Navigation – Plan du site

Georges Lamoine, Abrégé de l’histoire des idées en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle

John-Erik Hansson
Abrégé de l'histoire des idées en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle
Georges Lamoine, Abrégé de l'histoire des idées en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle, Grenoble, UGA Editions, 2019, 208 p., ISBN : 978-2-37747-077-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 De la Glorieuse Révolution qui porte Guillaume III et Marie II au trône d’Angleterre jusqu’à la fin (...)
  • 2 Il y a par exemple une section entière sur Adam Smith (p. 60-63), précédée par une présentation plu (...)
  • 3 Tels que la querelle du luxe (p. 41-44) ou celle du déisme (p. 89-94).

1Dans le sillage de l’ouvrage The Great Chain of Being publié par Arthur O. Lovejoy en 1936, Georges Lamoine cherche ici à restituer les principaux courants d’idées d’un long dix-huitième siècle britannique (1689-1815)1. Autour de sept chapitres thématiques, l’auteur livre une vaste synthèse des sujets de prédilection des penseurs de l’époque. Son court volume revient en premier lieu sur les grands courants de pensée qui examinent la société, ses inégalités et ses hiérarchies (chapitre 1), avant de s’intéresser à la pensée économique (chapitre 2), à l’éducation (chapitre 3), aux débats religieux (chapitre 4), à l’art et l’esthétique (chapitre 5), à la science (chapitre 6), et enfin à la condition des femmes (chapitre 7). Les chapitres étant eux-mêmes subdivisés thématiquement, l’ouvrage permet ainsi de naviguer rapidement et intuitivement dans la période. De plus, cette organisation permet à l’auteur de mettre en exergue les personnalités qu’il identifie comme centrales à la vie intellectuelle de l’époque2, et les points de friction qu’il juge importants3.

  • 4 Appellation héritée des traditions d’histoire intellectuelle développées par les écoles de Cambridg (...)

2Cet Abrégé de l’histoire des idées en Grande-Bretagne au XVIIIesiècle renferme ainsi davantage qu’une simple présentation de certains courants de pensée de l’époque. L’auteur cherche notamment à y montrer les étapes du développement de l’individualisme (p. 173) – qui reflète selon lui la trajectoire plus générale de l’histoire des idées au long de la période. À ses yeux, l’individualisme traverse la société lettrée toute entière, et l’ensemble des entreprises intellectuelles du dix-huitième siècle participent à sa construction puis son avènement. On le retrouve à la fois dans la pensée économique d’Adam Smith, dans le scepticisme et l’empirisme de Hume, ou encore dans les poèmes des premiers romantiques anglais que sont Wordsworth et Coleridge. Mais cette approche synthétique centrée sur le développement d’un courant de pensée nous semble à la fois une force et une faiblesse de l’ouvrage. Et d’un point de vue méthodologique, les amateurs du contextualisme britannique4 regretteront en ce sens l’absence de présentation des modalités de circulation des idées et des mécanismes d’innovation conceptuelle à l’œuvre dans la société de l’époque.

3Par ailleurs, si un chapitre entier est dédié aux « femmes dans la société du XVIIIsiècle », les autres chapitres de l’ouvrage ne mentionnent pas forcément les autrices qui ont pu contribuer à la formulation des idées qui y sont abordées. Ce manque est particulièrement visible au chapitre 3. Bien que consacré au thème de l’éducation, auquel les femmes de l’époque purent apporter leur point de vue, l’auteur n’y soulève que la question de l’éducation des femmes. Il présente ainsi des femmes instruites, comme Mary Astell ou Elizabeth Montagu, mais sans évoquer ce qu’elles pouvaient elles-mêmes proposer comme modèles éducatifs. Abordant préférablement Daniel Defoe puis Erasmus Darwin, Georges Lamoine concentre son attention sur le processus d’acceptation de l’éducation des femmes au sein de la société, et sur sa généralisation progressive tout au long du siècle. S’il souligne – notamment au chapitre 7 – le rôle de Mary Wollstonecraft quant au développement de ces idées à la fin du siècle, l’ouvrage ne comprend aucune présentation plus générale de l’importante contribution des femmes à la pensée éducative du dix-huitième siècle.

4En conclusion, la grande force de ce livre tient du fait qu’il rend intelligible une histoire au demeurant très vaste. Mais à quel prix ? Présentée ici comme l’histoire du développement de l’individualisme, l’histoire des idées du dix-huitième siècle en devient un peu trop lisse, frôlant parfois l’explication téléologique. D’une part, les thèmes abordés ne sont pas toujours problématisés d’une manière assez exhaustive ou approfondie, comme déjà évoqué antérieurement. D’autre part, les dimensions géographique et sociale de la vie intellectuelle britannique de l’époque ne semblent pas suffisamment revalorisées. S’il est louable que l’auteur prenne en considération la vie des idées au sein de villes périphériques telles que Bristol, la place et les spécificités de l’Écosse dans la production intellectuelle du dix-huitième siècle demeurent malheureusement marginales. De plus, en dépit de l’instruction progressive des classes populaires au fil du siècle et du fait que même les illettrés étaient en mesure de se forger des convictions politiques au prisme de lectures en groupes ou encore d’interventions publiques d’orateurs tels que John Thelwall, leurs idées et leur culture n’apparaissent que rarement dans le texte.

5Malgré ces limites, cet abrégé demeure toutefois utile au regard du public auquel il se destine prioritairement : les néophytes intéressés par les thématiques centrales de la pensée et de la vie intellectuelle de cette période. Ils y verront une belle introduction aux enjeux idéologiques du dix-huitième siècle britannique, et y retrouveront bon nombre des principaux auteurs de l’époque, tels qu’Addison, Defoe, Swift, Smith, Wollstonecraft, ou encore Hume. En outre, certaines références à des textes bien moins connus pourront même intéresser les spécialistes de la période, et il est particulièrement appréciable de disposer en fin d’ouvrage non seulement du texte original des citations traduites par l’auteur, mais aussi d’une riche bibliographie incluant toutes les sources primaires et secondaires. Si le texte de Georges Lamoine constitue déjà une riche introduction, l’appareil qui le complète en fait un ouvrage qui permettra remarquablement à son lectorat de se plonger dans la fécondité de l’histoire culturelle, sociale et intellectuelle de la Grande-Bretagne du dix-huitième siècle.

Haut de page

Notes

1 De la Glorieuse Révolution qui porte Guillaume III et Marie II au trône d’Angleterre jusqu’à la fin des guerres napoléoniennes.

2 Il y a par exemple une section entière sur Adam Smith (p. 60-63), précédée par une présentation plus générale des théoriciens de l’économie de l’époque (p. 54-60).

3 Tels que la querelle du luxe (p. 41-44) ou celle du déisme (p. 89-94).

4 Appellation héritée des traditions d’histoire intellectuelle développées par les écoles de Cambridge, ou encore Sussex, au sein des universités éponymes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

John-Erik Hansson, « Georges Lamoine, Abrégé de l’histoire des idées en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 14 mai 2020, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41057

Haut de page

Rédacteur

John-Erik Hansson

ATER en études anglophones, UFR Droit, CY Cergy Paris Université.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page