurice Audin à Alger, il participe aux activités du comité Audin à partir de 1957. En découle son premier livre3, qui démontre que contrairement à la version officielle de l’armée française, Audin ne s’est pas évadé du centre d’El-Biar où il était détenu. Il est mort de la main des militaires après avoir été torturé. Devenu la plume du comité, Vidal-Naquet multiplie ainsi ses efforts pour dénoncer la torture en Algérie. Cet engagement sera le premier d’une longue série, et se double d’une production savante : à travers des ouvrages comme L’Affaire Audin4, La Raison d’État5, et quelques années plus tard La Torture dans la République6, Vidal-Naquet fait œuvre d’historien du temps présent.

  • 7 Cf. Pierre Vidal-Naquet, La démocratie grecque vue d’ailleurs. Essais d’historiographie ancienne et (...)
  • 8 Pierre Vidal-Naquet, Le chasseur noir. Formes de pensée et formes de société dans le monde grec, Pa (...)

4La troisième partie de l’ouvrage cible sa contribution scientifique à l’histoire de la Grèce. Cet itinéraire savant est marqué par une rencontre décisive avec Jean-Pierre Vernant, ami indéfectible et complice intellectuel. En marge de la Sorbonne, qui domine les études classiques, ils contribuent au rayonnement du centre Louis Gernet (EHESS), qui devient un haut lieu hétérodoxe de la recherche en histoire ancienne. Parmi les influences de Vidal-Naquet, on compte Lévi-Strauss, Dumézil et Vernant, de même qu’Arnaldo Momigliano, qui a inspiré ses recherches historiographiques7. L’ouvrage Le Chasseur noir8, qu’il considérait comme regroupant ses principales contributions au renouvellement du champ, est en ce sens très imprégné du structuralisme. Et Dosse salue également en conclusion Vidal-Naquet d’avoir introduit la question historiographique en France.

  • 9 Cf. Richard Marienstras, Être un peuple en diaspora, Paris, Maspero, 1975.
  • 10 Pierre Vidal-Naquet, « Du bon usage de la trahison », in Flavius Josèphe, La guerre des Juifs, Pari (...)
  • 11 Republié dans Les Assassins de la mémoire, Paris, La Découverte, 1987.

5Vient ensuite la question de la judéité, en quatrième partie. Pour Vidal-Naquet, la guerre des Six Jours (5-10 juin 1967) constitue une rupture et une occasion d’approfondir la conscience de son identité juive. Comme son ami Richard Marienstras, il revendiquera toujours une identité diasporique9, mais dans une optique distincte de celle du sionisme. Une fois passée la peur d’une destruction d’Israël par les nations arabes coalisées en 1967, il se fait très critique envers la politique israélienne, notamment la colonisation des territoires palestiniens. Comme cela avait été le cas pendant la guerre d’indépendance algérienne, les préoccupations du citoyen trouvent un prolongement sous la plume du savant. Elles lui permettent de traverser les frontières académiques de la connaissance historique : à partir d’une longue préface à La Guerre des Juifs de Flavius Josèphe10, le spécialiste de la Grèce fait ainsi une incursion durable dans l’histoire du judaïsme antique. Puis le présent le rattrape vite : la montée du négationnisme autour de Robert Faurisson, son ancien camarade de la khâgne d’Henri IV, le pousse à rédiger en 1980 le célèbre article « Un Eichmann de papier »11. Il y démonte l’argumentaire fallacieux des « faussaires de l’histoire » (Robert Badinter) et définit l’attitude à adopter selon lui : ne pas dialoguer avec eux, mais les réfuter scientifiquement.

  • 12 Voir Pierre Vidal-Naquet, Le trait empoisonné. Réflexions sur l’affaire Jean Moulin, Paris, La Déco (...)
  • 13 Qu’il a lui-même théorisé (cf. Pierre Vidal-Naquet, « Une fidélité têtue. La résistance française à (...)
  • 14 Pierre Vidal-Naquet, « Luc Tangorre et notre erreur », Le Monde, 15 février 1992.

6Intitulée « L’engagement dans la cité », la dernière partie est plus hétérogène. Elle aborde son activité de directeur de collections, sa vie familiale parfois orageuse, son influence universitaire, ou encore les causes qu’il défendit. Adhérant au Comité Vietnam national (CVN) contre l’intervention américaine au Vietnam, il cofonde aussi le Groupe d’information sur les prisons (GIP) avec Michel Foucault et Jean-Marie Domenach, et défend la mémoire de Jean Moulin lorsque Thierry Wolton le présente à tort comme un agent soviétique12. Mais cet interventionnisme tous azimuts et le modèle dreyfusard13 qui le sous-tend n’excluent pas le risque de se tromper, comme lorsqu’il défendit l’innocence du violeur Luc Tangorre, qu’il supposait à tort victime d’erreur judiciaire. Il reconnut alors son erreur avec honnêteté dans Le Monde14. À la fin de son ouvrage, François Dosse souligne que Pierre Vidal-Naquet a incarné une certaine manière de faire de l’histoire et de s’engager, guidé par le souci de la vérité. Non pas une vérité métaphysique en laquelle il ne croyait pas, mais plutôt des vérités positives arrachées à l’incertitude par l’enquête et la méthode historique. À l’encontre d’une approche narrativiste en vogue à partir des années 1970, selon laquelle l’histoire est d’abord une rhétorique et un art du récit, il est demeuré fidèle à la définition de Leopold van Ranke, pour qui l’histoire doit dire ce qui s’est réellement passé.

  • 15 Pierre Vidal-Naquet, Mémoires. Tome 1 : la brisure et l’attente (1930-1955), op. cit. ; et Pierre V (...)
  • 16 Citons par exemple Arnaldo Momigliano, Sagesses barbares. Les limites de l’hellénisation, Paris, Ma (...)

7La biographie de François Dosse surmonte de façon convaincante un obstacle important : comment rédiger la vie d’un intellectuel qui a beaucoup écrit sur lui-même, à commencer par ses mémoires en deux tomes15 ? L’auteur ne pouvait guère faire autrement que de répéter parfois ce que ces écrits disent déjà, notamment dans la première partie. Mais la vraie plus-value de ce travail réside dans le recours extensif à deux types de sources : les riches archives personnelles de Pierre Vidal-Naquet conservées à l’EHESS, et une centaine d’entretiens menés avec sa famille, ses amis, ses collègues… Ceci permet à l’ouvrage d’atteindre un niveau de détail remarquable. Certains passages sont particulièrement riches de nouveautés, notamment concernant le fonctionnement du centre Louis Gernet et les relations chaleureuses ou conflictuelles (avec Marcel Detienne, Nicole Loraux ou Luc Brisson) qui s’y nouent. On comprend aussi très clairement que Vidal-Naquet, qui n’avait pas l’allure d’un mandarin, exerça un pouvoir universitaire bien réel via ses nombreux disciples, les soutenances de thèse auxquelles il participait, ses plaidoyers souvent victorieux pour l’élection des uns ou des autres à l’EHESS, et ses collections chez Maspero et aux Belles Lettres, dans lesquelles il a pu éditer de nombreux travaux de ses anciens étudiants ou familiariser le public français avec Momigliano et Finley16. Les nombreuses citations extraites de sa correspondance offrent le spectacle des brouilles parfois définitives ou des réconciliations, et des amitiés qui résistent à l’épreuve du temps. Elles nous éclairent plus largement sur un vaste réseau intellectuel qui se fait et se défait au rythme des luttes et des controverses. Au total, le livre de François Dosse ne saurait bien sûr se substituer aux écrits de Vidal-Naquet, mais il permet incontestablement d’approfondir et de préciser l’image que l’on se fait de cet historien et de son époque.

Haut de page

Notes

1 Cf. François Dosse, Le pari biographique. Écrire une vie, Paris, La Découverte, 2005 ; compte rendu de Frédérique Giraud pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/1258.

2 Cf. Pierre Vidal-Naquet, Mémoires. Tome 1 : la brisure et l’attente (1930-1955), Paris, Seuil, 1995.

3 Publié en 1958 et réédité en 1989 aux éditions de Minuit sous le titre L’affaire Audin (1957-1978).

4 Voir Pierre Vidal-Naquet, L’affaire Audin (1957-1978), Paris, Minuit, 1989 [1958].

5 Voir Pierre Vidal-Naquet, La raison d’État. Textes publiés par le comité Maurice Audin, Paris, La Découverte, 2002 [1962].

6 Voir Pierre Vidal-Naquet, La torture dans la république. Essai d’histoire et de politique contemporaine (1954-1962), Paris, Minuit, 1972 [1963].

7 Cf. Pierre Vidal-Naquet, La démocratie grecque vue d’ailleurs. Essais d’historiographie ancienne et moderne, Paris, Flammarion, 1990 ; et Pierre Vidal-Naquet, Les Grecs, les historiens, la démocratie. Le grand écart, Paris, La Découverte, 2000.

8 Pierre Vidal-Naquet, Le chasseur noir. Formes de pensée et formes de société dans le monde grec, Paris, Maspero, 1981.

9 Cf. Richard Marienstras, Être un peuple en diaspora, Paris, Maspero, 1975.

10 Pierre Vidal-Naquet, « Du bon usage de la trahison », in Flavius Josèphe, La guerre des Juifs, Paris, Minuit, 1977.

11 Republié dans Les Assassins de la mémoire, Paris, La Découverte, 1987.

12 Voir Pierre Vidal-Naquet, Le trait empoisonné. Réflexions sur l’affaire Jean Moulin, Paris, La Découverte, 1993. Il y réfute les thèses de Thierry Wolton, Le grand recrutement, Paris, Grasset, 1993.

13 Qu’il a lui-même théorisé (cf. Pierre Vidal-Naquet, « Une fidélité têtue. La résistance française à la guerre d’Algérie », Vingtième siècle, n° 10, 1986, p. 3-18).

14 Pierre Vidal-Naquet, « Luc Tangorre et notre erreur », Le Monde, 15 février 1992.

15 Pierre Vidal-Naquet, Mémoires. Tome 1 : la brisure et l’attente (1930-1955), op. cit. ; et Pierre Vidal-Naquet, Mémoires. Tome 2 : le trouble et la lumière (1955-1998), Paris, Seuil, 1998.

16 Citons par exemple Arnaldo Momigliano, Sagesses barbares. Les limites de l’hellénisation, Paris, Maspero, 1979 ; ou encore Moses Finley, Le monde d’Ulysse, Paris, Maspero, 1969.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-René Julliard, « François Dosse, Pierre Vidal-Naquet. Une vie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 mai 2020, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41032 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.41032

Haut de page

Rédacteur

François-René Julliard

Ancien élève de l’École normale supérieure de Lyon, doctorant en histoire à l’université Clermont-Auvergne (CHEC) et à l’université Paris Nanterre (CREA).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search