Navegación – Mapa del sitio

InicioLeerLes comptes rendus2020Nadia Lamamra, Ellen Hertz, Franç...

Nadia Lamamra, Ellen Hertz, Françoise Messant, Patricia Roux (dir.), « Le physique de l’emploi », Nouvelles questions féministes, vol. 38, n° 2, 2019

Sebastián Pizarro Erazo
Le physique de l'emploi
Nadia Lamamra, Ellen Hertz, Françoise Messant, Patricia Roux (dir.), « Le physique de l'emploi », Nouvelles questions féministes, vol. 38, n° 2, 2019, 184 p., Lausanne, Antipodes, ISBN : 9782889011674.
Inicio de página

Texto completo

1En s’interrogeant sur la production des corps par les systèmes de genre et de classe dans le cadre du travail salarié, ce numéro des Nouvelles questions féministes éclaircit les mécanismes à travers lesquels les salarié·e·s vont acquérir « le physique de l’emploi » (p. 8). Ce dossier tente d’appréhender la reproduction des inégalités de sexe sur le marché du travail, en l’envisageant comme issue de la construction des corps. Ainsi, il s’inscrit dans le sillage des études féministes qui abordent le travail salarié, mais aussi le travail non rémunéré (domestique, bénévole), comme un « espace de production des rapports hiérarchiques entre les sexes » (p. 7).

2D’emblée, Nadia Lamamra, Ellen Hertz, Françoise Messant et Patricia Roux identifient quatre « logiques de différenciation » (p. 10) sur la base des différentes contributions. Primo, le travail de l’apparence professionnelle à effectuer en amont afin de conformer les corps aux exigences de l’entreprise se révèle davantage pénalisant pour les femmes que pour les hommes en termes économiques (frais des produits esthétiques, vêtements spécifiques, soins de beauté) et temporels. Secundo, il y aurait une reconnaissance asymétrique des normes de masculinité et de féminité sur le plan des qualifications professionnelles : tandis que les pénibilités et efforts connus par les corps masculins dans le cadre du travail salarié basculent dans le domaine des « qualifications », ceux éprouvés par les femmes demeurent dans celui des « qualités innées » (p. 12). Tertio, l’ajustement entre les corps de genre et les corps de classe : alors que les attributs du masculin sont mobilisés par les hommes pour compenser la distance de classe ou bien comme un savoir-être « classé » qui se conforme aux exigences du métier, les femmes peinent à gagner une place plus favorable dans la hiérarchie des professions en raison de celle qu’elles occupent dans les rapports sociaux de sexe. Quarto, la reconfiguration des métiers adossée à l’« idéologie de la mixité » qui se traduit par la « recomposition de la division sexuelle du travail » (p. 13) : hommes et femmes sont toujours affecté·e·s à des tâches, fonctions et positions dans l’organisation professionnelle qui sont différenciées et hiérarchisées.

  • 1 Les employées effectuent en effet un « travail gratuit de consommatrice » (p. 26) : elles doivent n (...)

3Dans une perspective féministe matérialiste, Marie Mathieu, employée en tant qu’hôtesse de table dans une chaîne française de restauration, aborde le « travail esthétique, gratuit et invisible » (p. 16) que les employé·e·s doivent effectuer pour ajuster leurs corps aux attendus de l’établissement. D’emblée, un livret d’accueil dans lequel on énonce « les prérogatives vestimentaires et corporelles » est mis à disposition des salarié·e·s. En s’adressant avant tout aux femmes, ce document fixe les lignes de l’apparence des salarié·e·s (maquillage, coiffure, vêtements et accessoires à porter). Or, ces exigences sont à nuancer en fonction de la catégorie de sexe et de la position occupée par les employé·e·s dans l’organigramme. L’apparence est en effet un élément d’identification des groupes sociaux dans l’établissement. Pour les femmes, cet aspect découle d’un travail esthétique important, sous-payé et chronophage, qui intègre leurs journées de travail (habillage et déshabillage) et de hors-travail (entretien des vêtements et des corps, travail de consommation1). Au sein de l’établissement les hôtesses de table sont dès lors soumises à des pénibilités du travail particulières (exposition du corps au regard masculin, allergies aux produits de beauté, blessures aux pieds, sensation de froid) qui impliquent des dépenses additionnelles pour réparer leurs corps (pansements) et se procurer du confort au travail (chaussures adaptées).

  • 2 Les hommes emploient également ces « bonnes manières » par stratégie, auprès des clientes manifeste (...)

4Dans la même lignée, Amélie Beaumont interroge les stratégies déployées par les employés dans la loge d’un hôtel de luxe à Paris afin de défendre leur position dans un métier « féminisé et dévalué » (p. 35) et en interaction avec les classes supérieures. À cet effet, l’auteure montre les rapports variables que les professionnels de l’hôtel de sexe masculin entretiennent avec les membres de la « classe des femmes ». Avec celles appartenant à la clientèle, ils s’adonnent à la pratique des « bonnes (masculines) manières » (p. 39), d’autant plus quand elles ne sont pas accompagnées par des hommes2. Or, dans leurs interactions avec les femmes du personnel, ils tentent de maintenir ces dernières à leur place : en même temps qu’ils font des plaisanteries sexuelles pour les rendre mal à l’aise, ils jouent un rôle actif autant dans la définition du contenu de leur travail que dans la délimitation des tâches qu’elles peuvent effectuer (interdiction de déplacer les bagages alors que c’est prévu dans la fiche de poste). Dans ce contexte interactionnel, l’appropriation par les hommes de leur apparence professionnelle est un moyen pour eux de se distinguer au travail et, plus largement, dans la société. À l’instar de Marie Mathieu, l’auteure montre que la construction de leur identité de genre et de classe dans leur métier va s’appuyer sur un travail esthétique et gratuit qui visera, en particulier, deux objectifs : se tenir propre et bien habillé tout en se distinguant à la fois des codes féminins et des hommes des classes populaires.

5Isabelle Zinn analyse, quant à elle, la place des hommes et des femmes dans le secteur de la boucherie en Suisse. L’auteure démontre la façon dont la réforme du cursus de formation de boucher (2008) favorise la recomposition de la division sexuelle du travail à l’intérieur du métier. En effet, il est prévu dès 2008 quatre sous-spécialisations (« production », « transformation », « transformation industrielle » et « commercialisation »), avec pour objectif de revaloriser la profession, contre l’image négative dont elle serait porteuse (mise à mort des animaux). L’objectif est ainsi de favoriser l’attractivité du métier et de garantir la relève, notamment par le biais du recrutement d’apprenties. Une conséquence de cette réforme est que les femmes se voient confier des tâches liées à la commercialisation de la viande et non à celles en rapport avec la représentation du « bon boucher » (abattage, dépeçage). Elles peinent, ainsi, à devenir des « “vraies” bouchères » (p. 59) tant elles sont très souvent privées d’exécuter, comme le montre Amélie Beaumont, les tâches vues comme « masculines » et qui font le « cœur du métier ». Cela se traduit par une division sexuelle, spatiale (alors que les tâches en lien avec l’abatage ont lieu au laboratoire, celles en rapport avec la vente se déroulent dans le magasin) et symbolique (la « saleté » de l’espace des « vrais bouchers » s’oppose à la « propreté » de celui des femmes) du travail.

6À partir d’une enquête menée auprès des jeunes issus des milieux populaires préparant un CAP par apprentissage dans les métiers de l’automobile et de la coiffure, Sophie Denave et Fanny Renard questionnent, enfin, les logiques de classe et de genre qui façonnent les « corps par le travail » (p. 69). Malgré les différences entre ces deux métiers, les jeunes apprenti·e·s sont exposé·e·s à des pénibilités communes (troubles musculo-squelettiques, postures et mouvements répétés, exposition à des produits nuisibles à la santé) qui, par ailleurs, sous-tendent à la définition de « corps endurants » (p. 73). Mais cette production de classe des corps des jeunes s’accompagne aussi de leur soumission aux normes de genre. Les pénibilités du métier de l’automobile, ainsi que les transformations qu’elles produisent sur les corps des hommes (développement de musculature), se doublent de pratiques quotidiennes (l’entretien et la récupération corporelles passent avant le travail domestique qui, lui, revient aux couples) qui situent les jeunes apprentis dans la norme de la « masculinité virile populaire » (p. 76). Pour sa part, la période d’apprentissage dans le métier de la coiffure se caractérise par la vigilance des corps des apprenti·e·s. Tandis que les hommes sont contraints de mettre à distance une apparence relevant d’une « masculinité virile ou sportive » (p. 80), la hiérarchie détermine les lignes de l’apparence professionnelle des femmes (adossée aux codes de féminité des classes sociales intermédiaires) et, ainsi, du travail esthétique à effectuer en amont.

7Finalement ce numéro rend compte de la façon dont l’acquisition du « physique de l’emploi » s’inscrit dans des rapports sociaux de sexe et de classe. En découlent des logiques de différenciation qui servent de base à la définition d’expériences inégalitaires entre les sexes sur le marché du travail : affectation et usages genrés du travail gratuit et invisible, dont esthétique, qui, par ses coûts et les exigences qui l’accompagnent, pénalisent avant tout les femmes ; accès privilégié pour les hommes aux dimensions socialement les plus valorisées des métiers ; configurations genrées des pénibilités au travail. À rebours d’une croyance répandue sur le caractère « émancipateur » du salariat féminin, ce dossier contribue à l’appréhender aussi comme un espace de (re)production des rapports inégalitaires entre les sexes qui façonnent différemment le vécu des femmes et des hommes autant au niveau du marché du travail que dans d’autres sphères de la vie sociale, dont la sphère domestique.

Inicio de página

Notas

1 Les employées effectuent en effet un « travail gratuit de consommatrice » (p. 26) : elles doivent notamment se fournir en produits cosmétiques, et fournir un travail de comparaison des prix et de la qualité des produits, pour se conformer à la tenue exigée par leur employeur.

2 Les hommes emploient également ces « bonnes manières » par stratégie, auprès des clientes manifestement aisées, dans l’optique de récolter des pourboires conséquents.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Sebastián Pizarro Erazo, « Nadia Lamamra, Ellen Hertz, Françoise Messant, Patricia Roux (dir.), « Le physique de l’emploi », Nouvelles questions féministes, vol. 38, n° 2, 2019 », Lectures [En línea], Reseñas, Publicado el 11 mayo 2020, consultado el 27 noviembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41041 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.41041

Inicio de página

Redactor

Sebastián Pizarro Erazo

Doctorant en sociologie au LISE (Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique), UMR 3320 CNRS CNAM.

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search