Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Hugo Harari-Kermadec, Le classeme...

Hugo Harari-Kermadec, Le classement de Shanghai. L’université marchandisée

Jean Bernatchez
Le classement de Shanghai
Hugo Harari-Kermadec, Le classement de Shanghai. L'université marchandisée, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « L'économie encastrée », 2019, 162 p., ISBN : 9782356876805.
Haut de page

Texte intégral

1Malgré son titre, l’ouvrage ne cherche pas à présenter le classement de Shanghai. Ce classement est plutôt un exemple appuyant la thèse soutenue par l’auteur du livre : la généralisation de l’évaluation quantitative par la nouvelle gestion publique transforme l’université de manière qualitative. Ainsi, « la marchandisation de l’université, ce n’est pas nécessairement la privatisation des établissements […], c’est avant tout une transformation du travail à l’université en travail producteur de valeur » (p. 7). Le classement de Shanghai existe depuis 2003. Il a alors comme objectif de comparer les universités chinoises avec leurs homologues ailleurs dans le monde. À compter de 2005 toutefois, ce classement devient graduellement une référence mondiale, malgré les biais idéologiques qui sous-tendent le choix de ses indicateurs et ses faiblesses méthodologiques. Sa popularité s’explique par l’essor du phénomène de globalisation qui contribue au déploiement d’un marché mondial de l’enseignement supérieur, favorisant la montée en puissance d’une concurrence entre les universités. Les auteurs du classement de Shanghai hiérarchisent les universités et contribuent ainsi à légitimer et à encourager cette concurrence mondiale. L’ouvrage compte trois parties, chacune déclinée en trois chapitres.

  • 1 Gary S. Becker, « Investment in Human Capital: A Theoretical Analysis », The Journal of Political E (...)

2La première partie de l’ouvrage, « L’Université mise en nombre », s’intéresse aux classements de type Shanghai (chapitre 1), aux principes et aux modalités d’évaluation induites par la nouvelle gestion publique (chapitre 2) et aux frais d’inscription exigés par les universités (chapitre 3). Les classements sont légion à tous les niveaux des systèmes d’éducation. Un classement comme celui de Shanghai présente par contre un intérêt particulier : il traduit « une volonté réformatrice du secteur, que ces classements peuvent participer à légitimer » et « le développement d’un marché de l’enseignement supérieur, qui a besoin de repères pour proposer une offre lisible » (p. 15). Sous l’impulsion de l’OCDE, une science de l’évaluation quantitative de l’éducation et de la recherche se développe, dans la perspective de mettre en œuvre dans l’enseignement supérieur des politiques d’inspiration néolibérale. Plus généralement, la nouvelle gestion publique remplace graduellement le mode bureaucratique traditionnel d’administration publique. Elle se déploie notamment grâce à la gestion axée sur les résultats où sont utilisés une multitude d’indicateurs pour évaluer la performance des organisations. Divers instruments législatifs et réglementaires sont mobilisés pour rendre cela opératoire, par exemple, en France, la loi organique relative aux lois de finances (LOLF) de 2001. Il est alors question de gouvernance par les nombres. « Cette pratique de gouvernance par l’évaluation quantitative permet de faire fonctionner l’ambivalence de la mise en nombre […] pour présenter des décisions politiques comme de banales mises en œuvre techniques » (p. 32). Pour les universités, figurer en bonne position dans les classements devient un argument de communication, mais aussi un impératif pour s’assurer un meilleur financement. La théorie du capital humain proposée par Gary S. Becker1 participe à la quantification. Elle suppose des individus-étudiants motivés par l’option la plus rentable sur le marché de l’enseignement supérieur, grâce à laquelle ils pourront développer leurs compétences et s’assurer d’une place avantageuse sur le marché concurrentiel de l’emploi. Un produit éducatif de qualité et reconnu comme tel grâce aux classements peut être vendu plus cher que les autres, ce qui justifie la hausse des frais d’inscription dans les universités : « fixer des frais plus bas que les concurrents serait perçu comme le signe d’une moindre qualité » (p. 51).

3La deuxième partie de l’ouvrage, « La force des chiffres », propose l’analyse des effets de la quantification : les nombres confèrent une autorité à la seule dimension économique de l’université (chapitre 4) ; la mise en nombre produit un effet d’abstraction (chapitre 5) et il s’agit de mettre un prix sur les activités universitaires (chapitre 6). La quantification est à la fois un acte politique et un acte technique : « elle suppose un double pouvoir, celui de définir la réalité sociale sous une forme adéquate à la mesure et celui de mettre en œuvre cette mesure » (p. 59). La quantification participe à la simplification qui, elle, produit une forme d’autorité : « une information simple et chiffrée apparaît plus ferme et assurée qu’un développement nuancé » (p. 62). Rapidement et inconsciemment, l’indicateur devient l’objectif à atteindre. Ce faisant, « la quantification redéfinit l’activité universitaire en favorisant ce qui apparaît dans la mesure (en y contribuant positivement) et en niant ce qui n’apparaît pas, suivant la formule classique ce qui ne se mesure pas n’existe pas » (p. 72). L’abstraction est un autre effet de la quantification : pour évaluer, il faut catégoriser et préciser ce qui entre ou non dans une catégorie. Se positionner par rapport à la moyenne n’est plus l’effet recherché ; il faut plutôt atteindre un idéal abstrait représenté par la première position d’un benchmark. Cette logique de performance pousse à « une fuite en avant, une croissance et une révolution permanente des établissements en quête d’une excellence hors de portée » (p. 82-83). Une bonne université se démarque alors sur le plan de l’excellence scientifique, laissant en plan les finalités de réussite pour tous et de formation tout au long de la vie. La quantification est aussi articulée à la perte d’autonomie des professeurs et à la subordination de l’université à la nouvelle gestion publique porteuse d’une rationalité économique plutôt que scientifique : « pour que le travail académique soit du travail social général, il doit être organisé en vue de produire de la valeur » (p. 94).

  • 2 Karl Marx, Le Capital, Presses universitaires de France, Édition populaire, 1970 [1875], disponible (...)

4Dans la troisième partie du livre, « Les bons comptes font les bons capitalistes », la forte autonomie historique de l’université est mise en perspective (chapitre 7), mais celle-ci est remise en question par la dynamique néolibérale (chapitre 8) : l’accumulation de la valeur devient la source de la légitimité (chapitre 9). Afin de saisir l’aspect idéologique de la transformation néolibérale de l’université, l’auteur recourt au concept de fétichisme de Karl Marx2, « une représentation à mi-chemin entre la description réaliste et l’affabulation » (p. 101). « Le fétichisme de la marchandise s’impose sur le fétichisme de la raison par un double mouvement de désenchantement (de la raison) et de ré-enchantement (de la marchandise) » (p. 105). La nouvelle gestion publique impose les valeurs de performance, de compétitivité et d’efficience qui sont en contradiction avec les valeurs traditionnelles de l’université des Lumières. Ce mode de gestion produit une nouvelle forme d’aliénation avec les caractéristiques du travail à la chaîne et de la taylorisation des activités universitaires. La reddition de comptes et la subordination de l’université aux contribuables et au marché sont inscrites dans cette dynamique. D’autres organismes que l’État contribuent au financement des universités, essentiellement selon des mécanismes marchands et semi-marchands. S’ensuit une spirale inflationniste : « plus l’entreprise universitaire est richement dotée, plus elle est en mesure de s’acheter des stars de la recherche qui feront augmenter la cote de l’université, et plus il sera facile d’élever les frais d’inscription » (p. 132).

5L’ouvrage saura intéresser non seulement les personnes concernées et préoccupées par l’évolution de l’université, mais aussi celles qui souhaitent mieux comprendre les logiques spécifiques à l’œuvre dans le contexte de la globalisation néolibérale. Le livre est bien écrit, avec un vocabulaire et dans une langue accessibles. Il propose une analyse intéressante, mais aussi une synthèse éclairante. L’auteur ne fait pas mystère de ses convictions politiques. Sa posture est conforme aux principes qui guident les Économistes Atterrés dont il se réclame : c’est une association créée en 2011 afin de développer une action qui « consiste à impulser la réflexion collective et l’expression publique des économistes qui ne se résignent pas à la domination de l’orthodoxie néo-libérale »3. Cependant, sa critique radicale repose sur des arguments et sur un corpus d’écrits scientifiques rigoureux. En conclusion, il amène plusieurs propositions constructives, à contre-courant de la quantification néolibérale, mais néanmoins pragmatiques et raisonnées. D’abord, il faut « refuser les classements pour privilégier les mesures répétées et cohérentes permettant un suivi de la mise en œuvre des politiques d’enseignement supérieur et de recherche plutôt qu’une mise en concurrence » (p. 144). Un indicateur d’équité de l’enseignement supérieur peut être utilisé, lequel « s’inscrirait dans une optique d’État-providence compatible avec les valeurs universitaires : égalité, homogénéité et régularité pour les usagers, continuité sur le territoire, mais aussi coopération et complémentarité plutôt que compétition entre les universitaires et entre les établissements » (p. 145). Plusieurs indicateurs partiels sont plus utiles à la délibération collective qu’une mesure synthétique unique, conditionnée par la seule dimension économique. L’engagement des acteurs de l’enseignement supérieur est nécessaire pour fonder les bases d’une solution de remplacement au modèle néolibéral.

Haut de page

Notes

1 Gary S. Becker, « Investment in Human Capital: A Theoretical Analysis », The Journal of Political Economy, vol. 70, n° 4, 1962, p. 9-49, disponible en ligne : https://www.journals.uchicago.edu/doi/abs/10.1086/258724?journalCode=jpe.

2 Karl Marx, Le Capital, Presses universitaires de France, Édition populaire, 1970 [1875], disponible en ligne : http://classiques.uqac.ca/classiques/Marx_karl/capital_borchardt/capital_borchardt.html.

3 Voir la présentation de l’association des Économistes Atterrés : http://www.atterres.org/page/association.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bernatchez, « Hugo Harari-Kermadec, Le classement de Shanghai. L’université marchandisée », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 12 mai 2020, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41051 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.41051

Haut de page

Rédacteur

Jean Bernatchez

Professeur en administration et politique scolaires, Université du Québec à Rimouski (Canada), Groupe de recherche Apprentissage et socialisation.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search